Récit de la course : Le Roc de Chartreuse 2008, par @lex_38

L'auteur : @lex_38

La course : Le Roc de Chartreuse

Date : 1/6/2008

Lieu : Voiron (Isère)

Affichage : 1164 vues

Distance : 56km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Que de souffrance, que de bonheur...

Le ROC de Chartreuse version 2008, ça a commencé le samedi soir avec le retrait des dossards et le briefing. Et là les ennuis commencent! La mauvaise météo des 2 dernières semaines a contraint les organisateurs, après discussion avec la CRS-Alpes, à modifier le parcours. La grosse déception, c'est surtout que l'on ne montera pas au sommet de la Grande sûre, mais qu'on se contentera de monter au col. Tant pis. Le parcours fait tout de même 56kms pour 2650m de d+, ce ne sera pas facile non plus!

5h45, on se retrouve sur le lieu du départ. On doit signer (notre arrêt de mort?) avant de pénétrer la zone de départ. C'est là qu'on prend conscience qu'on est peut-être en train de faire une connerie! Rencontre avec des Kikoureurs, l'ambiance est tout de même détendue

 

singature.jpg

 



Puis à 6h15, la course est lancée! Et je sais que je suis parti pour plusieurs heures de course! Non, il ne faut pas y penser! Après 1 ou 2 kilomètres de plat sur le goudron, à un rythme pas trop élevé, on attaque la première grosse montée avec la Vouise! Rien de tel pour se mettre en jambe que 300m de d+! S'en suit la descente et...je me perds déjà! Des intelligents se sont amusés à mettre des rubalises sur 2 chemins! Et on se retrouve 5 coureurs au milieu d'un champs! Tant pis, on remonte puis on retrouve le chemin initial. Là j'attaque une bonne descente et je double plusieurs coureurs. "Tiens? Mais t'étais pas devant tout à l'heure toi?". Bah si...
On continue sur du vallonné, sans difficultés majeures. Jusque là tout va bien, j'ai encore la forme!

 forme.jpg

Je cours beaucoup avec Yan Thibaud, ça permet de pas mal discuter et de ne pas voir passer les kilomètres. Merci Yan!
On attaque le col de la Tençon, une chemin de gravier très large et très roulant et c'est surtout un long faut plat montant! Derrière la descente sur Pommier la Placette. "Tu vois la maison la haut? C'est chez Féfé Genève, à côté du ravito. Pour y monter, c'est un mur!" me lance Yan. Et en effet, il n'avait pas tord... Je ne connaissais pas ce chemin, mais la question de marcher ou courir ne se pose même pas! Mais comme je suis à l'aise en marchant dans les montées raide, je prends un peu d'avance sur Yan et je double un coureur.

Arrivé au ravitaillement, j'aperçois mon père avec l'appareil photo. Je lève les bras au ciel "Prends moi en photo pendant que je suis encore en forme!" Il me dit que je suis 19e ce que je n'imaginais pas! Je récupère un maillot manche longue car il risque de faire froid en haut.

ciel.jpg


Yan me rejoint et on repart ensemble jusqu'au début de la montée de la Sûre. Là il s'arrête, besoin naturel oblige, et moi j'attaque dur dur! Ma tête dans le cul du coureur précédent, et c'est parti pour la montée infernale! Malgré son apparence avec ses 2 cannes en bois en guise bâton de marche, il grimpe vite le salop! Qu'à cela ne tienne, je donne tout quand même! On double plusieurs coureurs. Les bénévoles présents au pas de Misérocorde nous demande de ralentir et de nous tenir au câble. Merci à vous d'être là!
Puis peu avant de sortir du bois, je prends quelques mètres de retard. Je ne veux pas me mettre dans le rouge (si je n'y suis pas déjà...). Un CRS est là et fait un feu pour se réchauffer. Je suis encore assez en forme pour lui lancer "un sandwich merguez SVP". Faut bien leur égayer la journée, c'est pas facile pour eux non plus!
A la praire, je suis rejoins par un coureur. Mais là je m'arrête boire car des bénévoles ont monté des jerricanes d'eau! Si ça c'est pas de l'organisation.
Puis de la prairie, il faut rejoindre le col de la grande vache! Et là je ne me rappelais pas qu'il restait autant de dénivelé! Pas grave, il faut bien le faire! Et au col, il y a une vingtaine de spectateurs! ça fait chaud au cœur de savoir que des gens sont montés si tôt pour venir nous voir!
J'enfile mon maillot, et c'est parti pour la descente infernale vers Saint Laurent du Pont! D'abord de la prairie, la traversé d'un névé en devers, des champs de boue. J'ai quelques crampes aux mollets et au quadriceps gauche mais je redouble quand même l'homme aux 2 bouts de bois! Puis des cailloux dans le cul de lampe et quelques passages très techniques et dangereux. Je rattrape le coureur qui m'avait doublé à la Prairie. On fait quasi toute la descente ensemble. C'est boueux à n'en plus finir et dans les single track, on frôle les arbres et les souches de près! Puis le chemin s'élargit et là j'envoie! Pas trop de prise de risques mais une bonne accélération! On voit Saint Laurent du Pont un peu plus bas. On arrive sur la chapelle qui domine la ville, puis une descente en lacet et on arrive en centre ville où il y a des spectateurs! Salut Tonton! un kilomètres de goudron et on arrive au stade, le point de ravitaillement. Mon père, ma sœur, et des amis sont là. Environ 4h05 pour faire le premier relais. "Belle course Alex, t'es 15e, maintenant faut faire le retour". Le retour...une vingtaine de kilomètres, plusieurs petites bosses. Très facile à l'entraînement mais avec déjà 35kms dans les jambes, ce sera plus dur je pense...
Je pose la veste, remplis la poche à eau, mange un petit peu et c'est parti...

 relais.jpg

Le démarrage est difficile tellement les muscles sont tétanisés! ça commence par beaucoup de plat sur du goudron...Mais les jambes ne sont plus là. Les muscles sont durs. Je vois 2 coureurs au loin dans la ligne droite. Dans la montée, un coureur me double, c'est celui avec qui j'avais fait la descente. Bon courage pour la suite! Pendant une bon moment, le parcours croise des routes et à chaque croisement, mon père et ma sœur sont là, le paternel trottinant toujours un peu à mes côtés pour me motiver et me forcer à manger!

  papamoi.jpg

Je me fais à nouveau doubler par un coureur, puis un autre. Mais il s'agit d'un relayeur d'une équipe, c'est pour ça qu'il est si frais!
Puis on s'enfonce dans le bois de Plantimay, un bois de buis, très humide, pleins de toutes petites bosses... L'homme aux 2 bâtons (qui les a posé d'ailleurs) me double. Qu'il est grand ce bois, on n'en sort jamais! Petite descente dangereuse sur les cailloux glissants puis on rejoint un chemin roulant. Au bas de ce chemin, toujours mon père pour m'encourager et ma sœur pour me prendre en photo.

 

a.jpg

 

On arrive alors sur Saint Etienne de Crossey, le dernier ravitaillement. A partir de là, je sais qu'il ne reste plus qu'une dizaine de kilomètre. Yan revient sur moi puis me dépasse juste avant le ravito! Mais je repars avant lui, histoire d'être une dernière fois devant car je sais qu'il va me redoubler!

Juste après le village, je double ma mère et un couple d'ami, parti de Saint Laurent en marchant pour faire le même parcours retour que nous! Petite descente en goudron, puis ça remonte et je sais que juste derrière, il y a la Croix Saint Denis, l'avant-dernière montée mais une des plus dures! Je retrouve encore mon père et ma soeur, mon père qui décide d'ailleurs de m'accompagner sur toute la montée! "Vas-y t'es bien", "Essaye de trotiner","Aide toi de tes bras","tu fais une belle montée!", "Bois!". J'ai envie de lui dire "Tais-toi, je fais ce que je peux!". Mais je sais qu'inconsciement, ça m'aide! Peu avant le sommet, je me rend compte que je suis revenu sur Yan qui est à peine 100m devant moi. Mais dans la descente, je ne cours guère plus vite que je ne montais, mes muscles étant trop crispés. Je descend comme je peux. Quand on rejoint la route, des spectateurs sont là "C'est bien, t'es 19e solo!". Plus vraiment la force de dire merci, à peine une main tendue. Mais au fond de moi, je suis heureux si je peux boucler la course à cette position!

Et puis en bas de la descente...il faut remonter! Une dernière fois! Et là, je ne sais pas pourquoi, sûrement l'arrivée qui approche, mais je retrouve des jambes! Je fais toute la montée en courant! Peu avant le sommet, je vois que je suis encore revenu sur Yan. Mais là j'entends 2 coureurs qui reviennent derrière, venus de nulle part! Je sais que je ne reviendrai pas sur Yan alors je décide de l'aider et je cris "Allez yan!". Il se retourne et nous voit tous les 3. Il a compris et il accélère! Pour ma part, j'essaye de les contenir un moment, puis de les accrocher! Malgré une descente rapide; à peut-être 15km/h, ça ne suffira pas et ils partent devant.

Je suis dans Voiron, dans les rues de Voiron. Les larmes de joie, de souffrance se font sentir! Des bénévoles tous le long de la rue nous annoncent la distance de l'arrivée. 400m. 200m. J'arrive. Ma soeur est là, je lève les pouces et j'essaye de sourir (si si!). Et le speaker annonce mon nom...

 

souffrance.jpg

 

 6h42m35s pour boucler les 56kms / 2650m de d+ à la 21e place sur 123 inscrits. Je suis heureux! Fatigué, mal en point, mais heureux!

Et comme après tout effort, il faut du réconfort! Après tout, je l'ai mérité ma bière quand même!

 

biere.jpg

 



Avant de terminer, un immense Merci à mon Papa pour m'avoir suivi à chaque croisement de route, et pour m'avoir accompagné, notamment dans la montée de la Croix Saint Denis.

Maintenant, petite semaine de repos pour les muscles! Puis RDV le 6 juillet pour le trail du Mont Aigoual, où cette fois nous serons tous les 2, Yorick30 & Moi, sur la ligne de départ!

Et n'hésitez pas à aller jter un oeil à notre blog, http://freres-fun.skyblog.com

  

4 commentaires

Commentaire de Yorick30 posté le 02-06-2008 à 14:22:00

T'as été bon mon Ami, vmt trés bon!

Allez, on coupe une semaine et on reprend!

Je pars pr 20kms là, histoire de me remmetre d'Orsan...

Commentaire de pedro38 posté le 02-06-2008 à 20:56:00

Bravo pour ta course et ton récit très intéressant. C'est sûr que ça devait être d'autant plus dur que le terrain devait être gras avec tout ce qui est tombé vers chez nous ces derniers temps!
Bonne récupération
Pedro38

Commentaire de J-T-Rourke posté le 02-06-2008 à 21:49:00

Bravo, toutes mes sincères félicitations pour ton récit et ton résultat. Je sais au vu de ce dernier que tu maîtrises autant les montées qui n'en finissent pas que les descentes caillouteuses toutes en glisse pure.Une sacrée course...je rêve de voir la marque de tes chaussures à un autre moment qu'au coup de sifflet du départ.
A la prochaine et bonnes courses.
Petit message à jaco: à l'année prochaine!!

Commentaire de toto38 posté le 02-06-2008 à 22:36:00

Bravo et t'as quand même super bien géré ta course! En plus les conditions n'étaient pas optimales!
J'aurais du être avec vous, et je l'ai bien regretté

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran