Récit de la course : La Grimpée du Ruisseau 2011, par sapi74

L'auteur : sapi74

La course : La Grimpée du Ruisseau

Date : 29/5/2011

Lieu : Sallanches (Haute-Savoie)

Affichage : 715 vues

Distance : 15km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

la grimpée du ruisseau ou ma 1er cousre

Ca y est j'y suis: après 6 mois d'entrainement et 35 kg de moins, je suis au départ de

ma 1er course: la grimpée du ruisseau.

Je suis nerveux je me suis reveillé a 3 heures du matin sans pouvoir me rendormir. Espérons que ça n'aura pas trop d'incidence sur mes performances.

Après un léger échauffement, ne sachant pas trop qu'elle niveaux j'ai, je me mets en queue de peloton pour le départ (erreur de débutant).

5.4.3.2.1.0 top départ! Voilà c'est parti je suis dans les 15 derniers et je part doucement: cet course je la connais par coeur. Ca se passe juste au dessus de chez moi, sur mon terrain d'entrainement. De plus je suis bénévole (c'est moi qui prépare le repas d'après course) et je sais que après les 400 premiers mètres, les grosses difficultés vont commencer.

Et là ça ne manque pas: on rentre dans le hameaux des" houches", nous tournons a droite et montons droit dans la pente.

Je double plein de monde dès le début de la montée et je comprend mon erreur de m'être mis en queue de peloton: je perds du temps et de l'energie à doubler tous ces gens. J'entends une dame raler parce que c'est raide (ben oui c'est une course de montagne...). on arrive aux "Combes" et j'entend des "allez franck" je me retourne et vois un cousin de ma chérie me demander si je veux un coup de blanc? "Euh pas tout de suite merci".

Ca grimpe toujours et je double toujours autant de monde, jusqu'au 1er ravitaillement du "Deramay". Je ne m'attarde pas trop, je bois un coca et un verre d'eau, mange un petit peu et repars assez vite. Je rattrape toujours d'autres concurrents mais a une moins grande vittesse.

Puis arrive la première portion de plat. Et là, mauvaise surprise: je me refais doubler par les derniers que j'ai dépassé. Mais je ne m'affole pas, je cours a mon ryhtme et les rattrape dans la descente qui suit, pour ensuite les décrocher dans la montée suivante.

2e descente: je me relache un maximum et je gagne encore une place avant de remonter jusqu'au 2e ravitaillement de "Mayere" qui est le points culminant de la course. Dans cet montée, je double encore une dizaine de coureurs dont le 3e et 4e feminine. Je bois un coca et un verre d'eau et quelque fruit sec au ravito, avant de me lancer dans la plus longue descente de cet course, je continue de gagner quelques places, mais après cet descente suit un long plat. Et la c'est officiel: je suis meilleur quand ca monte que sur le plat... Il va falloire travailler ma VMA, car je me fais de nouveau doubler.

L'avantage que j'ai sur les autres, c'est que je connais le parcour sur le bout des doigts, et je décide donc de ne pas me griller en essayant de les suivre, en vue de la derniere monté a la "Frête", qui est courte, mais au combien "casse-patte". Et ca marche je recupère 2,3 places. Avant de basculer sur le dernier ravitaillement, je regarde ma montre: 1h32 de course. Je vise l'arriver en 1h45: il ne va pas falloire chômer...

Je décide donc de ne pas m'arreter au ravito, et je jette mes dernières forces dans la course. Je gallope en regardant regulierement ma montre: ça devrait le faire.

L'arrivée ce fait au lieu-dit "Les Laidies" (au chalet d'alpage où mes grand-parents emmenaient leurs bêtes en période estival, et qui appartient maintenant a mon oncle). Et après avoir traverser un petit bois, j'aperçois enfin cet ligne d'arrivée, tout en haut de cette côte bien raide.

Je me motive. Je me dis que je dois finir en courant, même dans la dernière côte qui est très raide. J'aperçois un concurrent pas loin devant moi. Je me dis: "Allez encore un dernier effort. Je le dépasse et continue de courir. J'entend du monde crier: "Allez Franck!!!". Je regarde et je vois ma cherie avec  ces soeur: ça fait chaud au coeur, ça me motive encore plus: j'accellère. La ligne d'arrivée n'est plus qu'à 200m. Je sents les crampes arriver, mais oufff... ça y est! Je franchie la ligne en pointant l'index vers le ciel, en pensant fort a mon père.

Voilà, j'ai réussi! J'ai fini ma 1ère course en 1h46mn09sec (bon, on vas pas chippoter pour 9 sec) et en 84e position (la denière place gagnée me permet d'être parmis la 1er moitié du classement, puisqu'il y a 169 participants).  Mais je n'ai pas trop le temps de savourer... il faut vite que je redescende au départ, pour voir si tout va bien pour le repas d'après course.

 

Conclusion: une formidable 1ère expérience, pas de coup de moins bien, je grimpe plutôt bien. Il faut que je travaille ma vitesse de pointe et aussi mieux me placer au départ, pour éviter de perdre du temps et de l'energie à doubler les autres.

 

 

1 commentaire

Commentaire de GrandSteaKikour posté le 10-06-2011 à 06:39:00

Salut Sapi et un grand bravo pour cette première course gérée de manière très lucide et avec beaucoup de joie ... c'est très prometteur pour la suite. Va falloir en effet t'obliger à mettre des séances de plat dans tes entraînements encore et encore ... c'est pas très marrant au début pour un montagnard comme toi mais tu verras très vite on y prend goût ( je suis passé par là) et les sensations dans les courses s'en trouvent démultipliées ! Au plaisir de te croiser sur les sentiers par chez toi et ... goûter un p'tit plat de fin de course préparé par tes soins !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran