Récit de la course : La Montée de la Sure 2008, par kailasa

L'auteur : kailasa

La course : La Montée de la Sure

Date : 15/8/2008

Lieu : Autrans (Isère)

Affichage : 1053 vues

Distance : 13km

Objectif : Faire un temps

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

15 aout 2008, 8h du matin, dehors c'est le déluge... Baillement... Soupir... J'y vais ou j'y vais pas? Si j'y vais pas, le programme de la journée est simple: un violent encroutage sur le canapé en regardant les JO... Si j'y vais, je m'encrouterai quand même, mais que l'après midi. Donc, bonne conscience oblige, je décide d'y aller.

La montée de la Sure, donc, à Autrans, 13 kilomètres, environ 300 mètres de dénivelé, c'est la troisième étape du challenge Odlo du Vercors. Et à 3 kilomètres de chez moi, argument implacable. Contre argument tout de même, je ne suis pas dans mon format de course préféré, loin s'en faut. Mais en ces temps de JO, il est bon de souligner que l'important, c'est la publicité, oups, pardon, c'est de participer. Je me fixe au départ comme challenge d'améliorer mon temps d'il y a deux ans, à savoir 53mn03s. C'était ma première année de compétition, c'est un moyen de voir si j'ai progressé.

9h15: inscription, puis échauffement. Il fait pas bien chaud, la pluie s'est arrêtée, elle est remplacée par un bon brouillard... Petite crainte que tout ceci ne se transforme rapidement en CO, mais non, finalement le balisage sera parfaitement visible...

10h: Au départ, nous sommes un peu moins de 100, des touristes, des grenoblois, des locaux. Parmi les "costauds", on trouve plusieurs membres du team de raid les Arcs-Quechua (anciens champions du monde de la discipline quand même), un ancien vainqueurs des templiers et le vainqueur de cette montée de la Sure il y a deux ans, qui, pour tuer tout suspense, l'emportera encore cette année. Bref, le plateau est assez relevé.

Le départ est très très rapide. 300-400 mètres de route, puis on bifurque sur un sentier assez étroit, il est donc nécéssaire d'être bien placé. Je pars donc au sprint, et suis 4 ou 5eme à son entrée.  Ce sentier, c'est en fait un long faux plat montant essentiellement herbeux, assez sinueux, qui nous "sort" d'Autrans. Sur cette partie, mon manque de vélocité me fait perdre pas mal de terrain sur la tête de course et quelques places; c'est abominablement frustrant de ramer à ce point sur les parties roulantes!!!

Après environ deux kilomètres, on attaque à proprement parler la montée vers la Sure, et non la montée de la Sure... Car monter jusqu'au sommet de la Sure, ce serait une autre course... Cette montée vers la Sure, disais je donc, c'est une alternance de montées toujours assez roulantes, et de faux plats voire même de petites descentes. C'est jamais très difficile: des petites montées et des relances. Un long parcours de cross en fait. On rejoint ainsi les pistes de ski de fond de gève que l'on emprunte sur quelques centaines de mètres. Dans le début de la montée, je double quelques concurrents puis, la place de chacun s'établit très vite. Les écarts se creusent très rapidement. Comme souvent, le terrain que je gagne dans les parties montantes, je m'empresse de le perdre dans les parties descendantes. Sur la partie haute du parcours, je dépasse encore deux concurrents, et je me fais doubler par l'un des leaders du challenge, qui joue ici sur ses terres.

Vient ensuite la descente, on plonge vers la route de la Sure, par un petit sentier assez ludique, assez roulant, un zest technique, et rendu glissant par la pluie juste ce qu'il faut pour pimenter toute bonne descente. Je suis un descendeur très moyen, ma dernière entorse date d'il y a deux mois, les premiers sont loin devant, j'assure. Je perds rapidement de vue celui qui me précédait, je m'écarte pour laisser passer mon poursuivant qui s'éloigne très rapidement. Je descends au final assez vite, sans trop prendre de risques.

Bas de la descente, ravito et c'est le long long long retour vers Autrans. Pourquoi cette insistance sur "long"? Parce que c'est d'abord un long faux plat descendant puis un long faux plat montant, au début sur chemin, et toute la fin sur route. C'est interminable, c'est presque tout droit, c'est roulant, c'est à découvert; point positif, il ne fait pas chaud et le vent vient plutot de l'arriere. Et là, je ne préfère pas reparler de ma vélocité... Très rapidement, je me fais rattraper par un concurrent... Un concurrent? Non, le terme est mal choisi, coéquipier serait plus juste. Dans ces parties roulantes, il va volontairement ralentir, m'encourager; dans le dernière partie montante, je prendrai le relai et ferai de même.

Le dernier kilomètre est plutot descendant; l'arrivée, après un passage très  typé cross de 300-400 mètres, se situe au coeur du village. Mon coéquipier accélère et continue à m'encourager. Je suis pas trop mal sur ce final. Nous terminons ensemble, 9emes au scratch en 49mn20s. Mon objectif est atteint, j'améliore de près de 4 minutes mon temps d'il y a 2 ans.

A l'arrivée, le déluge reprend, les derniers concurrents seront bien arrosés. Discussions avec quelques concurrents sous la tente ravito, et notamment avec mon "équipier". Plus tard, je vais consulter le tableau de résultats, son nom me dit quelque chose. Je crois que c'est un kikou. Après enquête sitot rentré chez moi, je constate que c'en est effectivement un, Petit nuage.

Bilan perso: je me suis fait plaisir, c'est le principal; j'avance pas sur le plat, c'est pas nouveau; mais j'ai quand même bien progressé ces deux dernières années, c'est encourageant.

Bilan sur la course: 8 euros l'inscription, pas cher donc, un tee shirt. Course agréable dans sa première partie, un peu trop routière à mon gout dans la seconde. Balisage irréprochable, ravito bien placé et conséquent. Organisateurs et bénévoles sympas et méritants car ils n'ont pas été gatés par le temps exécrable de l'avant et de l'après course. Ils ont même été obligés d'organiser une remise des prix à la va-vite tellement le déluge était important. Concernant le ravito d'arrivée mention spéciale et très personnelle à la quiche et au gateau aux noix...

 

4 commentaires

Commentaire de nico2938 posté le 15-08-2008 à 22:50:00

Quel beau temps !!!
Belle performance !!! Il n'était pas évident de gagner du temps avec un terrain aussi gras.

Commentaire de l ignoble posté le 16-08-2008 à 17:41:00

bravo pour ton temps,j'avais prévu de l'a faire mais un contre temps de dernière minute,plus un temps pas terrible,m a dérouté..........
j'essaierai de l'a faire un jour...........,encore bravo pour ton temps

Commentaire de béné38 posté le 16-08-2008 à 21:54:00

Bravo pour ton temps et pour y être allé ! Rendez-vous donc le 28/09 à Lans pour la dernièré étape du Challenge Odlo du Vercors ? Je suis d'accord avec toi sur la dernière partie de la course un peu trop sur bitume.
N'oublies pas non plus les foulées Autranaises à l'automne, et nous sommes voisins, donc un de ces 4 on se fera une sortie !
A+
Béné38

Commentaire de agnès78 posté le 18-08-2008 à 21:36:00

BRAVO pour ta course et merci pour le récit!
Bonne réup!
bises
agnès

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran