Récit de la course : Semi-Marathon de Paris 2012, par LongJohnSilver

L'auteur : LongJohnSilver

La course : Semi-Marathon de Paris

Date : 4/3/2012

Lieu : Paris 12 (Paris)

Affichage : 445 vues

Distance : 21.1km

Matos : Adidas Supernova Glide 2
buff kikou
plein de tshirts

Objectif : Faire un temps

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

A l'Ouest de l'Est parisien

Pourquoi le semi-marathon de Paris

Cette année le semi-marathon de Paris, c'est cinq semaines avant le marathon de Paris. Ca ne tombe pas bien pour les plans marathons tout faits, mais comme celui de Rambouillet est un peu loin de la maison, je resigne là.

En trois ans, c'est ma 3ème participation. L'organisateur teste ici en vrai grandeur les innovations pour le marathon de Paris. Cette année, on a donc droit :

  • aux puces sur le dossard : et donc aux coureurs inquiets qui tâtent l'enveloppe d'un air inquiet sans trouver la forme rebondie de la puce Sourire.
  • aux départs par vague : les départs des différents sas sont différés. Les premiers coureurs d'un sas donné ont donc l'avenue des pyramides toute vide pour s'élancer Cool

Pour l'organisation du semi-marathon, deux points améliorés par rapport à l'année dernière :

  • un parcours encore modifié qui supprime un virage serré vers le 3ème km, et donc le parcours évolue vers le 19ème km
  • les consignes sous des tentes juste à côté de la zone de départ. Ce point était vraiment le dernier qui m'embêtait sur cette course, car l'aller retour dans le parc floral avant/après la course (et par grand froid lors des deux dernières éditions!) était un peu long.

Donc si l'année prochaine l'organisation reconduit ces changements, il n'y a plus de raison de ne pas venir... sauf si les courses avec 25000 coureurs vous intimident Clin d'œil.

Et le sport dans tout ça?

Justement là c'est dur. En plein entraînement marathon, je subis une toux grasse avec fièvre qui me laisse un peu fatigué. Evidemment à une semaine du semi-marathon. Vais-je me désister? Hum hum. Le mercredi juste avant, premier jour sans fièvre, je profite pour essayer une séance cool (soit disant); tout se passe bien. J'ai même l'impression qu'une partie de la fatigue est partie.

Mais ce n'est quand même pas la forme: même sans fièvre, la toux est toujours présente. Je me soigne en espérant que tout soit passé dimanche. Et dimanche, si en me levant la gorge semble rétablie, je pars courir.

Alors à 6h du matin, lorsque le réveil sonne, j'ai un peu d'appréhension: mais la gorge ne me fait plus mal. Confirmation avec le petit déjeuner qui passe mieux, sans me réveiller autant que d'habitude. Je sens le froid, alors que je ne suis pas encore dehors. Il va faire 12°C: une température idéale pour courir. Je sors quand même le collant, une t-shirt manche longue surmonté d'un t-shirt coton, du coupe vent, un buff autour du cou et un autre sur la tête. Bienvenu au frigo Langue tirée.

Dans le métro qui m'amène à Vincennes, je termine ma nuit. J'ai décidé que je gardais tout pour aller courir: même pas besoin d'aller à la consigne alors qu'elle était toute proche. Je vais faire deux tours d'échauffements dans le parc pour vérifier les jambes, tout à l'air ok. Juste le cerveau qui se demande ce que je fais là. Exceptionnellement, je bois beaucoup avant de partir: je ne sais pas quel est mon déficit en eau après cette semaine.

Je rentre dans la sas avec la même impression d'être déplacé. Du coup, je profite à plein de l'échauffement collectif avec du Cloclo (Alexandrie, Alexandra, AAAHHHH). Et c'est déjà l'heure des départs. Le speaker explique les départs décallés, et sur le coup je ne comprends rien. Je me contente de suivre les gens de devant.

Y-a-t-il un pilote dans l'avion?

Je passe sous l'arche, ça veut dire qu'il faut courir. Je continue à suivre les gens de devant. Un peu plus loin, je regarde mon chrono: j'ai oublié de le démarrer sous l'arche... Je tâche de retrouver un peu de concentration, me trouve un lièvre à 12km/h environ et c'est enfin parti. Je déroule sans effort particulier, mais je n'ai pas l'énergie de faire ma pipelette. Au ravitaillement du 10ème, je prends une bouteille d'eau machinalement.

Bah j'ai bien fait, vers le km 11, j'ai des sueurs froides dans le dos Incertain. La fièvre m'a retrouvé à l'autre bout de Paris. Histoire de ne pas forcer la machine, je ralentis à 10,5km/h environ. Il va maintenant falloir rallier l'arrivée. Au lieu de 4'55/5'10 au km, ce sera 5'40/6' et arrêt obligatoire à tous les stands boissons (heureusement, les bars sont fermés Rigolant). J'arrive sans encombres à Vincennes avec un temps que j'estime à 1h52' environ, je bois tout ce qu'on me propose, et je vais m'étirer avant de rentrer dans le métro.

Je discute un peu avec d'autres coureurs lors des étirements, mais je reste un peu ennuyé lorsque je dois donner un temps Embarrassé. J'aurai quand même ajouté des km à mon entraînement marathon, et le résultat sera disponible sur le site. L'après-midi, ce sera repos!

Runner surprise

Et quand je repense à consulter mon temps le mardi suivant, je trouve 1h46' Cool. Je reviendrais bien l'année prochaine en forme pour voir ce que serait mon temps sur le parcours. Et ne pas être à l'Ouest pour de pas avoir d'excuse et courir vite tout du long!

2 commentaires

Commentaire de jack91290 posté le 25-04-2012 à 14:21:39

C est bete on s'est rate, j'ai passe la ligne d arrivee en 1h45...

Jack

Commentaire de LongJohnSilver posté le 25-04-2012 à 15:14:33

hahaha, comme à l'ecotrail 30 deux semaines plus tard. La prochaine fois, si tu ne veux pas me rater, fait une petite pause d'1' et je te rattrappe! :D

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran