Récit de la course : 24 heures d'Aulnat 2009, par galopa

L'auteur : galopa

La course : 24 heures d'Aulnat

Date : 7/11/2009

Lieu : Aulnat (Puy-de-Dôme)

Affichage : 966 vues

Distance : 0km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

24h aulnat 2009


Date:
 
7-8 novembre 2009
Lieu: 
aulnat (63, puy de dôme)
Temps: froid (entre 2 et 10°c)+ plusieurs averses + rafale de vent
Parcours:  boucle de 1,341 km avec virages en angle droit et épingle


Préparation:
voir sur mon blog http://galopa.over-blog.com/
La course:
Voici un graphique sur l'allure des 6h de course que j'ai effectué:

Le départ est donné, et c'est par un temps frais et qui promet d'être plus agité, que je pars très tranquillement pour le premier tour.

Dès le deuxième tour, j'adopte ma vitesse de croisière vers 11,3 km/h (inférieur à 60% de ma VMA). Ma stratégie est claire, être le plus régulier possible par fraction de 3h, en diminuant de 0.3 km/h ma vitesse toute les 3 heures.

D'un point de vue du parcours, je me rends compte que 2 virages en épingle risque, à la longue, de faire mal, ainsi que les nombreux virage à angle droit.

A chaque tour je bois 2 gorgées d'eau et toutes les 30 minutes je prends un gel.

Finalement, ce que j'appréhendais ne se produit pas. En effet, il est facile de doubler au fur à mesure les concurrent qui court moins vite.

Je cours à mon allure donc, sans me soucier de personne. En effet, je ne suis personne, et finalement je me retrouve seul avec mon allure.

Les tours s'enchainent et la pluie arrive. Elle viendra 4 fois dans les 6 premières heures. Et de plus par moment, le vent s'invite aussi à la fête et fait tomber de temps en temps les barrières et certaine tables à coté du circuit. Bref on est gâté. Très vite, le tableau d'affichage électronique tombe en panne pour de nombreuses heures. Et aussi notre puce, ne bip pas à chaque tour obligeant un organisateur à "scanner" notre puce avec une "raquette" dès que le "BIP" ne se fait pas entendre. Personnellement cela ne me fait pas cogiter, j'utilise mon GPS qui est assez précis.

La première heure se passe bien, la deuxième aussi. Mais je commence à ressentir une petite gène en haut de ma hanche droite vers la fesse. C'est une sensation que je n'ai jamais connu par le passé. Je n'accorde pas d'importance à cela en pensant positivement et en me disant que j'aurai d'autre sensation de ce genre sur mon corps pendant les 24h.

A la fin de la 3ème heure ce qui était une gène au début devient une douleur aiguë à chaque foulées. A chaque tour je marche 20s-30s pour soulager un peu, mais c'est pas vraiment un succès.

J'en profite aussi pour prendre un petit repas à la place de mon gel.

Je suis toujours régulier, mais je souffre de cette maudite hanche. Le cardiaque est super calme, aucune autre gène sur mon corps.

Au passage du 50km, je fais un bilan comparatif par rapport à ma course de préparation de 50km que j'ai fais 3 semaines plus tôt. Et je me rends compte que c'est très différents sur l'état de mon corps. En effet, malgré le fait que je cours encore moins vite qu'il y a 3 semaines, je souffre terriblement de ma hanche. C'est dur dur mentalement, y a 3 semaines je pouvais courir un 2 ème 50km sans soucis à une allure plus rapide que celle des 24h, et là au bout de 50km je suis rongé par cette douleur ancrée en moi.

Donc, j'essaye de faires des exercices de montée de genoux, des petits sauts, etc.. Mais rien n'y fait, dès que je prends l'allure 24h je souffre. Vers 05h30 de course, je ne peux plus courir, j'ai l'impression qu'on m'enfonce une aiguille dans la jambe. Donc, je marche et là aussi, la douleur est très aiguë. J'alterne course marche sur 30 min.   Mais même à la marche l'aiguille s'enfonce encore. 

Au passage de la 06h de course, je décide d'arrêter l'acharnement physique car je me rends compte que faire encore 18h dans ses conditions rendrait mon corps dans un très sale état pour peut être des mois et des mois voir des années. 

A ce moment, il m'est impossible de retenir les larmes qui viennent toutes seules. Je repense à toutes ses heures d'entraînements et tous les sacrifices que comporte la préparation. 

Mais 2 jours après mon arrêt, je ne regrette pas d'avoir arrêté car j'ai toujours mal à ma hanche. Je pense positivement en regardant devant et je me dis que j'ai fais beaucoup de foncier qui me servira pour plus tard, et le point positif et que je n'ai souffert d'aucune courbature malgré 65km. Le passé et le passé comme on dit. Je suis de nature positive, mais il est vrai que mentalement les 24h après la course j'étais très touché. 

Après renseignement sur ma douleur, voici le verdict:

DOULEUR DE HANCHE – LA BURSITE TROCHANTERIENNE
OU SYNDROME TROCHANTERIEN

Définition:
C’est une inflammation des tendons s’insérant sur le grand trochanter, en rapport bien souvent avec une hyper sollicitation des muscles qui s’y attachent. Ce relief osseux fait l’objet de tractions multiples, par la convergence de plusieurs muscles d’actions opposées, des rotateurs internes et externes, ainsi qu’une importante masse musculaire assurant l’abduction (muscles fessiers).

Cette « tendinite » est favorisée par des facteurs d’entraînement, en particulier la foulée courte sans extension complète des membres inférieurs.

Conclusion:
J'avais constaté lors du début de ma préparation à allure 24h, que cela me faisait mal, mais cela avait disparue avec la pratique et même, c'était devenu une allure de confort extrème.

Je ne sais précisément l'origine de ma douleur, même si j'ai plusieurs pistes.

Bref, c'est une première expérience. Je pense que je suis plus alaise dans du vallonnée et donc avec variation de rythme.

Je tiens à signaler que faire plus de 240 km comme là fait le trio de tête est très très impressionnant. Mais à quel prix. Quand j'ai vu leur état 30 minutes après la course, cela donne froid dans le dos. Ainsi que les 3 premières femme. Je n'en ai pas vu un sourire tellement ils avaient tous très mal.

Douleur est ce que je retiens le plus de mon premier 24h. (je ne suis pas sur d'en refaire un autre, mais dans la vie il ne faut jamais dire jamais....).

4 commentaires

Commentaire de Fredy posté le 12-11-2009 à 21:27:00

Bon, tu as bien fait d'arrêter. Maintenant tu as la caisse pour refaire du long, peut-être la Sainté ?

Bonne récup.

Fred

Commentaire de LtBlueb posté le 12-11-2009 à 23:08:00

Bien dommage cette douleur survenue si tot dans la course ! L'arrêt fut très très sage . Tu ne dois pas avoir de regret en ayant fait le bon choix . Soigne toi et dis toi bien que le tout ce foncier n'est pas perdu .

Commentaire de CROCS-MAN posté le 14-11-2009 à 14:09:00

Soigne toi bien , merci pour ton écit.

Commentaire de Stéphanos posté le 15-11-2009 à 19:38:00

salut
l'apprentissage d'un 24h est long, et il ne faut surtout pas forcer sur des blessures, encore plus lorsqu'elles surviennent trés tot dans la course... maintenant étudies et trouves l'origine de cette tendinite, pour bien la soigner.
Je suis arrivé à rester 24h en piste qu'au bout de cette 3e tentative, qui fut la bonne! donc tu as le temps... bon courage et bonne continuation mais surtout soignes toi bien, avant!
steph

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran