Récit de la course : Grand Trail des Ecrins - Etape 2 2011, par maï74

L'auteur : maï74

La course : Grand Trail des Ecrins - Etape 2

Date : 19/6/2011

Lieu : Vallouise (Hautes-Alpes)

Affichage : 924 vues

Distance : 41km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

3 semaines après l'épuisant raid edhec, me voilà sur la route de Vallouise pour le trail des Ecrins que je me fais une joie de courir, ayant envie de le faire depuis plusieurs années après en avoir vu des photos somptueuses sur des récits.

L'envie est donc là, et pour la forme je ne sais pas trop où j'en suis, j'ai l'impression d'avoir à peu près récupéré.
Le "à peu près" s'avèrera en fait être un "pas du tout" mais là, me dirigeant joyeusement vers les Hautes-Alpes, je ne le sais pas encore !
Je covoiture avec Christophe, traileur des Bauges, on fait connaissance, du coup le trajet passe vite.

Le lendemain, nous voici sur la ligne de départ à l'Argentière La Bessée, pour attaquer cette 1ère étape de près de 45 km et 2150m D+ sous la pluie qui hésite entre grosses radées et petites rincées !
Je pars à mon rythme, sur les 1ers km, très roulants, je me sens assez bien.

La 1ère ascension débute, la marche succède à la course, j'étrenne pour l'occasion mes nouveaux bâtons Black Diamond Z Poles, que j'adore déjà !
Je m'écarte pour laisser passer la fusée Irina (Malejonock), qui trottine l'air de rien là où tout le monde marche, c'est impressionnant de la voir monter, un autre monde !!!
Bien entendu je ne la reverrai plus !

Revenons en à mes moutons, je commence à percevoir que c'est pas la forme des grands jours, comme si j'avais mis le régulateur de vitesse...
Yvonne Radondy me rejoint et nous allons courir une bonne partie ensemble, jusqu'au 1er ravito. Pas loin derrière nous se tient une autre coureuse qui grimpe très très bien elle aussi.

Côté paysage, ben... faudra revenir parce c'est la purée de pois sur les crêtes ! C'est sûrement magnifique par beau temps, mais là il vaut mieux se rabattre sur les fleurs pour le plaisir des yeux ! De superbes lys orangés percent le brouillard et apportent une étonnante touche de couleur.

Je me fais plaisir sur la 1ère descente qui nous amène sur le 1er ravito, enfin quelques sensations agréables !
Parce que sur les montées, on peut pas dire que ce soit l'extase, d'habitude j'ai de la marge, je gère, je me freine même, mais là, ça veut pas.
Je commence à m'habituer à l'idée qu'il faudra faire avec l'absence de bonnes sensations mais ça me contrarie.

Dans l'ascension du col d'Anon, je commence à distancer Yvonne, mais me fais reprendre dans le même temps par la miss qui nous suivait, Adèle.
On échange quelques mots, je l'accroche quelques temps mais elle finit par me distancer.
Apliquée à la suivre, je tarde à mettre ma gore-tex et me voilà frigorifiée avec le vent et la pluie qui redoublent.
Je m'arrête enfin pour la mettre, et ressens immédiatement la différence.

Je suis 3e à ce stade de la course, j'arrive au 2e ravito, plus que 7 km.
A peine repartie du ravito me voilà assaillie de douleurs au ventre, je suis à l'arrêt, tordue en deux de douleur.
Je repense au coup de froid de tout à l'heure, voilà bien joué, ça m'apprendra à reporter le moment de me couvrir.
Je ne peux quasiment plus courir, tout au plus quelques petites foulées avant d'être à nouveau pliée en 2.
Bien sûr, ce qui devait arriver arrive, je me fais reprendre non pas par Yvonne mais par Hélène (Haegel) qui a un petit mot gentil au passage.

L'ultime descente, les spasmes deviennent moins un peu moins violents et je peux recourir à peu près correctement.
Il faut limiter les dégâts et les écarts avec les précédentes !

Des douleurs tendineuses commencent à se manifester, sûrement un manque d'hydratation.
En pleine descente, avec l'humidité, mes 2 lacets se défont ! Décidément aujourd'hui c'est ma veine !...

En fin de descente je passe près d'une belle cascade et peu de temps après, c'est le chemin entier qui est devenu un torrent, impressionnant toute cette flotte qui dévale la montagne !

L'arrivée est proche, on traverse le vieux village qui est magnifique. Bon ça va, j'arrive encore à apprécier ce qui m'entoure !
Je franchis l'arrivée après 5h09 de course, je félicite Adèle (2e) et Hélène (3e) qui ont fait une belle course.

Quant à moi, bof, on peut pas dire que ce soit fantastique, indépendamment du fait d'être 4e de l'étape, je n'ai pas ressenti cette aisance que j'ai d'habitude, rien n'a été facile.

Bon, demain est un autre jour... je passe une très bonne soirée avec les chamoniards du CMBM et des sudistes, ainsi que Christophe et son épouse Bénédicte qui court la 2e étape.
Entre temps le ciel s'est totalement dégagé et nous promet une superbe météo.

En temps normal, je récupère particulièrement bien, mais dimanche, je pressens que ce ne sera pas le cas.
Pas de courbatures mais des tendons qui me font savoir que la coupe commence à être pleine... "on veut du REPOS, nous !"... je fais un deal avec eux (non non j'ai pas abusé de la bière locale hier soir, ni fumé l'herbe du camping), il va falloir tenir encore aujourd'hui mes cocos, et après promis, vacances !!!

Allez c'est parti pour cette 2e étape, 40 km et 2350 D+ : je me retrouve rapidement avec Adèle avec qui je fais un bon bout de chemin. Irina et Hélène ont mis les gaz, on ne les voit plus.
La montée est longue, une piste qui monte doucement mais sur des km, il faut se botter les fesses pour courir !

Avant le 1er ravito, Adèle me distance, je me sens bien incapable d'accélerer, encore un coup du régulateur de vitesse...
Je fais le plein d'eau, banane, coca.

Allez j'attaque le col de la Trancoulette (des noms comme on en trouve que dans le sud !), j'espère toujours retrouver la touche "turbo", mais ce sera en vain, je subis cette ascension, même pas assez de jus pour profiter de cette splendide montagne jonchée d'arnica...

Du coup, j'ai bien le temps de gamberger, et de comprendre pourquoi j'en arrive là. C'est une évidence, comment ai-je pu penser un instant faire une bonne course 3 semaines après ce gros raid sur lequel j'ai laissé pas mal de plumes ?

A défaut de faire une bonne course, j'aimerais pouvoir au moins profiter du parcours, mais même ça c'est difficile, trop de fatigue et de lassitude. Bien dommage.

Je fais une grande partie de la descente du col seule, je ne pense qu'à une chose : en terminer et me reposer, faire un vrai break.

Au dernier ravito, les bénévoles me demandent comment on peut faire ce parcours et paraître si fraîche ! La casquette doit masquer bien des choses !!!
Je finis la course au moral, n'ayant plus de jus, plus d'envie.
J'arrive en 5h17, 5e de l'étape.

Au final je termine 4e du classement général, derrière l'intouchable Irina, Hélène et Adèle. A aucun moment je n'ai eu le jus pour aller chercher le podium, donc aucun regret, ce n'était pas à ma portée ce week-end là, tout simplement.

Le classement, c'est une chose, mais ce qui me trouble le plus, c'est cette absence de plaisir, j'aurais dû m'éclater sur un tel parcours, mais force est de constater que j'ai un besoin urgent de me retaper.
La semaine de break qui suit la course est difficile, j'ai mal partout, je suis épuisée, physiquement, moralement, les nerfs qui lâchent,  gros passage à vide. Je me dis que c'est cher payé de se retrouver dans cet état à cause de sa pratique sportive, c'est quand même pas le but de la chose...

Ca me rappelle l'état dans lequel j'étais quand j'ai abandonné au Grand Raid il y a 2 ans...

Je vous rassure, j'ai attaqué un programme de récup au top : je refais les réserves à grand coup de Magnum (le white, mmmh) et de repos complet !
Et puis, les hauts, les bas, ça fait partie du jeu, ma pov' Lucette !!!

Merci à Sport 2000 Epagny pour le soutien même dans les jours "sans" ! Et à mes amis pour leurs sms.

6 commentaires

Commentaire de tounik posté le 27-06-2011 à 15:49:00

Quelques soirées bière chips ça aide aussi pour la récup.

Bon ba rien de grave ma pauv' Lucette... Lucette ça te va bien comme surnom ...

Commentaire de millénium posté le 27-06-2011 à 22:49:00

Oula , c'est pas trop grave un petit coup de "moins bien". On repart de plus belle apres quelques jours de repos. Et puis 4 e dans ses conditions...!.

Commentaire de martinev posté le 27-06-2011 à 22:59:00

Le plaisir et l'envie vont revenir. Il te fallait juste un peu de repos . Tu es une grande championne Mailys.

Commentaire de oufti posté le 28-06-2011 à 11:29:00

Moi je dis que c'est la faute à Nico: il devrait faire la vaisselle plus souvent ;-))

Commentaire de béné38 posté le 29-06-2011 à 12:40:00

et moi je suis bien d'accord avec Oufti :-)
Allez un bon break, des glaces à gogo, le plaisir de faire autre chose en famille avant de retrouver celui de courir, et ça va reviendre !! Reposes toi bien, mais pour de vrai hein !

Commentaire de blob posté le 01-07-2011 à 13:56:00

Surtout, ne te laisse pas envahir par les pensées négatives (ben oui, j'pouvais pas la louper celle-là).
Un peu de repos, des aliments de récup de chez Chabert, et ça va repartir de plus belle. Chamonix, la voici !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran