Récit de la course : Trail des Lacs de Chevelu 2008, par Davidou le minou

L'auteur : Davidou le minou

La course : Trail des Lacs de Chevelu

Date : 27/4/2008

Lieu : St Jean De Chevelu (Savoie)

Affichage : 1511 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des lacs de Chevelu 2008

Trail des lacs de Chevelu 2008

 

           Et voilà, c'est parti pour une saison de course à pied. Et ça attaque fort : 20 km et 700m de dénivelé... Bon, je me suis entrainé moyen, une seule sortie avec dénivelé la semaine d'avant, et des courbatures pendant 3 jours après, mais j'ai fait des courses de ski tout l'hiver donc même si je tente pas un bon classement, je pense pouvoir finir, et surtout ça me fera une préparation pour le raid du Nivolet Revard la semaine suivante. (pour lequel, je suis donc encore moins prêt, mais j'aime les challenges !)

         objectif : en se basant sur la fin de saison 2007 plus un léger recul j'espère faire en 2h, voir un peu moins.

           En route donc pour St Jean du Chevelu, au pied de la dent du chat, près de Chambéry, mais pas côté lac. J'arrive sur place complètement à la bourre et je ne trouve pas le départ. Heureusement quelques coureurs qui s'échauffent m'indiquent la voix. Je retire mon dossard quelques minutes à peine avant le départ et j'ai quasiment pas le temps de méchauffer. Je me place assez devant mais pas première ligne, je suis pas là pour déchirer. Je cherche quelques buff Kikourou mais rien à l'horizon... dommage, pourtant y avait quelques kivaoù...

           PAN, le départ est donné, et ça part pas vite derrière, donc finalement je passe sur le côté et double un bon paquet de coureurs pour remonter la tête de course, même si les premiers sont quand même déjà loin. Ca monte pas trop dans ce début de course et c'est niquel pour se mettre en chauffe. J'essaye, tout en remontant quelques places de garder de la marge : la course va être longue et dure, faut pas se cramer. Au premier ravito, au centre d'un petit village sympathique je reconnais Alain, un coureur que je croise régulièrement sur les courses... et qui me bat à chaque fois ! Cette fois-ci, je vais essayer de le suivre. La suite est vraiment sympa : petit sentier valloné, légères montées et légères descentes en forêt, c'est rapide et reposant, ça me plait. Puis on attaque la montée "sérieuse", et là ça calme. Alain est derrière moi, j'ai pris un peu d'avance, ça commence bien. Ca monte vraiment raide et longtemps mais je garde le rythme. Puis on a le droit à une descente courte mais très technique et très jolie qui permet à peine de récupérer et on rattaque la montée. Je ne sais plus trop où on en est... Combien de km déjà parcouru ? Quel dénivelé il reste ?... J'essaye de pas perdre le rythme en espérant être bientôt en haut. Arrive un autre ravito où j'attrape un gobelet de sirop... pouaa !! c'est imbuvable, trop sucré. Alain m'a remonté et il me passe même à un bon rythme, mais mes jambes sont lourdes et je n'arrive pas à le suivre. Je marche de temps en temps mais je travaille quand même à le garder en ligne de mire. Mais c'est que ça monte encore longtemps, c'est beaucoup plus calme... mais long. Et il fini par disparaitre au loin. Enfin arrive un panneau : 10 km. QUOI ?? J'ai fait que la moitié ? pfff, c'est que je suis cuit moi !! Bon allez, après tout le reste est principalement descendant et je sais faire 10 km. Un coureur en profite pour me passer rapidement, vu que ça descend j'essaye de le suivre mais sans succès. La descente est géniale, roulante, parfois technique mais toujours praticable. Des virages étroits, des pierres, petits sentiers ou chemin forestier, on passe dans des vignes. Un vrai plaisir, même fatigué je profite vraiment. Puis viens un plat, oufff, ça fait drôle, puis ça remonte : je met un bon rythme sachant la fin proche je n'ai pas peur de puiser dans les réserves, mais en haut c'est encore plat et sur plusieurs km, et encore une montée... Zut je pensais que c'était fini moi, je puise encore dans les reserves mais c'est vraiment les dernières, il faut en finir maintenant. Enfin on rattaque la descente, raide et technique encore une fois. En bas, on traversera une petite rivière sur des cailloux, super sympa. Et là, un groupe de coureurs devant moi, dont Alain, et j'ai comme dirait l'impression que je vais plus vite qu'eux !! je les rattraperai donc un par un, un encouragement à Alain que je double à 1km de la fin, et que je vais peut-être battre pour la première fois, je me retourne, c'est bon, il ne s'accroche pas. Arrive la ligne d'arrivée, cette remontée de coureurs m'a redonné du peps et j'accélère encore, je double encore un coureur et je laisse tomber pour celui encore devant et je fini juste derrière lui.

       => 1h40 et 26e sur 300 partants. Niquel, je m'attendais vraiment pas à ça, j'ai donné tout ce que j'ai pu, sans avoir subi la course comme ça m'ait arrivé quelques fois cet hiver en ski de fond. Léger regret : le coureur devant moi était en fait un Kikoureur !! Si j'avais su, je l'aurais doublé !!  Sébastien, je prendrais ma revanche au Pic St Michel.

Me voilà un peu rassuré pour le trail de dimanche prochain, même si partir sur une distance de 49 km avec 2300 m de déniv m'inquiète vraiment...

 Je rejoins ma chérie , impatient de lui dire mon résultat.

3 commentaires

Commentaire de pedro38 posté le 02-05-2008 à 13:18:00

je vois que tu as la forme au sortir de ta saison de fond! Bravo et bon courage pour dimanche.
A +
Pedro38

Commentaire de caral posté le 02-05-2008 à 15:20:00

Bravo à toi, et courage pour laprochaine. Moi j'attends le petit savoyard fin mai pour recommencer
A bientôt peut-être

Commentaire de les machine-gônes posté le 29-04-2012 à 14:03:31

4 ans pour le réaliser, mais :
Davidou le minou à la chat-voyarde, c'était un comble...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran