Récit de la course : Eco Trail de Paris Ile de France - 50 km 2010, par Ronan 91

L'auteur : Ronan 91

La course : Eco Trail de Paris Ile de France - 50 km

Date : 20/3/2010

Lieu : Versailles (Yvelines)

Affichage : 1378 vues

Distance : 49km

Objectif : Se dépenser

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

CR du 50km de l’éco trail de Paris

Voici mon CR du 50km de l’éco trail de Paris

 

Entre l’hiver pourri qu’on a eu et ma baisse de motivation suite à mon année 2009 un peu trop chargée (quelques semis + 3 marathons + la Saintélyon en 13 mois) , je m’étais dit que l’essentiel pour cet éco trail était de finir en bonne condition et de ne pas trop souffrir.

 

J’ai donc consacré mon entrainement aux sorties longues 2h00, 2h30, 2h50 mais peu d’entrainement dans la semaine (parfois 2/semaine, 3, mais rarement 4)

 

Vendredi soir, je suis hébergé dans ma famille dans le 92. Comme à mon habitude je prépare mes affaires pour le lendemain. J’épingle mon dossard, je sors les chaussettes, le short, je remplis la poche à eau je ferme la poche à eau … heu … où est le bouchon de la poche à eau ????

 

 Et mmmmmmeeeeer ** j’ai oublié le bouchon !!!!!!! J’ai tout prévu, le sifflet, la couverture, les chaussettes de rechange, le PQ, TOUT !!! et j’oublie le bouchon de la pompe à eau.

Du coup avec un élastique je tente de serrer la poche, mais je n’ai plus que 1,5L de contenance au lieu des 2L … et pour couronner le tout ça fuit !! Super ça commence bien !!! Je pars me coucher, tant pis je perdrai du temps au ravito pour remplir la poche.

 

8H réveil après une nuit de bébé, quelle chance d’être logé à proximité et d’être emmené en voiture au départ !!!

 

Arrivé 1h avant le départ, quelques photos souvenir et c’est parti ! Vu le parcours je me suis dit qu’il serait dommage de ne pas l’immortaliser donc je cours avec mon appareil photo à la main.

 
Photo départ

Le début de course se passe bien, je me suis faufilé dans le sas pour ne pas être trop gêné au départ et dans les premières côtes. Aucune idée de mon allure, pas de GPS, pas de cardio …

 

Il commence à faire chaud, rapidement je quitte mon coupe vent. hop je le noue autour de la taille. Encore trop chaud, j’enlève ma casquette que je fixe à mon sac. A présent je ressemble plus au personnage du « guide du routard » qu’à un coureur : la camel bag avec la casquette et le gobelet qui saute dans tout les sens, ma veste autour de la taille, mon appareil photo à la main …

 

Photo milieu
 

Au bout d’environ 1h je suis curieux de savoir où on en est, je demande à un gars à côté de moi. Il me répond qu’on est au km 13 soit 11.8km de moyenne … Wahou c’est pas mal, peut être un peu trop rapide j’ai peur de payer cher sur les derniers km !! Pour l’instant le souffle tient, les jambes tiennent donc on continue d’avancer.

 

Je fais gaffe à ne pas trop boire pour vider ma réserve d’eau de 1.5L trop vite, mais en même temps je sais que pour éviter les crampes, il faut boire …. Alors c’est tout une gestion des réserves en eau qui démarre.

 

1ier ravito km 25 :  au poids de mon sac je me doute que j’ai assez d’eau pour aller au 40ième, je ne remplis donc pas ma poche, par contre je prends un grand verre d’eau, un grand verre de coca, 2 tucs et 2 bouts de fromage que je grignotte en courant et …. que je laisse tomber par terre … Rrrrrrrr !!!!!  Je ramasse le fromage que j’avale, mais je ne retrouverai jamais mon pauvre petit Tuc (bouh ouh ouh)

 

Autour du km 34, une fille va à la rencontre d’un coureur à côté de moi. « Allez super t’es dans les 50 premiers !!! »  du coup je discute avec lui :

« Heu t’es sûr qu’on est dans les 50 premiers, ça me paraît bizarre quand même ? »

« Peut être pas dans les 50 mais dans les 100 premiers sûr ! Il ne reste plus que 5 ou 6 km avant le ravito et après c’est plat voir ça descend ! »

 

Et ben, ça ça me donne des ailes !!! Je ne m’attendais pas à faire ça !

Le ravito du 40km tarde un peu à arriver (bah oui forcément quand on te dit qu’il est dans 5km tu crois que c’est rapide, mais 5km ça passe lentement quand on les attend)

 

Ravito du 40ième : même constat, il me reste de l’eau, je prends donc mon cocktail eau, coca, Tuc et fromage

Le temps de prendre une photo du superbe panorama et c’est reparti !!Pas plus d’1mn d’arrêt au stand.

 

Je n’ai pas l’impression de doubler beaucoup de gens en courant, c’est sur les ravitos que j’en double le plus. Me connaissant je sais que si je plante la tente devant le stand de bouffe il me sera trop difficile de redémarrer … donc plus vite c’est fait mieux ça ira !!

 

Grande descente pour rejoindre les quais, les cuisses commencent à chauffer mais ça va. Je sais que les quais vont sembler long. A la SaintéLyon, les 3km avant l’arrivée m’avaient donné l’impression de faire 20km.

 

Je fais un bout de chemin avec un trailer-pompier qui connaît bien le coin visiblement, il me distancera tout doucement à quelques km de l’arrivée, mais rencontre sympa avec un coureur sympa.

Je commence à avoir un coup de pompe, un gel énergétique me ferait le plus grand bien. Je farfouille dans la poche de mon sac en vain, impossible de mettre la main dessus. Tant pis on y est presque …. je finis mon eau, 1,5L ça fait quand même un peu juste (note à moi même : ne plus oublier le bouchon de sa poche à eau !! )

 

Je croise un photographe : « Plus que 5km t’es 48ième ! ». Oh pétard c’est pas possible, incroyable !! Même dans mes rêves les plus fous je ne l’aurais imaginé !! Si je peux tenir ce classement ça serait génial ! Je me retourne et pas un chat derrière moi … je suis de plus en plus surpris !!

 

Les derniers km sont assez tristes entre les voitures, les trottoirs et les bétonneuses mais c’est le prix à payer pour arriver aux pieds de la dame de fer. Je commence à serrer les dents et fermer les yeux de plus en plus, ça grimace dur. Je ne veux rien lâcher, j’aimerai tant finir dans les 50 premiers ! Un coureur me double, j’en double deux … ça pourrait le faire !

Les cuisses sont bien bien dures, mais la douleur est sur les côtés (pas derrière) donc ça ne devrait pas lacher avant la fin.

 

Finish

 

Plus qu’un km environ, la tour Eiffel est là ! Une dernière route pavée pas très agréable, je choisis de prendre le trottoir de droite … mauvaise pioche, je me retrouve coincé entre une benne à ordure et une voiture, obligé de faire marche arrière pour revenir sur la route pavée … entre temps je me suis fait redoublé par un coureur qui lutait depuis quelques km (bravo à lui le 46ième car il a fini au mental et avait vraiment l’air de souffrir)

 

Dernière ligne droite, j’allonge la foulée prêt à monter les marches permettant d’arriver sous la tour Eiffel … ah non ? L’arrivée est au niveau des quai, petite déception car j’aurai aimé finir entre les 4 pieds de la dame, tant pis … l’année prochaine peut être me laisserai-je tenté par le 80km, mais là on sera dans la cour des « grands » et il faudra une excellente préparation pour tenter de le finir, je suis assez admiratif de tout ceux qui ont terminé ce 80km dans la nuit, la pluie et après + de 12h d’effort !!!

 

Pour finir super heureux de cette course : 4h15 et 47ième mais vraiment étonné de ce résultat. Au delà du grand mystère de la distance réelle de la course (Eco Trail 50 km qui n’en fait que 49 km officiellement mais que 46km officieusement) c’est mon classement qui me surprend.

 

On verra l’année prochaine si je tente le 80km, c’est vrai qu’étant amoureux de la dame de fer, ça me ferait bien plaisir de gravir ses marches pour franchir l’arrivée.

 

Bonne récup à tous et un grand merci aux bénévoles, car sans eux il n'y aurait pas de course !!!

8 commentaires

Commentaire de hellaumax posté le 22-03-2010 à 18:39:00

Félicitations pour ton résultat. A la lecture de ton récit, je t'avoue avoir eu un peu peur pour toi au niveau hydratation et ravitaillement, mais tu as manifestement très bien géré tout ça. Bravo

Commentaire de Tamiou posté le 22-03-2010 à 18:58:00

Harrrrrr!!! satanée poche à eau, moi aussi ça m'a toujours pourri les courses, quand ça fuit pas t'en met plein tes fringues en la remplissant....

En tout cas bravo pour ta perf, les doigts dans le nez en plus, ha c'est quand même beau la jeunesse.

Commentaire de shunga posté le 22-03-2010 à 19:10:00

^^ purée si tu courais pas si vite on pourrait presque être pote. T'es quand même super poisseux.
Mais c'est ce qui mais le piment. Tu gères bien. Impossible à déstabiliser. Bravo !

Commentaire de caro.s91 posté le 23-03-2010 à 08:23:00

Bravo à toi pour ce résultat!

Quant au bouchon, faut en avoir un qui reste attaché ;-) Remarque cela ne prémunit pas d'oublier. Il y a peu de temps, cela m'est arrivé d'oublier le sac plein d'eau à la maison et de m'en rendre compte après avoir roulé 50km!

Caro

Commentaire de RAPH91 posté le 23-03-2010 à 10:45:00

Trop facile le 50kms pour toi ;-).

Bravo et au vu des courses que tu fais et de tes résultats, c'est logique. Tu es un monstre ;-)

L'année prochaine, le 1er étage de la Tour t'attend !!!

Commentaire de elbrubru posté le 23-03-2010 à 14:12:00

Félicitations et super perf! C'est bien un corps qui ne nécessite que peu d'eau ;-)

Commentaire de Ronan 91 posté le 23-03-2010 à 15:00:00

Merci à tous !

ça fait plaisir une communauté de coureurs aussi sympa et drôle !

Vive Kikourou !!!

La prochaine fois il faudra que je prenne contact avec vous pour pouvoir faire un brin de causette avant/pendant/après la course !
Parce que ce qui est bien dans la course à pied au delà de la course en tant que telle, c'est aussi toute l'ambiance qu'il y a autour !!

Commentaire de Bert' posté le 12-03-2011 à 12:01:00

Après 2 bons Eco-Trail 80km, je passe au 50 cette année : merci de ton très bon récit et bravo pour ta perf'. Je vais essayer de m'en inspirer ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran