Récit de la course : 10 km de Caluire-et-Cuire 2014, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : 10 km de Caluire-et-Cuire

Date : 19/10/2014

Lieu : Caluire Et Cuire (Rhône)

Affichage : 799 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Guizmo

Guizmo


Un mois que mon kiki m'a quitté.

Je recours enfin après cette période difficile.

 

Mon chien Guizmo me manque énormément et la douleur a du mal à s'atténuer.

 

Je suis aux dix kilomètres de Caluire et Cuire.

J'ai eu raison de m'inscrire par internet à l'avance car il y a du monde.

 

Le 5 kil est parti pour un tour de circuit. Ca va vite.

 

Je me range sur la ligne de départ pas trop devant car ça va partir également à donf.

Je suis avec Didier et Nicolas de Bourg.

On veut tous les trois être proches des 40’.

 

Le premier kilo est en descente et nous passons, Nicolas et moi en 3’42.

Didier est un peu devant.

 

Il y a aussi Michael qui a couru la veille le trail d’Oyonnax. Quelle santé.

 

La montée est là et je l’aborde assez facilement.

 

Je rate le 2° kilo, mais je m’accroche à Nico, c’est dur quand même.

 

Le revêtement de la voie verte n’est pas top pour un dix km officiel mais bon c’est plaisant de fouler cet endroit.

 

Il y a du monde qui nous encourage.

C’est utile car la chaleur nous fait souffrir.

 

Le 3° kilo est en 12’ pile, puis le 4° au bout là bas avant le demi tour en 16’00.

Toujours du 15 à l’heure, donc.

 

La longue ligne droite sur la route est très usante et le rythme ralenti.

J’ai rattrapé Michael.

 

Un verre d’eau vite fait au ravito.

5° 20’26. C’est cuit. Moi aussi.

 

Il fait vraiment chaud pour ce mois d’octobre.

La 2° côte va avoir raison de moi et mon esprit tergiverse.

 

Je repense à mon chien qui doit me regarder en remuant la queue de là haut et il me faut un gros effort pour ne pas pleurer de nouveau et m’arrêter.

 

Je me concentre sur les autres concurrents sur cette deuxième voie verte et j’en rattrape pas mal qui craquent aussi.

 

La route est toujours aussi longue.

Nous passons en dessous de l’aire gonflable du départ puis nous virons à droite.

Moins de 500 m dont presque un tour de piste complet.

 

Ce petit faux plat je le mange tout cru et rentre sur le tartan.

Un petit groupe est devant avec un gars de Balan et une fille.

Je suis vraiment à l’aise sur la piste, comme d’hab.

 

Je passe ce peloton aux 200 et sprinte en emportant deux autres avec moi.

Au taquet je franchis la ligne en 42’19.

Plus de mille arrivants sur ce 10.

 

Mon pépère doit être fier de moi.

 

Je ferai encore mieux la prochaine fois.

 

Un ravito vite fait et je rentre chez moi où il y a un grand vide.

 

La vie est ainsi faite avec ses joies et ses tristesses.

Le sport est un fabuleux apport pour l’apaisement de l’esprit.

 

 

Adieu Guizmo, je ne t’oublierai jamais.



 

2 commentaires

Commentaire de Cocorosinette posté le 25-10-2014 à 20:57:41

Ce récit a fait remonter en moi les courses à pieds (il tirait tellement qu'à la fin j'avais plus mal aux bras qu'aux jambes !!) et les grands tours en vélos avec mon chien.

Le temps efface en partie la douleur, mais pas les souvenirs. Et là, je suis sûr que Guizmo et Genty courent ensemble.

Commentaire de Arclusaz posté le 26-10-2014 à 06:57:44

on le savait mais on relit ici que Gilbert, c'est un colosse au coeur d'artichaut (et ce n'est pas un reproche, ne change surtout pas).
Bravo pour ce rebond, Guizmo court avec toi.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran