Récit de la course : 80 km du Mont-Blanc 2015, par romain92000

L'auteur : romain92000

La course : 80 km du Mont-Blanc

Date : 26/6/2015

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 1427 vues

Distance : 80km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Quelle vallée

Ce 80km du Mont Blanc était attendu depuis un moment... Connaissant bien le coin, une seule certitude: on allait en prendre plein la vue en cas de beaux temps. Et ça n'a pas loupé.

J'était parti sur l'idée de faire entre 14h et 15h après un gros mois de Mai d'entrainement et une bonne forme. Mais avant tout de surtout prendre du plaisir et de m'amuser lors de cette grande ballade.

Le moins que l'on puisse dire c'est que que j'avais pas prévu la suite...

Une montée du Brévent quasi parfaite sans forcer et les yeux grands ouverts pour admirer le lever du soleil. Une montée en 1h46 au Brévent sans forcer à un rythme régulier ça s'annoncait très bien.

La descente jusqu'au 1er ravito également... quelques maux de ventres apparaissent cependant. Entre Flegere et tête aux vents dans une descente, je vais résussir l'exploit de la course: me foutre par terre en butant sur la seule pierre présente... Bilan: Entorse de la cheville... Dans ces moment là, tu te maudis. Je me relève, pose le pied par terre ça tire mais pas de douleurs insuportables. Qu'est ce que je fais: bah tu continus guignolo t'as pas fait tout ça pour t'arrêter parce que t'as un peu mal à la cheville...

Je repars donc tranquillement la douleur n'est pas intense ça roule donc...

Un autre paramètre va venir compliquer la descente une fois la tête aux vents franchie, impossible d'avaler quelques chose sans de gros pb digestifs (je vous passe les détails). La descente jusqu'au Buet s'avère donc plus compliquée. AU passage du ravito j'avis un médecin qui me file du smecta et je repars en direction du col de Terrasse en me disant que c'est juste un mauvais moment et que tout va passer c'est la magie du long en trail.

Sauf que la montée à Terrasse se poursuit dans les mêmes conditions et que je dois même m'arrêter pour vomir trois fois dans la montée. Arrivée en haut, je commence sérieusement à cogiter. Malgrè la beauté de cette montée et des paysages, faut se rendre à l'évidence: j'avance pas...

Coup de fil d'un pote qui me remonte le morale... Je repars dans la descente... j'oublie toute idée de performance et je me fixe un but: allé au bout et profiter le plus possible quelque soit mon état. Et puis les aléas, ça fait partie d'une course!

Petit moment de mieux dans la descente et le départ de l'ascencion n°3 du jour (le col des posette) commence bien... Ca restera de courtes durée et les nausées du jour me reprendront très vite. Passage au sommet totalement carbo mais bon je commence à m'habituer à cet êtat et je continue tranquillement mon chemin... Arrivée au tour en marchant, je prend le temps de m'asseoir et de récupérer comme si j'étais en rando...

Rien de spécial à raconter ensuite jusqu'à l'arrivée je prends un rythme de croisière sans possibilité d'accélerer, je discute un peu avec les autres coureurs autours de moi.

Passage au Montenvers, marche rapide jsuqu'au plan et descente sur un rythme un peu plus soutenue.

L'arrivée dans Chamonix, enfin au bout de 17h40 loin très loin de ce que je voulais faire mais avec la joie d'avoir réussi à tenir malgrè les pépins physiques. C'est quand même la course la plus dure que j'ai couru, et passage sous l'arche d'arrivée en compagnie d'un italien avec lequel j'ai fait des km donc le sourire sur la ligne.

Conclusion:

- Un cadre de course exceptionnel (ça donne envie de mettre les crampons et les piolets cet été!), une organisation parfaite. Un peu trop de monde et de bling bling du coté de Chamonix pour moi (mais ça fait partie de la rançon du succès).

- Le mental peut t'emmener au bout du monde

- Merci aux copains pour leurs encouragements, ça m'a porté pendant 80 ou 90km

- le podium espoir sur la plus haute marche après que des mecs comme sebastien chaigneau ou andy symons y soient monté ça fait quand même qqch (même si faut être lucide sur la performance...)

- l'année pro ce sera soit rebelotte soit la mitic en Andorre

- Maintenant place à l'apéro intensif c'est quand même pour ça qu'on fait tout ça(ou pas...)

4 commentaires

Commentaire de Renard Luxo posté le 30-06-2015 à 19:35:15

Le Brévent en 1h46 ... 17h40 sur le 80 avec une entorse et une indigestion ... çà laisse rêveur !!! Je n'ose en effet même pas imaginer ta perf à 100% de tes moyens. Bravo encore.

Commentaire de romain92000 posté le 01-07-2015 à 21:54:45

Après les aléas font partie de la course surtout sur du long! Merci

Commentaire de ant09 posté le 01-07-2015 à 18:56:05

bien ca Romain =)

Commentaire de romain92000 posté le 01-07-2015 à 21:56:54

thanks antoine

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran