Récit de la course : Eco Trail de Paris Ile de France - 50 km 2010, par gnouz

L'auteur : gnouz

La course : Eco Trail de Paris Ile de France - 50 km

Date : 20/3/2010

Lieu : Versailles (Yvelines)

Affichage : 1145 vues

Distance : 50km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

50 ou 46 peu importe pourvu qu'on ait mal aux jambes ;o)

 Meteo et matos

 Après 2 semaines d'intenses cogitations autour de thèmes comme la météo, quel t shirt choisir, faut il mettre un collant long, un short ou un string et des tongs, me voila réveillé à 6H30 en ce beau samedi 20 mars...Beau c'est vite dit il pleut, seul le mercure a décidé de pointer son nez depuis hier , au delà des 15. Bon là c'est le petit matin il fait environ 11°C.

Petit déj', je baille tant et plus mon fils a tres mal dormi et nous aussi.
Petit coup de pression avec la pendule, je me hâte quelque peu pour finaliser mon sac.
Au final je pars en short et cuissard et avec un t shirt zippé et des manchettes et un coupe vent sans manches ultra léger. Avec les booster ca donne un bon look de footeux des bois, j'adore ;o)

Metro ligne 6, je baille encore et toujours, tiens un mec en collant!
Stop à bir Hackeim, on se retrouve sur le quai du RER C, où il y a pas mal de coureurs, certains arborent leurs dossards et semblent déjà prets à en découdre...
Dans le train les conversations vont bon train, la méteo, le type de terrain, quelles baskets tu prends, combien de ravitos, quelles courses t'as faites, bref la routine du coureur. On enchaîne avec le bus, on est un peu tassé mais ca passe, direction Versailles.
Il pleuviotte un chouilla, il ya un peu de vent mais rien de catastrophique, d'ailleurs hormis les grosses averses ils ont annoncé jusqu'à 17 ° aujourdhui, ca promet d'être chaud.

Question préparation, ca a été un peu plus juste que pour la saintelyon cette fois. 4 séances par semaine, voire 5 quand vraiment il fallait, pas de seance de renforcement musculaire,hormis les pompes (utile pour supporter le sac à dos...), et surtout gros manque de sommeil (merci mon fils chéri :o) ), bref moyen la forme.Du coup je suis pas hypra serein et même un peu stressé, alors que je grignote tranquillou mon gatosort, arrosé de larges rasades de jus de pomme/ eau. Je m'envoie un gel antioxydant 30' avant le start et rend mon sac coureur. Tiens je viens de croiser Dominique Chauvelier qui s'échauffe...ca va envoyer!
 
la course  
 
Je repasse la veste par dessus le tout car mine de rien ce petit vent te refroidi, autant être bien avant de partir. Je rentre dans le sas de départ et suis bientot rejoint par Nathalie et Jean Marc. Le briefing est assez inaudible, ca papote dans tous les sens. Re élément de stress pour un manique de la préparation mentale comme moi, je n'ai aucune idée de l'emplacement des difficultés, de la longueur des montées, de leur fréquence, des sequences de plat, bref l'inconnu total.
Musique d'ambiance je n'allume pas encore l'Ipod et me laisse bercer par la douce mélopée (hum...) puis c'est le départ, on marche dans la cohue jusqu'à l'arche puis ca pousse eton part en courant direct. Le rythme est assez rapide pour un départ c'est la grosse ambiance, on fait le tour du grand canal pour étirer le peloton et moi je perds Nathalie et Jean Marc. Comme ca part fort, je décide de suivre, ce qui n'est pas forcément très malin. C'est très roulant on courre, c'est tranquille, pas de difficulté, on sort de versailles on alterne les sentiers faciles, la route et les sections (petites) en ville puis c'est les bois. Un peu de gadoue mais rien de très hardcore, globalement ca reste super roulant. 
Les bénévoles sont super cool , ca sourit de partout, on nous encourage (merci les prenoms sur les dossards ), c'est  la fête. Les bois traversés sont vraiment sympas globalement, on se croirait vraiment très loin des villes par moment. Dans le peloton ca continue à une allure que je trouve un peu rapide pour moi, donc je lève le pied sur le plat. Je continue sur ma stratégie de base: marcher dans les montées sans perdre de temps et en profiter pour s'alimenter, accélérer dans les descentes et tranquille sur le plat. Il commence à faire déjà chaud, j'ai abaissé les manchettes et ne regrette pas mon choix de vêtements, nombre de coureurs s'arrêtent pour se changer, déjà trempés de sueur.
 
premier pit stop 
2H24 de course, je sors de ma rêverie (l'ipod ca isole pas mal quand mêle) pour constater que j'arrive au premier ravito. Au vu du timing, j'ai l'impression de m'être complètement emballé sur la première moitié du parcours, il ya peu de monde au ravito je remplis mon camel a bloc (aouch 2 litres) en me demandant ce qui c'est passé, le speaker annonçant la 4eme féminine qui arrive au ravito. Gloups, je suis vraiment parti vite. Je retire la veste coupe vent et repars tranquillou. 
La deuxieme partie m'a semblé plus difficile que la premiere, plus de sentes en single, plus d'enchaînements montées descentes, ca y est je commence a sentir mes cuisses. J'ai un peu de mal à manger, suis un peu écoeuré par le sucré on dirait. 2eme gel antioxydant, dans la montée, larges rasades d'eau , je continue à avancer. A un moment des mecs me dépassent, je continue à les suivre de vue, me retourne et là surprise y a plus personne derriere...un peu de bouillasse, de jolies descentes en lacets, des clairieres, c'est vraiment sympa.
2eme pit stop 
Le 2eme et dernier ravito arrive comme le premier, de maniere surprenante, comme un cheveu sur la soupe. Je m'arrete pour remplir un verre d'eau pétillante et repars en marchant en me disant que la mesure du tracé est probablement erronée et sur estimée. Ilf ait de plus en plus chaud et j'ai mal aux cannes, j'ai l'impression de me trâiner depuis le 30ème, shit ca me rappelle le coup du mur des 30 au marathon, j'ai du trop forcer sur la premiere moitié et maintenant je vais prendre cher. Pas tres optimiste le gars...Qu'à cela ne tienne je finis mon verre et repars en trottinant légèrement. Nouveaux sentiers, petite descente et là soudain, j'apercois la tour Eiffel, déjà.
Maintentant j'imagine ce qui m'attend, quelques 9 kilometres de plat et faux plats sur les quais, le truc interminable ou il faut garder du mental pour finir. Je trotinne toujours, a peu pres a 10KMS/heure, ca passe encore, je discute avec un mec au passage qui a l'air de souffrir plus que moi, il s'arrete pour marcher, je continue...Ca y est on est en ville on croise des voitures partout, des bénévoles (merci encore à eux) aux carrefours, ca klaxonne dans tous les sens, ils sont énervés ces parisiens ;o)
 
fin de parcours...
 
Plus j'avance, plus ca devient difficile, cette fin de parcours se transforme lentement mais sûrement en galère...gloups, va falloir tenir. Je sors le truc qui m'avait sauvé à la saintelyon, le gel red tonic sprint air au bon gout mentholé...Là ca fait pas le meme effet, je suis cuit, je relance pas/plus et je marche meme dans les petites côtes. Je m'accroche et continue, je commence à en avoir marre c'est pas bon signe. On change de rive, je sors un gel coup de fouet pour finir, ca passe mais je suis pas en grande forme. Escalier, je marche, on rechange de rive, je continue a courir vaille que vaille, il fait super chaud et là je me dis que j'ai bien fait de finalement ne pas prendre mon maillot noir ;o). Les gens sur les bords de route sourient et m'encouragent ca aide pour finir, bientôt enfin, je vois les fanions de l'arrivée, j'allonge le pas et franchis l'arche en 4H 38min 55 secondes. 
je suis très content d'en avoir fini, j'ai mal aux jambes et suis vidé, peut être une petite hypo sur la fin...Les pâtes sont les bienvenues pour retaper le bonhomme.

Que retenir?

Glop:
  • Les bénévoles , ils sont nombreux et ont été tip top tout au long du parcours, à nous encourager ou nous fournir de l'eau , de la nourriture
  • La logistique de l'épreuve: pas d'attente au retrait des dossards, le welcome pack
  • Le côté écolo de la manifestation. Perso j'y suis très sensible et ca colle vraiment bien avec l'esprit de la course: utilisation des transports en commun, pas de gobelets dans les ravitos, la charte éthique, la petite poche à déchet (ca c'est vraiment bien vu en plus c'est franchement utile)
  • Le t Shirt finisher + le sac à chaussure: merci  Mizuno
  • L'esprit trail dans la semi autonomie avec un premier ravito à mi parcours 
  • La signalisation 


Moins glop:
  •  La mesure du parcours: les distances complètement faussées rendent très difficile la gestion de l'effort , par ailleurs je pense que le denivelé était surestimé lui aussi, pas eu l'impression de me taper 1000 D+ malgré des douleurs aux jambes fort sympathiques (45,38 K sur mon suunto, qui a tendance a sous estimer quelque peu mes distances, en gros j'ai du faire le parcours à une moyenne proche des 10Kms/heure)
  • Le manque d'information sur le parcours: dénivelé, emplacements des difficultés...(encore que là ca laisse place à la surprise et à l'improvisation), dommage pour le briefing, un book même light pourrait faire l'affaire 
  • Le chrono déclenché au même  moment pour tout le monde quelque soit la distance qui sépare de l'arche de départ (mais bon au vu du faible nombre d'inscrits c'est pas trop grave)

En résumé: une course à découvrir , l'occasion de courir dans des endroits sympas, au milieu des bois, avec des passages en ville et un finish (long...) au pied de la tour Eiffel. 


2 commentaires

Commentaire de caro.s91 posté le 22-03-2010 à 08:48:00

Merci pour ton récit.
Près de 10km/h de moyenne, ca me semble très bien!
Donc tu reviendras?

Caro

Commentaire de gnouz posté le 22-03-2010 à 08:56:00

Oui si je peux je le referai certainement cet eco trail, peut etre me laisserai je tenter par le parcours long, qui sait ;o)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran