Récit de la course : Trail des Citadelles - 73 km 2010, par Papychan66

L'auteur : Papychan66

La course : Trail des Citadelles - 73 km

Date : 4/4/2010

Lieu : Lavelanet (Ariège)

Affichage : 1556 vues

Distance : 73km

Objectif : Terminer

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les Citadelles 2010

Retour à Lavelanet...

Après l'épreuve apocalyptique du 40 KM en 2009, je m'étais dit que c'était fini pour les Citadelles. Puis petit à petit le temps a fait son travail, et la sensation d'oeuvre inachevée m'est apparue. L'envie d'affronter "l'épreuve reine" se faisait de plus en plus forte.

Il y a quelques mois ma décision était prise  et au mois de Janvier je me suis inscrit....

Samedi, départ pour Lavelanet sous un magnifique soleil . La météo a prévu de la pluie   et des températures fraiches. C'est un vieux classique du lieu. J'ai choisi de m'installer pour 2 jours dans un gite situé juste au pied du château de Montségur. Accueil formidable, cadre enchanteur, cuisine familiale... tout ce qu'il faut pour être dans les meilleures conditions dimanche.

 

 ... Un petit quart d'heure de voiture pour me rendre à Lavelanet prendre le dossard. Il y a beaucoup de monde dans la salle, une belle ambiance , et une organisation sans faille. Retrouvailles avec quelques amis coureurs et Kikoureurs... échanges d'impressions... infos utiles...

En faisant un petit tour parmi les nombreux stands, je me rends compte que j'ai oublié la poche à eau. Heureusement ici il y a tout ce qu'il faut. Il ne faut pas trop trainer car demain matin, le réveil va sonner tôt , très tôt ... trop tôt .

Retour au gite, sous une pluie fine, pour un super repas fait maison et coucher à 21h après avoir vérifié et re-vérifié le sac. Je suis encore un peu indécis quand à la tenue ... je verrai demain matin

3h45............ Une jolie musique, me sort violemment d'un sommeil encore bien profond.

Petit déjeuner classique: Gatosport, bananes, café, jus d'oranges, regeprot...

Equipement: Collant 3/4, manchons, veste Goretex, Chaussures LAFUMA à guêtres, bâtons, 2 bidons 600ml, poche à eau 1l 

5h15... départ pour Lavelanet sous la pluie  et surprise il a un peu neigé sur les sommets environnants. Je trouve très facilement une place sur un parking  à proximité du départ.

La salle est déjà bien pleine et les commentaires sont orientés sur l'état du terrain. Pas de surprise... ce sera boueux à souhait. 

6h00: Après les recommandations habituelles et quelques encouragements... TOP!!... c'est parti pour au moins 12h-12h30 d'effort, en ce qui me concerne. Devant c'est parti très vite... je dois me situer dans les 150-180.

Le départ est assez tranquille, chemin large sans difficulté pour bien se mettre en jambe, puis arrivent les premières flaques d'eau, la boue, le sentier qui rétrécit. On rentre dans le vif du sujet. Je dégaine les bâtons pour éviter la glissade malencontreuse qui peut ruiner la journée.

Je vais adopter rapidement la marche rapide dans cette montée pas très pentu mais longue pour arriver aux crêtes de Madoual. Sur le haut le chemin devient plus sympa avec alternance de montées, descentes, de passages en forêt et dans les prés. Le jour se lève doucement, mais pas de soleil. 

1ère descente bien glissante, et 1Km de bitume qui nous amène au 1er ravitaillement.

 

Arrivée à Belesta 

Ravitaillement de Bélesta (18 Km): 2h10 de course (148ème).

Accueil chaleureux, belle ambiance... je fais un arrêt rapide (5 mn), mais je crois que je suis allé trop vite, il va falloir réduire la vitesse si je veux aller au bout.

Je repars en marchant, avant d'attaquer la 1ère montée sérieuse. L'ambiance dans cette forêt d'immenses sapins tout droits est magique. Partis à 4 de Fougax, je me suis fait lacher dans la montée et je me retrouve seul pour profiter de ce calme, de ce silence.

                    Le silence 

                              La forêt

Je débouche sur une piste, qui constitue le début de la descente sur Fougax. Je commence à accuser un gros coup de fatigue et le raidillon qu'il faut gravir me confirme nettement que je suis à la limite de l'hypo glycémie. Je vois passer beaucoup de monde. Au sommet je décide de faire une pause pour me ravitailler avant la catastrophe. Dans mon esprit, il est toujours clair que je veux passer la ligne d'arrivée... peu importe le temps.

                           Le raidillon

Je repars en déroulant dans la descente, avec quelques courts arrêts pour étirer cette crampe habituelle à l'adducteur droit. Rien de dramatique, c'est comme ça à chaque fois, alors je gère comme je peux ce passage délicat. Une grosse averse nous tombe dessus, qui ne dure que quelques instants... Ouf!!!

Gros passage bien boueux, pour tester notre notion d'équilibre avant de rejoindre la route, de passer devant la célèbre source et d'enchaîner par cette interminable piste qui amène au ravitaillement. Tandis que je m'arrête pour immortaliser l'endroit, un vététiste sympa me propose de me prendre en photo. On en profite pour échanger quelques mots... C'est ça la convivialité des sports nature.

La piste interminable

                        Papychan66

 Enfin l'entrée à Fougax, avec son avenue principale encombrée d'un public incroyable????

                                 L'avenue principale

                                        Le ravitaillement

 Ravitaillement de Fougax (33 Km): 4h38 (203 ème).

Ici, il y a de l'ambiance. Ils ne sont pas bien nombreux, mais ils font du bruit comme 10000. Un grand merci à eux... Franchement ça me redonne un gros coup d'énergie au moral. A l'intérieur, c'est pareil... Gros accueil... Je crois qu'on ne mets pas assez en valeur tous ces gens qui font un travail formidable. Je leur dis "MERCI" et "BRAVO". Je vais prendre un petit quart d'heure pour recharger les batteries au coca, chips, saucisson sec, profiter quelques instants de l'invitation d'une chaise, échanger quelques impressions avant de repartir pour le gros morceau de l'aventure.

                  Fougax: La fontaine, le lavoir, l'église 

Petit trot tranquille pour quitter le village, sans oublier quelques photos souvenirs, avant de retrouver un sentier sympa qui longe la rivière au milieu d'une forêt de pins immenses

 

                                         Joli sentier

Ce petit moment de balade bucolique, va bientôt prendre fin. Maintenant c'est la longue montée qui amène au château de Montségur, le point clé du parcours.

                          Vers le chateau de Montségur

                                   La montée... un peu glissante

                              qui monte encore... et qui glisse toujours

 

                              Le chateau vu de Serrelongue

Hameau de Serrelongue: Je suis à la moitié de la montée. Je fais une petite pause photo et un randonneur qui patauge aussi me propose de me prendre en photo devant le château... Sympathique attention.

Je repars en marchant, et une féminine visiblement plus aguerrie que moi à la traversée des marécages me double en courant d'air.

    citadelles_21.jpg                                                    Chemin-marécage           

 Avant l'arrivée au col une bonne dizaine de coureurs vont me doubler. Il est pas en grande forme Papychan66, mais la volonté d'arriver au bout est toujours intacte... Un peu de ravitaillement, quelques plaisanteries avec les bénévoles du stand et direction la résidence d'été des rois Cathare... Au bout de l'escalier à droite???

    citadelles_22.jpg 

                                La montée finale vers le chateau

La montée se fait plus rapidement que prévu grâce à une féminine qui me rattrape, me double et à qui j'essaie de m'accrocher tant bien que mal jusqu'en haut. Ici malgré le ciel couvert, la vue est magnifique.

   

                              Vue vers l'ouest sur les massifs enneigés

  

                      Vue sud-ouest

   

                    Lavelanet et la longue crête finale

Avant d'attaquer la descente, il faut faire le tour de la propriété... et reprendre le chemin aller.

                               Le gîte

Le sentier qui mène à Montferrier est agréable... et complet (boue, racines, rochers glissants, ruisseaux), tout ce qu'il faut pour se faire plaisir. Un bon nombre de coureurs me doublent encore. Ce n'est toujours pas la grande forme, mais il me semble que l'état hypoglycémique s'estompe.

Ravitaillement de Montferrier: 7h49 de course (230ème)

                       Montferrier

Grosse pause ravitaillement. Je goute à tout ce qui se présente, et il y a du choix     . C'est le même régime à chaque arrêt... Coca, soupe, sucré, salé... Les ravitaillements sont vraiment bien fournis et les bénévoles très sympas.

Après ce petit quart d'heure de repos, je repars en trottinant dans un état qui me rassure, mais pas très longtemps. Avant la longue traversée boueuse de la forêt de Mondini, il y a un vrai raidillon de pierres bien rondes et lisses.

                    Joli sentier typique dans la Forêt de Mondini

Je me retrouve avec une bretonne qui dit ne pas être très montagnarde, mais qui a une cadence à en faire pâlir plus d'un. On va faire toute la traversée à 4... 2 qui montent bien et 2 qui descendent bien. Au final on se retrouve ensemble sur la route. Une grosse averse de giboulets nous tombe dessus , qui disparait aussi vite qu'elle est apparue. 

La forme étant de retour, je décide d'accélérer en marchant et à ma grande surprise personne ne suit. Je me retrouve seul jusqu'au château de Roquefixade. Enfin un vrai chemin "propre" sur le versant ouest avec une vue superbe.

                    La plaine ouest avant le chateau de Roquefixade

      citadelles_32.jpg  

                                En arrivant à Roquefixade

 Mais pour arriver à un des meilleurs point de vue de la région, il y a encore ce petit sentier bien raide qui contourne les ruines et mène au plateau qui les domine.

                  Le château de Roquefixade

                                   Roquefixade

  citadelles_36.jpg  

                                          Début de la descente vers Roquefort les cascades

Je pense que la descente sur Roquefort est la plus caractéristique des Citadelles. C'est un vrai moment d'anthologie. C'est ici que j'ai appris à "aimer" la boue l'année dernière. Sans aller très vite je rattrape et double beaucoup de monde. Il faut dire que ceux qui n'ont pas pris les bâtons ont l'air un peu "handicapés"... Je les trouve particulièrement courageux.

Heureusement pour finir cette descente éprouvante, il y a la cerise sur le gâteau... Le passage aux cascades... MAGNIFIQUE!! MAGIQUE!!  J'ai l'impression d'avoir bien récupéré dans la descente.

Ravitaillement de Roquefort les cascades: 10h26 de course (232ème).

Un petit quart d'heure de pause histoire de tailler une petite bavette avec 2 pompiers qui s'affairent à retaper un genou mal en point. Le soleil nous a rejoint et franchement ça revigore les organismes qui commencent à fatiguer. 3 verres de coca, 2 verres de soupe et je repars seul pour les derniers Kms. Pas de précipitation quand même, il reste quelques cotes sévères. J'estime à 2 heures le temps de course restant... donc arrivée vers 18h40. La fatigue a disparu, la foulée est plus aérienne mais je ne vais pas trottiner longtemps.... Voir la photo  

    citadelles_38.jpg                                        La marre aux grenouilles 

 Il reste encore 2 Kms à patauger. 2 solutions s'offrent à moi, passer à gauche sur le talus glissant... pour finir allongé dans "la grande bleue" ou passer tout droit au royaume des grenouilles. A ce niveau de la course je vais opté pour la deuxième solution. L'eau n'est pas très froide et ça fait du bien aux petons qui commençaient à chauffer. On se croirait au beau milieu du marais poitevin. Le sentier rejoins la rivière et il faut faire attention ou l'on pose les pieds. Maintenant je marche d'un bon pas et je rattrape beaucoup de monde. L'avant dernier raidillon juste après le village de Pereille passe comme une lettre à la poste. Sur la route qui mène à Raissac, je maintiens une belle allure 

Raissac: Dernier village avant l'arrivée. Le mur qui mène à la crête est là, bien dressé face à nous, comme un dernier défi. En ce qui me concerne, je préfère cette montée bien raide à la crête qui suit. Elle ne m'avait pas laissé un très bon souvenir l'année dernière. Dans la montée je double 3 coureurs, puis 5 sur la crête et enfin encore 3 dans la dernière glissade finale (40 ans de ski... ça aide à mieux glisser).

Arrivée en 12h39 (214ème) , sans casse et content d'avoir fini après une bonne gestion de course et sans avoir trop puisé dans les réserves .

Ce fut une expérience formidable, que je ne souhaite pas renouveler maintenant.... Mais....??????

Un Grand "BRAVO" et un Grand "MERCI" à l'organisation et aux bénévoles formidablement accueillants et serviables.

 

Prochaine étape: les balcons d'azur (52 Km) dans 3 semaines.

 

 

 

8 commentaires

Commentaire de pcm66 posté le 06-04-2010 à 23:39:00

Bravo papychan et bonne poursuite de tes travaux d'hercule 2010!

Commentaire de Berty09 posté le 07-04-2010 à 00:27:00

On sent l'expérience pour une épreuve si dure.Bravo pour ta course.

Commentaire de Francis31 posté le 07-04-2010 à 06:37:00

Belle gestion de l'effort pour un beau finish.Bravo tout simplement.

Commentaire de gdraid posté le 07-04-2010 à 09:14:00

Encore un récit magnifique !
Merci Papychan66, pour ces témoignages en très belles photos, de vos souffrances et de vos émerveillements.
Bravo pour tes qualités de Finisher, sur cet horrible parcours collant, de 73km.
JC

Commentaire de robin posté le 07-04-2010 à 11:47:00

Merci pour ce beau compte rendu ! superbes photos ! Mon dieu qu'il paraît redoutable ce trail !

Bravo belle course !

Commentaire de suzume06 posté le 07-04-2010 à 13:38:00

Merci Papychan66 pour ton récit et tes photos. Tu as super bien géré. Peut être à l'an prochain ?

Commentaire de laulau posté le 07-04-2010 à 22:21:00

Bravo pour ta course, ce récit et ces belles photos.

Commentaire de Linette06 posté le 09-04-2010 à 13:47:00

Un grand bravo Gérald! Quelle course magnifique, et menée de main de maitre.
Tes photos m'ont rappelé bien des souvenirs.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran