Récit de la course : Le Tiers de Marathon 2009, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Le Tiers de Marathon

Date : 15/11/2009

Lieu : Laverune (Hérault)

Affichage : 1473 vues

Distance : 14.065km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

1/3 de marathon et trois tiers de beaux gestes à Lavérune

      Serait-ce la magie du mot « marathon » qui fait le succès de cette épreuve remise sur pied par le « Jogging Laverune » ? C’est mon sentiment, en voyant toutes ces voitures remplir les parkings et les moindres espaces de rues dès 9h et cette fourmilière humaine s’agiter  dans le parc du château de ce village de la banlieue ouest de Montpellier, aussi « capitale » des cafés Jacques Vabre qui offraient toujours leurs coulées d’air parfumées aux coureurs mais…pas leur traditionnel paquet de café des années passées !

 

     Du parking des tennis, on entendait aussi en arrivant Vincent Diaz, encore de service au micro, dans une forme des grands jours, accumuler  sans relâche commentaires et présentations. De quoi un peu faire peur à ceux qui sont habitués aux « coursettes » plus familiales mais de quoi réjouir les organisateurs et sponsors, « Temps Courses » de Montpellier étant encore très présent et soulignant de plus en plus , il me semble, son intérêt pour les événements hors stade actuels.

     Après avoir pris une des deux dernières places libres du parking le plus proche, direction les dossards, où j’avais quelques craintes : j’étais inscrit, avec certificat, mais sans payer, le club, « Maguelone Jogging » devant régler globalement les engagements. Mais comment retrouver les copains là-dedans ? En arrivant ils étaient pratiquement tous là, au nombre de huit, mon dossard étant le dernier à prendre, le tout étant réglé, sans faire la queue ! C’était bien parti.

 

 

Une vision toujours touchante avec "couriravec sarah.com"(*1)

 

    En sortant, c’est ce bon et gentil Mickael-« Leonidas.34 », sur Kikourou.net – qui me reconnaît, depuis notre première rencontre à St Jean de Védas. Il a le temps de m’exposer les grandes lignes de son projet : collecter 422€ en se faisant payer ses kilomètres au marathon de Marseille 2010, afin de les reverser à"Dyspraxie Mais Fantastique"(*2), sensible qu’il est au problème de ces enfants. Une sorte de Téléthon personnel pour une cause qui en vaut aussi la peine.(liens donnés en fin d’article) et mérite d’être soutenue.

     Il reste une petite demi-heure pour l’échauffement, qui sera encore très léger, ayant fait exceptionnellement depuis longtemps un massage à l’huile le matin, comme je le faisais avant mes courses cyclistes.

     Mais il y a aussi les autres  rencontres à gérer ainsi que les « conseils » à donner à ma photographe de femme que j’ai armée aujourd’hui de mon Nikon reflex ! Elle remplira bien sa mission, sauf pour l’arrivée des premiers, ratée, pour cause d’achat de pain en ville !

      C’est alors Christian, le copain du club, de retour sur les courses, puis Emma, la femme de Dédé Alison, fondu dans la foule, lui, qui se lance comme son champion de mari V4, sur le « Tiers du Marathon », la grande course du jour, la seule de ce nom dans toute la région donc.

 

 

Quelle que soit l'épreuve, le sourire permanent d'Emma en course!

 

     Puis c’est enfin Vincent Diaz au micro, qui m’aperçoit et ne me rate pas ( !) pour que j’aille dire un mot sur mon livre, « Il court, il court le diabétique », qu’il possède depuis une semaine. Vraiment sympa comme réflexe de sa part, mais rien de mon côté  n’est vraiment mis en place concrètement pour que ceux que cela intéresserait puissent l’acheter.

 

 

Mais d'autres peuvent aussi évoquer leurs projets et rendez-vous, comme Jean-Claude Tissot, pour le Crès, le samedi 28 au lac.

 

       Je me retrouve alors sur la ligne de départ à côté de Mickael, qui ne ménage pas ses bonnes paroles et encouragements. Un premier coup de pistolet mais c’est pour les enfants qui partent devant nous. Ils étaient aussi trois centaines à participer, selon Vincent.

 

 

 

 M.le maire de Lavérune a du travail ce matin!

 

Le deuxième coup, c’est pour nous et ça piétine pas mal, bien sûr, surtout pour passer la grille du château…

 

 

Une première boucle autour de la ville puis une seconde dans la verdure et les vignes. Je n’ai toujours pas l’aisance passée et suis peut-être à douze à l’heure mais je sens que ça ne va pas durer.

 

 

 Pierrot34, le 208, en passe de rétrograder bientôt!

 

Un grand costaud me passe, encourage « Maguelone », pour me dire que nos maillots sont chouettes ! Merci quand même mais je n’y fais pas tellement honneur, mes sept copains étant maintenant devant moi, la mi-course passée, en repassant devant le château où je me dis « encore autant à faire, pffffff !!! »  . Reste de la route, plate, mais aussi une partie prairie herbeuse- mais sèche- où je prends au 10è km un verre d’eau et un autre de jus d’orange. L’ami Philippe de « Photo 34 » nous donne notre place, je crois, en prenant ses photos et je crois entendre 434…mais on continuera à me dépasser, mes foulées étant plus courtes et lourdes et le souffle réduit. Restera les trois derniers kilomètres sur route  longeant cette sorte de « petit mur de Berlin » menant vers le château.

     A l’arrivée un gars devant moi annonce 1h20 à celui qui lui demande. J’avais annoncé autour de 1h15 à ma femme. Pas trop de dégâts alors ?

   Une longue queue se forme à l’arrivée pour toucher sa bouteille  de vin et son T-shirt. L’inconfort que je ressens par ces temps couverts sans soleil est compensé par  la veste de survêtement et un verre apportés par ma femme. J'aurais bien goûté à la soupe servie au ravitaillement (super!), mais il ne faisait pas tout à fait assez froid pour ça.

     Le groupe de « Graïl’oli » qui ont animé toute la course à s’en fendre les hautbois est toujours là. Je m’intéresse à eux. Ils me donnent leur carte(*3)

 

 

Un groupe de St Martial (30) occitano-catalano-brésilien de valeur, qui a fait honneur à l'invitation de l'organisation- (*3)

 

 et direction la voiture, la fatigue faisant son œuvre insidieuse d’une manière générale. Ma femme reprendra le volant, c’était plus sûr.

La glycémie est de 1,47g à 12h30 alors qu’elle était de 2,74 le matin, déjà haute donc. Elle retombera à 0,33 à 22h30, sans que je le sente. Le Nutella me fera passer une nuit tranquille à plus de 2g…Il faudra sans doute un surplus d’entraînement pour descendre au-dessous de ces chiffres …

 

 

(*1)http://couriravecsarah.com/

(*2)http://www.aiderdonner.com/mickael-tena

(*3)http://www.tousenlive.com/grailoli

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran