Récit de la course : Trail de l'Oisans - 20 km 2010, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Trail de l'Oisans - 20 km

Date : 20/3/2010

Lieu : Ornon (Isère)

Affichage : 1880 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le Trail de l'Oisans 2010

 

 

Le Trail de l'Oisans 2010... ou la défaillance du Bouc !!

 

 

Déjà je commence par un message perso : BON ANNIVERSAIRE BORIS ! Voilà, ça c'est fait, on verra qu'il en a eu un beau cadeau en plus de son appareil photo...

 

 

Donc voilà, il faut toujours une course qui nous remette en place, l'an passé c'était le Pic St Michel, et je crois que cette année 2010 ce sera le Trail de l'Oisans !

 

 

Rappel des hostilités, alors que j'étais a priori motivé pour le Trail de Tullins, je me laisse convaincre par mes compagnons très influençables de zoo, à savoir Ross l'Albatros/le Loup et Franck le Goéland à effectuer ce trail. En plus de leur charmante compagnie, ce trail se déroule dans un coin des Alpes très proche mais qui m'est inconnu, la course se déroule un samedi et me permet d'être présent au tennis le dimanche, et il y a un bon repas le soir offert, tout ça pour douze euro !

 

 

Rendez-vous à Pont-de-Claix pour les retrouvailles avec les bêtes, route tranquille mais surprise en arrivant au Col, c'est enneigé de partout ! Avec la chaleur actuelle l'Hiver me semblait terminé mais je réalise qu'il s'agit d'un TRAIL BLANC ! Ca c'est pas glop, pas glop du tout...

 

 

La forme athlétique du moment est bonne a priori, j'ai bien couru cette semaine, par contre zero dénivellée depuis février. Aux inscriptions on a l'air d'être nombreux, mais c'est l'étroitesse de la pièce qui donne cette impression, nous sommes environ 40 au départ du 20 kms, dont Anne-la-championne et Johan qui teste sa forme...

 

 

Allez je démarre doucement (avant-dernier !), à peine 400m de parcouru et c'est la première gamelle. La piste a beau être large, la neige est très, très inégale, tantôt un minimum dure, tantôt soupe, tantôt on s'enfonce aux genoux, tantôt il faut essayer de suivre les traces, bon... Si c'est 20 kms comme ça ca va être long... Néanmoins avec les conditions climatiques je présume d'un raccourcissement du parcours...Quel naïf !

 

 

La course démarre par une descente, ma partie préférée et mon point fort. Je remonte petit à petit les concurrents, profitant d'ailleurs de la maladresse du Goéland qui perds sa balise GPS. Nous voilà avec Ross, c'est bien la première fois qu'on court tous les trois ! J'ai de très bonnes sensations donc je garde un bon rythme, y compris sur la montée qui débute. Par contre les appuis sont on-ne-peut plus GALERES et aléatoires...

 

 

S'ensuit une longue montée en lacets, je commence déjà à fatiguer, je regarde ma montre, 13 minutes 30 de course seulement ! Aïe, à la fois c'est inquiétant mais à la fois je suis confiant par l'effet course qui dope les performances. Devant se trouve un gars que je garde à vue et derrière un groupe de trois dont Ross. Et je fais le yo-yo, au gré des bosses montantes ou descendantes... 

 

 

Finalement je remonte le gars et en ai un nouveau en point de mire, chouette c'est le barbu du parking que je pensais être une pointure. En restant à 100% je parviens enfin à sa hauteur et le dépasse, et là commence la solitude car devant c'est le désert complet. Je reste à mon rythme et entame une é-nième descente, suivis d'é-nièmes faux-plats, suivis d'é-nièmes descentes... Et deux mecs derrière que je ne lâche pas.

 

 

Quand on arrive enfin sur un devers hors de la forêt qui dégage un peu la vue, des bénévoles me sifflent en faisant de grands gestes, je ne comprends rien, et finalement m'arrête.Les deux lascars de derrière arrivent, on décide d'aller à leur rencontre, je crois comprendre qu'on a raté une intersection mais tout le monde derrière fait comme nous donc c'est peanuts.

 

 

Sauf que je cours désormais avec les deux zouaves que je contenais depuis un kilomètre, grrr...  On arrive au niveau du départ et longeons la route en direction du nord-est, je vois le ravitaillement au loin. Cette partie plate en légère descente me permets de décrocher un des gars. Un verre de sirop mais rapide car le premier ne s'arrête pas, 1h10 de course, et nous voici à remonter une piste de ski !! Et l'on voit un bénévole en haut, qu'il est loin, aaargh, dur dur. Je m'efforce de courir car "marcher c'est mourir" sauf qu'à hauteur du bénévole au lieu de repartir pour une descente ça continue de grimper, et ouais, on n'est qu'au quart de cette grosse montée ! 

 

 

Et là c'est dur, dur, les deux gars me remontent, puis j'aperçois le barbu pas loin derrière. On arrive en haut de cette p*** de piste, et nous voilà à continuer de grimper dans un single track rempli de neige souple !! Et là ca devient carrément difficile à gérer. Je laisse passer le barbu, je m'attends à ce que ce soit le classement final car dans ma tête on en a presque fini... mais que c'est dur punaise, on s'enfonce une fois sur trois, j'ai les jambes super lourdes et plus de jus. Rapidement je perds le contact avec ceux de devant, et ça n'a rien pour me rassurer vu ma facilité à ne pas repérer les balisages en général...

 

 

S'ensuit cette damnée partie dans la forêt, avec un torrent glacé à enjamber, et en plein milieu dune descente voilà la route barrée par une rubalise !! Pourtant le chemin continue en face, et sur les côtés je ne distingue rien. De toutes façons j'en ai marre, je continue tout droit, et retrouve le barbu et un autre concurrent en sens inverse ! Je vais donc vite voir la contrôleuse-bénévole pour lui expliquer et reprends la course...

 

Et ça repart pour un faux-plat interminable... et devant ils avancent... et je n'ai plus de jus... et derrière ça y est, en revoilà, menés par ROSS ! Le point est vite fait, ce n'est donc pas aujourd'hui que je finirai devant les deux lascars... Puis c'est Franck qui me double... Et au fur et à mesure de l'avancement, il me semble reconnaitre par moment le parcours effectué une heure auparavant, c'est à ne rien y comprendre... Je suis totalement désorienté ! On comprends mieux en visualisant la trace GPS...

 

 

 

Par contre il y a une heure j'avais des forces et la neige était dure (enfin plus ou moins) et là je suis carbonisé et c'est de la SOUPE. Déjà que je déteste ça en snow mais alors courir là-dedans... QUELLE GALERE !!

 

 

Cette montée et ces relances n'en finissent pas, je suis cra-mé... Enfin on arrive à une passerelle reconnaissable, allez encore deux kil max, mais c'est long car ce n'est pas le même rythme que la première boucle... Et je me fait doubler, doubler... A chaque fois j'essaie de m'accrocher, mais ça dure quinze mètres... Pitoyable !

 

 

Quand enfin on arrive à LA grande descente, puis le long faux-plat montant qui ramène au départ, je suis en mode "batterie faible" mais j'avance, j'aperçois le Ross en rouge chic chic chic ça me regonfle le moral et j'en termine enfin en 2h15 de ce c-a-l-v-a-i-r-e !!!!!!!!!!!

 

 

La remise des prix a déjà démarré, et qu'est-ce que je réalise ? Les mecs avec qui j'étais terminent 5ème !! 5ème sur 39 ! Ah ben le goéland avait carrément raison, j'étais parti bien trop vite ! P*** 5ème sur 39 j'en reviens pas ! Boris termine dans le top 10 de même que Franck, bravo !

 

 

La suite est à l'inverse de la course, c'est que du bonheur, de savourer cet instant espéré toutes les 5 secondes durant 1h, de savourer un chocolat chaud, coca, brioche au chocolat, miam. La douche est fournie, trop bon, on passe vite à table pour un bon repas typique de gîte, salade, gratin patate-pâtes-lardons-champignons, tarte aux pommes, même la bière et le vin rouge sont fournis, et les propriétaires ultra sympas, top !!

 

 

...Ainsi se conclut une journée mi-figue mi-raisin. La satisfaction d'avoir passé un bon moment avec les autres animaux, ce bon repas, les bénévoles tous gentils comme tout, un bon esprit permanent durant la course (les "bon courage" maintes fois entendus)... mais une course très mal gérée de ma part, un balisage très limite, et cette neig... Les trails blancs c'est F-I-N-I (sauf en janvier sur neige DURE) !!!

 

 

5 commentaires

Commentaire de the dude posté le 21-03-2010 à 09:41:00

Et m***e, c'était LA défaillance annuelle du Bouc et j'étais pas là pour en profiter...
En + j'ai failli y aller car j'ai reçu un mail d'un pote du GUC qui l'avait lui-même reçu d'un certain Julien E!!!
En tout cas c'est vrai que le tracé GPS est rigolo, on dirait qu'ils ont essayé de dessiner un truc mais j'arrive pas bien à savoir quoi...
L'ambiance semblait pourtant bien sympa et le repas bien fourni.
On se croisera peut-être au LUT mais on ne s'affrontera pas car je suis sur le parcours adultes, moi lol
C'est donc probablement sur la montée vers le Sappey que j'irai me frotter à toute la bande de z'animaux pour la première fois de l'année.

Commentaire de fk_isere posté le 21-03-2010 à 12:11:00

Nickel ton RC! La prochaine fois on part à 11h, on déjeune au gîte et après tu nous mettras une pilule jusqu'à la fin ;) A une prochaine mon bouc

Commentaire de l ignoble posté le 22-03-2010 à 09:56:00

cabri,c'est fini.........daniel guicahr à porcieu,je compte sur toi le bouc pour m'accompagner..a plus

Commentaire de AKADOC posté le 18-12-2014 à 15:08:02

Les trails blancs c'est F-I-N-I (sauf en janvier sur neige DURE) ???



Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 18-12-2014 à 15:15:39

J'étais jeune et insouciant... :-)

Bonjour le déterrage de récit !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran