Récit de la course : Raid O'Bivwak - Ultra 2008, par flapi38

L'auteur : flapi38

La course : Raid O'Bivwak - Ultra

Date : 10/5/2008

Lieu : Hotonnes (Ain)

Affichage : 1045 vues

Distance : 75km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Je suis super en retard pour ce CR, mais mieux vaut tard que jamais, comme on dit. Bon, je vais quand même rendre à César ce qui est à César. Le CR est fait par NicNic et je ferais le gros fainéant en me contentant de le commenter.
La parole à l'orienteur en chef.....
Après moult recommandations des copains et copines raideurs(ses), nous voilà fin prêt ce samedi matin assis au fond de la Flapimobile. Nous dégustons consciencieusement notre plat de pâtes... Les dossards sont retirés tout va bien. Il faut dire que pour bien commencer la journée nous sommes sortis de l'autoroute à la sortie 8... le problème c'est que c'était pas la bonne autoroute... Heureusement, nous avons rectifié rapidos... C'est si facile de se stresser de bon matin...
F: Oulala, ca commence fort ce matin. On papote, on papote, et la voiture se conduit toute seule.

Enfin bon, la météo du jour est top : ciel bleu et quelques rares nuages. Le parcours en bus nous permet d'avoir un échantillon des nos pérégrinations des 2 prochains jours : forêt de conifères et de feuillus, champs à foin, pierrailles, coteaux. Enfin de quoi s'amuser.
F: Ca pour être beau, il est beau le terrain de jeu, et le temps est au beau fixe, tout ce qu'il faut pour un super week-end

Arrivé au lac du Lalleyriat, nous récupérons les cartes et cherchons un endroit tranquille pour la préparer : nomage des carrés et orientation des lignes au Nord (merci Corinne pour le tuyau). Je pense que la prochaine fois j'emmènerai un stabylo jaune pour marquer les sentiers.
La souris et sa coéquipière de dernière minute arrivent... puis Cédric et Mathias, Luc (du roller) est aussi de la partie. Pas facile de retrouver tout le monde avec cette foule...

L'heure fatidique approche... A noter que des équipes venant du 92 associent des handicapés de différents degrés à des ados... Une bonne initiative !
Voilà c'est parti !
C'est la cohue... un peu comme en course à pied... Il va falloir prendre un peu d'altitude pour aller chercher les définitions des balises. Je tache de garder un œil sur le
frangin... la petite route est bien remplie... restez groupire !
F: Ca part très fort comme d'habitude, et NicNic a trop envie d'en découdre. Ca se sent. Moi aussi, mais je découd bien moi vite

Une fois la carte des définitions récupérée nous nous appliquons à les replacer sur la carte. Nous avions un peu travaillé cette exercice et ça se passe plutôt bien.
F: Comme une lettre à la poste, tu veux dire. Le travail de la semaine précédente paye.

Allez maintenant le CO commence vraiment. Les deux premiers postes sont prêts d'un sentier. Attention de bien tourner à droite au bosquet en sortant de la clairière... La troisième est un peu moins facile avec une approche finale difficile... Il y a pas mal de monde. Pour la 4, il suffit de prendre Sud passer un petit col rester à gauche d'une falaise et reprendre un bout de chemin. Facile à dire mais sur place c'est pas tout à fait la même chose. Pour la 5 je dois dire que dans la phase finale je suis un peu perdu... Mais Philippe voit la balise sur la droite... Belle falaise.
F: L'oeil du chasseur ! Les balises n'ont qu'à bien se tenir, les 38 brothers sont en chasse

Au cours des postes suivants, on fera un chassé-croisé avec Aurélie et Olivier de la FFME... On oriente un chouya mieux mais ils sont plus véloces les jeunes !
F: Trop sympa Nico, c'est plutôt le boulet qui n'avance plus

Tout se passe bien. Je fais les rappels pour l'hydratation (toutes les 15min), les gels (toutes les heures) et les barres (après 2h30 et 3h30)... Dit donc Philou, c'est pas ton boulot ça ???
F: Avec mes 4,5 litres de sang dans les jambes, j'ai un peu de mal à penser en même temps que je cours.

L'allure est bonne mais je sens que Philippe commence à souffrir un peu... Il fait dire que nous sommes à la 12ième balise. Depuis le début, on marche en montée et on court le reste du temps... Philippe fait le rythme en théorie.
F: Et en pratique, car tu es bien obligé de m'attendre un peu. Remarque, c'est l'occasion pour paufiner l'orientation en prenant en peu d'avance. La technique marche bien, car il y a finalement peu de déchet

On va finir un peu moins vite, la seconde journée reste à faire... Alors ménageons notre monture...
F: Euh, comment dois-je prendre cette remarque

 
Sur la 13ième, je ne tiendrai pas compte des 2 premiers bosquets de gauche et raterait le trou... on tourne un peu... Rien de grave... Les jeunots s'envolent ;-).
La 14 et la 15 sont cadeau ! La 16 est un peu plus compliquée... malgré cela, tout semble se dérouler comme dans un rêve : sentier, champs, sente, barrière, falaise, champ et bosquet Ouest côté Nord... Tout roule.
Accéder à la croix (poste 17) est un jeu d'enfant. Pour la 18, je me déporte un peu trop à droite mais le chemin me sert de main courante... clic clac et nous voilà au bivouac
F: Arrivée au sprint pour gratter 3 jeunots, l'air de rien en pleine forme...on est joueur quand même  

4h50 pour faire 27 km et 1000m D+... nous sommes même 13ième sur 33 équipes hommes.
En débriefant, il y a encore pas mal de choses à améliorer, mais certains postes à postes sont très corrects. Une bonne journée quoi.

F: Les 10ème sont à moins de 10 minutes, et on se prend à réver de rentrer dans le premier tiers, tout est possible, la forme est là. L'orienteur est un pro...
Obiwak - Jour 1 : la chance des débutants.
Un bon moment.
Obiwak - verson flapi38

Temps 1 : Les corvées : montage de la tente, remplissage des poches à eau, séchage du matos.

Temps 2 : Le goûter de flocon d'avoine+blédina Vanille+fructose = super bon et en quantité suffisante.
F: Merci Seb pour la recette, ca ne paye pas de mine, mais c'est un vrai régal après un gros effort

Temps 3 : La rencontre bien sympathique avec Hélène et son coéquipier. Après quelques emails échangés ce fut bien cool de discuter. La journée leur aussi autant plu qu'a nous. Un problème de genou les empêchera de repartir le lendemain... Un peu de repos et ça va repartir... Bon rétablissement!

Temps 5 : Papotage avec Luc et ces coéquipiers... la version lourdement chargée semble aussi dure que la version longue. Merci pour le bout de cochon! si on avait su on aurait rien emmener à bouffer... On t'aurai aussi alléger de tes 250g de comté ;-)
F: Le bout de jambon maison, après le plat de graine de couscous+soupe est un vrai régal. L'année prochaine, il faudra penser à les inviter

Temps 6 : débriefing et apéro (merci souris pour le porto) et repas avec les Kikoureurs : bonne ambiance et rigolade.
F: Rien que pour ca, Obiwak vaut le détour, et je le recommande chaudement

Temps 7 : se coucher. pas si simple vu la taille de la tente... Y rentrer 2 Golgoths est un travail de précision
F: Ohlala, l'angoisse de la sardine. Enfin, on a beau dire ca rapproche le raid, pour sur

Obiwak - Jour 1 : le bivouac
Temps 8 : dormir... ou plutôt attendre le lever : pas moyen de fermer l'oeil... vive les raids non stop! La nuit fut vraiment longue...
F: Entre les portes des toilettes qui claquent,et le castor qui pousse des petits cris, super nuit. Ca donne des idées..... 

Temps 9 : La libération : au son de l'orchestre brésilien nous sommes priés de sortir des tentes à 5h30

Allez la fête continue ;-)
Pour le coup, on a pas mal trébuché ce dimanche qui pourtant commençait par un lever salvateur après une nuit à tourner en rond dans un demi cylindre.
Le bonheur quoi, on va enfin pouvoir en découdre!
Petit dej' exquis, pliage du camp rapide... tout roule... sans se presser, on finit par arriver au lieu de départ.
Y a foule, on souhaite bonne chance aux copains et c'est parti!
F: Super motivé, ce matin, trop content de repartir après une petite nuit, découpée de petits bouts de sommeil. Mais, c'est pas grave, on dormira plus tard, il ne reste plus qu'à faire le métier. 

Un kilomètre de piste descendante pour récupérer les définitions... Reports : pas très rapide, c'est tout un métier...
F: Ah bon, p.... je bourrais comme un malade moi

Voilà les choses sérieuses commencent... on passe un col... et alors... et alors... Zorro est
Ben j'ai déjà oublié les consignes : "assurez la première basile". Je me fourvoie en suivant un peu passivement d'autres équipes... du parcours C!!! Pourtant le relief est assez caractéristique : contourner une belle colline forestière par la gauche... et bien non. On va rester pas mal de temps sur sa droite avant d'être remis dans le bon chemin par une autre équipe (merci). Mais quel boulet! La seconde balise sera trouvée plus facilement en utilisant un beau point d'arrêt et donc de revenir en arrière.
F: Hier, j'avais suivi les 3 premières balises avant de ranger la carte. Ce matin, je ne l'ai pas sorti, étant super confiant dans mon orienteur de génie. Du coup, je n'ai pas le réflexe de lui venir en aide. 

Bon c'est pas grave, tout le monde est parti devant, il ne reste plus grand monde dans notre périmètre... les balises 3-4-5 faciles permettent de reprendre confiance : un col, un arbre et encore un col.
F: Je remotive NicNic qui se sent tout penaud de ses premières balises. C'est pas grave, on se fera les autres. S'il n'est pas concentré, on aura des problèmes, alors j'essaie de le remettre à l'aise. Ca a l'air de marcher.

Du coup j'ai longuement le temps de préparer les balises suivantes.
A la 6, le report de point est incorrect... Dommage j'avais concocté un joli poste à poste. Je me rends compte qu'il ne faut vraiment pas prendre la phase de report de point comme une corvée mais vraiment comme un évènement primordial où la précision est indispensable. Restez concentré 15 minutes, ce n'est pourtant pas compliqué. La position de la carte lors des reports est aussi très importante... si on est mal installé les points seront plus approximativement positionnés... et c'est le début de la fin... On récupère assez vite l'erreur en ressortant le carré de report.

Les 4 balises suivantes se passent bien, j'ai repris confiance... encore des balises bien dans mes cordes.
On va arriver sur une zone plus délicate, avec plein de détails, alors je peaufine l'approche de la Balise 11....
Tu parles... En s'appuyant sur une clôture, on rentre dans un bois où l'on est sensé trouvé des falaises que nous laisserions a notre gauche pour remonter la pente en longeant une zone de végétation plus dense... A priori, j'ai pris déjà trop à droite... On va commencer par tourner sur le bas, puis dans le haut... une bonne demi-heure...Je redescends pour repartir correctement... mais je dois prendre mes désirs pour la réalité... C'est sûr, il y en a des falaises dans le coin... J'utilise un chemin comme zone d'arrêt et tache de repartir par le haut... Pas mieux. Philippe de son côté me fait entièrement confiance (le naïf)... j'ai hâte de voir le tracé GPS sur cette zone... GRRRR... Aller zou on redescend pour se recaler... j'ai vraiment la haine... et mon incompétence m'exaspère... Y a vraiment de quoi... Après le débriefing je me rend compte que je comptais les distance pour une carte au 1/10000... Mais bon là je dis plus rien car ça devient vraiment pitoyable...
Finalement, on lâche cette maudite balise la mort dans l'âme... On cherchera à peine la suivante... Le moral est au plus bas. Car nous sommes PM...

 
F: Et voilà, le relevé GPS avec Google Earth de notre parcours pour la balise 11. La première approche est dans la bonne direction. On a juste eu un petit problème de distance, due à l'erreur sur l'échelle. Après c'est du n'importe quoi, on a peté un peu les plombs. C'est le métier qui rentre
 
Balise 11: Le retour

Allez concentrons nous sur la 13... Ça porte bonheur!!! Tiens on retrouve du monde... de notre parcours!!
F: On est tellement dégouté qu'on ne cherchera pas la 12. Elle n'est pas là où on voulait qu'elle soit, on l'abandonnera à son sort...J'aurais peut-être du prendre la carte à Nico pour orienter un peu, histoire qu'il reprenne du poil de la bête. On fera ca la prochaine fois. Si la concentration et la confiance ne sont pas là, l'orientation est forcement à chier. C'est le métier qui rentre, tant pis pour le podium

On pinaille un peu mais ça va.
Sur la suivante qui est en descente... on va trop loin... et je dois dire que je suis un peu paumé... à 5 on retrouvera le groupe de rocher demandé... Puis un long poste à poste nous attend. Je tache de prendre Sud Ouest... Mais on se fait entraîner par la pente Sud... Du coup, on fera un peu plus de bornes... mais sur sentiers roulants alors ça compensera un peu. Le rentrant qui suit n'est pas trop mal abordé sauf que les distances mal appréciées nous font encore tourner pour rien, une équipe de "vétérans" de la CO nous remets sur la bonne route... Je suis bien blasé...
F: Ils orientaient bien, c'est tout un métier. 

Allez courage encore 4 balises.
On assure en restant sur le sentier... le moral n'y est plus d'autant que le ciel s'est sévèrement couvert et que quelques gouttes tombent. Je suis assez content d'avoir récupéré une petite sente qui doit nous mener assez facilement à une falaise... Enfin dans un bon jour... ça sera la goutte d'eau qui casse la cruche à l'eau!!!
On va encore tourner pour rien... Merci Philippe de ton indulgence...
F: Merci à toi de me trainer avec toi. J'ai vraiment apprecié l'effort. J'ai passé un super week-end quand même, et je suis pret à remettre ca quand tu veux. Mais, c'est moi qui oriente, d'accord ?  
Cette fois il ne pleut plus, avec quelques grêlons... Allez on c'est bien amuser hier et ça fait 6h30 encore aujourd'hui...
On plie les gaules... On tentera vainement une approche sur la 19... Histoire de compléter cette belle séance de jardinage... La 20 même pas en rêve...
F: De toutes facons, on était cuit, moi surtout !

Voilà l'arche... Pas forcément bien méritée à la vue de la performance de la journée. Mais bon 7h30 de ballade sur le plateau du Retord (je ne ferai aucun jeu de mot), ça donne faim... On aura quand même fait quasiment 35 km et 1200m D+... Positivons : c'est bon pour les trails à venir...

 
F: Ouais, j'ai déjà fait explosé mes temps sur mes parcours d'entrainement, "A toute chose, malheur est bon" comme on dit.

Pour conclure :
D'abord que ce raid est organisé de main de maître... Rien à redire.
On est encore un peu juste sur ce genre de parcours autant techniquement que physiquement.
Au niveau technique, je ne vais pas faire d'énumération ça serait trop long... mais la pratique et les conseils des copains sera une bonne manière de s'améliorer.
C'est certain qu'en reportant les points sur les deux cartes, le point de vue de Philippe aurait pu nous faire avancé plus efficacement.
Pour finir, l'ambiance au bivouac est vraiment extra... Nous nous sommes retrouvé avec pas mal de kikoureurs et autres connaissances dans une ambiance joyeuse. Tip top!
F: Avis entièrement partagé pour tout. Franchement, c'est vraiment un truc à faire, et je ne saurais trop le conseiller. En plus, il y en a vraiment pour tous les niveaux. Alors au plaisir et comme dit NicNic

Rendez vous l'année prochaine en Ardèche!
Obiwak - Jour 2 : c'est en trébuchant qu'on avance

2 commentaires

Commentaire de Davidou le minou posté le 25-05-2008 à 10:57:00

Récit super passionnant à lire ! Vous m'avez presque donné envie de faire de la CO. Surtout le coup du GPS pour vérifier sur Google earth la trajectoire le soir : c'est génial de pouvoir vérifier ce qu'on a vraiment fait.

Bon sinon je constate que dans 90% des récits de Flapi, il commence par se perdre en voiture, c'est pas bon signe pour des orienteurs ;-)

à Dimanche prochain au trailàbéné, vous aurez la caisse avec tous ces efforts !!

Commentaire de le_kéké posté le 26-05-2008 à 21:40:00

Bien le récit des Nic Nic brother.
Dommage de pas avoir fait une si belle 2ème journée que la première.
Je pense que vu l'expérience que vous avez en CO vous auriez du orienter à 2 avec les 2 cartes, car c'est extrémement fatiguant au niveau de la concentration, et donc le 2ème jour après une courte nuit l'erreur fatale etait presque inévitable.
Enfin plus facile à dire qu'à faire tout ça, surtout quand l'equipe n'est pas du même niveau physique.
Enfin si tu continues à t'entrainer comme ça, tu va bien finir par rattraper le jeune, ya plus de respect ou bien ???

Sinon l'Obiwak ça me fait super envie mais l'autre PP il est pas très chaud, alors peut être l'année prochaine avec mon gamin sur le circuit Z avec portage des sacs ...

A dimanche

Philippe

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran