Récit de la course : Saintélyon 2018, par Jedj

L'auteur : Jedj

La course : Saintélyon

Date : 1/12/2018

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 537 vues

Distance : 45.3km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Saintexpress – 01 décembre 2018

Encore un petit CR en 2018 ! je promets de faire plus court.

Déjà la saintexpress pour faire simple c’est une demi Saintelyon : aller de nuit de Ste Catherine dans les monts du lyonnais à Lyon de nuit le premier samedi de décembe, et ca fait à peu près 45km sur un parcours descendant globalement.

Je l’ai faite cette année sur un coup de tête 10 jours avant – depuis 2008 je prenais des dossards Saintélyon sur tout un tas de format que ce soit en relais, solo ou demi, (et j’ai compté sur mes petits doigts musclés) ca fait avec cette édition 11 départs consécutifs pour 10 arrivées.

Il me fallait donc pas grand-chose pour y aller, la première raison a été de ne pas être prêt physiquement pour mon rendez vous du Raid Le Puy-Firminy suite à un bête combat de chiens (aie la frustration), et la deuxième que j’ai senti une copine ayant envie d’y aller mais pas seule.

Donc à la sortie du Puy j’aide Christelle a y voir clair 😊 elle s’inscrit et comme c’est une battante elle lève des fonds (collecte encore ouverte) pour la Team 42 de la Ligue contre le Cancer ici : http://www.alvarum.com/damiensidoux2 avec 48 donneurs et près de 1400€ collectés (et un bon coup de pouce de Thomas). Moi je dis ca part bien cette histoire… en plus Cloe et Christelle vont me chercher mon dossard !!!

Pour la prépa, avec les 67km du raid 2 semaines avant et 3 semaines d'entrainements perdus en octobre, je fais quelques sorties cool de fractionné et footing légers.

Sur le reste de la prépa avec la Team des traileurs stéphanois et l'ami Sylvain, on fait intervenir Cedric Gazulla tout frais vainqueur du raid Le Puy Firminy pour bénéficier de ses conseils, à retrouver ici : https://www.youtube.com/watch?v=Yekzpr7ObLE.

 Le jour J j’arrive à slalomer les orga familiales pour me reposer à la sieste et préparer mon sac en fin d’après midi, avec un œil sur la météo qui annonce un peu de pluie fine (=boue) et pas froid (plus de 4 degrés). Je vais donc partir léger sans gants ni bonnets, juste deux couches un T Shirt ML basique (sans marque !) et un sweat coupe vent adidas, sur un short et surtout des mini guêtres Raidlight pour la boue. Dans le sac un coupe vent et une veste imperméable en cas de moins bien plus deux flasques.

Le soir je préfère manger chaud et copieux assis donc tôt pour partir à 19h avec Christelle.

On se debrouille bien car à 20h on est dans la Halle, contrôle sac passé avant que ce ne soit la cohue. On a 3/4h d’attente avant d’aller aux navettes à 400m de là. Je trouve Luc qui se la joue à la cool et est devenu maitre Jedi avec deux padawans… ainsi que les copines du 22km du club. Petite séance d’auto relaxation et zou direction les navettes où on retrouve l’ami Thomas dans sa combinaison tempête. Les bus étaient annoncées partants entre 21H et 21H15 quand on arrive un peu avant 21H il y a au moins 30 bus remplis prêts à partir ! un monde de dingue …. Pas grave on résussit à se tasser tous ensemble dans un bus pour aller à Ste Catherine vers 21H30, un peu d’attente et on arrive à 22h30. On va tranquille sous une pluie qui commence au dépôt des sacs puis sous la tente pour récupérer Emilie que son chéri a déposé direct et qui doit baliser un peu pour cette course …. Christelle lui a promis qu’on partait ensemble, bon pourquoi pas, mon grand cœur me perdra je suis sûr que le podium s’est éloigné à ce moment là … dans la tente au pied du départ on entre quand tout le monde sort, puis pause technique et on coupe comme des ptits filous la barrière pour s’insérer dans la vague 2, un petit selfie à 3 et on part à 23h10, tiptop même la pluie s’est calmée. La course est là :

https://www.relive.cc/view/1995607416

En gros, on s’attend tranquille le premier km dans une cohue à laquelle je ne m’attendais pas (faut dire : 900 partants quand je l’avais faite et là plus de 3500 partants….). On court tranquille sans chercher à sa faufiler, première côte tranquille sur la droite ca court, Christelle se glisse et je la suis, la vache elle monte bien et vite pourquoi pas mais il reste des bornes encore …. Un petit bouchon et je m’apercois que c’est pas Christelle en fait ! bon tant pis je l’ai perdue mais avec son mental et Emilie avec elle j’ai aucun doute, donc je trottine tranquillou jusque la descente du bois d’Arfeuille qui passe crème avec à peine de la boue pour arriver à THE bosse où tu vis la marche de l’empereur en direct, elle passe pas trop mal – je suis assez content faut dire que dans mes souvenirs c’était un peu plus dur avec un départ de Saint Etienne, redescente sur Saint André la Côte avec une vue magnifique sur les frontales.

J’ai l’impression que la pluie devient moins fine et plus permanente mais il ne fait pas froid, seulement quelques rafales où je relève le tour de cou. La descente dans les bois finalement se passe bien mieux que 2016 où on avait de l’eau aux chevilles et j’ai de bonnes jambes jusque St Genou où j’arrive avec 1/4h d’avance sur mes prévisions avec de bonne sensations. Un thè chaud, une soupe (c’est un peu la baston…) sous la pluie fraîche bien drue et je repars en marchant sans refroidir, ca passe bien dans les descentes où je passe tout droit avec ma frontale qui claque, bref je me sens bien. Enfin jusqu’à la bosse du 18eme qui me sèche et là long calvaire jusque Soucieux avec une bosse qui était pas la l’année dernière qui enlève une bonne part des sentiers roulants autour de Marjon et ajoute du D+ - j’arrache plus grand-chose jusqu’au ravito qui est bien au kilo 25 avancé. J’arrive en 3h25, 10’ de plus que prévu – avec l’avance que j’avais je perds donc sur 6-7 km bien 15 minutes.

Je choisis de ne rien changer, je suis pas mal mouillé mais j’ai pas froid et le sweat coupe bien le vent ; je mange sucré salé mélangé et repars au bout d’une grosse dizaine de minutes soit 5 de trop et j’ai du mal à relancer. Beaucoup de coureurs m’ont doublé dans les derniers km et beaucoup continuent à le faire sur la longue descente sur le Garon, je suis vraiment à la traine avec une allure facile mais régulière, je sais que les 6h ne sont plus jouables mais je vais au moins travailler l’allure sous la pluie. J’en profite pour changer les piles de ma frontale qui a bien craché ses lumens. Jusque Chaponost, c’est profil bas et dents serrés dans la boue et sous la pluie pour ne pas marcher ailleurs que dans les côtes, la montée des Lapins paradoxalement me requinquent car je commence à doubler des zombies. A Chaponost, je prends vite fait du chaud, je vérifie toutes les heures les temps de Thomas et Christelle qui sont toujours bien en course (pas mal du tout l’appli Live Trail).

Le parc du Boulard me permet de me réchauffer et je sens que sans courir plus vite la foulée est plus légère, mon seul objectif est de ne pas me faire doubler par le premier solo avant les Aqueducs (en 2011 il m’avait double dans la descente de Chaponost). Arrivent les aqueducs, ca passe bien en revanche la descente du Parc Aventure c’est galère car c’est un énorme bouchon dans le single qui descend ensuite celui de devant prend un malin plaisir les bras écartés à protéger sa place, bref …. Remontée sur la Mulatière en bonne trottinade puis les escaliers et je fais un bon jogging du dimanche matin pour boucler les deux derniers km…. Et finalement seul le premier relai à 4 m’a doublé à l’entrée de la halle, le premier solo étant arrivé 1/4h plus tard.

Je termine en 6h25 loin des 6h, je visais également moins de 1H de retard sur Luc et c’est 1h03, et je souhaitais intégrer la première moitié de course et finalement je suis à 50,4% bref on va dire un demi succès.

A l’arrivée, je prends ma médaille, mon Tshirt je l'enfile dans de grotesques contorsions (taille S femme …) avec mes deux vestes qui étaient dans le sac pour attendre Christelle qui n’est pas très loin derrière d’après livetrail, ce serait cool qu’on fasse la photo finisher sur le mur ensemble donc je ne ressors pas pour aller la chercher.

Elle arrive plus vite que live trail suivie d’Emilie et on se retrouve presque frais et pimpants pour la photo souvenir avec de belles émotions ….

S’ensuivent mes bières habituelles en claquettes chaussettes à 6h du matin pour enfin regagner nos pénates. Après une sieste de 2h le matin, je suis opérationnel pour le gueuleton de midi d’anniversaire qui s’ouvre par une soupe aux courgettes – tant pis….

Finalement une course sympa même si c’est très commercial car c’est bien organisé, courir la nuit dans des conditions difficiles c’est quand même rigolo. Je pense quand même que la jauge est pas loin d’être atteinte car j’ai eu du monde tout le temps spécialement dans les descentes en chemin.

Merci à Franck pour son accompagnement, à Christelle Emilie et Thomas (un peu) pour l’accompagnement psychologique, à tous les copains copines du club et de la TTS avec une mention pour tous les finishers de cette année difficile (comme toutes les autres années ….).

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran