Récit de la course : Marathon de la Cité 2005, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Marathon de la Cité

Date : 9/10/2005

Lieu : Carcassonne (Aude)

Affichage : 1818 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Terminer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Quand la carcasse sonne !

Bonjour à tous
Je ne voulais pas me prendre la tête pour ce marathon de Carcassonne mais j’y ai bien été obligé car jusqu’au dernier moment, je ne savais pas si j’étais engagé. Certificat médical pas encore arrivé par la poste, engagement par mail pas accepté, par téléphone, par fax (de l’association qui ne le recevait pas) non plus. Alors un courrier de dernière minute avec le chèque et inch ‘allah !
Après moult hésitations et revirements entre le marathon Seine Eure du 16/10, qui n’acceptait pas les suiveurs à vélo, ce que j’aurais aimé, le Duo des Lavagnes près de Montpellier, le 2/10 qu’ une fille du club voulait paraît-il faire mais elle n’a pas répondu à ma proposition, puis ce marathon de Carcassonne, j’ai choisi ce dernier car j’ai considéré comme un signe favorable ( !) la proposition de Léonard, sur le forum de courseapied.net, de m’emmener, avec ma femme, si je voulais. Bien que ne le connaissant pas(sauf par sa fiche du who’s who) le rendez-vous a été fixé ce dimanche matin à 6h30 à l’entrée de l’autoroute A9.
L’équipe est vite devenue internationale, dans la voiture, avec une Roumaine, une Japonaise et deux Français, qui parlaient…anglais, pour que tout le monde comprenne ! Par contre, le brouillard parlait français, lui ! Jusqu’à Carcassonne, où nous sommes arrivés au départ, à la Cité, pour nous garer, nous préparer et prendre le dossard. Qu’on a eu du mal à trouver, pour moi ! Mais il existait. Ouf ! Quant aux tickets repas pour l’après- course, ma foi, il faudrait voir « là-bas », après la course…Bon, plus qu’à demander à ma femme de s’en occuper, en attendant leurs maris…., là-bas ; elles ne savaient pas trop où et nous non plus. Ce qui veut dire qu’un peu plus d’informations ou de fléchages, n’auraient pas nui, aux accompagnateurs comme aux coureurs, l’arrivée se faisant au stade Domeq à 2 km du départ.
L’ambiance de départ, du semi et du marathon, qui partait dix minutes après, je la trouve bonne. On se sourit. Un coureur belge pointe du doigt mon dossard 1266 et lui 1299 !Occasion de parler un peu, comme ça, à brûle-pourpoint…Les tours de la Cité sont là. Nous les quittons à 9h10, tranquillement. Ca descend vers la ville puis cela va serpenter vers les vignes, le canal du Midi, l’Aude, la ville… ; ça monte un peu parfois ; des groupes se forment, par clubs. Pas l’impression d’aller vite. Ca va bien. Mais je m’étonne un peu en regardant ma montre au 10è km : pile 10h ! 50mn pour les dix premières bornes, aïe, peut-être pas raisonnable…
Je m’arrête à presque tous les ravitos ; je bois de l’eau, du glucose (la dose me paraît un peu fade), je grappille des abricots, oranges…Je pioche dans ma banane pour des barres énergétiques et des gels.Et je continue mon petit bonhomme de chemin…
Quand vers le 18è km voilàti pas que je ressens un premier début de crampe dans le mollet droit. Je sursaute et pousse un petit cri, pour la première fois ! Il y en aura des dizaines d’autres après…. Incroyable ! Jamais connu la crampe en course à pied. Même sur semi. Alors, pourquoi aujourd’hui ?
Léonard me rattrape vers le 20è. Je suis étonné. Je le croyais devant, lui le cent bornard, qui venait pour préparer les 100km de St Estève le 6/11. Je lui dis ce qui se passe et mon inquiétude. Lui, c’est le genou mais il part au train et je ne le reverrai que plus tard…
La deuxième boucle de 14km est terrible. Les crampes se rapprochent et augmentent d’intensité. Je marche, je me masse, je m’allonge sur un banc, j’essaie la marche athlétique, même la marche arrière… ! Rien n’y fait. J’ai beau ne brûler aucun ravitaillement, c’est l’enfer, malgré ma grande lucidité et tout le reste donc, qui semble bien fonctionner. Je me dis que si je vois ma femmes avec mes affaires sur le Pont Vieux à l’attaque du 3è tour, je vais arrêter, la voiture au parking étant proche. Mais, pas de femme ! Elle était déjà partie vers le stade  d'arrivée! Je passe le 30è km en 2h56. Je suis dans les temps de 4h mais je sais que je n’irai pas loin. 35è km sur le Pont Vieux, personne donc. S ‘arrêter ? Pour quoi faire et aller où ? Bon, essayons de continuer…Et le supplice se poursuit…jusqu’au 40è km où Léonard, qui a déjà fini, m’attend au ravitaillement avec une bouteille de jus d’orange, celle de ma femme. Il va alors m’accompagner jusqu’à l’arrivée, avec tous ses conseils, ses encouragements et sa gentillesse. Le dernier tour de piste en tartan est le plus dur, mais l’arceau de l’arrivée est là :peux plus reculer , c’est bon. ! Ma montre :13h36 ! Temps : 4h26 alors. J’ai évité les 4h30 et un désastre encore plus grand. Je me sens bien , sauf dans les jambes…Fatalitas !Justement aujourd’hui. Pourquoi ? Voilà ma seule question. Pas encore trouvé toutes les réponses mais l’expérience me servira.
Le diabétique prend sa glycémie : 3,20 g (au lieu de 1,24 normale)OK. Un peu d’insuline avant le repas, vers lequel nous nous dirigeons, en face du stade, au club house du tennis, repas pour lequel ma femme avait réussi à obtenir les tickets. La plus éprouvée, c’est elle finalement :marche à pied, attente au soleil et surtout l’angoisse de la femme du diabétique dont le dernier coma ne remonte pas à si loin et qui pense toujours que je fais trop de folies…
Rencontres et convivialité au repas. Le monde est petit. On retrouve des forumers. Les discussions sont très spécialisées (pour les femmes ! mais tout est bien qui finit bien).
La route retour sera bien agréable pour les quatre montpellierains et le dialogue se poursuivra sur le forum aussitôt…
Une belle journée que j’ai finalement appréciée. Mal aux jambes jusqu’à ce jeudi où je serais prêt à repartir, avec ou sans crampes, mais avec un peu plus de préparation physique, mentale et diététique , je pense, pour ne pas me traîner comme je l’ai fait pendant 22km
[image:Sans tit[image:Sans titre]marathon 021.jpg

2 commentaires

Commentaire de djemjy posté le 13-10-2005 à 18:10:00

salut pierrot, snif ! , je ferais le marathon seine-et-eure sans toi. Moi je t'aurais porté pour que tu le fasses en moins de 4h.

Commentaire de vincent_34 posté le 13-10-2005 à 21:11:00

Bon Pierrot, 4h26; c'est pas si mal... surtout avec des crampes ! T'es peut-être parti un peu fort. 10km en 50min... c'est ta vitesse sur semi, me semble-t-il. A bientôt.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran