Récit de la course : Raid 28 2009, par leptitmichel

L'auteur : leptitmichel

La course : Raid 28

Date : 17/1/2009

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 581 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Raid 28, de l'autre côté du miroir

Introduction

Né d'un défi que s'est lancée l'EQUIPE TUROOM en préparant le célèbre Raid Gauloises, le trajet de Bures jusqu'à la cathédrale de Chartres était une manière de s'entraîner près de Paris en réunissant des conditions difficiles. 

Jamais, en s'entraînant sur ce parcours, l'EQUIPE TUROOM n'aurait imaginé qu'un jour des dizaines d'autres équipes viendraient affronter les conditions difficiles d'une progression qui part de nuit, en hiver, en pleine nature, sans ravitaillement et en faisant sa route à la carte et à la boussole : le RAID 28® est né en janvier 1994

N'hésitez pas pour commencer, à aller jeter un coup d’œil rapide au concept du Raid 28. Cela vous donnera une idée de ce qu'est cette épreuve.

Cette année, Pas question de participation pour moi… Après 7 participations en tant que coureur, c'est du côté de l'organisation que je vais me trouver avec une prise en charge du traçage des 3 spéciales de Course d'Orientation qui jalonneront le parcours

D'ailleurs, vous pouvez retrouver en détail la spéciale "Précision" qui attendait les participants

Le CR de la course

De l’autre côté du miroir

7 fois !… A 7 reprises je me suis lancé avec ces fous, en pleine nuit, en plein hivers, pour aller traverser bois, champs et cours d’eau glacés à la recherche des ces plaques de tôle grises où se trouve accrochée la petite pince rouge tant convoitée.

7 fois depuis cet hivers 2001 ou en compagnie de Cécile, Philippe, José et Valery nous passions pour la première fois sous l’arche d'arrivée du Raid 28 après une épreuve courue dans des conditions… difficiles.

7 fois, mais pas cette année. Pour moi il était temps de faire un break dans mes participations aux courses d’ultrafond. 30 ultras rien que sur les 4 dernières années, et un besoin de faire une pause significative. Un constat suivi d’une décision prise après l’UTMB 2008 en août dernier qui une fois encore m’a échappé.

Seulement, les habitudes ont la vie dure. Et le Raid 28 est vite devenu une habitude blottie au sein du mois de Janvier. Quel dilemme… Rompre ce break pour participer ou tenir bon et rester au chaud ? Un court moment, je décide de ne rien vraiment décider et de rester disponible au cas où un équipe aurait besoin d’un orienteur au dernier moment. Mais ce n’est pas satisfaisant, et une idée va finir par faire son chemin… le retour d’ascenseur.

7 fois… A 7 reprises j’ai bénéficié et profité de cette course. A 7 reprises j’ai profité de la gentillesse des bénévoles. A 7 reprises, j’ai abusé de ces parcours tracés dans les endroits parfois les plus improbables… alors il était quand même temps de passer de l’autre côté du miroir et d’aller voir comment fonctionne le Raid 28 de l’intérieur.

Mi octobre, un mail passé à Papy Turoom lui fait part de mon souhait de venir les aider cette année. Pour faire quoi ? Et bien pour faire ce dont ils auront besoin. Je n’y vais pas avec une demande particulière, j’y vais juste pour aider. A partir de là les choses se déclenchent assez vite.

Damodile me contacte pour me dire que cette année le Kloug et leur second traceur habituel de CO ne sont pas disponibles et qu’elle cherche quelqu’un pour construire avec elle les spéciales d’orientation qui jalonneront le parcours.

Pas besoin d’en dire d’avantage. J’accepte le rôle avec plaisir… Non seulement je vais participer à l’organisation du Raid, mais en plus je vais travailler sur l’orientation…

Le premier rendez-vous se fait…au restaurant. Avec Damodile, nous balayons le travail déjà réalisé sur le parcours. En fait j’arrive un peu après la bataille, au moins pour ce qui est du tracé général de l’épreuve. Le parcours général est déjà bâti ainsi que l’identification des 3 cartes qui supporteront les spéciales de CO.

  

Par contre sur ces 3 spéciales beaucoup de choses restent à faire… Enfin presque car Damodile a fait un gros travail de reconnaissance, et c’est à partir de ce travail que nous allons devoir construire les circuits. Sachant que 3 spéciales de CO cela signifie 3 approches différentes.

Des début Novembre on attaque des séances de travail sur le terrain. Carte par carte, type de CO par type de CO.

Cette année on a décidé de varier les plaisirs . Sur une carte, les coureurs auront le droit à une spéciale d’orientation traditionnelle avec finalement assez peu de balises à aller chercher. Il y aura également une spéciale Memory , mais à la différence des années précédentes, celle-ci se fera sur 10 balises au lieu des 5 habituelles et occupera toute une carte de CO à elle seule

Mais c’est surtout la 3ème CO qui va nous donner du travail. On a choisi une spéciale " précision ". Le but est d’amener les coureurs sur des zones où se trouvent plusieurs balises mais dont une seule correspond réellement à la définition et surtout à la carte.

Le plus gros travail consiste donc à trouver des zones permettant de créer une certaine confusion dans l’esprit des participants, tout en disposant d’éléments fiables pour trouver la bonne balise (pas question de laisser la moindre place au hasard).

Pas moins de 3 sorties conjointes, sans compter les reco que fera Damodile en plus, seront nécessaires afin d’identifier ces 11 postes. En fait sur 11, 8 seulement seront des balises de précision, les autres étant des balises ordinaires.

Le traçage de ces spéciales doit aussi prendre en compte la fatigue des coureurs et le fait que tout le monde n’ira pas jardiner sur l’ensemble de la carte. On essaie de positionner des balises bonus à la fois dans l’axe de progression naturelle des coureurs pour que tout le monde puisse s’amuser, mais aussi de faire quelques " nids " à bonus pour les équipes qui auront le potentiel d’aller chercher des minutes de bonification supplémentaires

Un autre point perturbe fortement notre tracé (et pas seulement notre tracé mais aussi tout le parcours du Raid 28), c’est l’interdiction de progresser en forêt la nuit. Cette interdiction proclamée par l’ONF (et aussi un peu les chasseurs) nous empêche de placer les balises là où on l’aurait souhaité. Mais il faut faire avec, et faire en sorte que les coureurs puisse s’amuser (et même jardiner) un peu aussi…

Dans le même temps je prend en charge la préparation des cartes. L’organisation a acheté les " droits "  des cartes que nous allons utiliser, mais il faut parfois effectuer quelques corrections, soit pour ajouter un petit détail très important pour la précision, soit pour recadrer la carte sur la zone qui nous intéresse, soit même pour indiquer des éléments de sécurité (comme une route interdite).

C’est un travail de fourmi, mais j’ai suffisamment pratiqué la CO pour savoir combien il est usant d’orienter sur des supports qui ne sont pas à jour.

Début décembre les reco sont terminées pour la Mémory et la Précision. Les emplacements clairement identifiés et les cartes prêtes. Pour la CO classique, on décide de faire la validation lors de la reconnaissance finale.

En effet, une fois les parcours définis, nous décidons fin décembre de faire une sortie au cours de laquelle nous allons amener quelques coureurs (mais qui ne participeront pas à l’épreuve bien sur) jouer les candides. Ils seront mis exactement dans les même conditions que les coureurs et cela permettra de voir si il faut déplacer, remplacer ou préciser certaines des balises.

Cette sortie est planifiée pour le 22 décembre. On se retrouve à la nuit chez Damodile car on souhaite que les coureurs fassent la Memory de nuit (comme ce sera le cas des coureurs) puis on enchaînera avec les 2 autres ensuite.

En fait la disponibilité des uns et des autres fait qu'on se retrouve avec une équipe de 5 coureurs dont une féminine… comme dans la vraie course. C'est parfait pour nous car on va tester ça en grandeur réelle !

La reco de la memory se fera sans encombres si ce n'est une petite Klouginade où on mettra 15mn pour un poste qui n'aurait pas du en prendre plus de 2 ou 3… mais dans l'ensemble, pour des gens qui ne connaissaient pas le tracé, ils s'en sorte plutôt bien.

A la fin de la Memory on ne s'arrête pas et on file directement sur la carte de Chamarande où se déroule la seconde CO (la CO traditionnelle). Là le travail est un peu différent. On a plusieurs emplacement identifiés sur la carte et on veut les valider avec le groupe. Poste par poste, les discussions vont bon train afin de garantir une pose et une définition la plus juste possible. Au final on va poser 6 balises bleues sur cette carte.

On termine par la reco de la précision. Un grand moment car on ne connaît pas du tout les réaction du groupe, ni le ressenti qu'ils auront par rapport à nos choix.

On défile les sites un par un, et à chaque fois en arrivant sur zone on pose 4 balises afin qu'ils disposent du même effet visuel que les coureurs. Cette opération va nous faire réaliser quelques retouches mineures, soit en ajoutant des détails qui manquent sur la carte, soit en déplaçant légèrement quelques balises afin de s'assurer qu'aucune ambiguïté ne sera possible le jour de la course.

Et voilà comment on se retrouve avec nos 3 circuits prêts à être livrés aux raideurs.

La fin de l'année est exploitée pour la confection et l'édition des cartes. Il faut qu'elles soient d'assez bonne qualité pour être lisibles sans soucis, et pour la précision je trouve l'idée de la loupe assez amusante et bien dans l'esprit. Seule contrainte ça nécessite de la tirer en A3.

Après quelques essais, nous voilà malgré tout avec notre jeu de cartes complet… Il n'y a plus qu'à attendre le grand jour.

18 janvier 2009

Je débarque chez Damodile en fin de matinée. Le temps de faire un petit point et on décide d'aller poser directement tous les postes de la spéciale précision. Il faut prévoir la logistique car là ce sont 35 balises qui sont à placer avec le plus souvent toiles et poteaux. On fait donc l'opération en deux temps. D'abord la zone nord ouest, puis après un passage à la voiture pour refaire le plein de balises, la zone sud est. La pose est longue car malgré le pré balisage, il faut marquer les postes, fixer les lettres d'identification, revérifier qu'on est bien aux bons endroits, faire les photos des postes pour éviter toute contestation ultérieure… bref, on mettra plus de 3 heures a poser tout ce parcours.

Il est grand temps de rentrer manger un morceau (vu l'heure on aurait presque pu dire qu'on allait goûter…).

Pour les autres spéciales, on décide de les poser de nuit, après le départ des coureurs. On devrait avoir largement le temps, les premiers n'étant attendus au départ de la Memory que vers 3h00 du matin.

Vers 18h je monte faire un tour au repas Kikourou où se trouvent une quarantaine de coureurs et pas mal de connaissances.


La Tortue… Pas question de se laisser abattre





Je reste un petit moment avec eux, avant de retourner cher Damodile et aller au gymnase de départ pour y accueillir les concurrents.


Le Kloug en plein boulot !


Le gymnase se remplit petit à petit

Les équipes arrivent progressivement, s'installent, se préparent, et moi je navigue avec les uns et les autres.


Le bagnard astique son boulet !

C'est seulement là que ça commence à me faire tout drôle. Normalement je devrais faire comme eux, être en train de me changer, de m'équiper, alors que là je suis tranquillement au chaud (pour l'instant) sans trop de questions à me poser sur la suite sur le type de veste à prendre …


Bottle confortablement installé

Un peu avant 22h je demande à Papy comment cela se passe pour le briefing. J'ai prévu un petit topo sur les spéciales d'orientation. La réponse commune de Papy et de Jano est claire. Les indications figurant dans le road book sont assez claire et précise. Pas besoin d'explications complémentaires, les coureurs découvriront le reste sur place. Bon, c'est les chefs, c'est eux qui décident , mais moi j'aurais bien aimé faire ce topo, juste pour donner envie aux coureurs d'y aller…


Le Lapouneur, le Bœuf, la Souris, le Castor Junior et le Blueb'


L'ourson, le Minou, le Raton Laveur, la Panthère et le Bashiboozook


L'Hippopotame, Ouster, Koline, la Tortue et la Libellule

>
Le calme avant la tempête


Petite phase de préparation physique à l'effort

Je reste dans le gymnase jusqu'à 22h, heure du départ,


Quelques instants avant la remise des road book

puis après avoir regardé les différentes équipes et leurs stratégies (celles qui partent dehors 15 secondes après avoir eu le road book, ou celles qui restent à l'intérieur pour reporter les balises au chaud.)


Stratégie de report… Debout autour d'une table !


Ou par terre autour de la carte…


Voir franchement installé "comme à la maison"


Version "Robocop" pour la Tortue

Y a t-il un bon et un mauvais choix ? Probablement pas, c'est une simple question de stratégie et d'organisation. Pour ma part je reste persuadé que la meilleure solution est de reporter un tiers des balises dans le gymnase (ou les balises jusqu'à la première barrière horaire) pour commencer la course et de faire les autres reports progressivement. Les pauses imposées par ces reports sont souvent bienvenues pour permettre à l'équipe de souffler quelques instants…

22h30 je récupère Damodile pour aller poser les deux CO restantes. Il ne faudrait pas qu'on se fasse prendre de vitesse par les coureurs. On file en direction de Chamarande poser la CO classique. On commence par aller poser une verte (PP52) puis la balise située au pied de la falaise (PP51). Pendant le trajet des dizaines de points lumineux nous observent. Des yeux de ??? on sait pas mais en tous cas on ne se sentait pas tout seuls en ce début de nuit…

Il faut préciser qu'avec les reco on se sent à l'aise pour trouver les emplacements, sauf que là… on va jardiner… Hé oui, même en sachant où se trouve la position du poste, comme on a essayé d'attaquer en direct, et bien on chercher la position au mauvais endroit (c'est aussi toute la différence entre des repérages de jour et la pose de nuit.). Finalement on va en revenir aux "basics". Retour sur le point d'attaque, azimut à la boussole et là on trouve le poste facilement… Quand même on a passé près de 20mn sur ce poste et là ça commence a me stresser… Si on continue a ce rythme là on ne sera jamais positionné à temps pour l'ouverture de la Memory… Du coup je commence a faire monter ma petite pression vers Damodile…

Les balises suivantes (PP49, 48, 47 et 46)se posent sans trop de soucis, mais nous prennent quand même du temps. Après PP46 on se sépare. Damodile va poser PP45 puis la verte de PP44 qui se trouve à mi chemin entre Chamarande et la Memory pendant que moi je vais récupérer la voiture, contourner le massif forestier et retrouver Damodile à la sortie de la Memory.

Le temps tourne et la pression monte… Je retrouve Damodile comme prévu et on attaque la pose de la Memory. Objectif, poser la partie SUD de la course. On pose PP43, 42, 41 puis on file sur la ruine de PP40 avant de contourner vers PP38 pour finir par PP39… On fait ce choix en partie pour le plaisir de faire la grande descente dans la carrière de sable, et aussi pour ne pas de faire la remontée raide.

Retour à la voiture. Là on croise les deux ouvreurs qui sont partis quelques heures avant les coureurs… Petit point de situation puis on se déplace un peu pour poser PP36, 37 puis PP35. Là Damodile va poser PP33 pendant qu'avec la voiture je fait le tour de la foret, pose PP34 puis je file me garer sur le chemin qu'emprunteront les coureurs pour arriver vers la memory. De cette façon, même si une équipe arrive alors qu'on est pas complètement installés, on pourra quand même leur faire faire l'épreuve. Quand je me gare il est 2h15… Il nous a fallu presque 4 heures depuis le départ du gymnase pour les trajets et la pose…

Damodile me rejoint. On prend tout le matériel et on va à pied vers le "pingouin", lieu de rendez vous avec les coureurs. Là on retrouve le POC qui se fait une sortie "solo" sur le parcours… Il a l'air un peu marqué par son début de course, mais après quelques mots le voilà qui repart dans le bois… Bon courage !

Ah oui, quand on parle du pingouin, c'est un vrai pingouin… En fait on a décidé de poser notre campement dans un terrain de trial VTT, et il y a une statue de pingouin à l'entrée… Ce sera notre camp de base pour les prochaines heures.

Je monte le campement à base d'un parasol avec une protection (matériel de pêche mais qu'on utilise lors des concours de tir à l'arc en extérieur) on trouve deux vieilles chaises et nous voilà installés à l'abris. Pour le moment il ne pleut pas mais il tombe une sorte de bruine fine et il y a un peu de vent.


Le campement de la "Memory"

A peine est-on installés que les premières lucioles apparaissent… Une , deux trois… cinq, la première équipe arrive sur nous. C'est la n°1. Avec Damodile on va alterner les prises en charge des équipes. C'est moi qui commence… "Voilà je vais vous montrer une carte pendant 28 secondes… Pourquoi 28 secondes ? parce qu'on est au raid 28… Pour voir la carte pendant 60 seconde il aurait fallu faire le raid 60… gne gne gne… Il y a 10 balises dessus à vous de les mémoriser. Après les 28 secondes vous pourrez les reporter sur la carte vierge qui est dans votre road book… On commence quand vous êtes prêts"

Avec une équipe de 5, il semble logique que chacun mémorise 2 balises. Et là surprise, il y en a deux qui en mémorise 3, un qui en mémorise 4 un qui contrôle et un qui lis les définitions !!! Surprenant comme organisation, ce qui leur vaudra un petit cafouillage car après le premier report il n'ont que … 9 balises ! et bien sur pas question de revoir la carte mère…

Les premières équipes arrivent un peu espacées, puis ensuite ça va marcher par groupes avec parfois 3 équipes qui arrivent en même temps… on doit gérer au mieux pour éviter trop d'attente mais on s'en sort pas trop mal.

Je vois passer quelques équipes et coureurs connus, dont les "Kikourou du Zoo" qui ont malheureusement du se séparer de Mathias blessé,

les "Ufo k'on y retourne" qui zapperont les balises bleues pour rester concentré sur les vertes, "le bagnard et ses boulets" à qui j'avais promis un coup de gourdasse bleue si il arrivait au pingouin, les "kikourou en vadrouille" qui feront presque la totale sur la memory, les "Ultra revenants" qui feront aussi un joli ramassage sur les deux CO ou les "Ultra castor de raid-up" avec Stéphane qui feront une belle course globale.

Au final seules 26 équipes sur les 56 inscrites auront fait le tour complet sans passer par la case "le raccourci" qui était proposé entre PC9 et PC10. Dommage car c'était une des zones ludiques de ce parcours, mais le raid 28 impose aussi des choix de gestion pour assurer une arrivée dans les délais.

La fermeture de la Memory est prévue à 6h00. A 6h moins 5 on voit quelques frontales au loin. Des coureurs qui ont passé le PC9 et qui n'ont pas pris le raccourci. On décide de les attendre. Ce serait trop bête de leur fermer la porte au nez. En fait ce ne sera pas une mais deux équipes qui arrivent ensembles. On leur montre la carte mais vu l'heures les équipes décident de faire au plus court et de ne ramasser que les balises qui seront sur la route. Sage précaution !

Pendant ce temps on remballe… on range le campement puis on descend vers la voiture. Là on tombe sur les deux rescapés de "l'Ufote et ses zanimos" à savoir la Tortue et Ouster. Bien qu'ils ne soient plus que 2 (et hélas hors classement) on leur déconseille de faire la memory car vu l'heure ils risqueraient d'être un peu juste à la prochaine barrière horaire et il y a la seconde CO quelques km plus loin… On les laisse alors filer dans le chemin…

Pour nous commence le parcours inverse de celui du début de la nuit… On attaque le débalisage exactement dans le sens de la course, ce qui permet de nous assurer qu'il ne reste plus de coureurs sur place … on fait ainsi toute la memory qu'on termine avec le lever du jour, puis je laisse Damodile aller faire l'inter CO comme à l'aller pendant que j'emmène la voiture sur Chamarande. Là encore on fait le parcours avec ramassage de tous les postes bleus et verts puis fermeture derrière nous.

Fin de notre rôle actif sur ces spéciales. Reste la spéciale de Précision.

On est curieux de voir comment s'en sortent les participants. On décide donc d'aller sur la zone nord de la carte, celle que ne prendront que les équipes qui ont un peu de "marge" par rapport aux barrières horaires. C'est aussi la zone la plus dense en balises et probablement les postes les plus sympa techniquement parlant.

On va ainsi accompagner 5 ou 6 équipes différentes, avec des méthodes pour le moins variées. Mais globalement, le retour des coureurs est plutôt bon. Ils semblent bien s'amuser sur cette spéciale, ce qui était quand même notre objectif principal lorsqu'on a créé cette épreuve.

Ensuite ce sera retour direction le gymnase d'arrivée. Là je retrouve Domi et Taz qui nous annoncent leur arrêt au PC10. Puis c'est Mathias, Koko et les autres concurrents qui ont décidé d'arrêter. Pas mal de casse visiblement cette année, et c'est vrai que les conditions météo n'étaient pas facile. Les retours sur le tracé semblent plutôt … mitigés… mais comme on est avec les coureurs qui ont arrêté, ce n'est peut-être pas significatif (la suite montrera que si, mais on en connais les raisons).

Un peu de récup, petite restauration et je me décide à rentrer à la maison. Ca fait quand même près de 30h que je suis sur le pont dont 26 sur le raid et je commence à fatiguer

Alors finalement c'est comment le raid 28 vécu de l'autre côté ?

Et bien c'est … fatiguant… Le WE de la course on termine largement aussi fatigué que si on avait couru, les blessures physiques en moins… Mais franchement j'ai eu autant de mal à rentrer en voiture (sommeil) que quand je participe.

Sinon côté organisation, que dire. C'est nickel. Une chose est sure c'est que rien n'est laissé au hasard. Tout est organisé, contrôlé, vérifié pour que les coureurs n'aient qu'à se préoccuper de leur progression.

Le boulot des bénévoles derrière tout ça est énorme. J'en ai vu (et je n'ai participé) qu'à une toute petite partie, mais quand on voit ce que ça demande, en temps, en énergie, en travail, franchement moi je dis chapeau !

En tous cas j'ai été super content de pouvoir participer de cette façon cette année. Il n'y a pas de doutes, dès que l'occasion se représentera, je le referai.

Merci à toute l'équipe Turoom et plus particulièrement à Damodile de m'avoir accueilli ainsi.



Michel

3 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 21-04-2012 à 18:27:23

Passionnant, ton CR, même si je ne comprends franchement pas tout au jargon de la CO (mais je m'améliore au fil des lectures de tes CR ultra-précis). Excellente idée que d'avoir fait ce CR "de l'autre côté de la barrière".

Commentaire de cloclo posté le 21-04-2012 à 23:08:20

Dis donc, mon p'tit Michel, tu recases toute ta collec de CR sur Kikou en ce moment. Continue, on aime ça.
Cloclo_ka_zappé_la_Memory_mais_fait_la_précision_en_2009

Commentaire de leptitmichel posté le 24-04-2012 à 09:29:31

Oui, entre un changement d'hébergeur pour mon site person et donc une redistribution de mes ressources "images" j'en profite aussi pour nettoyer un peu mes récits et y ajouter des accès directs aux photos dans les CR... j'ai encore tout 2009, 2008, 2007, 2006, 2005 et 2004 à faire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran