Récit de la course : Le Tiers de Marathon 2009, par patcastelnau

L'auteur : patcastelnau

La course : Le Tiers de Marathon

Date : 15/11/2009

Lieu : Laverune (Hérault)

Affichage : 467 vues

Distance : 14.065km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Oh ! Le joli tiers !

Presque 700 au départ par cette douce matinée nuageuse d'automne, une ambiance chauffée à blanc par le toujours jeune, sautillant et enthousiasmant Tonton Vincent Diaz : tous les ingrédients étaient réunis pour une fête réussie. Avec Nicolas, nous avions prévu 1h30' bien tassée, car nous ne sommes pas super entraînés et je me souvenais d'un dur passage il y a trois ans. Dès la sortie du Parc, nous avions le tour de ville de deux km et nous fûmes en 11' au premier passage devant la foule massée devant le château et qui ne fut jamais avare d'encouragements tout au long du parcours. La douceur de l'air et celle des dénivelés quasi absents (si ce n'est le petit col à 31 m gentiment signalé par les gentils organisateurs) nous vit au ravito du 5 en 28'. Nous humions alors la bonne odeur du café Jacques Vabre qui nous accompagna un moment.

 Puis ce fut un chemin cimenté puis caillouteux qui commença à éprouver un peu mon ami non-voyant. Nous arrivâmes alors au passage du château au 8 km en 46' et croisâmes le premier de la course qui en finissait en 48'03''. Le 9ème km en faux-plat descendant nous permit de garder notre 6'/km synonyme de 10 à l'heure. Mais ensuite se présentaient pour nous deux km d'enfer du nord, avec d'abord des traversées de racines puis une monotrace difficile pour Nicolas, dont les chevilles faillirent partir deux fois en vrille. Je le forçai alors à courir dans l'herbe du bas-côté, sans vraiment trouver la trajectoire idéale. De plus, le ravito du 10 était plutôt mal placé pour nous, car nous l'aurions sûrement mieux apprécié au moment de la reprise du bitume. Néanmoins, nous étions passés, non sans laisser 1'30'' de notre petite avance dans cet traversée nature. Nous étions au 11 en 1h05'30''.

Je sentais Nicolas vaciller et m'aidai alors de la corde qui nous relie pour insuffler un peu de mon énergie à mon camarade de club. Nous limitions les dégâts jusqu'au 12 où nous passâmes en 1h12' pile. Notre avance avait fondu. Mais le 13 était un long faux-plat descendant et je repris pour la deuxième fois Nicolas en mains. Je l'encourageai à bien travailler sur ce bitume facile. Je restai vigilant sur les nombreux dos d'âne "gendarmes couchés". Nous nous accrochâmes sur ce 13ème km en reprenant une marge de 30''. Il ne nous restait plus qu'à en finir, à la peine mais heureux ce dernier km comme un dernier coup de collier en faux-plat montant vers le Parc. Je sentais Nicolas au bord de la marche, mais je ne lâchai pas prise et nous étions dans l'allée centrale en 1h23' et sur la ligne en 1h23'40''. Nous étions allés chercher un bien improbable 10 à l'heure et étions comblés et heureux.

Le reste, cadeaux, classements, podium et apéro ne fut que l'apothéose de cette belle course, dont les organisateurs sont excellents et ont su donner à leur événement une ambiance hors du commun.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran