Récit de la course : 100 km du Périgord Noir 2006, par alain

L'auteur : alain

La course : 100 km du Périgord Noir

Date : 22/4/2006

Lieu : Belves (Dordogne)

Affichage : 889 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

On arrive à Belvès et il est 7h00, on a du mal a trouver une place pour la voiture, comme quoi un 100 bornes çà attire du peuple !Je me prépare à l’arrière du véhicule et voilà que Patate me tapote l’épaule ! Super de se trouver, un bonjour assez rapide dû au stress de la préparation du départ sûrement.Mon frangin qui me sert d’accompagnateur file car c’est l’heure du départ des vélos, mon père suit aussi pour faire des photos sur le circuit.Je file vers la ligne, je retrouve sur la ligne quelques têtes connues de se genre de course.  

On est tous sur la ligne a attendre impatiemment l’heure du départ, l’envie de faire pipi est déjà là, j’ai trop abusé des boissons on va dire…

 

Allez zou, on y va, un petit tour dans Belvès, puis la belle descente, je m’arrête changer l’eau de mon poisson, il y a du monde, 1300 coureurs sur les 50 et 100km, je suis épaté par l’allure rapide de certain, j’essaie de courir avec le frein à main car on a vite fait de s’emballer avec cette première partie du parcours assez roulant.

 On arrive vers les accompagnateurs, je suis épaté par le nombre de cyclistes, on dirait une course de vélos.

Je passe les 10 km en 52mm, pour l’instant tout roule et je m’alimente un peu même si je n’en ressent pas le besoin, c’est la règle d’or du 100 bornes, ne manquer de rien.

 Je quitte déjà mon sweet sous le maillot car il me pèse déjà, pour l’instant la météo est superbe.

Je ne vois pas les kilomètres défilés pourtant je suis à une allure raisonnable, un peu au dessus dû à cette première partie assez roulante.

 On est déjà au 30ème km que je passe en 2h36mm, je suis au dessus de mon allure mais je ne m’inquiète pas, je reste sur le même tempo. 

Je passe le marathon en 3h42mm et là on commence à trouver les premières difficultés du circuit. Je me sents toujours aussi bien et il me viens même à l’esprit le chrono 9h00, mais je sais très bien que la 2ème partie est assez difficile, mais bon mon principal objectif est déjà de finir la course ou au mieux terminer sous les 10h00, donc il me reste de la marge…

 Je retrouve encore une fois mon ami Patate sur sa bicyclette, on s’échange quelques mots. 

Je m’arrête encore une fois pour arroser les arbres. Mon accompagnateur n’oublie pas de me faire pense à mon ravitaillement, qu’est ce que je ne ferais pas sans lui ?

 

On arrive sur la piste cyclable, un endroit magique et l’on peut facilement se casser les pattes sans s’en rendre trop compte ! Donc, un passage où il faut garder la tête sur les épaules et courir avec un peu le frein à main.

 Un peu plus loin je recroise Patate ! Tiens tu as pris un raccourci ? Je ne t’ai pas vu me dépasser !

Mais non on t’a dépassé pendant que tu pissais !

 Je continue mon petit train train, je passe le 50ème km en 4h25mm ! Je crois encore à mes 9h00 !

Km 55 tiens Birdy sur le bas côté.

 

Salut Birdy çà va ! Il m’accompagne quelques mètres. Sympas de retrouver les petits gars du net !

 

Km 60 je me sent pas terrible j’ai froid, pourtant la température est pas trop mal, je doute sur un début de quelques chose de pas terrible, vite mon accompagnateur me gave pour me requinquer et je continue sur une allure ralentie. Ce coup de bambou je ne l’ai pas vu arriver !

 Km 75 que je passe en 6h55 soit les 25 derniers km sur une base de 10km/h pas trop mal le coup de fouet !

Je me sens mieux, je dépasse pas mal de coureurs et les sensations sont revenues !

 Km 80 – 7h27mm, Je sens que les bornes défilent plus vite que tout à l’heure, c’est bon signe.                               

Km 85 en 7h57mm, km90 en 8h25mm soit 10,7km/h le moral est revenue.

 

L’accompagnateur essaie de me motiver, mais je le suis déjà assez ! Un petit break au ravito et on repart. Km 95 en 8h55’,

 

Km98 au bas de Belvès, le Speaker nous lance quelques blagues, bientôt finies plus qu’une dernière grimpette ! Je marche un peu dans la côte et je commence à attendre l’ambiance de l’arrivée, tiens ma petite famille au milieu de la côte, motivé par mon fan club je relance la machine, on arrive déjà, finalement cette côte on en fait tout un fromage mais elle est facile cette petite grimpette !

 

Le speaker annonce, regardez qu’il est beau tout en jaune !

 Voilà j’arrive en 9h26’51, en pétant qu’en même mon ancien chrono de 11h00 ! 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran