Récit de la course : Le Challenge Cathare 2015, par chris favre

L'auteur : chris favre

La course : Le Challenge Cathare

Date : 16/5/2015

Lieu : Cucugnan (Aude)

Affichage : 766 vues

Distance : 95km

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

L'expérience n'est pas l'apanage de l'âge

Bon voilà, après le 71 kms des citadelles et pour répondre à la vox populi je me remet derrière mon clavier pour vous faire partager ces moments de souffrance rencontrés pendant ce challenge cathare... souffrance uniquement dues à ma gestion de course digne d'un enfant de ce2 !!

Il y a un mois j'étais sur les terres boueuses de lavelanet, les 4 semaines entre les citadelles et le challenge cathare devaient me servir à cumuler des kms et du d+ en vu de la ronda del cims fin juin. Cette course devait donc faire partie de ma prépa car elle présentait l'avantage de faire un gros bloc de 2 jours avec pas mal de difficultés. Donc me suis pas reposé depuis les citadelles enchaînant les sorties et les séances... et je vais le payer... cher !!

Après une nuit chez nico à Narbonne avec Xavier nous voilà partis pour Tuchan... et tout commence mal... il est 6h et je me fait prendre au radar sur une ligne droite anodine... pu... de m.... moi qui suis une tortue en bagnole ça s'annonce pas bien ce bordel !! Mes collègues de bagnole n'ont pas vu le radar non plus occupés sur les réseau sociaux... re... pu... de m... !!

Arrivée à Tuchan... la première chose qui nous saute à la figure, c'est le vent... ça souffle grave, et sur le mont tauch qui va nous falloir affronter y a des éoliennes... ça s'annonce chaud cette affaire, d'ailleurs Béatrice, l'organisatrice nous indique des rafales entre 120 et 150 sur le plateau... c'est pas dangereux ça ?? Quoi qu'il en soit nous voilà sur la ligne de départ, on est pas beaucoup, une centaine de fou pour cette première édition, je retrouve Gaétan et Romain rencontré sur les citadelles. Et c'est parti, on monte d'entrée, l'idée dans un ultra c'est de gérer son effort, c'est long, très long et il s'agit de ne pas se cramer... Fort de cette expérience je pars... à fond... la montée se passe bien, j'ai les jambes qui vont bien et avec Romain on monte, Nico décroche sagement (il est plus malin que moi), Xavier est parti devant. Arrivée sur le plateau on se retrouve rapidement à 4 avec Gaetan, Romain et Pascal Massou, le futur vainqueur... La portion de 4, 5 kms sur les crètes est assez roulante... Pascal qui a fait 2 à un 52 kms 2 jours avant nous dit que les jambes sont lourdes mais il est facile que ça fait peur. Au bout d'un moment Gaetan nous dit qu'on tourne à 15 depuis quelques kms... Je suis bien donc je ne fais pas attention... Tellement bien que je ne verrai pas le premier ravito de Paziols occupé à discuter avec Romain. Les kms qui suivent le groupe que nous formons va commencer à se disloquer, Pascal prenant les devants... je suis le premier à lâcher... et je commence à comprendre l'erreur que je viens de faire, on a fait 15 bornes, il en reste 80 et je commence à piocher... Quel âne !!

 

 

Ravito suivant je retrouve romain qui m'attend gentiment (il est sympa le jeune). La portion suivante assez roulante nous amène au château d'Aguilar. Quand nous arrivons au ravito, Pascal est assis, il a une douleur au pied et a des doutes sur la poursuite de la course. Nous le laissons et montons au château avec Romain, aller retour qui nous permet de recroiser Gaetan et Nico (suis content de le voir, il est pas loin). La portion suivante est un long faux plat après un single dans un lit de rivière... Et là va commencer mon chemin de croix... Romain me lâche inexorablement, et je suis progressivement rattrapé par plusieurs coureurs dont Pascal, impressionnant de facilité (il a plus mal) et super sympa (prenant le temps de discuter un peu avec moi pour voir comment je vais, un seigneur). On est au 20ème kms et je commence à avoir mal au ventre, j'ai du mal à m'alimenter et à m'hydrater. Gaetan me rattrape et me dépose, suis pas bien du tout, s'en suis un arrêt dans les fourrés, tout bon traileur qui se respecte a vécu ce moment, ces problèmes gastriques, suis au plus mal, en plus je chope une crampe en position délicate... misère !! après un arrêt de quelques minutes je repars plus léger mais pas beaucoup mieux.

 

 

 

Se profile alors la grosse bosse du jour, le mont tauch, 800 de D+ en quelques kms... Après un dernier ravito, on attaque la montée. David vient de me doubler et on se suivra de loin toute la fin de course. La montée est pénible, sensation de m... me régale pas mais bon j'avance. Vers la fin je me fait doubler par un coureur... j'hallucine devant la taille de ses mollets... Christophe me dira le lendemain que le type a fait 60 à la réunion...!!! enfin j'entend la cloche de Mr claude sur le haut signe du sommet. Béatrice n'avait pas menti, sur le plateau c'est l'apocalypse, il fait un froid de gueux et le vent est tellement fort qu'il nous arrête !! Finalement j'arrive au dernier ravito avant Tuchan. Là je retrouve Zeze et Christian, j'ai pas faim pas soif malgrè leur gentillesse j'ai qu'une envie en finir. Ils me disent que les 2 devants ne sont pas loin, que je suis 15 et qu'il me reste que 7 bornes de descente mais attention c'est technique. Ca me fait du bien... plus qu'à se laisser glisser.... Je fais 1 kms et arrêt buffet, une crampe énorme m'oblige à m'arrêter en plein milieu de la descente... conséquence de mon pb d'hydratation. Je continue tant bien que mal. Au milieu de la descente je commence à remonter, je me dis que Zeze et christian ont oublié cette petite bosse... en fait il s'agira d'un coup de cul de 2 kms et 200 de D+... et dans mon état c'est très dur... ;-)... Merci les gars :-) !! Finalement j'arrive au bout de cette montée et voit Tuchan en contre bas... C'est bon... sauf que le vent redouble, je manque de me fracasser sur les cailloux acérés... suis vraiment pas bien, je marche dans la descente. J'échange quelques mots avec Michel qui prend des photos et je repars... Là un vieux point de côté... obligé de m'arrêter à nouveau, j'en ai marre... enfin je rentre dans Tuchan, arrivée dans la salle des fêtes, je vois Nico qui est là, il a abandonné victime d'une blessure, Xavier est en attente du kiné. Je suis 15 en 5h34 mais dans un état lamentable, je suis vraiment un abr... comment vais je pouvoir repartir le lendemain ??

 

 

 

Bon c'est pas tout ça... sur le ravito d'arrivée y a des san miguel, allez hop, besoin d'un remontant... j'ai du mal à marcher normalement. Après quelques minutes de récup on décide d'aller prendre possession de notre gîte, faut que je dorme, c'est vital !!

Nico, au fond du seau nous quitte, obligé de faire un calin, suis triste !!

Arrivée au gîte, c'est un dortoir, il y a d'autres coureurs avec nous dont un toulousain sympa. Je me douche et me piote... je dors... Xavier me passe son compex et je prend 25 mns de décharges électriques dans les guiboles. Le soir nous partons à Cucugnan, il y a la pasta party. Gregory nous a rejoint, il est sur la course des seigneurs le lendemain. Un apéro plus tard au jus de pomme (!) et quelques pates nous rentrons, 21h30 extinction des feux jusqu'à 5h30 le lendemain.

Après une nuit réparatrice nous nous retrouvons le lendemain à Cucugnan, nous partons avec les particpants de la course des seigneurs, je l'ai faite l'an dernier et j'ai beaucoup souffert... Avec 45 bornes dans les cannes de la veille ça risque d'être compliqué. Je décide donc de me positionner au milieu du peloton avec Gregory et laisser sagement partir les premiers... toute façon je ne peux pas faire autrement. J'ai également pris les bâtons en prévision de la ronda. Donc départ prudent, je discute tranquillement avec Christophe qui a fait la course en dedans la veille et qui va faire péter les compteurs sur celle-ci. Première montée tranquille, on bascule sur une grosse descente que nous remonterons pour finir la course. Dans la descente je croise Renaud qui ne fait pas encore de gainage et qui est très prudent suite à un accident à l'alberatrail me dit il. Fin de la descente je croise Gaetan, il me dit ne pas être au mieux... Je prend un petit rythme sympa sur le plat et suis rejoint par Gregory (on ne se quittera plus). Les kms suivants sont tranquilles, montées, descentes... finalement les jambes ne sont pas trop dures. Premier ravito à Duilhac et montée sur Peyrepertuse. Dans mon souvenir la montée était assez douce... le parcours a changé et on prend une montée sévère, je mène avec Gregory dans la roue, on reprend quelques coureurs mais sans se mettre dans le rouge. Pointage au château et on redescend. Nous reprenons 2 coureurs qui se sont trompés, David qui ne restera pas longtemps avec nous et Fabien qui nous propose de faire un bout de chemin ensemble. Il est sympa Fabien, me dit qu'il a fait 5ème à la grande traversée (j'ai fait 50ème) et 10au Citadelles... On va se suivre quelques kms mais son rythme est trop fort pour moi.

 

 

La montée sur le plateau n'est pas très dure, arrivés en haut, le paysage est somptueux, la vue sur le canigou et la plaine catalane est dégagée, c'est superbe. Cette portion est très sympa, roulante, tout va bien. Rattrapés par quleques coureurs, Fabien va partir avec eux et nous laisser. Avec Gregory on gère. Nous nous présentons en haut de la fameuse piste de ski... Misère vais y laisser mes sportiva (ouverte comme un livre) et obligé de m'arrêter 2 fois pour vider les chaussures des cailloux qui me lacèrent les orteils... Me régale pas sur cette partie. Arrivé en bas petit ravito et se présente à nous une portion de piste en faux plat montant. L'an dernier j'avais souffert sur cette portion. Là avec Gregory on est bien, quelques selfies pour les potes et tout va bien...

 

enfin le bas du château de Queribus... J'attaque la montée devant bien décidé à pas faire rire... Suis en pleine forme, tout va bien... Ca envoit le type là... Au bout de quelques mètres Gregory se porte à ma hauteur et me demande si ça va ?? Comment ça ça va ? T'arrives à suivre le rythme de dingue que je met ?? En fait suis à l'arrêt, m'en suis pas aperçu mais j'avance plus... Gregory me lâche et je suis rattrapé par plusieurs coureurs, j'explose complètement, je bois mais tout reste dans le bide, moment de détresse... comment vais je arriver en haut ?? Finalement j'arrive au ravito, Gregory m'attend, il semble en pleine forme !! suis obligé de m'assoir, Antoine, qui suit son beau père, prend des news, suis pas au mieux !!

 

 

 

Faut repartir et monter au château de queribus. On va pointer dans le château, le vent souffle grave là haut. En redescendant on croise la première féminine, vu son état de fraîcheur je suis à peu près sûr que je vais pas tarder à la revoir...

 

Direction les crêtes, la vue est extraordinaire mais le vent souffle toujours. sur ce passage on dirait un papi, je marche, fais attention ou je mets les pieds... Mathieu un pote de Romain nous double, j'ai l'impression de le voir voler sur cette partie très technique. Gregory reste derrière moi, il est vraiment bien et très sympa de rester là, je sens qu'il pourrait partir mais il a fait le choix de m'accompagner, c'est vraiment très sympa et je lui en suis très reconnaissant. La portion qui suit jusqu'à Padern a été modifiée, elle est roulante, je retrouve quelques couleurs. On retrouve le parcours emprunté la veille à 3 kms de Padern. Là je sais que ça descend puisque hier je suis monté. On passe à côté du château et on arrive au dernier ravito sur la place du village. Entre temps nous avons repris Mathieu qui nous a avoué être très fatigué.Je me pose sur un banc, je sais qu'il reste 6 à 7 kms dont 2 montées qui vont me faire du mal. Je bois mais je sens bien que ça a du mal à passer et pour la bouffe c'est pareil, ça passe pas !! Pendant cet arrêt, la première féminine nous rejoint, elle est fraîche comme une fleur, ça me met un coup au moral quand je vois mon état. Elle repart avant nous, on ne la reverra qu'à l'arrivée.

Avec Gregory nous repartons en marchant... On propose à Mathieu de nous accompagner. Ca permet d'échanger quelques mots pendant les quelues kms qui suivent. Enfin nous arrivons à l'avant dernière difficulté. Une montée sèche mais pas très longue, et là plus de son plus d'image. Je n'ai plus aucune force, mon ratage sur l'alimentation et l'hydratation vient de parler. J'essaie de prendre un truc, une barre isostar choco menthe...j'en ai plein la bouche, impossible de la manger, je suis obligé de la recracher. Suis au fond du faitout. Gregory me donne un gel coup de fouet, je repars... je m'arrête tous les 5 m pour reprendre mon souffle... Arrivé en haut, la crête en faux plat descendant sur laquelle je devrais voler est terrible pour moi... j'avance pas... Gregory m'attend, il est adorable... Enfin arrive le dernier mur, la montée est dure mais pas très longue. Là aussi vais m'arrêter tous les 10m, Gregory prenant le temps de rester là aussi. Mathieu nous a lâché. Le sommet est la délivrance, je sais qu'il suffit de descendre jusqu'à cucugnan, on voit d'ailleurs l'arrivée... Un petit selfie, dernière descente, petite remontée que Gregory me propose de courir mais je ne peux pas... C'est l'arrivée, on passe la ligne ensemble et on retrouve Xavier qui fera finalement 5ème de la course. Pour ma part j'ai perdu 3 places par rapport à la veille et suis 18ème. Gregory sera 34ème de la course des seigneurs mais il aurait pu faire beaucoup mieux si il ne m'avait pas attendu et soutenu.

 

 

Au final que retenir, un ultra doit se gérer, connaître sa véritable valeur est important aussi. Je l'ai payé au prix fort avec des sensations pourries, des problèmes gastriques, des crampes... Dans ce sport tu ne peux pas tricher et c'est ce que j'aime aussi. J'ai donc beaucoup appris sur moi et mon appréhension des prochaines courses.

Je retiens également des moments forts de partage avec les potes, xav, nico et gregory. Des rencontres avec Romain, Mathieu Pascal. Des échanges avec christophe (impressionnant traileur du caroux) et Fabien !!Et beaucoup de solidarité entre les coureurs.

Au niveau de la course, des paysages magnifiques, des bénévoles adorables et aux petits soins... et une course très dure !!

Côté matos, cascadia 9 le samedi et sportiva le dimanche. Batons 3 brins Leki !!

Bon allez, j'ai pris une semaine de repos et va falloir s'y remettre, dans 5 semaines c'est l'andorre avec ses 170 kms et 13500 de d+.

 

 

 

 

6 commentaires

Commentaire de mic31 posté le 23-05-2015 à 11:22:02

Très bon ton récit, un peu moins ta gestion de course ;-) Une expérience de plus pour affronter la suite. Et bravo, c'était un énorme morceau à avaler.

Commentaire de chris favre posté le 23-05-2015 à 12:28:51

Merci michel, effectivement gestion de course à ch... ;-)... mais bon ça apprend pour la suite et merci pour les photos !!

Commentaire de Berty09 posté le 23-05-2015 à 13:36:48

Les meilleurs courses que j'ai faites c'est quand la dernière s'était mal passée. Donc la prochaine course tu devrais bien t'éclater. Merci pour le récit. J'étais sur le 21k ce dimanche, c'était...plus court mais quand même des crampes sur la fin.

Commentaire de chris favre posté le 25-05-2015 à 11:57:26

Merci pour le post. J'ai lu ton récit, 12ème c'est une très belle perf... tu dois envoyer ;-). Pour la prochaine course ce sera en Andorre... une aventure d'une 50aine prévue... si tout se passe bien :-)

Commentaire de Yvan11 posté le 23-05-2015 à 21:43:50

Bravo pour ta course dans ces conditions. Et merci pour le partage, çà fait du bien de voir que les autres l'ont eu dur aussi ;-)

Commentaire de chris favre posté le 25-05-2015 à 12:00:31

Merci Yvan... oui j'en ai vraiment bavé... mais bon ça fait partie de ce type de course. J'ai vu d'ailleurs que tu t'étais déjà remis sur les sentiers. En tout cas me suis régalé sur ces 2 jours, super organisation et paysages magnifiques. Félicitations à toi d'avoir terminé, c'est d'autant plus dur quand on est pas bien, trouver la force mentale d'aller au bout et de se dépasser, c'est très fort !! A bientôt.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran