Récit de la course : Le Radicassant - 123 km 2019, par yoyotito

L'auteur : yoyotito

La course : Le Radicassant - 123 km

Date : 27/4/2019

Lieu : Lillebonne (Seine-Maritime)

Affichage : 516 vues

Distance : 123km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une belle et longue journée

Mais pourquoi tu t’inscris à ce genre de choses ? Pourquoi tu cours autant ? Pourquoi tu t’infliges cela ? Je ne compte plus le nombre de fois ou l’on me pose ce type de questions. Mes réponses sont souvent les mêmes : car de une j’aime ça !!! Mais plus précisément pour sortir de ma zone de confort, pour découvrir autre chose, pour vaincre la monotonie routinière d’un emploi en région parisienne, pour repousser mes limites, pour atteindre le sommet de la pyramide de Maslow … Mais constamment en gardant les pieds sur terre malgré ce grain de folie de vouloir aller toujours plus loin. C’est pour toutes ces raisons qu’il m’ait venu l’idée de m’inscrire sur le Super Défi et l’objectif de réaliser 123 km le premier jour et 60 sur le deuxième. Je connaissais un peu les lieux puisque 4 ans auparavant j’avais été finisher du Radicassant et ces 113 kilomètres en 19H10. Alors quitte à revenir sur les lieux autant que cela soit pour un gros morceau.

Lorsque j’arrive au complexe sportif pour récupérer mes dossards, je reconnais facilement les lieux, et mêmes certains visages souriants des bénévoles, c’est un plaisir de les retrouver. Les dossards en poche je me dirige vers la salle de sport qui fera pour l’occasion office de dortoir ; vraiment très pratique ce système. Je discute avec quelques personnes, on parle courses passées, météo du lendemain… Je ne traine pas trop et tente de m’endormir assez rapidement avant 21h. Chose Réussie.

Après une nuit entrecoupée de quelques réveils me voilà debout à 3h45, il pleut. Je prends mon temps pour manger et me préparer. Je savoure cet instant, à finaliser mon sac, à vérifier mon plan de course en corrélation avec les barrières horaires. Mon programme prévu :  du 1er au 40ième en 8 min au kilomètre, les 18 suivants en 9 min par km, les 22 suivants en 11min/km et le reste en roue libre avec les forces qu’il me reste mais pas en dessous de 5km/h. Ainsi jusqu’au 80ième je prévois 1 min par kilomètre d’avance sur les BH.  Mais ça reste sur le papier !!!

Je suis déjà totalement dans ma course. 30 min avant le départ je fais les 100 mètres qui séparent le dortoir de la salle ou sont réunis beaucoup de coureurs. L’ambiance est détendue, un petit café avec un bout de pain complétera mon petit déjeuner Gâteau Sport. En me rendant au départ, je constate que la pluie s’est arrêtée, j’en profite donc pour ranger mon k-way, tout en me doutant que j’allais en avoir besoin dans les prochaines heures. 5h et Pan les fumigènes rouges s’allument dans la nuit noire, nous accompagnant pendant 100 mètres. Chouette départ et en musique !!!

 

 

Dès les premiers kilomètres, je me fais la même réflexion qu’il y a 4 ans, en enchainant directement 3 montées et 3 descentes : la journée s’annonce bien longue ! Je reconnais facilement le parcours, c’est le même tracé qu’il y a 4 ans. Beaucoup de sous-bois, des montées de 100 m de D+ et de la relance en veux-tu en voilà, et ça pour toute la journée. A mon habitude je suis dans le dernier wagon, car je sais qu’il va falloir que je m’économise mais pas trop quand même ! Le rythme est exact à mon plan de course, je me sens bien. A un moment il se met pleuvoir et même grêler mais ouf je suis à l’abri sous les arbres.  Les kilomètres défilent, pas de coup de mou en perspective, je m’alimente et m’hydrate bien. 25ième kilomètre je me fais doubler par un participant avec qui j’avais discuté hier soir, un niveau supérieur au mien je suis surpris de le voir. Il m’annonce qu’il à 5 kilomètres de plus que moi dans les pattes !! Il s’est tout simplement égaré avec un petit groupe ! Ce petit « détour » n’a aucun impact sur son moral, chapeau ! Je le laisse filer comme une fusée. Arrivé au 30ième je reconnais ces fameuses marches, et encore cette année elles vont me casser les jambes. Petite photo durant l’effort !

 

Malgré cela, je me sens très bien, et continue mon chemin. J’arrive à la première barrière en horaire en 5h10 de course, (soit 50 min d’avance) pensant être au km 40 comme annoncé sur le tracé. Cependant ma montre m’indique 38km et 1200 de D+ ; ah voilà une bonne nouvelle, je me dis que je vais faire 2 km de moins que prévu. Je recharge en eau, et je ne perds pas de temps. C’est réparti pour 18km.

Le tracé sur poursuit par des petits chemins dans les bois, un peu de route ou nous traversons de jolis lieux-dits.