Endurance et souffle

Discussions sur des sujets "sérieux" en rapport avec la course à pied.
Entrainement, physiologie, nutrition, blessures, gestion de course, ...

Messagepar carpediem5 » sa fiche K
» 26 Nov 2016, 14:53

Bonjour,

Je débute pour le running. J'ai besoin d'aide et d'infos pour améliorer mon souffle et par conséquent l'endurance. Existe-t-il des exercices pour développer le souffle ou pour apprendre à respirer?Au bout d'une heure, je n'avance plus. Un vrai boulet.... Un ami m'a parlé d'un centre sur Paris qui améliore la capacité respiratoire: "SimAlti". Quelqu'un connait ou a déjà expérimenté?
Merci pour toutes vos réponses.
Bon week-end.
Bien à vous,

Messagepar Le Lutin d'Ecouves » sa fiche K
» 26 Nov 2016, 14:59

J'ai entraîné plusieurs débutant(e)s au marathon et un de mes premiers conseils a été: "Surtout ne pense pas à ton souffle, respire normalement."

Chercher à réguler son souffle c'est le meilleur moyen d'avoir un point de côté.
Dernière édition par Le Lutin d'Ecouves le 26 Nov 2016, 15:00, édité 1 fois au total.

Messagepar Marathonnerre » sa fiche K
» 26 Nov 2016, 15:00

carpediem5 a écrit:Bonjour,

Je débute pour le running. J'ai besoin d'aide et d'infos pour améliorer mon souffle et par conséquent l'endurance.


C'est en pratiquant régulièrement que les améliorations viendront. En principe respiration est " naturelle ".

Messagepar Cybloc » sa fiche K
» 26 Nov 2016, 19:11

Si problème important de souffle, genre essoufflement, mal à respirer à l'effort, il est peut être nécessaire de consulter ton médecin.
:roll:

Messagepar Mams » sa fiche K
» 30 Nov 2016, 14:13

Déjà, travailler les différentes allures. Si tu es essoufflé en courant en endurance fondamentale, c'est peut-être dû à un manque d'entraînement, ça passera donc au bout de quelques séances avec augmentation progressive de la durée.
Si c'est pendant des séances à intensité élevée, surtout si tu n'as pas l'habitude, c'est normal :wink:
Sinon, ça peut aussi être de l'asthme d'effort et là il faudrait voir un pneumologue.
Avant de claquer du pognon dans des solutions miracles, mieux vaut travailler les fondamentaux. Tu trouveras plein de conseils sur les différents topics liés aux allures et à l'entraînement ...

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 30 Nov 2016, 14:27

Je ne sais pas si ça peut t'aider, mais voilà : depuis quelques semaines je constatais un essoufflement anormal, et un cardio emballé qui me posait carrément un problème pour rester en ef.
Médecin, prise de sang, verdict : anémie.
Ce qui ne veut pas dire que ce soit ton cas, mais il peut effectivement y avoir des explications médicales si tu ne t'entraines pas trop vite.

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 29 Juin 2020, 20:35

Bonsoir,

Je remonte ce topic - pour constater que j'étais la dernière dessus. :shock:
Mon souci de l'époque, à savoir une dérive cardiaque qui intervient très rapidement, une difficulté à rester en ef, des performances bien meilleures en hiit et une incapacité à progresser, se résument à ceci : asthme d'effort - certifié pneumologue.

Après des années de recherches diverses, à creuser côté coeur, prises de sang en tout genre, fausses joies et découragements, je suis donc à l'Airomir, qui m'aide bien mais ne fais que limiter les dégats.

Il y a-t-il parmi vous des gens qui partagent mon problème et pourraient m'aider à le surmonter (au moins en partie) car mon pneumo n'est pas sportif et n'est d'aucun secours dans ce domaine. :cry:

Merci à tous

Messagepar banditblue29 » sa fiche K
» 29 Juin 2020, 21:32

Caracole a écrit:Bonsoir,

Je remonte ce topic - pour constater que j'étais la dernière dessus. :shock:
Mon souci de l'époque, à savoir une dérive cardiaque qui intervient très rapidement, une difficulté à rester en ef, des performances bien meilleures en hiit et une incapacité à progresser, se résument à ceci : asthme d'effort - certifié pneumologue.

Après des années de recherches diverses, à creuser côté coeur, prises de sang en tout genre, fausses joies et découragements, je suis donc à l'Airomir, qui m'aide bien mais ne fais que limiter les dégats.

Il y a-t-il parmi vous des gens qui partagent mon problème et pourraient m'aider à le surmonter (au moins en partie) car mon pneumo n'est pas sportif et n'est d'aucun secours dans ce domaine. :cry:

Merci à tous


Change de pneumologue.... :wink:

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 30 Juin 2020, 09:15

Je ne vois pas bien ce que tu entends par là?..... :?:

Messagepar banditblue29 » sa fiche K
» 30 Juin 2020, 10:26

Caracole a écrit:Je ne vois pas bien ce que tu entends par là?..... :?:


Ton pneumologue n'est pas sportif, il n'est d'aucun recours dans ce domaine.
Du coup, cherche z'en un qui soit en mesure de t'aider, soit par un changement d'approche, soit parce qu'il a un parcours différent, soit parce que les sportifs font partie de sa patientèle....
Ton pneuno est sûrement très bien pour la majorité de sa patientèle mais peut-être pas pour répondre à tes besoins/attentes particulières ?

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 30 Juin 2020, 10:58

Oui d'accord.

Mais vois-tu si je m'adresse à ce forum, c'est parce que de plus en plus, j'ai le sentiment que les médecins ne s'intéressent pas aux problèmes qu'ils estiment être "de confort".
Dans la mesure où mon problème ne peut pas être reglé de manière médicale, dans la mesure où ma santé n'est pas en péril, que je peux même trottiner, avoir une "activité physique régulière", ils s'en fichent totalement.
J'ai même vu une fois un médecin du sport, qui était même Président de son association, qui était ventripotent, pas sportif, passablement escroc.... on fait quoi après ?

As-tu une idée, dans le désert médical que représentent nos territoires, de la quantité de spécialistes que je devrais consulter pour en trouver un qui soit pneumologue, intéressé par un cas d'asthme bénin, coureur à pied avec un peu de temps à me consacrer pour me conseiller?

Le problème étant relativement banal, j'espérais trouver ici quelqu'un qui ait le même et m'explique la façon dont il (elle) s'entraine, s'arrange pour courir un peu.

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 30 Juin 2020, 10:58

Oui d'accord.

Mais vois-tu si je m'adresse à ce forum, c'est parce que de plus en plus, j'ai le sentiment que les médecins ne s'intéressent pas aux problèmes qu'ils estiment être "de confort".
Dans la mesure où mon problème ne peut pas être reglé de manière médicale, dans la mesure où ma santé n'est pas en péril, que je peux même trottiner, avoir une "activité physique régulière", ils s'en fichent totalement.
J'ai même vu une fois un médecin du sport, qui était même Président de son association, qui était ventripotent, pas sportif, passablement escroc.... on fait quoi après ?

As-tu une idée, dans le désert médical que représentent nos territoires, de la quantité de spécialistes que je devrais consulter pour en trouver un qui soit pneumologue, intéressé par un cas d'asthme bénin, coureur à pied avec un peu de temps à me consacrer pour me conseiller?

Le problème étant relativement banal, j'espérais trouver ici quelqu'un qui ait le même et m'explique la façon dont il (elle) s'entraine, s'arrange pour courir un peu.

Messagepar Trixou » sa fiche K
» 30 Juin 2020, 16:29

Hello Caracole,
J'ai été diagnostiqué asthmatique lors de mon service militaire car je n'arrivais pas à suivre durant les premiers footing hivernaux.
La prise (bi)quotidienne de ton traitement de fond devrait te permettre à moyen terme (quelques mois) de reprendre une vie normale, même concernant la progression sportive (j'ai fini parmi ceux qui attendaient les autres en haut en fumant la clope lors des sorties ski de rando)
En plus de ton traitement quotidien tu dois avoir une prescription pour de la ventoline dans certains cas, et en particulier en cas d'effort. Ca a peut-être changé mais à l'époque on était déclaré asthmatique quand la prise de ventoline augmentait de plus de 15% la capacité respiratoire -> pour les gens normaux c'est un dopant qui aide un peu, pour nous c'est le turbo boost :mrgreen:
Personnellement, contrairement à la prescription, je n'en prends pas "à l'entrainement", ni sur des courses longues où l'augmentation du rythme cardiaque pourrait diminuer l'endurance, je n'en ai pris qu'avant quelques courses courtes. Je pense que sur des sorties d'entrainement "rapides" ca serait plus efficace d'en prendre en terme de progression, mais je limite au maximum. Aucune culpabilité quand j'en ai pris avant le départ d'une course, ca nous permet juste de retrouver nos capacités normales, sans l'inflammation et le rétrécissement chronique des bronchioles.
Il m'est arrivé d'arrêter le traitement de fond pendant plusieurs mois, car les sensations étaient bonnes, mais à chaque fois que j'ai refait un examen mon médecin m'a demandé d'un air suspicieux "vous suivez bien toujours votre traitement ?". C'est un peu rageant mais ce n'est pas le genre de truc qui guérit semble t'il...
Pour finir je te conseillerais d'aller voir un allergologue pour t'assurer que ton asthme n'est bien dû qu'à l'effort et n'aurait pas des composantes allergiques.
-> Prends ton traitement, soit patiente, et tu devrais reprendre ta progression :D

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 30 Juin 2020, 18:15

Salut Trixou,

Merci pour ton message qui me remonte le moral, pas en ce qui concerne les possibilités de guérison (auxquelles je ne croyais pas) mais concernant les améliorations apportées par le traitement.
Je note au passage que mon généraliste en évoquant le diagnostic évoquait un traitement bi-quotidien, alors que le pneumo me prescrivait juste une à deux bouffées avant le sport... à afiner mais tu vois, ton expérience est intéressante.

Jusqu'ici l'Airomir a l'air de fonctionner (je n'en prends que depuis quelques jours) et je me réserve la possibilité de piquer un flacon de Ventoline à mon fils qui ne s'en sert jamais.
C'est quand même une vacherie, ce truc! Dans mon cas ça s'est installé sournoisement, progressivement, et ça fait des années que je tourne autour sans le détecter.
En fait il a fallu que je harcèle mon généraliste pour qu'il se prenne un peu la tête et m'envoie (enfin) voir le bon spécialiste.

Tu ne connaitras jamais ça, mais quand une femme passe la barre des 50 ans, tout ce dont elle peut se plaindre (sauf un truc flagrant) est mis sur le compte de la ménopause. Pénible.

Et puis tu as raison pour l'allergologue, je vais y faire un tour à la rentrée.

Merci encore, bonne soirée.

Messagepar banditblue29 » sa fiche K
» 30 Juin 2020, 18:55

Caracole a écrit:Oui d'accord.

Mais vois-tu si je m'adresse à ce forum, c'est parce que de plus en plus, j'ai le sentiment que les médecins ne s'intéressent pas aux problèmes qu'ils estiment être "de confort".
Dans la mesure où mon problème ne peut pas être reglé de manière médicale, dans la mesure où ma santé n'est pas en péril, que je peux même trottiner, avoir une "activité physique régulière", ils s'en fichent totalement.
.......
As-tu une idée, dans le désert médical que représentent nos territoires, de la quantité de spécialistes que je devrais consulter pour en trouver un qui soit pneumologue, intéressé par un cas d'asthme bénin, coureur à pied avec un peu de temps à me consacrer pour me conseiller?

Le problème étant relativement banal, j'espérais trouver ici quelqu'un qui ait le même et m'explique la façon dont il (elle) s'entraine, s'arrange pour courir un peu.


Ma remarque n'a pas vocation à être blessante ou autre, c'est une façon courte de dire, que celui qui sait comment il se sent, c'est toi.... Donc quand on n'est pas satisfait du "service" on continue de chercher (et le forum te donnera des pistes).
A titre perso, si je m'étais contentée de l'avis des uns et des autres, professionnels de santé, je ne serai plus en état de courir ou de veloter.... Pour cause de multi-tendinites et sûrement dépression.
Les douleurs, c'est pas toujours une fatalité... :wink: .

Messagepar Trixou » sa fiche K
» 30 Juin 2020, 19:42

Caracole a écrit:Salut Trixou,

Merci pour ton message qui me remonte le moral, pas en ce qui concerne les possibilités de guérison (auxquelles je ne croyais pas) mais concernant les améliorations apportées par le traitement.
Je note au passage que mon généraliste en évoquant le diagnostic évoquait un traitement bi-quotidien, alors que le pneumo me prescrivait juste une à deux bouffées avant le sport... à afiner mais tu vois, ton expérience est intéressante.

Jusqu'ici l'Airomir a l'air de fonctionner (je n'en prends que depuis quelques jours) et je me réserve la possibilité de piquer un flacon de Ventoline à mon fils qui ne s'en sert jamais.
C'est quand même une vacherie, ce truc! Dans mon cas ça s'est installé sournoisement, progressivement, et ça fait des années que je tourne autour sans le détecter.
En fait il a fallu que je harcèle mon généraliste pour qu'il se prenne un peu la tête et m'envoie (enfin) voir le bon spécialiste.

Tu ne connaitras jamais ça, mais quand une femme passe la barre des 50 ans, tout ce dont elle peut se plaindre (sauf un truc flagrant) est mis sur le compte de la ménopause. Pénible.

Et puis tu as raison pour l'allergologue, je vais y faire un tour à la rentrée.

Merci encore, bonne soirée.


Attention je viens de voir que l'airomir n'est pas un traitement quotidien mais plus un équivalent à la ventoline. Ne pas prendre Airomir et ventoline !
Bizarre que ton médecin te donne uniquement un traitement d'appoint et pas de fond...

Sinon je ne pense pas que ça te soit arrivé petit à petit, moi aussi le diagnostic m'avait surpris car j'étais sportif, mais je ne courrais pas, je pense que la CAP est un bon révélateur de cette maladie.

Messagepar banditblue29 » sa fiche K
» 30 Juin 2020, 22:31

Trixou a écrit:
Attention je viens de voir que l'airomir n'est pas un traitement quotidien mais plus un équivalent à la ventoline. Ne pas prendre Airomir et ventoline !
Bizarre que ton médecin te donne uniquement un traitement d'appoint et pas de fond...

Sinon je ne pense pas que ça te soit arrivé petit à petit, moi aussi le diagnostic m'avait surpris car j'étais sportif, mais je ne courrais pas, je pense que la CAP est un bon révélateur de cette maladie.


Si traitement d'appoint, c'est peut-être que le pneumo pense que ce n'est pas de l'asthme chronique et que la cause est "conjoncturelle" (ménopause, syndrome prémenstruel, etc....). Retour à la case départ :? .
Les pneumo sont moins réticents que les généralistes à prescrire de la ventoline.... En traitement d'appoint (dixit notre généraliste ancienne urgentiste).

Pour ma part, j'ai eu de l'asthme vers 11/12 ans jusqu'à 15 ans quand j'ai commencé le vélo en compétition. Ensuite, cela s'est estompé et l'eczéma est revenu. Aujourd'hui, ni l'un, ni l'autre mais une meilleure gestion de mon stress :wink:

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 01 Juil 2020, 07:32

Mais c'est quoi, c't'histoire? Pourquoi le pneumo ne me donne pas de traitement de fond?
@Bandiblue : en aucun cas il ne m'a parlé de ménopause, (d'ailleurs je ne suis pas ménopausée) je lui ai expliqué que le problème dure depuis un moment. Qu'il ait pensé que ça pouvait être lié à une allergie, soir, mais il ne m'a pas conseillé d'aller voir un allergologue.

Ceci dit l'Airomir me fait du bien quand même : mon généraliste m'en avait prescrit il y a quelques semaines, un peu agacé que je revienne sur le sujet, pour se débarrasser du truc m'avait-il semblé. Matin et soir, indifféremment de la CAP.
Au bout de quelques jours je pouvais re-courir, ce que je ne faisais plus. J'ai arrêté le traitement une semaine avant d'aller voir le pneumo, et les problèmes ont recommencé.
Maintenant j'ai repris et j'espère que cette fois ça suffira!

@Trixou : tu prends quoi comme traitement, toi?

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 01 Juil 2020, 08:07

Je viens de regarder ce qu'est le traitement de fond : corticoïdes et anti-inflammatoires.
Au repos, mon Exploration fonctionnelle respiratoire est excellente. Il a donc sans doute préféré commencer par le traitement d'appoint.
On verra bien sur la durée si ça suffit.

Messagepar Trixou » sa fiche K
» 01 Juil 2020, 14:04

Symbicort pour moi.

En effet si au repos tu n'as pas de soucis c'est différent...

Tiens nous au courant.

Messagepar Kashmir57 » sa fiche K
» 01 Juil 2020, 14:32

Bonjour .
Je rejoins un peu Trixou sur le fond . On m'a diagnostique de l'asthme et des allergies a 30 ans et j'ai été traité pendant 5 ans par une désensibilisation . Je suis suivi ( enfin c'est quand même moi qui fait la démarche ) par un pneumo-allergologue .Un nouveau car l'ancienne est décédé il y a 3 ans et que je vais voir la " nouvelle " dans 15 jours .
Je prends de la Ventoline avant chaque effort ( CAP ou vélo ) sinon ca commence a siffler . Au repos , rien ( sauf de l'aérius de temps en temps mais cela est rare et tiens plus de l'allergie ) .J'ai fait 2 crise d'asthme et j'avoue c'est assez angoissant et c'est même très dangereux ( surtout pour moi :( ) .
Je ne sais pas si cela peut t'aider Caracole , mais c'est vrai que pour trouvez des médecins spécialistes il faut galérer un peu .Le mien est a 50 km de mon domicile mais cela ne me dérange pas trop car " normalement je ne devrais le voir qu'une fois par an pour un contrôle .Bon courage !

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 01 Juil 2020, 15:27

Merci pour vos réponses.

Je suis déconcertée cependant car un asthme "d'effort" vient tout de même de quelque part (allergie? maladie inflammatoire?) et je trouve curieux d'être obligée d'interroger des gens sur un forum de course à pieds...

Voilà des années que je harcèle mon généraliste pour savoir pourquoi cycliquement je suis gênée pour courir, qu'on fait des prises de sang, des bilans cardiaques, des tests d'effort, et que ça ne donne rien.
Maintenant c'est "asthme d'effort" - sans recommandation de recherche d'allergie - sans explication, sans traitement réel....

J'ai quand même eu droit à "vous devriez voir une sophrologue" genre "cocotte, tu me soules, je ne sais pas trop ce que tu as et je m'en fous" et "ça doit être la pré-ménopause": on les connait ces bonnes femmes, toujours à se plaindre de quelque chose et à se regarder le nombril....

N'empêche que pour quelqu'un qui pête le feu, qui court depuis 5 ans, qui t'aligne 30 burpees comme qui rigole, et bien je suis une m.... en ef, je n'ai que peu progressé dans ce domaine, et depuis septembre je vois une augmentation de ma fc pour une même allure, et depuis mars je ne pouvais plus courir en ef.
J'espère que l'amélioration que j'ai pu noter avec l'Airomir va perdurer parce que j'en ai marre.

Je vous tiens au courant!

Messagepar Chamalau » sa fiche K
» 01 Juil 2020, 22:36

Oh là là Caracole, comme je me reconnais dans ce que tu racontes.

Oui, c'est très difficile de trouver un médecin qui prenne en compte la composante "sportive" d'amateures de plus de 50 ans... Pour eux, du moment que ça va au quotidien, en gros qu'on puisse aller travailler et assurrer bouffe et ménage, tout va bien. Même les médecins du sport, ils sont ok pour soigner de jeunes athlètes compétiteurs, mais pour nous, la seule proposition de leur part à tous, c'est de changer de sport, ou d'en faire moins, moins vite ou d'arrêter.
De plus il y a peu de spécialistes, de 2 à 6 mois d'attente pour avoir un rdv, alors avant de trouver "le" bon, on perd facilement 1 an ou plus....

A l'âge de 11 ans j'ai commencé à faire de l'eczéma.

A partir de 25 ans l'eczéma s'est atténué et un jour, lors d'une marche en montagne, j'ai fait ma première crise d'asthme, importante et très angoissante.
Je suis allée voir mon généraliste qui a décrété que cela ne pouvait pas être de l'asthme car je n'en n'avais jamais fait avant et il m'envoie chez le cardiologue. Le cardiologue m'a trouvé un petit coeur, pas adapté à l'effort, mais qu'avec de l'entraînement en endurance cela devrait aller mieux.
Je suis malgré tout allée voir un pneumologue/allergologue, qui a trouvé une alergie au pollen de bouleau et aux graminée. Pour lui c'est donc de l'asthme allergique déclenché par l'effort.
A cette époque je courrais peu, mais à chaque tentative de course, dès que le cardio montait, je faisait une crise d'asthme. J'ai donc arrêté mes tentatives ...

Vers 35 ans, je faisais de moins en moins de crises d'athme et j'ai commencé a avoir de la conjonctivite allergique. Le tableau eczéma, remplacé par l'asthme, remplacé par la conjonctivite allergique est typique de l'atopie (ce n'est pas un médecin qui me l'a appris, mais un représentant de Mustella venu faire un topo pour vendre sa crème!!!).

Quelques années après je me suis mise à la course à pied, sans gros soucis. Il m'arrivait de faire des crises d'asthme, mais pas plus de 2 ou 3 par an, toujours dans les conditions suivantes:
- lors d'un effort soutenu; fractionné, montée, sprint en fin de course....
- très souvent associé à des conditions météorologiques: chaleur, lourdeur
- très souvent associé à beaucoup de pollen en suspension dans l'air, ou à du brouillard.
Dès je je m'arrêtais de courir et prenais de la ventoline la crise cédait immédiatement.

Il y 2 ans, le printemps a été très chaud et orageux. Je faisait crise sur crise, mais toujours à l'effort. Mon généraliste m'a prescrit en traitement de fond des corticoïdes, des anti-histaminiques et de la ventoline avant l'effort. Sans réelle amélioration. Enfin si, plus de crise, mais chaque run était difficile, je ne faisait que de l'endurance, sans énergie, avec très vite des jambes lourdes et des idées noires tourbillonants dans la tête, pas franchement un essouflement mais une respiration pénible. Je devais faire un marathon, j'ai dû y renoncer, ne pouvant pas me préparer. Mors du renouvellement du traitement, il a rfisé de changer de molécule, me disant qu'il faisiat chaud, qu'il y avait beaucoup de poussières, qu'on verrait à l'automne avec la chute des températures.
Puis en septembre, un jour où il faisait pas trop chaud, j'ai fait une grosse crise avec la gorge complètement bloquée, alors que je courais tranquillement. Du coup je me suis fait pistonner pour être première sur la liste à avoir un rdv qui s'annule chez un pneumologue.

Aux tests cutanés, rien, plus d'allergie. Son interrogatoire tourne autour de l'allergie. Quand j'essaie de lui expliquer mes symptômes et ressentis, il a un oui oui évasif et revient sur le terrain de l'allergie.
On va faire les tests fonctionnels et là il est super étonné: "Mais madame, vous êtes clairement asthmatique!" Ah ben oui, ça fait 6 mois que je respire mal, je le sens bien que je suis asthmatique, il serait peut-être bon que les personnes qui peuvent m'aider veuillent bien l'entendre!
Il était un peu embêté car ce n'est pas de l'asthme allergique, ni de l'asthme professionnel, ni de l'asthme d'effort pour lui car officiellement la crise apparaît après l'effort.
En traitement, je dois arrêter les anti-histaminiques, continuer la ventoline avant l'effort et en cas de crise, continuer les corticoïdes et il a ajouté la molécule Montelukast (spécifique de l'asthme d'effort). Et cette molécule a été LA solution miracle pour moi: trois jour après je courrais normalement, sans gêne respiratoire, sans jambes lourdes, sans idées noires, j'ai pû me réentrainer et j'ai fait une belle saison hivernale.
6 mois après j'ai progressivement diminué les traitements pour les arrêter complètement au bout d'un an. J'ai juste gardé la ventoline au départ d'une course, mais c'est plus psychologique, je me dis que je vais bien respirer donc bien courir. :lol: :lol: :lol:

Au dernier contrôle il m'a dit qu'au niveau bronchique il n'y avait plus rien.

En faisant des recherches sur le net, j'ai trouvé de rares articles qui parlaient d'asthme intrinsèque, c'est à dire asthme sans cause clairement établie. Et comme par hasard, cet asthme touche plus les femmes de plus de 40 ans.

Je me suis également inscrite dans un club d'apnée, et cela aide à dédramatiser la respiration et supporter la sensation de ne pas respirer, voire de calmer le jeu quand les poumons commencent à s'emballer.

J'espère que mon témoignage va t'aider, ne perds pas espoir.

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 02 Juil 2020, 07:34

Bonjour Chamalau,

Merci pour ton témoignage, tu as dû vivre des grands moments de solitude! :wink:
Je me souviens d'une crise que j'ai faite il y a des années. J'étais partie courir alors que j'étais dans une phase merdique de ma vie. Je courais assez vite pour me défouler, et je me suis mise à pleurer. Et là, stoppée net, impossible de respirer. J'ai mis quelques minutes (c'est assez flippant) à retrouver mon calme et je suis repartie en marchant.
Evidemment j'ai pris ça pour une crises d'angoisse (pas faux non plus) et je ne me suis pas attardée dessus. C'était sûrement un signe quand même.

J'ai aussi des problèmes gastriques (comme toi, j'ai dû renoncer à refaire un marathon une année parce que l'entrainement me retournait le bide, à proprement parler) et je crois que ça n'aide pas non plus (les reflux provoquent des brûlures dans la cage thoracique).

Ce que tu dis à propos du Montélukast m'intéresse vivement. L'allegologue en a prescrit à mon fils qui n'a jamais fait d'asthme de sa vie. J'en ai une boîte à la maison, je vais voir avec mon généraliste si je peux en prendre.

Je vais aller courir tout à l'heure, je vous dirai ce que ça donne.
Ces derniers temps c'était 2km à 8,5km/h en ef, puis sans accélérer la fc monte, monte....
Avec l'Airomir c'est mieux mais pas encore ça. Hors de question de courir une heure en ef en pensant à autre chose, ce que je devrais pouvoir faire depuis 5 ans que je cours très régulièrement.

A plus!

Messagepar Chamalau » sa fiche K
» 02 Juil 2020, 08:26

Tu décris ta crise d'asthme/angoisse..... c'est exactement la même chose que j'ai ressenti lors de ma dernière grosse crise avant de consulter.
D'abord la gorge serrée, les larmes qui montent aux yeux, je m'en voulais même de pleurer "juste" parce que je n'arrivais pas à suivre les autres et quand l'essoufflement et la suffocation sont arrivés, j'ai compris que c'était une crise d'asthme.

Un rgo est un facteur d'asthme .... un de plus....

Par contre ta fc qui monte même en courant doucement est vraiment étrange..... As-tu le même effet en vélo? As-tu eu le covid ou été en contact avec des personnes covid+?

Perso, j'ai été opérée du tendon d'Achille fin janvier. Là je reprends la course très progressivement depuis 1,5 mois.
Je suis assez essoufflée mais je le mets sur le compte du manque d'entraînement, ce n'est pas la même sensation de respiration difficile que l'asthme. J'en saurais plus quand je pourrais courir 1h d'affilée.

Messagepar Caracole » sa fiche K
» 02 Juil 2020, 10:15

Je n'ai jamais eu un bon indice d'endurance, et je me suis toujours plainte - y compris sur ce forum - d'une dérive cardiaque précoce. Mais les choses se sont nettement aggravées depuis le printemps dernier, jusqu'à ne plus pouvoir courir du tout. Seul l'airomir m'a permis de reprendre.

C'est ce que je fais depuis trois jours, et franchement ça reste frustrant.
Le 29 sans médicament, je n'ai pu courir qu'un km sans m'arrêter pour faire descendre la fc.
Avant hier avec le médicament, j'en ai fait presque trois en courant un chouia plus vite. (après j'alterne marche et trottinement)

Aujourd'hui, c'est à peu près la même chose, un peu plus vite peut être (disons que spontanément je reprends une foulée qui m'est plus naturelle donc j'accélère un peu).
J'ai laissé monter la fc pour voir, j'arrive à 70% de ma FCM à 8,7 km/h!!!! Hallucinant après 4km.

Il faut savoir qu'il y a un an, je faisais 8 km à 9km/h pour 60 ou 63 % de ma FCM. Ce n'était pas extraordinaire certes :mrgreen: mais j'aimerais bien les retrouver.

Retour vers [CàP] Course à pied, trail, marathon, route

Accueil - Haut de page - Version grand écran