Récit de la course : La Transjurassienne 76 2010, par sylvain73

L'auteur : sylvain73

La course : La Transjurassienne 76

Date : 14/2/2010

Lieu : Lamoura (Jura)

Affichage : 972 vues

Distance : 76km

Matos : Fischer RCS fluo!

Objectif : Terminer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Le compte rendu est encore bien long mais c'est une sorte de thérapie, cela m'évite des frais de psy

Et voila ma 2eme Transju bouclée, sans doute ma plus belle expérience sportive a ce jour.
J'ai eu plusieurs fois la larme a l'oeil pendant la course du au simple bonheur d'être la!
Je relis mon compte rendu de l'an dernier http://www.kikourou.net/recits/recit-7042-la_transjurassienne_76-2009-par-sylvain73.html et mesure tout le chemin parcouru!

Haaaa elle avait été rude cette Transju 2009 mais aussi riche d'enseignements que j'ai pu mettre a profit cette année pour pouvoir pleinement en profiter, sans trop de souffrance!

Cette Transju 2010 commence le samedi par la récupération de
1) mes désormais fidèles skis que j'ai laisse a préparer chez Worden, merci Bruno
2) une sinusite de la part de ma petite chérie d'amour, merci Severine

Un petit tour chez le médecin, il me prescrit de la cortisone qui devrait me permettre "de rallier l'arrivée"... La motivation n'est alors pas au top, c'est déjà dur quand on est en forme mais en étant diminue physiquement j'appréhende un peu.

 


Mon père s'est une nouvelle fois désigné pour être mon coach personnel, merci pour le soutien moral sans faille! Nous passons la nuit dans le camping car au pied des remontées de ski de piste de la combe du lac. Un mélange d'excitation et d'obstruation des voies nasales me fait dormir moins de 3 heures...
C'est donc dans une grande incertitude que le matin je me dirige vers le stade de départ que j'atteins a 8h25 soit 5 minutes avant le début de la course!
Ouf! On m'avait dit qu'il fallait 5 minutes pour le rallier mais en fait il y avait bien 3km! Bon petit coup de stress qui réveil.
Mes temps au marathon de Bessans et a la Foulée Blanche m'ont permis de me hisser sur la 3eme ligne cette fois, 1 de gagnée par rapport a l'an dernier!
Les nouveautés aussi par rapport a l'an dernier c'est que j'ai acheté ces fameux "gels" dont tous les traileurs parlent dans leurs compte rendu, que j'ai investi dans de véritables gants en peau d'élan du grand nord pour ne plus avoir froid au main après la descente sur Bellefontaine et que j'ai revêtu l'espèce de foulard qu'on a gagne a la foulée blanche pour protéger ma gorge du froid. Que des choix judicieux au final, je recommande les 3!

Je retrouve Antoine, mon coéquipier de l'envolee nordique ou il m'en avait bien fait baver, dans le portillon de départ! J'espère secrètement prendre ma revanche aujourd'hui mais vu mon état je sais que cela ne va pas être facile...

Le coup de fusil retentit, les chevaux sont lâchés. Je laisse Antoine partir avec les premiers de la ligne et me cale peinard derrière, maintenant je le sais : 76km c'est long et comme le speaker l'a dit, la course se fait a partir de Bellefontaine! Au moment du passage de la Darbella je jette un petit coup d'oeil sur la piste permettant de rejoindre le massif du Massacre et cette fameuse descente des Tuffes ou Seb a laisse 2 doigts lors d'une chute pendant notre semaine du 31. La neige n'était alors pas vraiment au rendez vous par rapport a l'an dernier, bien dommage...

Ayant pris tout mon temps je me retrouve un peu dans la cohue pour la montée a Premanon qui se fait en rang d'oignon, au pas, les uns derrière les autres. Cela me fait bien rire de regarder les jeunes loups de la 4eme ligne essayer de doubler par le milieu alors que les anciens s'évertuent a leur expliquer que "cela ne passe pas a 3 de front"

Évidemment, la douleur a la cheville qui m'avait handicape a l'Envolee Nordique se réveille des le ravito passé mais je sais que ce n'est pas cela qui m'empêchera de boucler. J'espère qu'un jour j'aurai l'occasion de participer sans avoir de pépin physique! Bon je râle quand même un peu intérieurement : l'an dernier j'avais été tranquille jusqu'aux Rousses, la les ennuis commencent encore plus tôt! C'est décide, une fois cette Transju bouclée je trouverai des nouvelles chaussures!
La montée des Opticiens est toujours aussi grandiose et bruyante, belle ferveur!
La glisse est bonne et je m'économise bien sur la portion du lac des Rousses, l'an dernier je m'étais un peu mis en surregime ici et je l'avais paye cher a la fin!
Je me cale derrière le 3211 qui a une technique pas mal et on optimise la glisse un maximum. Bon on se fait bien doubler aussi (par ceux du 54 notamment grrr) mais j'ai l'impression que je pourrais tenir 3 jours sur ce tempo! Arrive au ravito suisse, surprise, les oranges sont épluchées! Je leur fait remarque que c'est quand même plus la classe que cote français et je me fais des amis sur le coup ;)
Je repars sur un rythme peinard et savoure ma fraîcheur physique.
De fait lorsque j'arrive a Bois d'Amont Michelle m'annonce la mauvaise nouvelle, j'ai déjà 30 minutes de retard sur Antoine!!! Oo Comment est ce possible?

Ha je comprends pourquoi je me sens si bien en fait, je me traîne lamentablement :D
"Ha la ça va être vraiment difficile de le rattraper sauf s'il a une grosse défaillance ou que tu mets un gros coup de boost" me dit elle. J'adore ce genre de défi, alors va pour l'enflammage. A partir du ravito des Ministres je ne me ferai plus doubler une seule fois!
Un petit gel pour la montée du Risoux, c'est merveilleux ce truc, un bon coup d'énergie facilement digerable, un autre pendant la descente sur Bellefontaine pendant que je double des malheureux concurrents qui ont goûté a la poudreuse (descente assez technique car la piste est bien rabotée lorsqu'on est dans les profondeurs du classement!).


Me voici lance a l'assaut de ma piste préférée : les Lacs qui nous emmène jusqu'à la Chappelle des Bois ou je retrouve mon fidèle supporter qui doit se retrouver 20 ans en arriere lorsqu'il etait lui meme concurrent en classique

Quel plaisir de se sentir soutenu et aussi bien physiquement (la cheville ayant finit par comprendre qu'elle n'obtiendrait rien a se plaindre!). Quel changement par rapport a l'an dernier!! Ha je ne regrette pas mon départ plus que prudent. Enfin... si un peu quand meme : je m'en veux d'avoir laisse Antoine prendre tant d'avance, le rattraper s'annonce problématique. Mais bon pour l'heure je dégaine mon dernier gel des la cote de la combe des Cives passée, en route pour Mouthe!
J'ai encore une super glisse et je rattrape vraiment beaucoup de monde dans les descentes ou je trouve mes camarades bien timorés, faut lâcher les watts!
Ça passe toujours pas vrai Martin!

Un concurrent hurle de douleur au pied de la cote du pre poncet a cause de crampes, mais heureusement un spectateur vient l'aider a s'étirer. Je double un vieux Sénateur (participant de toutes les Transju passées, Respect!) qui m'encourage "allez mon gars et oublie pas qu'on est au boulot demain". Euh ouais ok en effet si tu le dis...
Les 5 derniers kms sont annoncés, je suis presque déçu que ce soit déjà termine. Un long dernier faux plat montant un peu monotone (et en devers en plus) durant lequel je laisse mon cerveau divaguer, penser a ceux qui nous ont quitte cette année (ainsi qu'a l'imminente reprise de la saison de compète de parapente pour une note un peu plus gaie!) ET SOUDAIN QUI VOIS JE?

En même temps que le panneau annonçant 1 km restant : mon ami Antoine! Incroyable, le pauvre semble être grave dans le dur, j'ai vraiment l'impression de me revoir 1 an plus tôt!
Je prends évidement un malin plaisir a le doubler et a l'encourager a s'accrocher derrière moi mais il est vraiment HS, une courte hésitation pour savoir si je l'attends mais un concurrent du 54 fait une timide approche pour me doubler, HA CA NON sûrement pas mon gaillard, personne ne l'a fait depuis les Ministres!
Cela se finit en espèce de sprint (enfin après 76kils c'est un sprint relativement approximatif!) sur les 300 derniers mètres, épuisant!
Je franchis la ligne d'arrivée avec cette pensée rigolote que je partage avec mes voisins d'arrivée : c'était vraiment top MouMouthe cette arrivée au sprint. Bon visiblement je suis le seul que la blague fait rire ou bien ils sont a moitie dans les vaps, au choix!

Bilan sportif : 5h55 (1h20 de moins que l'an dernier quand meme) 12.8km/h et 1304em
A l'année prochaine!

3 commentaires

Commentaire de Davidou le minou posté le 18-02-2010 à 21:22:00

Excellent ton récit ! Très frais et léger. Tu as hyper bien géré ta course, tu m'as donné la patatte en te lisant :-D

Commentaire de yves_cool_runner posté le 23-02-2010 à 12:57:00

Ouh la la ! Encore un qui va me doubler l'année prochaine !!! Bravo pour ce chrono en dessous de 6 heures. Une étape de plus dans la progression. Sylvain 73, ça rime avec Savoyarde 73, tu y seras ?

Commentaire de sylvain73 posté le 24-02-2010 à 09:59:00

Si j'ai trouve des nouvelles chaussures qui epargnent mes pieds je serai au depart du 73 pour essayer de finir devant toi bien sur ;)
J'espere qu'on aura le droit a un petit tour vers le Creux de Lachat!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran