Récit de la course : Triathlon de Deauville - M 2016, par Laurent V

L'auteur : Laurent V

La course : Triathlon de Deauville - M

Date : 4/6/2016

Lieu : Deauville (Calvados)

Affichage : 778 vues

Distance : 53.7km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Triathlon de Paris vs Triathlon de Deauville

Triathlon Paris vs. Triathlon Deauville

 

Après un triathlon sprint à Versailles le 22 mai, j’ai eu le plaisir de courir 2 triathlons distance olympique (1,5 km de nage + 40 km de vélo + 10 km de CAP), le 29 mai à Paris et le 4 juin à Deauville.

Voici donc le match Paris vs. Deauville.


La veille de course

Très bonne organisation dans chacune des deux villes. Mais la logistique de Paris impose différents sites (retrait des dossards et dépose des sacs course à pied à Paris, dépose des vélo à Choisy-le-Roi) alors que Deauville dispose du village de la course juste à côté du parc à vélos, au bord de la plage.

Qui plus est, nous avons eu droit à un briefing la veille de la compétition avec un super powerpoint dans le cinéma du casino. Conditions très classes, comme des pros.

Si le site est beaucoup plus agréable en Normandie, Paris réussit tout de même un bel exploit avec une organisation parfaite sur deux sites différents, et mérite donc également un point pour cela.


PARIS 1

DEAUVILLE 1

 

L’avant course

A Paris, il faut marcher le long du bassin pour rejoindre le départ de la natation. 1,5 km à faire pieds nus, en combinaison. Les blagues fusent entre les coureurs. Cette marche permet de se rendre compte de la distance à parcourir à la nage, et fait angoisser les mauvais nageurs comme moi (ça fait partie du plaisir). Sympa d’avoir pensé à mettre un ravito au départ de la natation, après cette première marche d’échauffement.

A Deauville, le parc à vélo jouxte la plage. Pas de ravito au départ, j’ai donc dû courir jusqu’à mon vélo pour me désaltérer avant d’affronter la Manche.

En revanche superbe sono sur la plage de Deauville avec un speaker qui fait monter la température (et on en avait besoin). Musique excitante, j’ai été marqué par celle qui se termine par le bruit de battements d’un cœur, à quelques minutes du départ. Frissons garantis.

 

PARIS 1

DEAUVILLE 2

 

La natation

A Paris, même si nous sommes nombreux à espérer qu’il sera possible de re-nager dans la Seine, nous avons eu droit à une superbe ligne droite dans le parc interdépartemental des sports, à Choisy-le-Roi. C’est rare de visualiser une ligne droite de natation de 1,5 km. Quelques algues, mais moins que l’année dernière et une sortie de l’eau mieux aménagée.

A Deauville, il fallait faire 2 boucles de 750 m. Jusqu’à la première bouée, il fallait aller face aux vagues et face au courant dans une eau à 14°c. Quelques uns ont rebroussé chemin dès le départ, ne parvenant pas à partir. Mais une fois la première bouée franchie, ça allait beaucoup mieux. Et le retour vers la plage après la deuxième bouée, avec vagues et courant dans le dos, fut un véritable plaisir.

Et j’avoue que, pour un mauvais nageur comme moi, l’euphorie d’être sorti de la Manche était à la hauteur des cauchemars que j’en avais.

 

Donc, on nage mieux à Paris, mais il y a plus de sensations à Deauville. Chaque ville mérite un point.

 

PARIS 2

DEAUVILLE 3


Le parcours vélo

 

A Paris, parcours plat, sans difficulté, de 41 km à ma montre, bouclé à 34,5 km/h de moyenne. Et il faut avouer que c’est un plaisir immense de traverser Paris d’Est en Ouest en ayantl ’asphalte que pour nous, sans voiture ni feu rouge. Les monuments défilent sous nos yeux, de nombreux spectateurs et l’arrivée au pied de la tour Eiffel est magique.

 

Deauville nous offre un beau parcours en campagne, avec 4 belles côtes dont la fameuse Saint Laurent (15% sur 1 km juste au départ). Les 41 km à ma montre ne seront bouclés qu’à une vitesse de 27,1 km/h de moyenne, soit 7,5 km/h de moins qu’à Paris, cela du fait du dénivelé (485 m de D+).

 

Si le plaisir de rouler en campagne est certain, le parcours Parisien est tout de même plus spectaculaire.

 

PARIS 3

DEAUVILLE 3


Le parcours CAP

 

A Paris, 2 boucles de 5 km nous faisant gravir le Trocadéro. Parcours assez roulant, avec beaucoup d’ambiance au Trocadéro.

 

Deauville nous fait courir sur les planches mythiques de la plage, avec une petite boucle dans le port, le tout avec l’air marin tout le long. C’est magique et Paris, même en étant la plus belle ville du monde, ne peut rivaliser avec cet espace de liberté qu’offre la mer.

 

PARIS 3

DEAUVILLE 4


L’après-course

 

L’ambiance à l’arrivée est aussi chaleureuse à Paris qu’à Deauville, les bénévoles sont aussi admirables dans chacune des deux villes, les médailles et tee-shirts finishers sont équivalents (quoique celui de Deauville est un brin plus original), mais Paris remporte ce dernier point grâce au ravitaillement gargantuesque de l’arrivée.

 

PARIS 4

DEAUVILLE 4

 

Au final, pour la même distance et à 8 jours d’intervalle, il m’aura fallu 2h50 pour terminer Paris et 3h20 pour Deauville, le courant marin et les côtes normandes expliquant cet écart.

Mais, rat des villes et rat des champs, j’ai pris autant de plaisir pour ces deux parcours pourtant si différents.

Bref, il ne m’a pas été possible de départager ces deux triathlons. Je ne peux donc que vous recommander de les tester tous les deux.

1 commentaire

Commentaire de marathon-Yann posté le 13-06-2016 à 16:11:08

Réponse de Normand, ça !
(remarque, pour un triathlon couru en Normandie, ça s'imposait presque)

Bravo pour tes performances en tout cas !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran