Récit de la course : 24 heures d'Aulnat 2009, par Sanggi

L'auteur : Sanggi

La course : 24 heures d'Aulnat

Date : 7/11/2009

Lieu : Aulnat (Puy-de-Dôme)

Affichage : 677 vues

Distance : 163.724km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Partager :

Le récit

Retour sur ce premier 24 heures ...C'est la suite logique du l'accompagnement de Maria à St Fons 2009 pendant 70 kms qui m'a conduit ce week-end à Aulnat.

 

            Pour supersteph et ma pomme ce samedi 8 novembre, c'est enfin le jour J après ces heures à trotter ensemble. Ce fut la difficulté : s'adapter à courir lentement.

Objectif : coller le 6min25s au kilomètre le plus longtemps possible et ensuite gérer pour additionner les hectomètres.

            11h00, c'est parti pour les 170 coureurs s'élançant chacun à son allure. En pleine concentration sur ma montre Garmin, qui s'éteindra 13heures plus tard, c'est un peu mon fil d'Ariane.

            Les tours s'enchaînent lentement tout comme s'étire ce peloton de circadien. J'ai eu l'agréable surprise de retrouver Willy, un belge rencontré au Grand Duc puis sur le GRP, ce « marcheur fou » nommé ainsi par ces compatriotes enchaîne les épreuves d'endurance en marche sportive et course à pied, un phénomène ! Aussi un grenoblois passionné rencontré sur le GRP en août dernier. A en déduire que le monde de l'Ultra se résume à une belle poignée de passionnés (incompris, sans doute).

            Comme prévu par la météo, les averses se succèdent et comme prévu par moi-même la monotonie s'installe. La méthode de ne pas s'arrêter aux ravitos créera un écart avec mon compagnon de route.

            14h, j'essai de me constituer un repas à chaque passage au ravito : noix de pécan pour l'apéro, purée en plat et riz au lait en dessert. Question nutrition, je suis assez confiant connaissant mes besoins, contrairement aux erreurs des années passées...tout un apprentissage. Et le choix est là, bravo à l'organisation et aux bénévoles.

            Malgré les problèmes de panneau d'affichage chrono, je ne me suis pas fais déstabiliser comme ce coureur qui téléphone à l'orga en grognant.

            Minuit: le « dur » arrive : douleur au genou droit (un reste du GRP) ça passe pas...mr Advil résout le problème. La cadence a tendance à ralentir, la machine n'est plus aussi euphorique en chantant du Johnny comme il y a quelques heures. Le moral faiblit, les questions se posent réellement : s'arrêter ? D'abord ralentir, non pas envie. S'arrêter? Oui, une évidence. Pétage de plombs en arrivant au stand, je me jette sur une chaise en ronchonnant, je ne m'amuse plus. Difficile de se faire à de parcours ténébreux et pas mal, de coureurs se sont fait la belle, le calme, la nuit, l'absence de relief et d'intérêt, l'esprit ludique n'y est pas. Après avoir fait le point, il n'est pas question se laisser envahir par cette démotivation, hop je repars de plus belle.

            Ce n'est pas fait pour durer, je ne colle plus au principe, déduction faite, je vais me poser les fesses dans la salle ou même dormir un peu. Allongé je ne trouve pas le sommeil, pourtant bon nombre de circadiens l'ont eux trouvé ! Je repars pour quelques tours, et l'envie de reprendre une pause me tente à nouveau, surtout en retrouvant Sylvie qui a le visage plutôt très fatigué. Donc retour à la salle sur une chaise, la tête sur la table et plouf dans les bras de Morphée...

            Au réveil, 1h30 plus tard, il est plus que temps de remettre des kilomètres au compteur, sachant que j'ai perdu une quinzaine de places. Alternant marche et course, je tente de rattraper quelques motivés et de m'accrocher. Le petit matin pointe son nez et je terminerai comme je peux, échangeant quelques mots par quelques accompagnants résistants. Une famille encourageant un certain Thierry, en fait titi62, m'aura aidé par cette conquête sans issue. C'est avec ce kikoureur que je terminerai avec une grande part d'émotion du fait qu'il atteigne les 240 kilomètres. Bravo et respect pour cette volonté et cet exploit.

            Bilan, une expérience de plus peut être à renouveler...pour 2010 je compte bien reprendre la route mais un peu plus rapidement et sans faire des ronds ! Marathon et semi marathon me manquent quelque peu et la fatigue traînée pendant des mois m'annonce une année moins Ultra.

 

Bravo à toutes et à tous.

5 commentaires

Commentaire de langevine posté le 13-12-2009 à 22:10:00

Année 2010, année moins ultra??? chiche, je te prends au mot et surveillerai tes dires de près! ;-)
t'es un extra terrestre pour moi mais j'taime bien comme tu es alors change pas! ;-) mais fais gaffe à toi quand même! ;-)
bisous !

Commentaire de langevine posté le 13-12-2009 à 22:10:00

Année 2010, année moins ultra??? chiche, je te prends au mot et surveillerai tes dires de près! ;-)
t'es un extra terrestre pour moi mais j'taime bien comme tu es alors change pas! ;-) mais fais gaffe à toi quand même! ;-)
bisous !

Commentaire de Mustang posté le 13-12-2009 à 22:58:00

prendre le départ d'un 24h, c'est déjà énorme!! admiration !! bravo!

Commentaire de Sanggi posté le 13-12-2009 à 23:04:00

Houlà, je rougis... très sympa de votre part, merci.

2010: ma tête me dit de réduire les kilomètres, mes jambes cherchent à grimper toujours plus haut...

Merci pour les commentaires.
...............signé l'extra terrestre

Commentaire de Fredy posté le 22-01-2010 à 12:05:00

J'étais passé à côté de ce récit.
Vu de l'autre côté de la barrière (ou du ravito)c'est déjà pas facile, alors faire des ronds pendant 24 heures, chapeau.
Bon si tu remets le couvert l'année prochaîne, je commande des pom pom girls pour la soirée.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran