Récit de la course : Trail du Berger - 18 km 2017, par Coureur du 34

L'auteur : Coureur du 34

La course : Trail du Berger - 18 km

Date : 8/10/2017

Lieu : Puechabon (Hérault)

Affichage : 167 vues

Distance : 18.75km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le Berger, seconde édition

Déjà couru l’an passé (CR ici), je remets les couverts en 2017 sur ce trail du Berger. Je vous épargnerai cette fois les jeux de mots pathétiques sur le berger et ses moutons suite aux nombreuses plaintes d’associations pour la sauvegarde du pastoralisme face à la menace du trailer garou.

Les organisateurs ont réglé le problème d’embouteillage en 2016 du parking des coureurs avec un nouvel accès bien plus adapté : un bon point pour eux ! Le cadeau allant avec le dossard est original et cool : une paire de chaussettes techniques Compressport.


C’est censé être ma dernière sortie longue et tranquille avant le grooooos objectif du 20 octobre prochain, l’Endurance Trail des Templiers. En effet, c’est peut-être un peu proche de cette course, juste 12 jours avant alors je me dis que je ne pousserai pas trop pour ne pas me fatiguer exagérément.


Pourtant quand le top départ est donné, je pars vite pour éviter les bouchons (départ groupé entre le 10 et le 18.9 kms) et je continue l’effort dans les premiers kilomètres.

Passage à la Chapelle de St Sylvestre des Brousses en km 2.9 en 14’.


J’ai en mémoire les bosses qui m’avaient marqué l’an passé alors malgré tout, je tempère mes chaleurs. En particulier, j’avais coincé la montée caillouteuse qui suit la chapelle : je me calme cette année et rejoins le plateau au-dessus de Puéchabon sans trop de dégâts.

Comme l’an dernier, la traversée roulante de ce plateau est l’occasion de se refaire la cerise. Traversée du hameau restauré de Montcalmès et passage contre une lavogne. Je rattrape plus loin une féminine qui s’avère être la première et me cale sur son rythme. Je pense à mon dernier trail des Ruffes () et souris intérieurement : elle aura comme d’habitude le dernier mot. En tout cas, nous allons courir plusieurs kms en mode relais sans nous concerter.

 

Passage au sublime panorama sur St Guilhem le Désert en 39’ et 7.4 kms. Je suis juste devant la féminine.


Plus loin dans les pierriers en crête de la rive gauche de l’Hérault, c’est elle qui passe en tête.


Retour sur le plateau par une piste large et montée douce en sous-bois sur un monotrace : elle prend le large. Il y a cette année encore des bénévoles déguisés en authentique berger, béret pure laine et veste en 100% peau de mouton, qui marquent deux passages proches d’une lavogne.

En haut de la montée, nous atteignons une draille en faux plat descendant.  Je me sens vraiment bien et rejoins progressivement la féminine. Je la dépasse même peu avant le dernier ravitaillement (12.7 kms, 1h06) sans accélérer, coincerait-elle un peu ?

 

Le sentier devient plus technique : descente caillouteuse, sous-bois, branches et pierres, montée courte. Nous déposons des marcheurs nordiques qui s’écartent gentiment. J’en garde un peu sous le capot avant la dernière bosse qui m’avait littéralement flingué l’an dernier. J’entends des coureurs derrière moi et je pense au syndrome de la féminine qui me passe devant dans les derniers kms.

Mais cette année, la bosse se passe sans problème, j’arrive à courir quasiment tout le temps. Puis nous plongeons vers l’arrivée par un sentier très technique : je me sens une âme de cabri, je m’amuse dans les courbes et les pierres, tout va bien, et je rejoins même un coureur du 18 kms.


Pourtant la malédiction de la crampe au mollet me rattrape à 2 kms de l’arrivée. Les boules, je ne dois pas lâcher maintenant ! Je freine pour gérer au mieux et reste à une 10aine de mètres du coureur. Heureusement personne ne revient derrière, pas même la 1ère féminine et je termine en 1h37 et des poignées de secondes ces 18.9 kms et leur 380m de D+ à la montre.


Un parcours toujours aussi beau et pas trop dur dans l’ensemble qui permet d’envoyer, une organisation irréprochable, une météo nickel et un chrono amélioré de 2 minutes : tout va bien !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran