Récit de la course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 80 km 2015, par Piryfe

L'auteur : Piryfe

La course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 80 km

Date : 21/3/2015

Lieu : St Quentin En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 953 vues

Distance : 80km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

L'eco-trail comme un flash !

En ce samedi de fin mars, je ne suis pas très serein dans le sas de départ : 

Les 80 km qui me séparent de l’arrivée, le temps gris et le vent froid qui dissimulent encore le printemps sous un voile hivernal, n’augurent rien de bon.

Pire, j'ai les jambes molles...Déçu

J’écoute les plaisanteries d’Hélène et Pascale d’une oreille, et même les conseils de Fabien n’arrivent pas à me mettre dedans… Est-ce que c’est ça être dans sa bulle ?

« Pas trop vite le départ : moins de 10km/h…  faut pas se cramer … à partir de Meudon c’est là qu’il faut attaquer… s’alimenter régulièrement pour éviter l’hypoglycémie … limiter les gels pour éviter les problèmes d’estomacs… » Tout ça tourne en boucle dans ma tête.

 J’ai froid malgré mon coupe-vent manche longue … vivement le départ !

C’est parti ! Je m’élance, je déroule sur la prairie de la base de loisir, zig et zag, je m’infiltre, le peloton s’élargit tel un troupeau d’Elans…

Premier point de passage, premier chrono… ça bouchonne un peu… bip… je relance… le peloton s’étire, je ne vois plus personne, Hélène et Pascale sont derrières,  je suis dans ma course, à l’intérieur, je ne vois que des images en kaleidoscope, je double un bagnard et son boulet Rigolant, des photographes, des spectateurs…  mais je n’ai pas le SON.

Le rythme est bon, les jambes sont là … 30 mn passent… 11,8 km/h de moyenne : je suis au-dessus, tant pis, je me sens bien… je ne change rien.

Je pompe sur mon Camel toutes les 10mn … mon dosage à 45% fait merveille, pas de saturation en sucre, je bois et me désaltère…

23 km se passent sans histoire et j’arrive à Buc en 2h00.      

Banane, saucissons, fromages, Saint-Yorre (pour le ressort), TUCs à l’arrache… 2mn d’arrêt à tout casser… je repars en mangeant.

Seules les images défilent devant mes yeux....et je ne perçois toujours aucun SON.

Bonne allure, mon GPS est programmé pour vibrer toutes les heures et moi pour ingurgiter au même rythme une barre de céréales complète arrosée d’eau pure et une Sporténine à l'envie. Moyenne : 10,3 km/h.

Meudon l’observatoire 46km, vue imprenable sur Paris, je vois la tour Eiffel, longue boucle dans le parc de l’observatoire.

Les images ralentissent, et LE SON revient soudain! j’émmerge de mon mutisme  comme un violent retour à la réalité... Un flash… j’entends les encouragements « allez Pierre-Yves ! », les spectateurs applaudissent, je passe les bornes de l’observatoire après 4h40 de course dans ma bulle. je n'ai rien vu passé !

A peine une cinquantaine de personne sur ce ravito, Mon Camel est quasi-vide, les bénévoles m’aident à le remplir (merci à eux Langue tirée), une dose de poudre… je m’arrête un peu pour boire de la Saint-Yorre, je regarde derrière… peu de concurrents. Je ne vois toujours pas Hélène et Pascale. Je regarde devant, et un bénévole me dit : « vous êtes bien là… vous êtes même très bien… ».

Je prends conscience du chemin parcouru, mon GPS indique 1500 mètres de dénivelé alors que je suis à mi-course…bizarre.

Je repars, mes jambes sont plus lourdes. Mon allure diminue. La course commence vraiment maintenant pour moi.

Heureusement, le chemin est agréable, on passe dans la forêt pour rejoindre les étangs de Ville d’Avray et le paysage est superbe, quelques monotraces, je double, redouble dans les descentes au coeur des forêts de chênes... c’est du trail...

Racine.

Soleil.Criant

Chute.

Je suis à terre, jambes par-dessus tête, ma cuisse gauche me lance,  deux trailers s’arrêtent pour me relever (Merci encore !).  Ça va, un bel hématome, mais ma course ne sera pas entravée. Je relance.

C’est long, très long,  je branche mon MP3… c’est interminable… mes jambes sont raides… le ravito du 57ème km n’arrive pas. Je souffre en silence. Les 9km/h de moyenne sont durs à maintenir.

Heureusement ACDC tabasse et égraine ces longues minutes, une à une, au son de « Highway to Hell » Cool.

5h53 de course. Chaville Parc. je m’arrête. Une soupe. Je discute avec un concurrent assis. Je m’assois (!)

5 bonnes minutes d’arrêt. Hélène et Pascale n’arrivent toujours pas... je commence à prendre conscience de ma perf.

PAUSE.

Je repars plus tranquillement en compagnie d’Emmanuel, je le suis pendant 10km, mais il en a encore sous le pied l’animal Sourire.  Il me tire vers l’avant… puis me lâche, 2km avant le dernier ravito.

Ma moyenne tombe en dessous de 9km/h. Je "flambe" et mes braises se consument. La nuit tombe, et le froid me saisit.

Point kilométrique 70, mon temps de course est de 7h19, j’ai froid, je suis gelé. Je m’arrête pour la dernière soupe, tout en prenant le temps d’admirer la nuit qui allume Paris de tous ses feux. C’est magnifique !

Un bénévole m’aide à remettre mon Camelbak, une fois équipé de ma frontale et du brassard réfléchissant. Je repars dans le noir guidé par mon faisceau lumineux. Mon allure est moins rapide... maintenant, il faut arriver au bout...

Descente dans la forêt sur un chemin caillouteux, puis enfin, les interminables quais de scènes en travaux, je mange de la poussière au sens propre comme au figuré, le vent est glaciale, c’est laid… c’est tout ce qu’on fuit lorsqu’on fait du trail Incertain.

Mais, la tour Eiffel approche.

Les encouragements des spectateurs se font plus fréquents, je monte les dernières marches des quais, et j'apparais enfin sur le parvis sous les hautes lumières de la ville... la tour Eiffel m’écrase de toute sa hauteur, et la voix du speaker raisonne, les spectateurs sont là en masse dans la lumière et m’encouragent.

Quelques larmes....Moment d’euphorie ?!  c’est sûr... il est grand temps d'arriver je ne vais pas tarder à lacher Rigolant

La grande dame m’ouvre ses portes, je m’engouffre et grimpe l’escalier de fer…Mes jambes sont légères, et la dernière ascension se fait sans effort. J’arrive au premier étage, bip-bip.

08h38. L’écran indique 324ème position. Je n’y crois pas.

Fabuleux.

Pascale et Hélène arriveront 50mn plus tard après plus de 09h00 de course ensemble. Duo de Finishers main dans la main. Un très grand bravo !!!

A tous les bénévoles, et à l'organisation, un grand Merci pour cette fête du trail !!

 

 

                              

4 commentaires

Commentaire de celestcyr posté le 25-03-2015 à 21:15:42

résultat supersonic Mr!!!! félicitation pour ta perf...ça y est tu es devant moi...remarque cela me parait logique :)tu t entraines super bien...aucune raison que cela ne paye pas!!! j'ai privilégié le duo avec Pascale avec grand plaisir et comme ça je n'ai rien vu passer...ou presque ;)allez bonne recup car notre prochaine sera plus...comment dire...dénivelé!!!!!!!

Commentaire de Piryfe posté le 26-03-2015 à 14:13:38

Yoooohhhh! je suis encore surpris du résultat... l'entrainement paye, c'est vrai, et j'espère ne pas m'arrêter là !! En tout cas, je peux dire que votre Duo de choc m'aura permis de pousser la machine, car je m'attendais vraiment à vous voir me rattraper à chaque ravito :)
Bon, c'est vrai que l'éco-trail n'est qu'une entrée en matière sur cette distance ... mais cette course n'a que très peu de dénivelé, alors surtout je ne m'emballe pas, car la prochaine sera ma première véritable référence en montagne... Faudra que je suive tous tes conseils éclairés... hé oui, dans ce domaine c'est toi qui à l'expérience !!!
Bravo encore pour le finish de la tour Eiffel à toi et à Pascale... car il fallait tout de même les faire ces 80 bornes !!!!

Commentaire de nono's coach posté le 01-04-2015 à 15:19:08

Bravo piryfe, ça c'est du bon boulot
J'ai bien aimé ton phrasé poético-sportif.
Tu mérites ton classement...en attendant le vrai dénivelé!!

Commentaire de Piryfe posté le 02-04-2015 à 10:50:04

Merci encore pour tes conseils... et tes encouragements !!
Maintenant objectif montagne, la passion me gagne vraiment...
il va falloir renforcer les quadris et les isquios pour ne pas réveiller "Jo-la-crampe" dans les montées ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran