Récit de la course : 20 km du Grand Fond Bressan 2010, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : 20 km du Grand Fond Bressan

Date : 20/2/2010

Lieu : Ceyzeriat (Ain)

Affichage : 998 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une reprise de haute volée.

Une reprise de haute volée. 

 

Ca y est, je vais refaire une compét. Après ces quelques footing et ces petits fractionnés sur la piste en tartan d’Ambérieu depuis le début de l’année, mon emploi du temps me permet de m’inscrire au grand fond bressan, cette course à Ceyzériat sur 20 bornes environ.

Depuis Balan et cette fin d’année 2009 laborieuse, rien. Ce 2009 fût vraiment terrible pour moi dans tous les domaines.

 

Je suis inscrit à l’avance grace à Girlay qui est aux commandes informatiques pour cette épreuve. J’ai du mal à préparer mon sac car je n’ai plus l’habitude.

 

Voilà je suis à Ceyzériat. Cette course parcourt quatre villages qui à tour de role organise la compét. Donc tous les 5 ans, on retrouve le même parcours.

Je n’ai jamais fait le parcours de cette façon. C’est ma 3° participation, mais 2 fois au départ de Montagnat.

 

Je me gare donc et rencontre déjà pas mal de gens que je connais. Je n’ai pas franchement quitté le domaine de la CAP à cause de mon investigation au sein de la CDCHS01. Outre la remise des récompenses de 2009 début janvier et bien sûr le contact via internet avec les copains. D’ailleurs ce site depuis qu’il est passé officiel au sein du comité de l’Ain est souvent critiqué par des coureurs trop pointus et scutant la moindre faille. Cela me fait ch… mais faut faire avec. J’ai même évoqué le retrait pur et simple du côté officiel pour être tranquille.

 

Revenons à la course car celle ci m’a donc été éloignée par le biais de mon nouveau job, par ma formation et surtout par une vilaine blessure au talon d’achille et un manque ENORME de motivation. Depuis octobre je n’ai pas fait beaucoup de kms.

 

Je taille donc aux inscriptions où je rencontre Gilles et Nathalie. Les autres du club sont dehors : Jean Louis, Patrick, Fred, Pétar.

 

Je salue Gilles qui bosse dur sur l’ordi pour les inscrits.

Je vois Hérisson qui remplit son bulletin. Je bouge exprès la table. Il tarde à voir que je l’embète et relève la tête prêt à pester. Ah c’est toi, salut tu vas bien ?

 

Dehors je croise Nico01 qui chauffe la machine. Puis Looping me rencontre et m’annonce la présence de Franciss. Je ne l’ai pas encore vu.

 

Je retourne à la voiture tout en croisant encore plein de connaissances. Ah c’est chouette la course à pied, très conviale.

Je ne vais pas m’échauffer car j’ai décidé de faire les 20 bornes en dedans en me faisant plaisir et en restant derrière le peloton.

Je dégaine quand même le short mais je garde un haut en manches longues et les gants.

Nous traversons la route pour se rendre au départ. Nous sommes environ 300 sur les 2 distances, car il y a aussi un 10 kil qui part en même temps.

Je me place derrière et voit Gilles et Nathalie. Ils vont sûrement rester également au fond donc je décide de me mettre avec eux.

 

Le départ est donné et cela part en descente doucement.

 

 


 

Ca y est, 1° compét 2010 et 1° compét depuis 4 mois.

On remonte un poil avant de basculer vers Revonnas.

Yves, un coureur V2, vient m’agacer au sujet du site. Décidemment, même en courant …

Je l’envoie paitre, mais il n’a pas l’air de comprendre qu’il m’embète grave. Le regard surpris des autres coureurs étonnés de voir 2 gars se tirer le chignon en courant lui feront t  ire son clapet à fromage.

 

Il accélère d’ailleurs ce bougre. Je reste avec Gilles et Nathalie.

Nous passons devant le départ de la course quand celle ci part de Revonnas.

Nous descendons encore un peu avant d’emprunter une petite rourte de campagne vers Montagnat. Gilles décide de rester dans ce rythme car il a peur pour son genou et prépare aussi le marathon d’Annecy. Nathalie elle recours enfin depuis la SaintéLyon. C’est son 1° entrainement depuis début Décembre.

Bref on est bien là tous les 3.

Il  y a du vent et une fille est à l’abri derrière moi. Tu peux nous doubler lui dit Gilles. Non non je suis bien là. J’esquive des feintes en allant à doite puis à gauche. Elle rigole et reste dans l’aspiration.

Les kilomètres s’écoulent et nous tenons un 5’30 au mille environ.

Tous les 5 kil il y a un ravito et nous buvons de l’eau à chaque fois.

Nous arrivons à la séparation des 2 courses. A droite les 10 à gauche les 20.

Une dame accompagne à vélo un coureur, son mari sans doute. Elle s’arrête un moment juste à côté d’un oiseau mort. Eh Madame ! vous avez perdu un oiseau lui dis-je. Elle regarde et se met à rire.

Plus loin, les deux filles de derrière nous passent. Eh mais c’est Vivanne Teppe. Salut Vivianne. Elle n’entend pas et dit à sa copine que là, elle est à l’entrainement. Je regard Nathalie qui ne bronche pas. Elle n’a pas dû entendre. Bon bref elles sont vont.

Ca c’est fait.

Plus loin Serge Rapy nous passe en voiture en nous encourageant. Il s’arrête quelques mètres après. On va se faire tirer le portrait dis-je. En effet, d’ailleurs on aura notre portrait le lendemain dans Le Progrès.

 

 


 

Pascal de Photogone nous prend en photo à son tour. Nathalie est partie devant pour être seule sur le cliché.

 

 

 

 

 

 

Nous sommes à Montagnat et passons par le parcours du semi de Bourg.

Ravito à un abri de bus. Nous nous arrêtons assez longtemps. Nous repartons en marchant avant de retrottiner.

Le ciel est menaçant et je prévois la pluie pour bientôt.

Ah ba non ! Ba si car quelques instants plus tard nous recevons les premières gouttes.

Nous arrivons vers Bouvent et nous prenons à droite la montée. Je me mets devant en yeutant si je ne vais pas trop vite. En haut je me remets à coté de mes compères. Nathalie a tenu le coup.

Nous prenons à droite vers St Just.

Une longue ligne droite au milieu de laquelle nous voyons un marcheur que nous avons doubler quelques minutes avant. On aurait dû couper.

On arrive bientôt aux 15 nous dit le coureur de derrière qui crache ses boyaux toutes les 5 minutes, ce qui fait éclater de rire à chaque fois Gilles.

On arrive au 15 de France lui dit-je ? Il met du temps à comprendre et rigole.

Nathalie commence à en avoir sa claque et rale car on était bien dans les temps et elle voit défiler le chrono. On marche si tu veux. Non, je continue.

La grande descente qui ponctue la fin de la boucle vers St Just arrive et noius zapons le ravito.

Le rythme m’a l’air bien rapide et je commence à en baver, à mon tour.

La dame au vélo s’arrête sur le côté et part dans la forêt pour s’attisfaire un besoin pressant sans doute. Nathalie réagit de suite en voyant le vélo. On le pique. Pas rassurée la dame n’arrête pas de se retourner. Quelle poilade. Le rythme de notre trio ne baisse pas. On reprend la pluie et j’ai un peu froid.

Cela remonte secos et je m’arrête à mon tour pour me soulager et pour faire aussi souffler les jambes.

La côte est raide et pas mal de coureurs marchent.

Je m’efforce de courir et reviens doucettement sur Giles et Nathalie. Je regarde mes gants et surprise ils deviennent blanc. Il neige. On aura tout eu.

Le haut de la côte arrive et on nous annonce 500 mètres avant l’arrivée.

Nathalie repart de plus belle car elle a vu le chrono qui va être sous les 2 heures.

La dernière bosse est avalée avec les cris de Nathalie qui ne laissent indifférent personne. Elle ameute tout le quartier et franchie la ligne avec des hans de bucheron ou plutôt de bucheronne. Nous finissons finalement en 1h56’ laissons une dizaine de concurents derrière nous sur 123 finishers.

On se congratule, Nathalie est contente, elle reçoit une fleur.

Dans la salle des fêtes nous retrouvons les autres coureurs qui, pour certains d’entre eux, ont finis depuis longtemps. Nico a gagné les 20 bornes qui ne faisait que 19,8.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les kikous ont gazé. Eric, Sylvain, Christophe, et Jacques sur la grande distance et Francis et Denis sur le 10 qui en faisait 10,4.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je laisse tout ce beau monde pour aller me changer car je commence à avoir  froid  et je suis crevé en même temps et il n’y a pas de douche.

De retour, la salle s’est bien vidée. Je reste un peu pour la remise des récompenses. Un coup d’œil aux photos de Pascal de Photogone, un autre kikou. Je vais voir Gilles pour les résultats qu’il va m’envoyer sur ma boite mails.

Cette course est vraiment sympa sans se la péter et la formule de changer l’organisation tous les ans en fait son charme. Donc rdv à très vite.

 

 

 

8 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 03-03-2010 à 19:03:00

Ah, les affaires reprennent, ça me fait plaisir Gilgert. BRAVO et merci pour ton récit.

Commentaire de Eric Kb posté le 03-03-2010 à 21:15:00

Tu aurais pu faire croire que tu avais forcé, ça aurait donné plus de valeur à ma perf !!!!
Pour l'oiseau mort, j'avais supposé qu'il avait sous-estimé l'allure de Nico en voulant traverser !!!
Merci pour le Cr

Commentaire de bluesboy posté le 03-03-2010 à 21:41:00

bravo Gilbert pour ton grand retour à la course à pied et aux CR .A samedi prochain à Bourg pour ma reprise

Commentaire de lulu posté le 03-03-2010 à 22:10:00

Voilà l'esprit de la CAP !!! avant tout bien se marrer et se faire plaiz'........

A bientôt

Commentaire de nico01 posté le 04-03-2010 à 20:49:00

Très belle course et beau cr comme d'hab...fallait bien redémarrer un jour;)
Pour le site, te bile pas, c'est la bible de tout coureur de l'Ain qui se respecte, il y aura toujours des ronchons.

Commentaire de hérisson posté le 04-03-2010 à 22:58:00

Ca fait du bien de laisser tomber le chrono quelques fois ! Merci pour les photos (ça évite de les chercher sur le site de Pascal !!!) et pour le CR : il n'y a bien que toi qui a osé s'y coller !

Commentaire de Sylvain01 posté le 05-03-2010 à 20:23:00

Super CR pour une belle course de reprise.

Merci pour toutes ces belles photos !

Commentaire de Tofkikour posté le 08-03-2010 à 18:07:00

Merci pour ce récit et pour ma photo (1429) !
Je lève les bras, mais faut pas croire, c'était juste pour la photo...

La dernière montée m'a bien lessivé - je me demande comment vous faites pour poursuivre jusqu'à Revonnas, les années où Ceyzériat n'est que l'avant-dernière étape !

Une course vraiment sympa, où je me suis senti parfois tellement seul que je pensais être le dernier... (manque de repères).

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran