Récit de la course : Saintélyon 2009, par Byzance

L'auteur : Byzance

La course : Saintélyon

Date : 6/12/2009

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1606 vues

Distance : 69km

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Première Saintélyon en solo : Y'en aura t'il d'autres ?


Ceci est mon 1er CR, alors je vous demanderai d'excuser le style et la qualité des photos (faites avec le téléphone).   

Petit rappel historique :

Avec toute une bande de copains nous avons déjà fait la STL 2007 en relai à 4 (2 équipes de 4 - dernier relayeur) puis en 2008 à 3 (relai de St Christo à Soucieu). Cette année, nous nous décidons à partir en SOLO ! Il ne reste que 3 valides (2 ont une tendinite qui ne passe pas, un autre a l'appendicite) : Lio qui a le feu vert de son médecin (grosse entorse l'an dernier), David et moi.

Préparation :

Nous habitons tous loin et nous préparons chacun de notre côté avec des méthodes différentes. Pour ma part, une grosse chute en VTT en septembre m'a mis 3 semaines à l'arrêt pour faire passer un énorme hématome à la cuisse. Pour la préparation ce sera des sorties de 40' à 1h entre midi et 2 au boulot et 1 sortie longue le WE avec comme points de repères « Les foulées de l'inverse » à Simandres (69) le 4/10/2009 (env 22 km en 2h04 – 54eme) et «La marche au clair de lune » de Romans / Bourg de Péage dans la nuit du 24 au 25/10/2009 (env 50 km en 6h30 – env 1300 m D+ et 8eme mais pas une vraie course). Simandres ne m'avait pas rassuré (pas le rythme pour finir) mais le clair de lune me redonne confiance (difficile à terminer car un départ beaucoup trop rapide).

Les retrouvailles :

Sur proposition de David, nous choisissons la solution du "train", plus pratique et moins fatigante, pour nous retrouver directement à Sainté. Je retrouve Lio à la gare vers 18h30 et faisons route jusqu'au parc des expos. David nous rejoindra plus tard.

Nous nous changeons calmement, nous restaurons copieusement, échangeons nos impressions, nos stratégies de ravitaillement (Lio ayant une digestion fragile choisit d'être autonome), nos prévisions de temps de passage (on avait pourtant juré de partir sans autre objectif que de finir et en fait on a tous les 3 quasi les mêmes ! Pour moi l'objectif est de finir en moins de 9h avec passage en 2h au relai1, 3h30 au relai 2 et 5h45 à Soucieu donc avec une petite réserve pour la fin).

Pour l'équipement ce sera :

  • Mizzuno de route (mes Eider de trail manqueraient vraiment d'amorti sur la fin),

  • chaussettes basses + manchons boosters,

  • collant long,

  • carline légère

  • coupe vent avec poche pour MP3, gels, sportémine, barres énergétiques,

  • gants et bonnet légers

  • sac avec la couverture de survie, piles de rechanges, porte monnaie, portable (au fond pour éviter la tentation) et environ 1,5 l de boisson isotonique (que je ne finirai même pas).

Puis on essaye de se reposer. Le téléphone sonne : c'est Ben qui finalement se relance en relais à 4. Nous,les 3 solos, décidons de courir ensemble jusqu'à St Christo puis de continuer chacun à notre rythme.

Nous prenons quelques conseils auprès de Damien qui repart en solo (7h53 en 2008) mais doute pour sa course car son genou le gène (il abandonnera à St Christo).

copie_de_photo035.jpg          copie_de_photo036.jpg

David            et                  Lio

Relai 1 : De St Étienne à St Christo

Nous partons prudemment. Le temps prévu pour atteindre St Christo est de 2h. Dans les montées, j'ai décidé de marcher pour ne pas taper dans les réserves mais je marche vite et lâche David et Lio que je finis par retrouver après sa pose pipi. Nous ne savons pas si David est devant ou derrière : un coup de portable et nous nous retrouvons. David a du mal, je marche et j'attends un peu puis remarche pour ne pas me refroidir et j'assiste au passage des gazelles des premiers relais. Bref, j'ai encore perdu Lio et David. Je passe en 2h03, les copains sont finalement juste derrière en 2h04. Je profite de la montée qui suit le ravito pour boire un verre d'eau et manger 2 ou 3 biscuits.

Relai 2 : De St Christo à St Catherine

Je retrouve rapidement Lio qui, autonome, a zappé le ravito. Il me renseigne sur David qui était avec lui. Je continue avec Lio mais le lâche en marchant dans les montées. Nous nous souhaitons bonne chance et continuons à notre rythme. Je connais déjà cette partie pour l'avoir faite l'an dernier : j'arrive à Ste Catherine en 3h33 et tout va bien. J'opte toujours pour la même stratégie : me restaurer en marchant sur le parcours avec le gobelet plein à la main. J'adore cette partie du parcours pratiquement sans aucune route.

Relai 3 : De St Catherine à Soucieu

Bien évidemment marche « rapide » dans la bosse qui suit Ste Catherine puis je déroule dans les descentes. Rien de spécial à signaler sinon que je ne reconnais pas bien l'arrivée sur St Genoux (différente de l'an dernier il me semble). Cette partie était par ailleurs super jolie avec ce long ruban visible loin devant et loin derrière.

J'évite de m'attarder du côté des « zombies » : ils sont peut être contagieux … Je mange du saucisson et du gruyère : cette nourriture salée me fait du bien. J'en avait cherchée sur les autres ravitaillements mais pas vue ou pas pris assez de temps pour chercher. L'an dernier pour arriver sur Soucieu, j'avais fini avec des crampes car j'avais zappé quasi tous les ravitaillement et mon eau étant trop fraiche, je n'avais pas assez bu.

Bref après St Genoux, de mauvais souvenirs remontent et je deviens plus sensible aux premières douleurs (principalement dos, genou gauche et hanche droite). Je reçois un SMS qui me plombe un peu le moral : David abandonne (cou bloqué). Comme Lio zappe les ravitos, je ne sais pas si il est devant ou derrière. Je tente de le contacter par tel mais pas de réponse. L'approche de Soucieu est donc soucieuse pour moi (oui elle était facile). Ce doit être juste avant le ravito que l'équipe de Ben a dû me rattraper.

Relai 4 :

Je suis à Soucieu à 5h 49 : 4' de retard sur la feuille de route. Je m'accroche à mon objectif. Les cuisses commencent à être moins souples et le genou grince de plus en plus. Il faudrait une burette d'huile pour me permettre de courir. Ce n'est pas le souffle ou l'énergie qui me fait défaut mais j'ai mal au genou. Alors je profite de la gravité pour courir et marche beaucoup le reste du temps. Je dois marcher assez vite car je fais l'élastique mais reste toujours avec les mêmes personnes. J'alterne course et marche jusqu'aux quais du Rhône ou un groupe de 3 me rattrape et me prend sous son aile et fait le tempo. Pas de soucis pour suivre le rythme, c'est juste ce mal au genou mais comme je suis avec un groupe alors je serre les dents et je cours. "L'arrivée est juste derrière ce batiment !" Encore merci à eux pour ce soutien.

Temps final de 8h49'39s : l'objectif est atteint ! (1699 au général et 787 dans ma catégorie).

L'après-course :

Je téléphone à ma douce et tendre épouse qui me suis sur internet depuis 5h30 du matin (les enfants depuis moins longtemps). Elle m'indique que Lio est loin derrière. Je décide donc de prendre ma douche puis d'aller l'attendre pour l'encourager dans la dernière ligne droite. Au niveau des courbatures, la douche a fait du bien mais l'attente dehors sur le banc me recrispe un peu les muscles. Toujours pas de Lio : à chaque maillot orange je me lève, scrute le dossard mais toujours pas de Lio ! Le portable sonne enfin et c'est Lio qui est en train de récupérer son sac ! Il a terminé en 10h30 : Il a fait une grosse hypo, c'est refait tant bien que mal une santé aux ravitos de St Catherine et St Genoux et s'est couvert plus chaudement. Il est finalement passé devant moi en rouge et dossard non visible et je l'ai donc loupé certainement occupé à discuter avec 2 parapentistes (1 finisher et un coach qui attendait son dernier « oiseau ») !

Je retrouve Lio dans la salle des sacs : il me raconte ses galères, sa chute dans les barbelés, … Il dit ne jamais repartir en solo ! Il va se faire chambrer si Jeff apprend ça ! Nous avons chacun notre train à prendre et nous nous séparons.

A la gare, je discute avec un alsacien qui a fait 7h04 et qui, adepte des trails en montagne (avec beaucoup de dénivelé), a beaucoup apprécié la montée sur Fourvière qui lui a permis de « changer de mode de propulsion ». (Je suis assez d'accord avec cette façon de faire à mon petit niveau : quand ça monte, je marche et souvent j'en rattrape un ou 2 sans trop tirer sur la machine). copie_de_photo038.jpg

 

J'espère pouvoir être à la maison avant que ma femme et les enfants ne partent au loto du Sou des écoles. J'arrive à temps et les enfants m'accueillent avec une affiche géante qu'ils m'ont dessiné (elle est maintenant exposée dans mon bureau au boulot). 

Cette année je n'irai pas aider du tout à ranger la salle après le loto : je fais la sieste et prends un bon bain chaud. Le lendemain, ça ne tire pas trop et les escaliers au boulot passent bien. Le mardi, je fait un décrassage de 40' avec JPC. Depuis tout va bien : ça surprend quelques finishers qui sont restés courbaturés beaucoup plus longtemps (en 2007 pour mon 1er clair de lune en « course + marche » (54 km), j'avais mis une semaine à me remettre). Je vois plusieurs explications :

 

  • l'alternance « Sportémine », gels spéciaux pour les crampes, la boisson isotonique et l'alimentation avant et pendant ont dû aider ainsi que la préparation (pas faim à l'arrivée même après 1h dans le froid),

  • un mental défaillant ne me permettant pas de passer outre les petites douleurs pour continuer à courir et puiser plus fortement dans les profondeurs de la machine (sinon j'aurai mis plus de temps à récupérer). Ce dernier point me semble être une source de progrès (une autre étant d'améliorer un peu ma vitesse de base).

Pour l'an prochain, on a encore du temps mais je doute quand même de parvenir à l'objectif fixé par mes enfants : Finir dans les 200 premiers ! Mais repartir ? Pourquoi pas !!!


Jérôme

5 commentaires

Commentaire de yves_cool_runner posté le 15-12-2009 à 20:22:00

Bravo finisher. Peut-être pas dans les 200 premiers l'année prochaine, mais la Sainté de bronze c'est sur, et les moins de 8H00 possible !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-12-2009 à 22:38:00

Super récit Jérôme, en plus je veux suivre la même stratégie que toi ! Première reconnaissance en relais de 4 cette année, le relais 3 ensuite avant de tenter l'aventure solo en 2011 !
Belle course en tout cas, et beau temps !

Commentaire de @lex_38 posté le 16-12-2009 à 08:31:00

Et bien on peut dire que tu as bien gérer cette première STL en solo! Bravo!
Et pour le CR, je trouve que tu es très bien parti, tu pourras continuer!!!

Commentaire de Mustang posté le 16-12-2009 à 10:37:00

bravo pour cette première!!!

Commentaire de jean-chris05 posté le 16-12-2009 à 22:56:00

3 heures entre Soucieu et l'arrivée sont le signe d'une course bien gérée qui devraient te permettre d'envisager une Sainté de bronze dès l'an prochain.

Félicitations.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran