Récit de la course : 100 km du Val de Somme 2013, par Vivien (100bornard1022)

L'auteur : Vivien (100bornard1022)

La course : 100 km du Val de Somme

Date : 12/10/2013

Lieu : Amiens (Somme)

Affichage : 568 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le retour de la PATATE !!!!

Il y a des jours comme ça, où on se fixe des défis, sans savoir trop où l'on va. Après une préparation effectuée plus ou moins au débotté, voilà que la sortie du Tome numéro 2 de

"Céline, Luc et Vivien: les centbornards ont la PATATE ...".

Le Tome 1 ayant recontré un certain succès, une suite s'est logiquement faite attendre. Et la voici. Tout d'abord, une petite présentation des principaux protagonistes:

-Luc, centbornard "coup de poker" en 2012 dès son premier essai à Steenwerck (et après ses péripéties de fin 2011...), qui confirme et progresse à pas de géant à Steenwerck puis Cléder cette année.

-Moi même, centbornard depuis 2007, dont le record personnel à ce jour est de 12h 53min et 13 sec (Steenwerck 2012) et auteur d'une arrivée groupée et pleine d'émotion avec Luc cette année (13h 59min 59sec).

-Céline, ma fidèle destrière sur les 100 km de Steenwerck depuis 2011. Elle prend un peu la succession (si l'on peut dire) de Valérie, ma première accompagnatrice sur un 100 bornes: c'était à Steenwerck en 2010.

Voilà pour les acteurs. Parlons maintenant un peu du décor.

Amiens. Barrière horaire: 14 heures pour 100 kilomètres. Celà veut donc dire que (si nous ne voulons pas être hors délai):

*Luc devra réaliser l'un de ses deux meilleurs temps (donc faire mieux que Steenwerck cette année).

*Je devrais signer l'une de mes trois meilleures marques sur cette distance. Wow ... Big Balls !

Nous arrivons à Amiens quelques heures avant le départ, et après quelques pérégrinations pour trouver le lieu de départ (aucune signalisation digne de ce nom de l'épreuve dans la ville), nous arrivons presque par hasard au village départ. Le temps de se mettre en condition, de déconner un peu et l'heure fatidique approche à grands pas.

6 heures du matin. L'aventure amienoise est bel et bien lancée. C'est donc parti pour une "petite coursette bien sympathique". Le temps de se mettre en jambes, les kilomètres dans la ville défilent à bonne allure, et nous ne manquons pas de repasser par 2 fois près du départ, Céline jouera la reportrice photo, étant donné qu'il ne nous a pas été possible de lui procurer un vélo afin qu'elle puisse nous suivre à la trace nous accompagner tout au long du parcours. Bref, nous voilà donc bels et biens lancés sur la piste de ces 100 km du Val de Somme.

On est bien, hein Tintin !

L'idée de Luc est de partir fort, en effectuant une première partie un peu soutenue, avant de relâcher un peu la bride sur les 50 km suivants. Mon camarade prend ainsi le commandement des opérations en passant premier de cordée sur ladite partie. Il faut avoir passé le 42ème kilomètre avant que n'ait commencé l'épreuve du marathon (le départ est donné à 11h 30).

Mais dis donc, on n'est quand même pas venus pour beurrer des sandwichs !

Luc a une bonne PATATE, quand à moi, au fil des kilomètres, celà ressemblerait presque plus à de la purée qui a un peu mal tournée. Enfin, pas tant que ça en fait: record perso sur marathon pour ma pomme (04h 13min 23sec), Luc continue d'envoyer. La mi-course est passée après un peu plus de 05h 07 minutes, puis mon record perso sur 06 heures est battu lui aussi (Luc aussi s'y connaît "un gros peu" avec trois 6 heures effectués en 6 semaines ... ce canard là ne reste pas dans les WC Clin d'œil) . Enfin bref, maintenant, nous allons nous mettre à profiter pleinement du paysage éclectique qui nous est offert: des faux plats sur 70 bornes, de longues lignes droites qui font parfois jusqu'à 5 ou 6 kilomètres, des bénévoles toujours sympathiques, prévoyants et investis à 100 %, des chemins de halage le long des berges de la Somme, des paysages surprenants et apaisants. Bref, tout les ingrédients sont réunis. Et au fil des kilomètres, je retrouve une bonne PATATE moi aussi et prend peu à peu le relais de Luc qui a vraiment abattu un très gros travail auparavant. Nous rejoignons petit à petit Philippe, qui complètera la troupe. C'est un centbornard rompu à l'exercice lui aussi : Steenwerck figure également à son tableau de chasse. A trois, celà n'en sera que meilleur encore. Nous ne lâchons rien afin d'aller chercher tout ce que nous pouvons. Et au fil des kilomètres, le résultat se dessine peu à peu: moins de 13 heures, puis moins de 12h 45 minutes, et puis, soyons fous: pourquoi pas moins de 12 heures 30 minutes. Alors que jusqu'au 50 ème km au moins celà nous semblait de la pure science-fiction, nous y croyons avec de plus en plus de conviction. Au dernier ravitaillement, les bénévoles nous donnent une idée plus précise de ce que nous pouvons finalement viser. Mais là, il faut bonifier toute cette besogne: nous ne trainons pas, d'autant qu'il n'y a plus de signaleurs sur les derniers kilomètres de l'épreuve, ce qui rend le parcours plus difficile (moins visible et moins sécurisé).

"Et c'est donc parti pour l'emballage final, toujours en compagnie de nos trois compères qui en ont encore sous la basket..."

L'arrivée est émouvante au possible, nous avons tout donné et le résultat est finalement pour nous tous au delà de nos espérances, supérieur à tout ce que nous pouvions (raisonnablement) imaginer. C'est donc

"tous ensemble, tous ensemble ouais..."

que nous franchissons la ligne d'arrivée en 12 heures 04 minutes et 18 secondes.

"Chauds, frais, mais pas fatigués"

(enfin si, un peu quand même Clin d'œil). Un Gangnam Style plus loin, on refait le match. Nous débrifons tout celà autout d'une bonne boisson avec Céline, qui aura maintenant pour mission de nous ramener à bon port en toute sécurité.

 

Quelques réactions peut être ?

- Céline (le 11 octobre): "Luc et Vivien  H-9 guys !"

- Luc (le 13 octobre): "100 km d'Amiens sur les bords de la Somme hier en compagnie de l'inusable Vivien: température un peu fraiche, parcours plutôt exigeant (tout en faux plats montants et descendants), bénévoles prévenants et souriants, très heureux d'avoir croisé ch'ti vincent, Baboune et Land Kikour, quelques rencontres sympathiques au fil de la course pour terminer en 12h 04 et quelques secondes, record sur 100 bornes explosé pour la 3è fois cette année! (genoux explosés aussi d'ailleurs ) bon je crois que je suis calmé pour un petit moment."

- Vivien (le 14 octobre):"Oui, comme le dit Luc, je suis très heureux de vous avoir croisé une voire plusieurs fois: les inévitables baboune et ch'ti vincent et donc Land et boucanier pour la 1ère fois (mais sans doute pas la dernière). Félicitations à tous, Amiens is magic ...

C'était un très grand moment !
@ bientôt j'espère"

En résumé "12 heures 04 minutes et 18 secondes de bonheur intense ... (records du marathon, du 6 heures et du 100 km explosés...)"

Et puis la fin de l'histoire, c'est CHAMPAGNE , histoire de fêter ça comme il se doit !


Nous avons une de ces PATATES ...



(To be continued ...)

3 commentaires

Commentaire de ArkaLuc posté le 21-11-2013 à 07:24:31

Très joli récit, plein d'émotion, vivement la suite ;)

Commentaire de Mustang posté le 21-11-2013 à 08:34:39

très sympa!!!!bravo!

Commentaire de Coxluc posté le 05-10-2017 à 19:05:05

Beau récit
2018 je décide de me lancer sur le 100 mais en marche
pouvez m'aider ? je recherche un plan d'entrainements
merci

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran