Récit de la course : Trail Blanch' Font Romeu - 51 km 2008, par claude41

L'auteur : claude41

La course : Trail Blanch' Font Romeu - 51 km

Date : 20/1/2008

Lieu : Font Romeu Odeillo Via (Pyrénées-Orientales)

Affichage : 2876 vues

Distance : 51km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Trail Blanch’ Font Romeu – 51 km

 

Depuis longtemps, nous (ma femme et moi) en avions envie de ce trail Blanch. Nous avons déjà participé à deux éditions du Trail Blanc de Serre Chevallier et on voulait voir autre chose. Deux autres coureurs du club (l’ASPTT Blois) se joignent à nous.

Samedi nous retirons nos dossards, nous sommes parmi les premiers, peu de monde. Yves découvre qu’il doit avoir le matériel obligatoire ! Heureusement, j’ai toujours une couverture de survie dans le coffre de la voiture, mais il nous faut bien deux heures pour trouver le sifflet, apparemment, d’autres sont déjà passés ! Lorsqu’il a trouvé le sifflet, acheté à prix prohibitif (15,00€), ma femme s’aperçoit qu’elle en a un second dans son sac ! Bon, après ces émotions, petit repos réparateur et diner-pâtes dans un restaurant super sympa, préparation du matos et on va se coucher ; il faut se lever tôt.

5h30, ma montre bat le rappel. Petit dèj, l’heure du départ arrive vite. Finalement , pas de contrôle des sacs, mais Yves possède maintenant son xième sifflet.

Tous les quatre, on décide un départ prudent, parmi les derniers, pas la peine de s’affoler. Dès que ça monte, Yves et Régine prennent leurs distances, ça y est, je vais encore passer une journée loin de ma chère et tendre ! Yves est un compétiteur, habitué des épreuves extrêmes (en vrac, Marathon des Sables, traversée de la Manche à la nage, expédition au Pôle nord en skis, tour de France cyclo etc…) Mais, bon, j’ai encore mon vieux Celo juste derrière moi.  

Je l’entends souffler, peiner, il trouve que je monte trop vite, pourtant, avec mes kilos superflus retrouvés après le GRR, j’ai l’impression de me traîner. Petit à petit, on trouve notre rythme, surprise, au refuge de la  Calme, on retrouve Régine. Elle n’est pas au mieux, le virus attrapé en mangeant les fruits de mer du réveillon fait encore des ravages ! Je demande à Yves de faire sa course, je resterai avec Celo et Régine.

Tranquillement, on atteint le Roc de la Calme, je m’éclate dans la descente sous le télésiège, j’adore.

Pour mes deux acolytes, ça se passe bien moins bien, ils ne sont pas rassurés. Les paysages sont splendides, je mitraille. Premier lac gelé, le lac de Pradeilles, j’avise un bout de rubalise au milieu du lac, je fonce droit dessus, personne ne veut me suivre, je me ravise et fait le tour comme tout le monde. Deuxième lac, là, il faut vraiment traverser, une jeune femme maudit les organisateurs, et si la glace se rompait ? Bon, si je passe avec mes 75kg, tu peux passer avec tes 40 tout mouillés ! Tout va bien, enfin, Celo fait une jolie figure de style, Candeloro aurait aimé ! Au lac des Bouillouses, panorama splendide, le premier en a déjà fait le tour, il court sur la glace comme un lapin. Dès l’entame de la montée, en traversant un ruisseau, un pont de neige s’écroule, je suis dans un mélange de neige, de boue et d’eau jusqu’à mi-mollet, c’était bien la peine, que je mette les Salomon Goretex et les guêtres ! Ça fait floc-floc (pas de Gascogne celui-là), c’est gelé. Les conditions de course deviennent difficiles, chaque pas dans la neige profonde demande une énergie folle. Celo parle d’abandonner, ma chérie ne dit rien mais n’en pense pas moins, tout va bien ! Descente raide avec une corde, on est presque au bout du lac. Derrière nous arrive un bolide, on est un peu surpris, il nous double, puis se retourne et demande s’il est bien sur la deuxième partie après le lac des Bouillouses ! Je lui explique où il se trouve, stupéfaction, il en est à son deuxième tour de lac ! Dans les 20 premiers, il est repassé sur le barrage après le ravito, personne ne lui a rien dit, il est maintenant aux alentours de la 150ème place ! Il fulmine, et passe un savon aux pauvres signaleurs qui se trouvent là.

Sous la cabane de la Balmeta, je replonge les deux pieds dans le torrent, décidemment … N’écoutant que son courage, Celo décide de prendre le plus direct sur le lac pour le retour. Je prends un parcours plus près du bord, ça me fera moins à nager si… Régine me suit, je me vautre lamentablement, elle n’a pas de pitié, enfin, elle me demande quand même si ça va, mais je sens, derrière, une pointe d’ironie, on règlera le problème à l’amiable… Celo patine sur le lac, c’est beau à voir, je fais un bout de film, ça fera l’animation lors de la galette du club ! Bon, voilà qu’au ravito il veut abandonner, je lui passe une petite soufflante, lui rappelle que c’est lui qui court comme un c… quand on s’entraîne en groupe et que c’est là maintenant qu’il lui faut montrer qu’il en a des c… Régine souffre, mais elle ne se plaint pas, c’est pas son genre.

On ne commet pas la même erreur, après le ravito, on prend bien la direction du lac d’Aude. En bat on nous annonce qu’il y a un challenge spécial sur la montée, le gars, il a de l’humour, rien qu’à nous voir, il devrait se rendre compte que c’est pas pour nous. Pour le moral, y-a pas mieux !

Dans la montée, Régine prend son envol, Celo me lâche, vexé par le remontage de bretelles, je ne m’en fais pas, je mange, je récupère et je sais que je vais les revoir rapidement. Effectivement, en haut, près du lac, je retrouve mon Celo. Puis dans la descente casse-gueule sur le pas des Aveillans, on retrouve Régine pas à l’aise dans ces passages très techniques.

Bon, un peu de courage, on alterne marche rapide, petit trot, pour arriver au dernier contrôle. Un dernier coup de collier pour rejoindre l’arrivée, il fait encore jour !

 

Finalement, une superbe journée, même si j’en ai bavé pas mal dans la neige profonde. Celo, ça devrait le calmer pour un moment. Régine est beaucoup tombée, un genou pas mal abîmé, une cuisse douloureuse, mais, je suis bien placé pour savoir que ça ne va pas la calmer. Yves a fait une belle course, il arrive 1h15 avant nous, bonne prépa pour le GRR 2008. Nous avions en projet le Vulcain, nous décidons de ne pas y aller, mieux vaut se reposer un peu.

Lundi soir, chez notre fille à Toulouse, je consulte mes mails, un message confirme nos inscriptions au Vulcain !!!!! Eh oui, je suis un gars organisé, j’avais déjà envoyé les photocopies des licences et le chèque ! Bon ben va falloir y aller ! Pourvu qu’il ne neige pas d’ici là !

3 commentaires

Commentaire de Belet posté le 24-01-2008 à 09:29:00

Belle sortie dans la neige !
Ya plus qu'à nous mettre tes photos/vidéo en ligne... :)

Arnaud.

Commentaire de gdraid posté le 24-01-2008 à 18:38:00

Merci claude41, pour ton récit bien agréable à lire.
De l'action, de la souffrance, du mental, surtout Madame...Tout pour faire une belle course de montagne.
Bon courage pour la suite .
JC

Commentaire de eric41 posté le 25-01-2008 à 08:52:00

Belle course et merci pour le CR.
Y'a des chances que j'aille au Vulcain.
A bientôt.
Eric

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran