Récit de la course : La Montée de St Egrève Planfray 2008, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : La Montée de St Egrève Planfray

Date : 19/4/2008

Lieu : St Egreve (Isère)

Affichage : 1697 vues

Distance : 10.8km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Montee de Planfay 2008

Au bout de 20 minutes à tourner en rond, je trouve enfin le départ de l'épreuve (merci les banderoles qu'on aperçoit de loin !!!).

 

Première déconvenue, le départ est décalé à 16h15, ce qui ne m'étonne guère. J'avais difficilement trouver les modalités de cette course sur le net, et était parvenu à trois horaires différents ! Heureusement qu'une collègue connaissait un membre de l'organisation et a pu me confirmer l'horaire exact !

 

Donc on poireaute jusqu'à 16h15, je vois plusieurs têtes qu'on retrouve dans les autres courses, et le départ a enfin lieu. Première surprise, peu de participants ! 70, que je pense mettre sur le dos d'une communication intimiste, ce qui est peut-être voulu d'ailleurs ! On verra que c'est dommage, car le parcours et le cadre sont magnifiques !

 

Alors une chose, je n'ai pas la carte Ign donc je pars un peu à l'aventure, découvrant le terrain. Je compare juste la difficulté par rapport à la montée des trois communes qui s'est déroulée la semaine dernière, avec une distance équivalente et une dénivellée similaire également.

 

Il n'y a que deux femmes au départ, je pense me caler avec la première féminine. Départ : Je reste bien au fond, dernier de chez dernier, vu que je n'ai pas couru de la semaine, emploi du temps oblige. La première ligne droite montre direct l'étirement du "peloton". Bon, finalement je démarre direct, sinon je risque d'être effectivement dans les derniers ! Je prends repère sur un grand avec un T-Shirt orange (je viens de découvrir qu'il s'agissait d'un kikoureur !), facile à repérer.

 

En bas des lacets, aie, un jeune est déjà en train de marcher ! La montée n'a même pas commencée ! Je le plains d'avance. Le premier raid est chaud, succession de lacets, je prends un rythme juste supérieur aux autres pour dépasser tout le monde un par un. Le souffle des concurrents est déjà bruyant, ça promet ! 

 

Malgré cette chevauchée fantastique, je perds de vue le type en orange ! Au vue des résultats, je comprends qu'on avait plus ou moins la même stratégie, mais que lui a pu se permettre de l'appliquer avec un meilleur rythme !

 

Donc rapidement on monte, on monte, jusqu'à une bifurqu' (on m'indique place n°24) où commence un espèce de faux plats qui va s'avérer long long long... Surtout que je n'ai plus personne devant moi (hormis un type en blanc mais qui est très furtif !) malgré que l'on arrive à voir loin !!! Et que derrière un jeune (maillot de l'ASSE, une valeur sûre !) s'accroche, et un vétéran arrive également à suivre. Pas génial après mon effort dans la première montée. Malgré une plus grande foulée sur le plat et dans les quelques descentes, le jeune revient et me met quelques mètres, bravo à lui.

 

Bon ne chose très agaçante, il y avait des vélos dans la course, et pas de bol, ils restaient à mon niveau ! Donc dans les plats et les descentes on les voit plus, et dans les montées on les double ! Très dur pour garder un rythme avec tout ça ! 

 

Dernier ravitaillement, puis ça rattaque. Il y a des beaux panneaux qui indiquent les kilomètres restants (encore que j'ai douté jusqu'à la fin, s'il s'agissait de la course, ou de la montée vers le col !!). Plus que trois kms... mais je garde à l'esprit qu'au départ, des anciens parlaient des 2 derniers kms qui s'annoncaient comme atroce.

 

Je dépasse finalement le stéphanois qui me semble à bout de souffle (et qui me confirme que les derniers kms sont atroces) mais qui m'encourage (fairplay quand tu nous tiens !) et je revois enfin le gars en blanc qui a l'air en perdition. Et voilà ces deux kms... Une pente incroyable (je m'en rendrai surtout compte à la descente !), on ne sait plus si on marche ou si on court vraiement ! Ouf, je dispose du gars en blanc, c'est cuit pour lui... Mais il reste l'ami stéphanois, qui me dépasse, et qui me mets direct vingt mètres, chapeau à lui !

 

L'arrivée au bout de la route, super sympa, une délivrance !! Premiers commentaires d'après course, blabla, et je rattaque la descente, afin de faire de la distance en vue de mon premier marathon la semaine prochaine ! Un mec sympa me rattrape, et on se fait la descente à deux, sur un rythme soutenu (pour moi, pas pour lui !!!).

 

Au final, magnifique course, surtout le cadre, et finalement une ambiance plus restreinte ce qui n'est pas désagréable ! A l'année prochaine !

 

 

 

 

 

3 commentaires

Commentaire de wil14 posté le 20-04-2008 à 19:19:00

hé bé ils avaient l'air durs ces 2 derniers kilos de montée!

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 21-04-2008 à 11:07:00

Bravo à toi

eh oui j'aime pas partir vite, je me rappelle du stéphanois aussi!!

désolé de t'avoir laissé en plan dans la montée!!
(tee shirt orange)

belle course

a bientot

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 21-04-2008 à 18:51:00

Et ouais, c'est pas grave, peut-être qu'un jour tu aurais moins la frite !!!

Encore chapeau en tout cas ! Il reste la montée de Mont St Martin et Ezy pour une revanche !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran