Récit de la course : Trail du Lac d'Annecy - Technica Maxi Race 2012, par Philippe8474

L'auteur : Philippe8474

La course : Trail du Lac d'Annecy - Technica Maxi Race

Date : 27/5/2012

Lieu : Annecy (Haute-Savoie)

Affichage : 1255 vues

Distance : 86km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

En duo avec mon Fredo

Par ici le même récit sur mon blog:

 


Et sinon ici, ça donne:

 

 

 

Petit récit rapide car écrit fin juillet alors que la course a eu lieu le 27 mai. Boudiou… le temps passe trop vite

 

Dimanche matin, petit jour, je gare ma voiture sur le parking d’Albigny. Je rejoins Fredo. Et on sourit…. Qu’est-ce qu’on fout là ?

 

Si ce n’avait pas été une course en duo, je ne pense pas que j’aurais pris le départ : depuis le 1er janvier, j’ai109 km dans les jambes en 7 sorties, dont 3 dépassant à peine 2H00. Je n’ai pas couru du mois de mars complet. Je me suis blessé au mollet en avril… bref je ne sais pas du tout comment je vais pouvoir réussir à boucler les 35, puis15 km de mes relais !

 

Sans l’émulation du duo, ça aurait été niet…

 

« Heureusement » mon « niveau » actuel ne devrait pas trop nuire à notre course vu le très haut degré d’entrainement annoncé par le Fredo. Mais comme toujours méfiât avec le bonhomme, même si l’entrainement n’est pas au top, le gars a de la ressource !

 

Départ donc du Fredo qui se met en queue du peloton ; je me place500 maprès la ligne de départ mais je ne le voie même pas passer.

 

Je monte en voiture au sommet du Semnoz, me change, essai de dormir un peu, … et manque de me faire surprendre par le Fredo qui déboule loin de l’arrière du peloton !

 

Allez c’est parti c’est mon relais…

 

Et j’ai tout de suite du mal… pas de secret je ne vais pas avoir des jambes de feu par la magie du Saint Esprit. La preuve : j’ai du mal à être dans le rythme de ceux qui se sont en train de se taper le tour complet.

 

Bon je ne m’excite pas : je me réfugie dans ma bulle, la programme sur mode gestion et je laisse le temps filer…

 

Descente je n’appuie pas trop pour ne pas me cramer… et aussi parce que je ne peux pas beaucoup plus !

 

Panneau de direction indiquant les grottes de Banges : ouh, là, là, la vache, on est descendu si loin que ça ! Et faut aller à Doussard : ça va être long !

 

Cheminement jusqu’à Bellecombes en Bauges : je gère…

 

Montée Col de la Frasse : je n’avance pas là, hein… c’est normal tout ce monde qui me passe ?

 

Bon discute pas, monte et gère !

 

Col de la Frasse : je m’arrête un peu et en profite pour regarder un peu autour de moi. Je grignote un bout et me lance dans la descente.

 

J’en profite pour enlever un T-shirt (suis parti avec 1 débardeur + 1 T-shirt). La fraicheur me relance un peu (ce sera ma meilleure partie de ce relais)… avant de retomber sur une partie bitume : là je paye cash, les crampes affleurent, pas le droit de forcer, j’accuse le coup, passage longuet pour moi.

 

Passage à Doussard, puis bitume jusqu’au gymnase : ça ne colle pas pour moi, je crampe, suis obligé de marcher un moment. Puis je finis par me remettre à trottiner très léger. Fredo me rejoins, je suis sec. Et suis aussi bien content de lui filer le relais !

 

Le voilà parti…

 

A moi le ravito

 

Je suis vraiment sec : comment je vais faire pour mon deuxième relais ?

 

Bon d’ici là, j’essaie de soigner mon hydratation, et ne m’éternise pas trop à Doussard.

 

Arrêt au bord du Lac avant Talloires, je passe environ 3/4 d’heure les jambes dans le lac. Je mange, puis file à Menthon.

 

Je me prépare, voit passer Juju sur la marathon Race, puis le Yo. Je rejoins Sab et Mélie pour attendre Fredo.

 

On est rejoint par ma Céline et Jo, puis Gillou.

 

Fredo finit par arriver, bien cuit-cuit apparemment.

 

A moi !

 

Je sors du gymnase, on part sur le bitume pour remonter vers Bluffy…

 

Vache, ça fait mal !

 

Gillou me rejoins un peu au Col et marche avec moi 5 min. Je suis inquiet mais le fait de discuter me change un peu les idées.

 

Gilles part vers l’arrivée et moi, je finis par atteindre le sentier dans le Veyrier. La montée, je me la gère comme il faut, et malgré tout, je suis sur un rythme légèrement supérieur aux coureurs du Marathon Race, donc je remonte et c’est bon pour le moral.

 

Le col des Contrebandiers arrivent finalement « assez » vite. Je négocie la dernière montée toujours sur mon petit rythme. Puis les crêtes du Veyrier et la descente : je connais tellement par cœur : ça aide pas mal. Et me permet à m’obliger à courir et à garder un rythme.

 

Comme l’an dernier, je croise Lucas Humbert (rencontré lors du Défi de l’Oisans 2009) dans l’orga de la Maxi race, qui me reconnait encore moins immédiatement avec la barbe.

 

Puis c’est la descente finale, j’arrive à tenir mon rythme puis petit port, je marche100 mpour éviter les crampes, puis trottine direction l’arrivée.

 

En chemin je suis rejoint par Fredo et Yo, puis c’est enfin la ligne.

 

Vraiment super heureux d’y être arrivé, d’avoir su gérer, d’avoir fini une course en équipe avec le Fredo !!!

 

C’est cool, y a du monde à l’arrivée, ma femme, Jo, Fredo, Sab et Mélie, Ju et Stéphanie, Yo et Aleth… on papote un peu, on se raconte nos courses… bref fin d’après-midi de courses.

 

Au bilan :

 

- énorme satisfaction d’avoir pu faire cette course au vu de l’entrainement minimaliste

 

- heureux d’avoir fait et finit une course en équipe avec le Fredo

 

- content de la gestion de course : vraiment su gérer l’état « piteux » du bonhomme

 

Au rayon « négatif » :

 

- avec un véritable entrainement pour moi et pour Fredo, y aurait vraiment de quoi s’amuser sur ce type de course, surtout en connaissant tellement ce parcours.

 

- En regardant de plus près les temps de passage, je me prends quand même ½ H par Julien et Yo sur la portion Menthon – Annecy-le-Vieux… Aïe, ça fait un peu mal… mais on ne peut pas tout avoir ;-)

 

Et j’ai pas mal de choses en ce moment Rigolant

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran