Récit de la course : 20 km de Montpellier 2006, par climber

L'auteur : climber

La course : 20 km de Montpellier

Date : 26/11/2006

Lieu : Montpellier (Hérault)

Affichage : 1374 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Nouvelles dispositions pour cette course, départ, arrivée, parcours légèrement modifié. 20km certifié qu'ils disent...à l'arrivée les mauvaises langues disent que c'est un peu plus long, moi je suis pas en mesure de donner un avis, car aujourd'hui tout était trop long.

Il est clair que cette organisation sur la Comédie est une meilleure chose, plus d’espace pour les inscriptions et pour l’arrivée, et le sentiment en tant que coureur qu’on a écouté les doléances de 2005 sur les imperfections. Plus de 1000 coureurs au Rdv.

Climat doux, gris menaçant, venteux par endroits, un temps d’automne quoi. Je croise Pierrot le kikoureur, une éternité que nos chemins s’étaient séparés, mais il a l’air bien occupé et en bonne santé, déjà deux bonnes nouvelles en ce 26 novembre.

Je pars avec le dossard 736, avec une certaine appréhension, bizarre. En 2005, j’avais fait The chrono et je gardais l’ambition d’au moins l’égaler, mais l’ambition est restée dans la tête, car les jambes étaient lourdes, trop lourdes. Pourquoi ? aucune idée, peut être besoin d’un peu de repos, la trève hivernale, une expression que je vais mettre à profit bientôt, aussitôt la prochaine course achevée, l’hivernatrail du Gard.

Au bilan, ce matin, j’ai explosé très tôt, une fatigue chronique dés l’arrivée aux Arceaux, soit avant les 5k que je boucle en 20’, on pourrait encore y croire…Hélas (trois fois) non, au 10k je passe en 40’30, au 15 en 1h02. Le parcours n’a pas changé, toujours aussi vallonné (250m de D+ affiché a ma Polar, mais ça me parait surévalué). Au 12ème, je suis encouragé par mon « femmes » club, ça fait du bien, et je décroche un sourire de façade, mais le corps me dit « et si on rentrait ».

La 1ère féminine, avec qui il y’a un an j’avais franchi la ligne finale, me passe cette année au niveau des cuisines centrales, il reste 8km, long. Le passage de l’école militaire est un parcours du combattant, avec des circonvolutions dignes d’un parcours devant les guichets de la Poste. On passe de l’herbe au gravier, du gravier au bitume, du bitume à des racines de platane, tout est possible à l’EAI, et moi j’n’aime pas ce passage.

A la sortie, le parcours commence à changer d’avec 2005, y’a déjà du monde sur les trottoirs, et la remontée du Bd Clémenceau vers la Comédie a une vraie légitimité, ça s’enchaîne bien et on se sent pousser des ailes, ouais faut bien au moins une fois, je finis le kilo en 3’50, dernières salves du coureur inconnu dans la foule. Je finis en 1h24’16, 118ème/1236. Deux Perrier, deux tshirts, et deux aspirines svp. Rideau.

Climber

Les résultats ici http://big.chez-alice.fr/e.m.a/hors%20piste/resultat%2034/2006/20kmmtp.htm

3 commentaires

Commentaire de pierrot34 posté le 26-11-2006 à 21:20:00

Bonsoir René. Entièrement d'accord avec toi pour l'E.A.I. et son "parcours du combattant" (normal!)
En tous cas j'aurais bien aimé faire ton temps avec tes "jambes lourdes". Alors imagine le poids des miennes!

Commentaire de zakkarri posté le 26-11-2006 à 21:29:00

slt climber ! ton chrono est quand même pas mal...!
j'ai bien aimé le parcours à l'EAI par contre!
Que du bonheur ton récit !
zakkarri.

Commentaire de bigout66 posté le 27-11-2006 à 12:02:00

Salut climber à quelques secondes près on finnissait ensemble mais je ne sais pas à quoi tu ressembles alors...Je suis d'accord avec Zakkarri,j'ai assez aimé le parcours dans l'EAI(pseudo cross)même si j'en ai bavé.
Pour ton chrono je comprends que tu sois déçu au vu de tes ambitions mais y a des jours sans et faut faire avec. Tu fera mieux l'année prochaine.
A+ et bonne trève.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran