Récit de la course : Les Templiers 2008, par lecoureurdesbois

L'auteur : lecoureurdesbois

La course : Les Templiers

Date : 26/10/2008

Lieu : Nant (Aveyron)

Affichage : 2438 vues

Distance : 72km

Matos : Montrail Continantal Divide
Short Gore
Tee-shirt Lafuma

Objectif : Faire un temps

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Festival des Templiers 2008

Pour un récit en image direction Mon Blog :

http://lecoureurdesbois.blogspot.com/2008/11/la-grande-course-des-templiers-261008.html

Sinon le voici ci-dessous sans image et sans la vidéo.

De retour des Templiers je tarde un peu à livrer mes impressions. Le temps manque un peu ces derniers jours.C'est donc dans une magnifique région aux portes des Cévennes que nous prenons Daniel, Cyril et moi le départ de ce légendaire trail.il est 5:15 qu'en le départ est lancé dans une grande ambiance, musique d'Era et fumigène nous filent des frissons, température proche de zéro et négative un peu plus haut vers les sommets. Nous quittons Nant à bonne allure et très vite le peloton de 2500 trailers s'étire sur la route s'élevant en direction de la Couvertoirade le spectacle est saisissant, voir ces 2500 frontales scintiller telles des lucioles en fil indienne, se croissant de lune et ce ciel étoilé, rien que cette image valait bien une participation.
La 1ère partie du parcours nous emmène à Sauclières, puis à St Guiral sur des portions de chemins assez roulants mais tout de même vallonnés sans grandes difficultés techniques. Les jambes vont assez bien, je perds le contact avec Daniel, je suis contraint à 2 arrêts aux stands lors des deux 1ères heures de courses. Le jour se lève et laisse place à un paysage magnifique tel que je l'avais imaginé au travers des nombreux récits que j'ai pu lire sur les Templiers. Les couleurs sont particulières tirant sur le sépia. La montée vers St Guiral marque mon esprit encore frais, le parcours passe non loin du sommet, enfin je crois. Cela fait 3:10 que je suis parti et j'attaque la descente qui nous emmène à Dourbies lieu du 2 ème ravitaillement (km 37). Daniel et Cyril doivent me maudire je leur avais juré que le second ravito se trouvait au 30 ème, 7 km ça compte !!! je vais me faire tirer les oreilles...
Je me sens bien, cela se passe sans encombre et je me fais plaisir dans la descente.
Il commence a y avoir du bruit, Dourbies approche avec son ravitaillement et son public nombreux et chaleureux, d'ailleurs je retrouve l'intégralité du groupe qui a couru la veille sur le Marathon des Causses et la Vo2 Trail, Jean-Luc, Jean-Pierre, Annette, Marie-Claire, Elisabeth et Hyacinthe. Cela fait du bien et bouste le moral. Les encouragements pleuvent, allez guillaume hop hop...Quelle bonne idée d'inscrire le prénom sur le dossard.
Après Dourbies les choses sérieuses commencent, la montée sur la Crête du Suquet précède la descente sur Trèves. La température commence à grimper, je laisse tombé les manchettes et le Buff au tour du cou. Le parcours devient beaucoup plus technique et accidenté, les descentes et les côtes sont beaucoup plus marquées que sur la montée de St Guiral. Il n'y a plus de répit, une descente raide succède à une montée tout aussi raide, c'est moins en douceur. Je commence à montrer des petits signes de fatigue mais rien d'alarmant le plaisir est encore entier. Nous traversons quelques forêts de hêtres piègeuses, le tapis de feuilles masque idéalement les pierres et martyrises un peu les chevilles.
Enfin, le ravitaillement de Causse Bégon se fait sentir, c'est un soulagement car maintenant je sais que je vais arriver au bout, de plus mon objectif de 8:30 est toujours accessible, je suis dans mes temps de passages prévisionnels, mais malgré tout je doute un petit peu je me sens un peu entamé, je pensais arriver un peu plus frais à Causse Bégon. Il reste 2 gros morceaux la montée de St Sulpice et la montée du Roc Nantais.
Donc je me ravitaille correctement et repars en direction de St Sulpice tout se passe bien jusqu'au 1 er contrefort de cette montée infernale et là, la machine casse brutalement, je cale, plus rien, je suis essoufflé alors que le cardio m'indique le contraire, je me sens vraiment mal il me reste encore environ 14 km. Pour info j'avais prévu de mettre 1h35 entre Causse Bégon et Cantobre en réalité il m'en faudra 2:00 (5 km/h de moy), je suis en croustille, complètement à la ramasse, écoeuré par le sucré, je crois que je suis bien déshydraté. Je m'arrête plusieurs fois et repars encouragé par les coureurs qui me doublent. C'est vraiment dur, j'ai l'impression de divaguer, c'est un vrai calvaire, un cauchemar, quelle défaillance ! Enfin voilà la descente sur Cantobre et le dernier ravito. Ils ont eu la bonne idée d'installer des chaises, je vais me poser et bien boire. D'ailleurs je bois, je bois et rien a faire cela ne va pas mieux. J'ai l'impression d'être à la terrasse d'un café. Je refais le plein de la poche à eau et repars tant bien que mal, allez encore 8 km et la montée et descente du Roc Nantais là aussi j'explose mes stats prévisionnelles, plus 30 min par rapport aux prévisions, enfin je les avais oubliées depuis un petit moment ayant comme seul objectif de finir même si je dois piquer un roupillon, je finirais. Après de multiples poses j'en termine avec la montée du Roc Nantais bien heureux de trouver Jean-Luc un peu avant le sommet (il en a pas assez fait hier à la VO2, il a refait le Roc Nantais à l'envers), encore un petit effort et la descente se profil, je n'ai plus qu'à me laisser aller, à tomber dans les bras de Nant. Voilà les Templiers se termine, pas comme je l'avais imaginé mais heureux de trouver cette foule du pont jusqu'à l'arrivée. Mais que m'est-il arrivé, certainement pas assez bu lors des 4 ères heures, les arrêts aux stands ? En tout cas j'ai énormément appris sur ces templiers.
Allez le principal étant de terminer, malgré tout avec une petite déception et inutile de parler des impressions à chaud, ce qui est sûr aujourd'hui c'est que je veux y retourner avec une passion encore renforcée et l'envie de faire mieux que 9:44:42.
Et quand je disais en croustille !!

Bien heureux d'en finir. N'est ce pas ?
Pour finir un grand merci à toute la bande du Rumba pour les encouragements, petits plats et photos.
Chose est sûre c'est que je ne me souviens pas avoir mieux dormi que le soir après les Templiers.

Nous avons tous rempli notre contrat, zéro abandon, pas de blessés. Les objectifs temps ayant été plus ou moins réussis, nous avons passé un excellent week-end, prêt à recommencer. Alors à l'année prochaine.

Pour d'autres récits, aventures, je vous invite à consulter mon blog via le lien ci-dessous.

Bonne lecture. n'hésitez pas à laisser des commentaires.

http://lecoureurdesbois.blogspot.com/

A bientôt.

 

Plus de photos concernant le Marathon des Causses et la Vo2 Trail par ici :

http://picasaweb.google.com/Gbress78/MarathonDesCaussesEtVO2Trail#

Prochainement d'autres photos de la Grande Course Templiers.

 

1 commentaire

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 11-11-2008 à 10:41:00

Beau récit et quel courage!
Bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran