Récit de la course : Les Foulées de Haguenau Armée/Solidarité - 10 km 2016, par Zaille

L'auteur : Zaille

La course : Les Foulées de Haguenau Armée/Solidarité - 10 km

Date : 5/5/2016

Lieu : Haguenau (Bas-Rhin)

Affichage : 340 vues

Distance : 10km

Matos : Asics T532N

Objectif : Faire un temps

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le 10 en 43, on y croit !

J’avais déjà cette course en vue l’an dernier et cette fois-ci je l’ai calé dans mon plan d’entraînement Marathon comme une grosse séance de vitesse. C’était donc l’occasion de me tester à nouveau sur 10, la dernière fois ayant été en novembre à Brumath avec un 44:36 obtenu sans forcer.

La ville étant à côté de chez moi, c’est en famille et en vélo que l’on s’est rendu au centre-ville près de la Halle aux Houblons où a lieu le départ et donc aucun problème pour se garer pour une fois ;-).

A 9h00 était donné le départ du 5km, on en a vu l’arrivée avec des vitesses de l’ordre de 3:00/km pour les premiers, waow. Le parcours bien que plat comporte quand même quelques relances et faux-plats traitres. Pour le 10 il s’agira de faire ce circuit 2 fois.

1000 inscrits pour le 10 et cette 3ème édition. Le départ est à 10h00, mon plat de pâtes est digéré, je suis fébrile sur la ligne de départ (100 bpm) car même si je ne m’entraîne pas pour cette distance en ce moment je ne veux pas non plus faire une contre-perf. Avant le départ je disais : « 43 je suis content, 44 je ne suis pas mécontent, 45 j’arrête la course à pied … ».

Donc l’objectif était de faire du 4:23 au pire, sachant que sur la distance mes derniers chronos étaient à 4:27. Ce n’est donc pas mission impossible. C’est quoi 4 secondes !

Pan !!! Sans crier gare, le coup de feu retenti, je suis placé dans le 1er quart du peloton, ça part dans tous les sens, ça se bouscule, on contourne les bacs à fleurs, on passe dans les terre-pleins, la cohue quoi !   

Le 1er kilo c’est jamais une référence mais j’arrive à le terminer en 4:24 malgré les obstacles. Maintenant je scrute régulièrement ma montre pour voir si j’ai le bon tempo, je tourne aux alentours des 4:20, c’est bon et je suis à l’aise.

4:17, 4:16 puis 4:21. Sur les 5 premiers km je respecte le contrat avec 4:20 de moyenne mais je sens déjà que c’est trop rapide pour moi, le souffle devient court et même musculairement ça devient limite.

Le 2ème 5km c’est la débandade avec pour commencer du 4:38 et 4:34 et là je pense à ma phrase pleine de prétention (très vilain défaut surtout en course à pied) : « si je fais 45, j’arrête la course à pied ». A partir de ce moment, je n’ai qu’une hantise, ne pas réussir à rester sous les 4:30 et donc faire plus de 45 minutes.

L’objectif des 43 minutes (même 43:59) est loin et je m’accroche à chaque coureur qui me semble courir à la bonne vitesse. Je réussi à faire un 4:28 au km8 à la grâce d’un peu de D- mais je surveille sans cesse ma moyenne qui est tombée en 3km de 4:20 à 4:25.

Il reste 2 kilomètres, je sais à présent que je devrais terminer sous la barre que je m‘étais fixé. Je termine même le dernier km en 4:18 grâce au public nombreux au centre ville et à une coureuse qui voulait, sans succès, me chiper ma place dans les derniers 100m.

J’arrive donc en 44:17 avec un 4:25 de moyenne mais en ayant vraiment souffert. Je mets ça sur le dos d’une gestion de course trop ambitieuse dans la 1ère moitié (j’ai battu mon record perso sur 5km, c’est dire !). Mon classement de 186/989 (45/160 en V1M) me satisfait un peu plus, je suis confortablement dans le 1er quart.

Le parcours était agréable avec son passage dans la zone piétonne et Grand’Rue, on était vraiment par moment dans l’hyper centre au plus près du public. Un reproche, le t-shirt offert … pas top du tout ! Bon, pour 10 euros et en plus c’était pour une bonne cause donc, on en tiendra rigueur à personne.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran