Récit de la course : 6 heures de Marchiennes 2011, par ArkaLuc

L'auteur : ArkaLuc

La course : 6 heures de Marchiennes

Date : 27/11/2011

Lieu : Marchiennes (Nord)

Affichage : 254 vues

Distance : 50km

Objectif : Se dépenser

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une après midi à Marchiennes.

Hier: les 6 heures de Marchiennes, une ville que je commence à bien connaître puisque j'ai déjà participé par deux fois au semi marathon organisé un peu plus tôt dans l'année.
Le départ était donné à 10h, donc tout le temps de me lever tranquillement et de gagner ensuite la salle de musique pour y retirer mon dossard.
Je fais quelques photos de la place, très jolie,mais qui tombe malheureusement un peu en ruine, lorsque je me fais héler par Chti Grincheux qui a déjà investi le bar du coin en bonne compagnie.
Un petit café plus tard il est temps d'aller installer notre ravito personnel puis d'aller se mettre en tenue.
Il fait un peu frais ce matin, aussi je décide de garder mon écharpe pour commencer (j'ai la gorge fragile, et j'ai été victime d'une extinction de voix il y a un mois).
On se presse sur la ligne de départ: outre les coureurs, il y a aussi des marcheurs et des randonneurs, en tout pas loin de 200 participants, plus deux zigotos, l'un habillé en nounours et l'autre en lapine. Il va sans dire qu'ils ont du succès, chacun voulant être pris en photo avec ces peluches ambulantes. Ils ne sont cependant là que pour mettre de l'ambiance sur la ligne de départ et ne participeront pas à la course.
Le système de pointage des tours est assez particulier ici: c 'est une équipe de pointeurs et de pointeuses qui officie, chacun et chacune étant responsable d'un groupe de coureurs, aussi nous faut-il faire connaissance avant de nous élancer afin de bien être identifié à chaque passage. J'ai de la chance, ma pointeuse est très jolie Wink
Je pars plutôt doucement en compagnie de Chti Grincheux, guère au meilleur de sa forme puisqu'il a des invités chez lui depuis vendredi et que l'hospitalité chez lui n 'est pas un vain mot. En clair chez lui on ne risque jamais de mourir de faim, et surtout de soif! Wink
Nous courons ainsi de conserve pendant une bonne heure, puis je prends le large.
Le parcours est relativement uniforme, sauf un faux plat qui devient au fil des tours une côte, puis un véritable col!
Au bout de 3 heures je décide d'aller voir le kiné, puisque mon genou se réveille. Un massage et quelques étirements plus tard je suis (presque) comme neuf et je repars de plus belle.
C 'est à ce moment que se met à tomber un petit crachin qui rafraichit encore la température, et qui surtout détrempe les dossards qui ne tardent pas à se décrocher. Heureusement à ce moment nos pointeurs nous connaissent aussi cela ne prête pas à conséquence.
De mon côté j'ai de plus en plus mal aux jambes, et à partir des quatre heures de course je marche dans le faux plat, et plus le temps passe plus je marche tôt avant d'attaquer cette difficulté.
A 4h07 de course mon chrono se bloque, j'ai dû faire une fausse manip', mais je mets une demi heure avant de m'en rendre compte, je crois ainsi longtemps être en passe de battre mon record.
Il n'en est évidemment rien, je mets de plus en plus de temps à boucler mes tours, et comme sur cette course on ne compte que les tours terminés je m'arrête après 5h52 de course (à ce moment là je mettais plus de 15 minutes par tour) et un peu plus de 50 km parcourus, et me sers une Leffe avant d'aller regarder les dernières arrivées.
Emotion sur la course: le record de l'épreuve est sur le point d'être battu par son propre détenteur. Il se bat contre le chrono pour terminer son dernier tour, dépasse même un triathlète membre d'une équipe de relais, mais échoue à 100 mètres de la ligne. Qu'importe, l'organisateur décide tout de même de mesurer la distance parcourue sur le dernier tour, mais il s'avéra que ses calculs avaient été quelque peu faussés, il aurait fallu 1 tour de plus pour que le record tombe.
Ceci dit, avec 83 kilomètres parcourus en 6h le gaillard signe tout de même une performance impressionnante!
Un petit détour par les douches du complexe sportif et nous gagnons la salle polyvalente pour la remise des prix.
Chacun a droit à un petit quelque chose: les vainqueurs de chaque catégorie reçoivent une coupe, mais on pense aussi aux anonyme qui se partagent les lots offerts par les sponsors lors d'une tombola. Je repars ainsi avec un joli globe terrestre/lampe de chevet.
Bilan globalement positif pour cette journée, donc , même si je mesure encore le chemin à parcourir avant de pouvoir m'aligner sur un 100km, ma plus grande inquiétude concernant mon genou qui se réveille toujours après 3h d'effort. Le kiné m'a conseillé d'aller faire un test de posture, puisque le problème ne venant ni d'une blessure ni d'une malformation quelconque autour du genou la douleur doit être causée par des contraintes soit supérieures ( la hanche) soit inférieures ( le pied). je n'ai pas fini de fréquenter les cabinets médicaux ...

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran