Récit de la course : Triathlon CD d'Istres 2005, par cigaloun dupuy

L'auteur : cigaloun dupuy

La course : Triathlon CD d'Istres

Date : 11/9/2005

Lieu : Istres (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 1729 vues

Distance : 41.5km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Triathlon Courte Distance d'Istres
Dimanche 11 septembre 2005

Distance :
Natation : 1,510 km
Vélo : 40 km
Course à pied : 10 km
Départ et arrivée de Istres (Bouches du Rhône) Etang de l'olivier.
Heures de départ : 14 heures

(un CR à l'ancienne, mon fan club ne m'a pas accompagné, exceptionnellement, donc pas de photos, désolé les filles )

Presque un mois après l'Ironman d'Embrun, je m'aligne au triathlon courte distance d'Istres. J'aime bien ce sport, alors pour une fois qu'il y en a un dans les Bouches du Rhône, je saute sur l'occasion….. même si physiquement je ne pense pas être au top.
Je n'ai pas du tout nagé pendant 1 mois, mais j'ai bien roulé et bien couru, peut être, que j'aurais du faire l'inverse, mais c'est trop tard.
Ce dimanche matin de bonne heure, j'appelle quand même les organisateurs, car hier, il a fait un très gros orage, sur le secteur, et avant de me déplacer je prends la peine de me renseigner pour savoir si c'est annulé ou pas, et ça ne l'est pas, la personne que j'ai au bout du fil me dit même qu'il fait soleil, alors que chez moi il pleut encore.
Je décide de partir quand même, car je sais qu'il y a souvent une grosse différence de climat entre le bord de mer et chez moi.
Effectivement, dès que je commence à approcher du secteur de l'Etang de Berre, je vois le soleil, et le vois aussi les dégâts occasionnés par le gros orage de la veille, coulée de boue, détritus divers sur les routes, champs inondés….
Bref, ça a du être du costaud.
Tout ça ne m'enchante pas trop, je ne sais pas si c'est le contre coup d'Embrun, mais je doute un peu, je n'ai pas envie de faire un triathlon dans de mauvaises conditions.
Bon, bref de toute façon je me suis inscrit, je verrai bien, même si j'ai de gros doutes sur la natation.
J'arrive sur place d'assez bonne heure, pendant la remise des prix de l'épreuve avenir, peu de monde, ça ne m'étonne pas, les Bouches du Rhône ne sont pas réputés pour leur ferveur sportive, mis à part l'OM.
Je fais un rapide tour du site et tout de suite, je suis agréablement surpris par sa qualité, en toute franchise, pour travailler à Rognac, au bord de l'Etang de Berre, je m'attendais à un cadre plus….. industriel. Mais non, pas une seule cheminée à l'horizon, pas une seule ligne Haute Tension, une eau de couleur et d'odeur normale, un cadre très champêtre seulement défiguré par un incendie sur sa partie nord. Etonnant.
Le départ et l'arrivé natation se font sur des pontons, il faudra donc faire bien attention à ne pas abîmer la combinaison.
Je termine mon petit tour en regardant les parcours affichés, c'est un peu confus, mais comme en général ces parcours sont toujours bien fléchés et encadrés, je ne me prends pas trop la tête.
J'en ai profité pour rencontré Jean Luc et Dominique deux membres du dynamique club des Centaures de Pertuis. Jean Luc a fait la veille une course de VTT assez dure dans les Alpes, et il s'aligne malgré tout au CD d'Istres, mais d'après ce qu'il m'a dit il s'est bien préparé et a bien récupéré, je lui fais confiance.
Je vais manger tranquillement dans ma voiture, au calme, en prenant bien mon temps pour faciliter la digestion.
Je vais boire mon café à la buvette en profite pour retirer mon dossard avec Johan un autre Centaure que j'ai rencontré à l'entrée du site.
Je m'en retourne à la voiture pour me préparer tranquillement, j'aime bien prendre mon temps, je pense, et je suis convaincu, que c'est parce que je n'ai pas eu ce genre de "préparation", que j'ai eu des problèmes à Saint Raphaël au printemps.
La préparation d'un triathlète est toujours très compliquée et longue, je prends donc mon temps, et descend tranquillement mettre tout mon attirail dans le parc à vélo.
Juste avant l'entrée je prends mon casque dans mon sac lorsque je retrouve avec plaisir Christian du Massilia triathlon, du site internet www.kikourou.net, animé par l'ami Mathias avec qui j'avais fait l'Embrun man en 2003.
Nous papotons longuement, sur nos projets de fin d'année, nos vélos, bref nous passons un bon moment bien sympa.
Je finis d'installer tout le matos, les organisateurs ont mis tous les membres d'un même club à côté, c'est super, je me retrouve donc, à côté de Johan, Jean Luc et Dominique.
Je mets tout en place, et pars m'échauffer un peu tout en guettant ma montre pour ne pas louper le briefing, c'est important pour moi, qui ne suis quand même qu'un triathlète novice d'écouter les informations données lors de ces moments.
Après n'avoir couru qu'un petit quart d'heure, je retourne au parc, et là je vois des triathlètes nîmois, et je leur demande s'il n'y a pas parmi eux des forumeurs d'Onlinetri, et oui, ils me disent qu'il y a Olive25-12 qu'y est là et ça tombe bien, il arrive juste sur ces entrefaites, nous nous présentons, mais le départ approche, il faut se préparer.
Peu après un autre forumeurs, Fgump vient aussi me saluer, sur le coup je ne réalise pas qui c'est, en toute franchise, mais quelques jours après ça me reviendra, puisqu'il a réalisé une petite vidéo plus des photos de cette épreuve sur :
http://herve.gueit.free.fr/photos2005istres.html

Je mets ma combinaison tranquillement, je lubrifie comme toujours les points sensibles.
Bon faut y aller, le départ se fait dans l'eau, tiens c'est nouveau ça, je n'ai pas encore fait ça.
L'eau est bonne, j'avais peur qu'elle soit fraîche après ma pluie de la veille mais non, c'est tout bon. (bon je ne suis pas chien, et pour commencer votre cure de désintoxication une photo, du plan d'eau avec l'aimable autorisation du vidéasto-triathlèto-marseillo Fgump)




Un coup de sifflet, et le départ est donné, j'avais prévu, sans trop y croire, d'essayer de rester au contact des derniers du peloton, mais vu que je n'ai pas nager pendant un mois, je ne me fait pas trop d'illusions, mais j'essaie quand même.
Bizarrement, je ne me fais pas larguer rapidement, je vois l'arrière des troupes devant moi, je n'essaie même pas de recoller, car je ne me sens pas d'accélérer, surtout que j'ai de nouveau de la buée dans les lunettes, une paire différente qu'à Embrun, et un anti buée différent aussi, mais aussi peu efficace.
Je nage à mon train, j'ai la nette impression à voir les bateaux qui me suivent, que je suis soit dernier, soit dans les tout derniers, je commence à en avoir l'habitude, et ça ne me dérange pas.
Je fais ce que j'ai à faire, j'essaie de nager très technique en me répétant tous les conseils de mon coach, bien tirer sur les bras, aller chercher loin devant, bien pousser… je fais une bonne natation, par rapport à mon entraînement dans cette partie.
J'arrive à distinguer quelques bonnets blancs juste quelques mètres devant moi, j'essaie d'accélérer, j'y arrive mais je ne les rattrape pas.
Je sors tant bien que mal de l'eau, plutôt mal car j'ai une crampe au mollet droit qui a commencé à me faire des misères, sur la fin de la natation. Je regarde mon chrono 35 mn, ouais pas mal, peut mieux faire.
J'entends un des bénévoles dire qu'il en reste encore 5 après moi.
Je fais une transition assez longue, car comme j'ai du mal à rester sur une jambe pour enlever la combi, je suis obligé de m'asseoir, idem pour mettre mes chaussettes, car je ne peux pas mettre des chaussures sans chaussettes avec le pied droit du moins, enfin, disons que j'y arrive mais j'ai du mal, et je me tords une fois sur deux les orteils.
Je sors du parc en 40 mn, ça fait un peu beaucoup, mais, je ne suis pas à quelques minutes près.
Je démarre le vélo toujours assez difficilement, je mets le petit plateau, car je ne connais pas le parcours, et je ne veux pas me faire exploser dans la première montée, d'autant plus que je sens frémir toujours ma petit crampe au mollet, elle est là, elle ne demande qu'à "péter", mais je suis vigilant, et je m'étire tout en pédalant et j'essaie de me masser aussi.
le parcours semble assez roulant, je remets rapidement le grand plateau, un 50 dents pour les puristes, et commence à accélérer, mais j'ai toujours autant de mal à me mettre entrain, dans la première montée situé après le rond point de la boucle que nous devons faire deux fois, je rattrape une concurrente du Massilia triathlon, je crois, et je suis tellement essoufflé lorsque j'arrive derrière elle, qu'elle se retourne, je suis obligé de lui dire en rigolant qu'elle ne s'affole pas ce n'est que moi, nous avons bien ri tous les deux, malgré une respiration difficile.
Ca fait 15 kilomètres que je roule et je commence à peine à trouver mon rythme, sur 40 bornes il ne me reste plus grand-chose.
Mais ça y est les jambes tournent bien, le rythme est bon, j'enroule bien malgré le grand plateau, et le parcours qui est relativement dur, car pas mal de petites montées.
Ce parcours est vraiment sympa, sur une route assez ombragée, au bord de l'étang, il y a juste un seul endroit où une odeur de vase, agresse nos narines, sinon ça roule bien.
Je connais mon petit instant de gloire lorsque je me retrouve 3ème de cette course, en effet, je me fais doubler par Hervé Faure et François Chabaud, lequel gagnera finalement, bien sûr je plaisante car ils ont un tour d'avance.
En les voyant, je me fais une réflexion, car sur les parties roulantes, ils me lâchent bien sur mais difficilement, je les ai en ligne de mire juste devant moi, mais à la première montée, je ne les vois plus, et je me dis que j'ai bien progressé en vélo, ça me conforte dans mon objectif de perte de poids pour la saison 2005/2006.
J'aime bien ce genre de circuit où l'on se double et se croise, c'est plus vivant et moins ennuyeux que pédaler tout seul.
Mine de rien, j'ai chaud, je n'ai pris qu'un bidon de boisson énergétique pas d'eau, en pensant qu'il y aurait au moins un ravitaillement, hélas non….
Je croise régulièrement mes copains de club et vois que je reviens progressivement sur Dominique, j'ai vu à Codolet que nous avions globalement le même niveau, mais aussi sur Johan, ce qui m'inquiète plus car normalement il marche bien, et comme je ne pense pas être dans un super jour, je pense que c'est plutôt lui qui a un problème.
Je finis le vélo très fort, j'ai doublé Dominique et suis à quelques mètres de Johan, mais aussi du copain internaute Christian, que je vois juste devant moi.
J'apprécie mal la fin et sors mes pieds des chaussures trop tôt, bon ce n'est pas très grave, j'arrive au parc, et là il nous faut courir sur une partie en cailloux avec de belles flaques, ce n'est pas très top, mais les organisateurs n'avaient pas prévu qu'il tomberait la veille plus que ce qu'il n'a plu dans la région en 3 mois.
Je fais une bonne transition, je vois Olive 25-12 un autre internaute qui me dit qu'il a abandonné au premier tour, puis je pars.
Je vois Christian, qui part quasiment en même temps que moi, nous avons juste le temps de nous donner une bonne claque dans les mains, mais d'après ce qu'il m'a raconté de sa préparation pour le trail de Templiers, je pense qu'il va finir fort en course à pied, et effectivement, il me lâche très rapidement.
Le départ du parcours course à pied ne se fait pas comme je le pensais naïvement, sur les bords de l'étang, mais par un raidard avec des marches d'escalier.
Dés les premiers kilomètres, je croise Johan qui rentre en marchant, à priori il a abandonné, je lui demande ce qu'il a mais il ne me répond pas.
Je soufre, il me faut du temps pour me mettre en route, et un départ si dur, ce n'est pas bon pour moi, je suis obligé de m'arrêter au ravitaillement situé au sommet de cette montée car je n'arrive plus à respirer, j'ai mal à la poitrine et aux abdos.
Il faut dire, que j'ai eu la bonne idée de reprendre le travail des abdos, que j'avais un peu abandonné cet été, les jours avant ce triathlon, ils sont donc un peu "tendus" et comme j'ai pas mal tiré dessus en natation, ils me font mal, ils m'empêchent même de respirer, je suis obligé de me masser régulièrement toute la poitrine
C'est dommage, car je me sens de bonnes jambes, j'ai recommencé à faire du fractionné et de la VMA, pas beaucoup encore, mais ça revient bien.
Je m'arrête à chaque ravitaillements, qui sont bien disposés et bien fournis, plus pour rependre mon souffle que pour me ravitailler.
Entre temps, je me fais doublé par….. Christian, je ne sais pas d'où il sort car je ne l'ai pas doublé, il me dit qu'il s'est juste arrêté faire un pause naturelle, nous papotons quelque peu, et puis il me laisse car je ne peux pas aller plus vite.
Je cours donc seul, je croise encorde Dominique, et j'ai l'impression qu'il s'est rapproché, j'ai du mal à respirer, j'essaye de voir avec mon chrono, si je vais faire moins de 3 heures, cela me semble juste, va falloir que je m'accroche, je finis mon premier tour assez laborieusement, en passant sur l'aire d'arrivée, je suis encouragé deux fois, une il me semble reconnaître la voie de Johan, l'autre je ne sais pas.
La deuxième montée me fait encore plus mal, j'ai du mal à reprendre mon souffle tellement j'ai la poitrine oppressée, je suis obligé de ralentir, pour trouver une respiration normale.
Je vois Dominique qui revient sur moi et qui me double, il papote tranquillement avec une concurrente de Narbonne. Je me motive pour essayer de suivre leur train, mais je n'y arrive pas de suite du moins, car petit à petit je remonte, il faut dire que je suis convaincu de faire plus de 3 heures, et comme je ne veux pas, je me force à accélérer progressivement, et j'arrive à le rattraper au bord de l'étang à 2/3 kilomètres de l'arrivé.
Je le double en lui disant que je veux faire moins de 3 heures, il me suit et nous finissons une nouvelle fois ensemble comme à Codolet, nous nommes le nouveau couple de l'année 
Finalement je finis en 2 h 55, bon ce n'est pas si mal.
Je fais un bon vélo, 1h15 pour les 40 km c'est très bien, surtout avec un parcours plus difficile qu'il n'y paraissait.
137ème sur 149 arrivants, mais surtout le 104ème temps sur plus de 150 car il y a eu des abandons sur la course à pied.
En ce qui concerne la natation, je n'espérais pas mieux, vu que je n'ai rien fait pendant un mois,
Un poil déçu par la course à pied, mais les jambes étaient là.
Je vais donc persévérer, pour arriver à un objectif de perte de poids de 5/7 kilos.
Je rappelle que le pèse actuellement 79 kg pour 1 m 75, je devrais être, en théorie, dans les 70/73.



Merci aux organisateurs aux signaleurs, et au bénévoles des ravitaillements et épongeages.



Merci à Hervé pour ses photos et ses vidéos.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran