Récit de la course : Trail Verbier St-Bernard - La Traversée 2013, par Krum

L'auteur : Krum

La course : Trail Verbier St-Bernard - La Traversée

Date : 6/7/2013

Lieu : Verbier (Suisse)

Affichage : 904 vues

Distance : 61km

Matos : Chaussure Saucony Exodus 3 (un peu lourde)
Corsaire Salomon
Tee Shirt Technique
Sac avec poche eau de 2 litres

Objectif : Objectif majeur

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail Verbier-St Bernard - La Traversée 2013

Trail Verbier 2013 "la Traversée" 

 

Samedi 06 Juillet 2013, il est 10H00 et il fait déjà chaud dans l'enceinte de départ de la Fouly pour  cette 5eme édition du Trail Verbier 2013.

La musique bat son plein et les frissons sont bien la, le compte à rebours est lancé 5,4,3,2,1... et c'est parti pour 61 km et 4000 d+ Cool

Le début du parcours est tranquille, on suit une petite route en léger faux plat parfait pour se mettre en jambe.Sourire

Au bout de 2 à 3 km on attaque la 1er montée et ça bouchonne dur, il y a toujours des malins qui passent en dehors du sentier pour gagner quelques places ça a  le don de m'énerver ...Jean Paul est déjà devant, je suis philippe, Pascal ayant légèrement décroché et florence l'accompagne.

Les pentes commencent à être bien raides et les bâtons sont déjà utiles.

On traverse les premiers torrents et plaques de neige, je bois régulièrement et je mouille ma casquette car la température continue de grimper.

J’atteins le 1er col et les premiers 1000 D+ au col de fenêtre.Langue tirée
On entame la descente dans les névés, tout se fait en glissade façon luge car impossible de rester debout, je rattrape philippe qui a du mal à se laisser aller dans la neige.
On reste ensemble jusqu'au col des chevaux et le 1er ravitaillement liquide, je bois un coca et un verre d'eau et j'inaugure ma nouvelle tasse pliable Raidlight acheté pour l'occasion. 
Je remplis mon camel back et je repars légèrement derrière fifi.

La descente est technique, raide avec des pierres qui incitent à la prudence, je prends mon temps, puis viens une portion plus roulante j'en profite pour manger une barre et laisse filer philippe qui a pris un rythme plus élevé, il me tarde d'arriver au ravitaillement solide car je n'arrive pas à trouver un bon rythme, je reste avec quelques coureurs sans vraiment échanger chacun étant concentré dans sa course et en plus je ne sais s’ils parlent le français car il y a beaucoup d"étrangers sur ce trail.


Enfin le ravitaillement,Avare fifi est déjà à table est mange ses pâtes, je vais m'en chercher une assiette avec du jambon et du fromage car j'ai envie de saler.
Arrive Hervé, suivi de près de Flo et Pascal, tout le monde a l'air de souffrir de la chaleur surtout Pascal qui me dit ne pas se sentir au top et court en mode rando-course.

Je ne traîne pas trop et remplis de nouveau mon camel-back, j'emboîte le pas d'une femme avec qui j'ai parlé un peu car on était à la même table, bizarre,  elle ne prend pas la montée, je la rappelle mais me dit que pour elle c'est finie, elle arrête là . Je regarde ma montre 13H00 et j'ai une pensée pour ma chérie qui prend le départ du 29 km  à Liddes, j'espère que tout ira bien pour elle car c'est son premier "vrai" trail de montagne. 

Je monte en compagnie d'un Italien, nous doublons quelques coureurs qui nous redoublent plus loin, on joue à  chasse patate lol.Clin d'œil

La montée n'est pas vraiment raide mais longue très longue.. 11 km pour 800 D+ et la chaleur est toujours là pesante, alors je bois et me force à manger ou plutôt à grignoter, de temps en temps je jette un oeil en arrière il me semble voir Hervé avec le maillot de rando mais devant plus aucune trace de Philippe et encore moins de Jean-Paul, faut dire que pour eux c'est un trail de prépa pour la CCC pour fifi et l'UTMB pour jean-paul vraiment costaud..pour moi c'est l'objectif de l'année lol .

Il y a parfois des portions plus planes alors je m'efforce de courir un peu, juste pour changer de rythme et ne plus forcer sur les bâtons.

Enfin j'aperçois la cabane des Milles, une femme me double et m'encourage, je la remercie mais dur de se faire doubler ainsi.Bouche cousue.. j'arrive au ravito, le vent rafrachi un peu l'air et j'apprécie, je mange quelques bouts de bananes avec du chocolat et bois un bouillon de soupe toujours envie de saler. Puis je  décide de changer de chaussettes, surpris je vois Flo arrivée toute seule ? Elle me dit qu'Hervé a explosé dans la montée et que Pascal et juste derrière, je remplis le camel back et repart et croise Pascal qui arrive, il va mieux depuis que la température a redescendu.
Mon GPS indique 36 km alors que les roadbook marque 38 km je préfère croire le roadbook lol... les jambes se font lourder, je prends 2 sporténines et me console en sachant que j'ai 11 km de descente. J’essaye de courir et de marcher quand c'est trop raide, je prends le temps d'admirer le paysage et de ne pas trop me fixer sur ma montre, déjà 8 heures de course, je me dis que ma chérie doit bientôt arrivé ou qu'elle en a presque finie.Bisou

Je reste en contact avec les mêmes coureurs que la montée, des débuts de crampes se sont sentir sur le dessus des cuisses mais les mollets tiennent bons pourtant se sont mes points faibles.
Je prends régulièrement de la sporténines et avale mon 1er gel.Incertain


Au bord de la route j'aperçois notre  groupe d'accompagnateur de rando, Francoise, Marianne et Anne ça fait du bien de se sentir encourager, je passe en fanfaronnant ,j'invite un coureur à courir il me dit que j'ai raison et on court ensemble les derniers km mais suis heureux d'arrivée au ravito de Lourtier.Langue tirée

Sur place je retrouve Daniel, il est heureux de me voir et lui demande de me prendre une soupe de pâte, il y a philippe un peu surpris de le voir la je pensais qu'il avait plus d'avance. Il n’a pas l'air super mais bon moi non plus alors... la soupe  est brûlante, je la refroidis avec du coca.
Finalement ça passe bien, je regarde mon camelback, je le remplis  avec de la boisson énergétique car je sais que la dernière montée et ces 1200 D+ et hard très hard. Je repars la soupe-coca m'a fait du bien, mais qui je vois devant moi ?? Jean Paul changé, douché, grand sourire, je me dis ce n'est pas vrai déjà arrivé et lui dit qu'il m'énerve. En fait c'est pas ça. il a abandonné à Lourtier car des problèmes avec ses chaussures, elles lui fessaient trop  mal aux pieds (un vieux briscard qui fait encore des erreurs de jeunesse)Embarrassé


9 heures de courses, pour Viviane c'est sûrement bientôt l'arrivée et j'espère entendre son sms. Je me dis qu'il est possible de rentrer en moins de 13h00 reste moins de 12 km cela me donne du baume au cœur mais cela n'a pas vraiment duré...


La montée se fait de plus en plus raide, les jambes, les épaules, les bras tout fait mal. en plus je monte à 2km/h selon mon GPS, je commence à râler pas bon signeCriant..... maigre consolation je ne suis pas le seul...
Au bout d'un énieme virage qui je vois assis en train de grignoter ! je vous le donne dans le mille.. mon FIFI ...je lui demande comment ça va ? 
 Il me dit qu'il est crampé et qu'il attend que cela passe, je lui propose de la sporténine mais il en a encore. J'hésite à repartir mais si je me refroidis j'ai peur de ne plus repartir alors je reprends mon rythme de tortue anémique (expression de mon amour.)
Les heures passent et les moins de 13 heures avec... je prends mon dernier gel pour finir cette P.. de montée.

Je  sors du bois, et il me semble que la montée soit moins rude, je passe devant 2 coureurs qui montent encore plus doucement que moi et oui c'est possible…mdr.Sourire
La nuit tombe et j'installe ma frontale. Je regarde mon GPS. 52 km 3800 m D+ de dénivelé en principe 'y en reste plus que 200  D+, j'aperçois enfin le ravito de la Chaux et le téléphérique super j'y croyais plus. Je regarde mon GPS mais la batterie à rendu l'ame à mon autre montre 12 h00 de course et il reste 7 km de descente.

Je bois un verre de coca et grignote des bouts de barres céréales, il n y a plus de soupe... dommage, je regarde mon camel bac il reste 1 litre je décide de repartir sans le remplir cela devrait faire l'affaire.

La descente n'est pas trop raide mais cela fait mal aux muscles des cuisses, je cours à l'économie et essaye d'accélérer dans les portions plus roulantes, je double quelques coureurs mais d'autres me passent devant aussi donc je me dis que je me maintien.
Quelq'un me demande combien il reste de km mais je suis comme lui j'espère le moins possible...
Je croise un homme sur sa terrasse il me dit encore une heure de descente "menteur.Criant
Enfin 2 jeunes me rassurent à lors GPS il ne reste plus que 2 km , je jette un oeil à ma montre , 13h00 de course.

Depuis un moment je vois les lumières de la ville de Verbier cela m'encourage à courir un peu plus vite mais les crampes arrivent de plus en plus vite aussi. Enfin un signaleur crie reste 
 - "500 m tout en descente" .
Cool... bizarrement j'ai moins mal aux jambes et courir dans la ville avec les gens qui vous applaudissent cela vous booste un max. .
j'essaye de voir si mes amis de rando et ma chérie sont la... mais non personne, tant pis j'aurais aimé voir ma belle à l'arrivée et lui faire un gros bisous... encore quelques mètres et voila le bip de la puce retentit une dernière fois. 13H21mn59s - 229 eme sur 384 arrivants, pas mal pour mon age.


Un dernier sourire pour la photo finisher et une part de pâtes plus une bière  pour se requinquer.

Voila, encore une aventure qui se termine reste plus qu'a bien récupérer en pensant à la prochaine.En pleurs

 

PS : Ma princesse a bien réussi son premier trail en 6H48 et 88eme sur 247. 
Bravo mon petit cœur d'amour.Bisou

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran