Récit de la course : Trail Blanc des Coulmes 2014, par __icecool__

L'auteur : __icecool__

La course : Trail Blanc des Coulmes

Date : 8/2/2014

Lieu : Rencurel (Isère)

Affichage : 646 vues

Distance : 9.2km

Objectif : Se dépenser

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les bronzés font du trail

Ca fait des années que je cours, tout seul comme un grand, mais 2014 sera l'année des compets ou ne sera pas. Après quelques recherches sur le calendrier, c'est décidé, j'attaque la saison par le trail blanc des Coulmes. Et Didier mon beau-frère sera de la partie.

Le jour J, je suis fin prêt pour ma première course : enrhumé depuis 10j, pas couru depuis 10j, mal à la gorge dès le réveil, le-top ! Après une journée de misère à base de pastilles, d'inhalation d'essence de plantes à la c... j'ai récupéré ma gorge mais peut-être pas le souffle. Qu'à cela ne tienne, départ à 15h30 pour le col de Romeyère.

Arrivée sur place parmi les premiers vers 16h20, retrait des dossard, un buff (enfin, un "morf") orange en cadeau. Allons donc faire un bout de reco sur le début du parcours. La piste est large mais ça monte d'entrée de jeu. Au bout de 300m, Didier se gamelle et je me dis que mes chaînes  (version "ezyshoes") ne seront pas de trop. En mode "les bronzés font du trail", on manque se paumer au retours de la reco (non mais je te jure ...).

Retour voiture, fixation du dossard, des chaines, du bonnet, ... et en avant pour le pas de tir. Je repère le bouk et albacor38, plus un gars déguisé en vache (?!), un autre en volatile jaune (race indéterminée). 5 4 3 2 1 ... départ !

Je gère le début comme un chef Cool, en partant trop vite Déçu, mais sur le coup je me sens bien et je me dis que ça ne sera pas plus mal pour le premier rétrécissement. La sanction viendra plus tard...

Au moment où je rejoins le bouk, mon application de tracking GPS décide de parler : durée de course, temps au Km, temps sur le tronçon, temps moyen, bla bla bla. Je me fais illico chambrer, normal. Le téléphone étant au fin fond d'une poche, je renonce à lui couper le sifflet; j'y aurais donc droit toutes les 5' jusqu'à la fin (on se sent moins seul ...). Merci runkeeper.

Le premier coup de barre m'attrape par surprise et je cale sur au Km1 sur un raidillon de 10m. Je me fais enrhumer (encore) par Didier. La galère annoncée se confirme. Pendant que le beauf s'envole, j'allume la frontale et je passe en mode "je cherche mon rythme d'asthmatique". On se relaie avec une veste jaune - sympa - pendant que dans la montée au-dessus on entend les cris de chamois (ou du bouk).

Bifurcation : fini la piste, bonjour la puff. Grâce à mon physique poids plume, je ne m'enfonce qu'un pas sur 4. C'est à ce moment que la neige se met à tomber, tout comme le coureur devant moi. 100m de plus et je manque me gamêler à mon tour et première perte de chaîne en prime. Je la remets tant bien que mal.

Petit à petit la piste s'aplanit et on attaque la descente tandis que la neige se change en giboulées. Les traces de pas se changent en chausse-trappe. Je m'enfonce tellement que je m'appuie parfois sur les bords du chemin avec les genoux ou le haut des cuisses (je ne fais que 1m80). Pendant une seconde de lucidité, je remercie/plains les premiers qui ont fait la trace. Didier devant fait une crise de Jean de la Tourette, c'est moins poétique que les cris des chamois.

Re-perte de chaine, suivi d'une perte de chaussure Criant. Je n'arrive pas à profiter de la descente mais je gratte quelques places. Je rattrape même Didier, perdu de vue depuis le premier raidillon. A peine le temps de me réjouir, parce que le bougre se sent pousser des ailes en retrouvant la piste de fond. Lui qui soi-disant n'aime pas les descentes, il me tient à distance. Au moment où je sens une opportunité de dépassement dans le dernier petit passage en single, deuxième perte de chaussure (#&@!). C'est mort, je ne le reverra plus, et je perds une place en prime.

Je fais le dernier final en solo, en me demandant si c'est bon ou mauvais signe. Je passe la ligne d'arrivée sous les encouragements, je ne sais pas si c'est mérité mais ça fait chaud au coeur.

Bilan de la course: 22e sur 72, ça pourrait être pire. Je mets environ 10' de plus que mes repères sur ce genre de profil sur terrain sec. Pas si mal.

Côté matos, j'ai perdu 2 fois une chaine, que j'ai fini par enlever. Autant c'est top sur glace, autant c'est pénible en neige profonde. Sinon, les lacets élastique (xtenex) c'est très confortable mais ça tient moins bien la chaussure. Si tu t'enfonces dans un trou, tu risque d'y laisser ta chaussure.

Un sans faute pour la soirée : bon repas et bonne animation. Un grand merci aux bénévoles, au groupe de musique, à Monsieur le maire (c'est un collègue de boulot).

Je prends rdv pour le 8 juin, même équipe même endroit.

3 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 10-02-2014 à 21:37:28

Non mais Fred, toi tu déboules, là, comme ça, tu nous claques une 22ème place, là comme ça, et môssieur nous livre un récit débilement poilant, là comme ça ! Quelle entrée en fanfare !!! Tu me rappelles le type déguisé en vache.

Ceci étant je suis choqué : toi qui remontait sportivement le beauf, voilà que les Dieux du trail s'en mêle (ainsi que l'esprit sportif méprisable de Didier)... Vivement la revanche !!!

ET POUR INFO ET C EST VALABLE POUR TOUT LE MONDE QUAND JE BEUGLE IL FAUT FAIRE ECHO SINON CA SERT A RIEN !!! (ça c'est dit :-) )

Commentaire de Albacor38 posté le 10-02-2014 à 21:50:05

Salut __icecool__ tu sais que ton récit est terriblement humiliant pour moi !
Non mais imagine, le mec il perd ses chaines 2 fois, il perd une pompe, il perd son slip et il me met presque 6mn ! Dis moi pas qu'en plus tu t'es arrêté consulter tes mails sinon j'arrête la CAP et je me met au macramé...

Au plaisir de te croiser de nouveau 12C4 __icecool__ !

PS: 72 partants mais 3 récits. (Et même 4 avec celui de l'ami Ross) si ça c'est pas la preuve que c'était sympa !!!

Commentaire de __icecool__ posté le 11-02-2014 à 13:42:18

Merci pour les commentaires j'en rigole encore.
A bientôt, peut-être à la fée blanche.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran