Récit de la course : Trail du Berger - 18 km 2016, par Coureur du 34

L'auteur : Coureur du 34

La course : Trail du Berger - 18 km

Date : 9/10/2016

Lieu : Puechabon (Hérault)

Affichage : 399 vues

Distance : 18.75km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail du Berger première.

C’est la toute 1ère édition du Trail du Berger à Puéchabon, un 18.750 km pour 410m D+ qui réunit presque 300 coureurs, ce qui est plutôt bien pour un démarrage.

Il y a aussi un 10 kms dont le départ est simultané avec à peu près autant de participants.

Du coup, c’est le grand bazar pour se garer dans un immense champ réquisitionné pour l’occasion et accessible par un chemin assez étroit pas si proche du départ. Mais tout ça n’est pas bien important.

Ce trail est organisé pour une bonne cause, le don d’organes et Denis Clerc alias Zinzin Reporter, ultra-trailer youtubeur régional, en est son parrain. Il tournera d’ailleurs une vidéo sympa qui donne une petite idée des décors et de l’ambiance https://www.youtube.com/watch?v=bhqk-3uCHJo

Le temps est magnifique et je me sens bien quand le départ est donné à 9h.

Je prends le risque de partir sur un tempo élevé pour moi, histoire de ne pas me laisser bloquer par le troupeau. Mon cardio grimpe à l’unisson du profil jusqu’au km 1.6, puis nous dévalons rapidement sur plus d’un km.

Au km 2.8 nous attend la première et plus grosse difficulté de ce trail : une montée jusqu’au km 4.5 pour environ 170 m de D+ avec au tout début la chapelle St Sylvestre des Brousses perdue dans les vignes et les oliviers, histoire peut-être de nous donner la foi et le courage pour la suite.

Bien que le pourcentage ne soit pas sévère, je peine et paie mon départ rapide. Je m’en remets à ma bonne étoile (du Berger) pour souffler un peu une fois le causse de Puéchabon atteint.

Là, nous rejoignons une large piste DFCI où l’on peut enfin trouver une foulée régulière. Nous traversons le hameau partiellement restauré de Montcalmès sous le regard d’un taureau statufié puis plus loin, nous longeons des mares appelées aussi lacs ou lavognes.

Km 7.5 et 40’ de course, nous nous écartons du DFCI pour rejoindre en contrebas le clou du spectacle de ce trail: le belvédère sur la vallée de l’Hérault et sa superbe vue plongeante sur le village de St Guilhem-Le-Désert. C’est la pause photo quasi obligatoire.

Mais revenons à nos moutons, le trail du berger jusque-là très roulant prend une nouvelle tournure : presque 2 kilomètres de monotrace rocailleux avec vues dégagées sur la rive droite de la Vallée de l’Hérault, c’est splendide !

Nous rejoignons le DFCI au km 9.6 pour le quitter à peine 300m plus loin par un nouveau monotrace en sous-bois où nous croisons 2 authentiques bergers en tenue qui font les aiguillages : sympa.

Nous atteignons peu après le point le plus haut du parcours au km 11 en une heure tout pile pour moi.

Nous enchaînons alors par une très longue descente de 5 kms environ, empruntant d’abord une draille avec des vues dégagées sur la combe orientale, alternant sous-bois, drailles couvertes, champs et monotraces, et interrompue au km 12.7 (1h07 de course) par un ravitaillo en épingle contre une bergerie en ruine. C’est très roulant et varié, j’apprécie. Nous dépassons des marcheurs nordiques, une autre version du trail du berger

Tout en bas, au km 16.2, nous sommes très proches de l’arrivée dont nous entendons le speaker mais le parcours s’en écarte pour une ultime bosse d’1 km et 75m D+, pas si terrible mais je prends un bon coup de bâton (de berger) qui m’oblige à marcher.

A la bascule, (km 17.1, 1h31), la descente d’abord technique rejoint un large chemin pour dérouler jusqu’à Puéchabon que j’accoste en 1h39.


Voilà une 1ère édition très réussie : un balisage parfait avec pas mal de bénévoles, quatre ravitaillos qui rendent inutile l’usage du camelback, de nombreuses photos des participants mises en ligne, des terrains de jeu et des paysages variés, un parcours qui fait la part belle au patrimoine pastoral, globalement pas très technique ni de difficulté extrême, bref, un trail doux comme un agneau !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran