Récit de la course : Championnat de l'Ariège de Cross 2013, par Berty09

L'auteur : Berty09

La course : Championnat de l'Ariège de Cross

Date : 13/1/2013

Lieu : Le Carlaret (Ariège)

Affichage : 523 vues

Distance : 8.2km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

terrain de jeu

   

     Je suis au départ de ce cross et c'est finalement le plus important. Les soucis de genou; après échographie, psychologue, gourou et kiné semblent s'éloigner. Je reviens donc avec plaisir patauger dans la gadoue en compagnie d'autres grands gamins comme moi. On râle tous de ce temps pourri qui nous frigorifie mais personne n'aurait échanger ce grand terrain de jeu contre un autre plus sec.


     Peu de monde au départ de ce cross, comme chaque année en Ariège, mais que des motivés. Cette course n'est pas un objectif important. C'est ma sortie cross de l'année. Je viens me rassurer sur la forme du moment, je veux éviter la blessure...Et comme d'hab, je viens aussi en découdre, que diable!


     Au programme, 8.2 km d'un terrain herbeux, boueux, parfois marécageux. 7 tours et pas un de plus cette année!!! Certains me rappellent avec ironie que l'an dernier j'avais été le seul à boucler 8 tours et proposent de me compter les tours. Ok, pas deux fois. Je garde la tête froide cette année.


Thaïs en action



Berty à l'échauffement


     Ma grande fille inaugure la première course et cale un peu en chemin. Je souffre pour elle et l'aiderais bien un peu...Elle s'accroche et finit bien. Ok, à moi de jouer maintenant. Je viens de faire le circuit pour m'échauffer et un premier constat s'impose: sans pointe, ça glllllisssse. Pas question d'attaquer, il faut ralentir dans les virages et privilégier l'herbe à la bouillasse. A partir de là, ça passe.


Ready?


     Départ dans quelques secondes. Le pistolet s'enraye ou le pétard est mouillé. Bref, petit retard à l'allumage... On se caille mais l'esprit est bon enfant. Bang! Ouf, on va pouvoir se réchauffer. On est une quinzaine au départ. Les six premiers sont vite hors de portée. Devant moi, deux Couseranais partent sur un rythme légèrement supérieur au mien. Je ne veux pas les laisser partir mais je crains qu'en les accrochant, je ne parte en surrégime.


Le quatuor de tête


Concentré


     Trés vite, je me rends compte que ma course va se jouer entre ce duo, parti devant moi, et ma capacité ou non à les rattraper. Je suis plutôt confiant. L'écart se stabilise à 20m et je reste concentré sur mes sensations, sur la recherche de la meilleure accroche et sur la bonne gestion de l'effort. Les tours s'enchainent et les positions demeurent.



Benjamin et son dauphin



Pas trop le temps de sourire


     A chaque tour, ma fille me rappelle qu'ils sont tout proche et que je vais les reprendre. Je continue d'en être persuadé et je me rassure en me disant que leur avance n'augmente pas. Je repère les endroits dans le tracé ou je regagne du terrain pour pouvoir produire mon effort à cet endroit si je décide de les attaquer. Je repousse à plus tard, le moment où je vais enfin pouvoir accélérer.


Avant d'attaquer la p'tite descente


     Berty, réveille toi! On est au dernier tour. Si tu te bouges pas maintenant, ça va être cuit pour toi! Ok, ça va je gère... En fait, je gère rien du tout. Au contraire, je me fais ballader depuis le début de la course par ce satané duo. J'essayerai bien, dans la dernière côte, de forcer un peu pour combler le retard mais ils accélèreront tout de suite après pour reprendre imperceptiblement les 10 à 20 secondes suffisantes pour que je ne revienne pas.


Les satanés Couseranais (au loin, mes guiboles)


     Chez les cyclistes on appelle ça une course en chasse-patate et ça fini toujours mal pour le gars isolé. Cette fois-ci, c'était mon tour. Sûr, ça me servira pour une prochaine course. Au final, malgré cette course mal gérée, je finis heureux de cette après-midi de chien. Pas de bobo, le rythme de course était bon, un état d'esprit réellement convivial et une bonne bagarre dans la boue. Tout ce que j'aime finalement.



    Merci Thierry pour l'illustration

3 commentaires

Commentaire de zidoc posté le 19-01-2013 à 12:09:23

Idéal pour perdre les kilos de Noel! (enfin je parle pour moi...)
Joli récit.

Commentaire de laulau posté le 20-01-2013 à 14:35:59

Belle bagarre...tu les auras la prochaine fois ! Bon, le mec en bleu, il est quand même bien bâti et c'est pas un coup d'épaule dans un virage qui va l'ébranler !
Vive le cross !

Commentaire de Yvan11 posté le 20-01-2013 à 18:34:01

Bel effort et superbe dernière photo !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran