Récit de la course : Marathon de Sénart 2009, par ZeMuf91

L'auteur : ZeMuf91

La course : Marathon de Sénart

Date : 1/5/2009

Lieu : Tigery (Essonne)

Affichage : 1035 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

1er Marathon loin de la foule Parisienne

Hello,

Petit CR a posteriori, cette course a vraiment été sympa.

Je partais avec pour objectif 3h30 en redoutant des problèmes de genou. Par chance il y avait des ballons 4h, 3h30 et 3h, j'ai donc prévu de suivre d'Artagnan un certain temps :)

La météo s'annonce très chaude, il ne faudra pas rater un ravitailllement.

Et c'est parti, on se cale sur un 12km/h tranquillement, pour prendre ses marques. L'ambiance est excellente avec de la musique partout, des ravitaillement copieux. Un petit bémol, les bouteilles d'1/2 litre de boisson énergétique sont franchement trop sucrés, donc dilue avec un gobelet d'eau.

Je suis donc d'Artagnan pendant 10km et je commence à allonger la foulée légèrement, accompagné de 2 coureurs équipés en gps, pratique pour contrôler l'allure. Ils le donnent le petit truc de se caler une éponge sur la nuque, dans le t-shirt. Sensation de fraîcheur appréciable.

Tout se déroule sans encombres, les fanfares sont fort sympathiques.

Au semi (1h44), mes 2 accompagnateurs faiblissent un peu, je m'envole donc vers de nouvelles aventures, la forme étant bien là.

Tout se déroule sans encombre jusq'au kilomètre 33 il me semble, où mon genou gauche commence à avoir des signes de faiblesse ...

Eh oui, ça y est, le genou est passé en mode douloureux, je suis obligé de réduire l'allure ayant du mal à déplier la jambe et je me dis que cela va être l'enfer. De petits passages pavésem confirment dans cette impression.

Au 35ème km, d'Artagnan me rattrape alors que j'avais bien du avoir 5-6' d'avance. Et là je me dis que si je le laisse partir, c'est fini, je m'écroulerai lamentablement. Un petit groupe de coureurs dans le même état que moi s'accrochent à lui, alors j'en fais autant.

ça va ça vient, des fois je serre les dents, des fois ça passe.

La dernière descente est infâme, c'est vraiment très très dur, je pense avoir laché une petite larmichette.

A l'entrée sur la piste d'ahtlé finale,  d'Artagnan ralentit et me dis de foncer ce que je fais pour franchir la barre symbolique : 3h29'50"

Hélas les jeunes masseuses/kiné sont toutes prises, alors je m'auto-masse, après quelques minutes les jambes vont mieux, le souffle est bien car je ne me suis jamaismis dans le rouge de ce côté, le parcours étant très plat.

Et 30 minutes plus tard, ça va vraiment miex, je peux donc retourner au ravito final bien fourni et reprendre des forces.

L'organisation aura été im-pec-cable, avec autant de bénévoles que de coureurs, de l'ambiance, des ravitos bien dimensionnés, une magnifique médailles, et du cidre en prime !

Pour 3x moins cher que Paris, tout en étant mieux placé pour la préparation à mon avis, que demanderde plus !

Je commence vraiment Sénart comme premier marathon, la foule de Paris ayant ses avantages comme ses inconvénients.

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran