Récit de la course : Semi-Marathon de Thionville 2008, par bornes07

L'auteur : bornes07

La course : Semi-Marathon de Thionville

Date : 13/4/2008

Lieu : Thionville (Moselle)

Affichage : 1066 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Ah la Lorraine, ça fait déjà 6 mois qu'on est parti... et le froid ne nous manque pas!

Le voyage depuis Lyon est rapide, le rendez-vous est fixé avec quelques copains dès le samedi midi pour ... un boeuf Bourguignon avant de filer tout droit vers le stade Saint Symphorien, pour voir un certain match de ligue 1 : Metz-Marseille... drôle de préparation pour le semi du lendemain.

Le reveil se fait de bonne heure, c'est le premier semi de l'année pour notre petite troupe ... les fourmis sont dans les jambes.

Je rêve d'un nouveau record perso : 1h30 l'année dernière, pourquoi pas mieux cette année.

Pourtant le doute est bien là lorsque l'on repense à notre journée gastronomique de la veille!

Les dossards sont enfin récupérés : 2 manquants à l'appel ... les changements de temps à répétition ont fait des dégâts sur les organismes... dommage, mais nos malades sont quand même venus nous encourager, c'est cool de leur part!!!!

Hop hop hop début de l'échauffement... les jambes sont un peu lourdes, mais au fil des tours de parking : les choses vont en s'améliorant.

Les deux filles sont enthousiastes : elles visent les 1h30 ... Que faire? Partir avec?  Tenter l'aventure tout seul? Bof on verra bien après le 1er kilo si les jambes sont au rendez-vous!

L'heure approche, c'est le moment de se débarasser des coupe-vents... sauf que... notre fan club improvisé a disparu... Patrick rale sec... C'est la panique à bord! Vite, le speaker! Il faut passer une annonce... ouf ça y est... reste à courir sur la ligne.

ça y est c'est parti : le premier kilo se fait en ville : 4'08... tout baigne, le compte tour ne s'affole pas, le souffle est nickel, je décide de maintenir le rythme et de faire un point au premier ravito, de mémoire au 5e.

Direction les berges de la moselle, il y a un léger vent dans le dos et quelques goûtes de pluie.

Mon estomac est bougon... visiblement il a décidé de me faire payer mes excès de la veille!! Pourtant le 5e arrive très vite : 20'08, les gambettes sont là, le souffle n'est pas forcé... au diable cet estomac récalcitrant.

Et là c'est le miracle : comme par magie tout rentre dans l'ordre avant le 6e kilo, j'ai même le temps d'apprécier les bords de la Moselle : la piste cyclabe est très roulante, elle permet de conserver en point de mire les concurrents qui me précèdent.

Le 10e approche... le parcours va tourner à 90° : il va falloir affronter le vent.

Ravito du 10e : 39'50... et tout baigne... C'est Excellent.

Le parcours se charge de me calmer : il faut relancer, il y a pendant presque 2 bornes une succesion de petites côtes et de virage... le tout avec le vent de face... même pas mal, il faut s'accrocher.

Le 15e kilo est là : la pluie tombe, le vent n'est pas très fort, mais suffisant pour géner notre progression : je suis dans un groupe de 4 coureurs : chacun fait sa part du travail, ce qui nous permet de remonter tranquillement...

Les kilomètres s'enchainent : ho ho : 4'40 sur le 17e, que se passe-t-il?

J'avais décidé de fausser compagnie à mes petits camarades durant le 16e kilo : aurais-je commis une erreur? J'essaie de relancer, mais c'est dur : les mollets et les cuisses ne semblent pas forcément d'accord... on verra le verdict au 18e : la tête est-elle plus forte que les jambes?

La petite pencarte approche... doucement, doucement,... 4'12 : je suis heureux... maintenant je suis convaincu de faire un chrono conforme à mes espérances les plus folles.

Le 19e kilomètres est synonyme de retour à Thionville : le long de la Moselle est interminable... le désaccord entre le haut et le bas de mon corps est de nouveau flagrant... mais c'est déjà le 20e : 1h22 et 1 seconde !

C'est parti pour une séance de VMA... un peu spéciale : La ligne d'arrivée est au bout d'une ligne droite d'environ 200 mètres, mais c'est la lutte, le sprint est lancé et ne se terminera que fois la ligne d'arrivée franchie.

Ouf, il était temps, un coup d'oeil sur le chrono : 1h25 et 42 secondes... Record perso pulvérisé... finalement le Bourguignon ça a du bon!

 

1 commentaire

Commentaire de moumie posté le 16-04-2008 à 22:40:00

Félicitation la tête a été plus forte que les jambes.

Bravo pour ce chrono face au vent et à la pluie.

Dis, ton prochain récit, tu pourrais l'écrire plus gros pour mes pôvres yeux qui ont déjà 8H d'ordinateur au boulot :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran