Récit de la course : Trail des 7 Monts 2009, par jepipote

L'auteur : jepipote

La course : Trail des 7 Monts

Date : 11/10/2009

Lieu : Septmoncel (Jura)

Affichage : 1004 vues

Distance : 32km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Dans le dur.... dans le mur....

Dans le dur...
 
Il y a des jours, ou les courses ne sont qu'une étape, pas un objectif. Mais même dans ces moments il arrive qu'il y est un truc qui cloche.
Le trail des 7 monts, dans le Jura, j'y suis pour le plaisir, pas d'objectif, juste profiter du paysage et des gens jusqu'aux derniers  10 kil et tout donner sur la fin, à la demande du coatch.
 
Sur la ligne je suis sereins, pas de pression, je suis avec mon pote stef qui va faire sa course devant moi.
 
Au coup de feu, je suis peinard, je reste dans le peloton, me laisse enfermer pour être sur de ne pas partir trop vite. Je vais me faire les premiers kilos à environs 10kil/h, ce qui pour un départ et plutôt très sage de ma part!!
 
C'est plutot roulant au départ, on alterne petites montées et petites descentes. La course repasse par le départ après un dizaine de bornes, juste après une première côte bien sévère qui commence à faire monter le coeur, mais je reste tranquille, dans le rythme.
 
Je passe donc à l'endroit du départ. A chaque passage de coureur, un bénévole sonne les cloches; c'est sympa.
 

 
Derrière  on dégringolle dans la vallée, une longue descente, pas très technique, mais où les appuis sont parfois fuyants à cause de l'humidité du sol. Je cours quelques kilos avec une féminine, nous discutons un peu, mais après avoir faillis me retrouver sur le cul, je me reconcentre dans la descente!!
 
J'arrive au premier ravito, je viens de prendre un gel, alors je bois juste un verre d'eau en discutant avec les bénévoles.
 
Un peu après, virage sec à gauche, et là se lève le premier mur devant nous.  Je laisse passer les gens qui me suivent, je suis en promenade dans cette partie de la course... je ne veux pas déranger les autres. Mais très vite je regrette de ne pas avoir pris les batons, 700m de D+, ça calme les guibolles!! malgré une allure peinard, je sens que c'est dur. Faut dire que je manque de sommeil, j'ai eu des douleurs au bide toute la nuit qui m'ont empêchées de dormir correctement. 
 

 
J'arrive tant bien que mal en haut, p'tite photo, et je repars en courant, toujours cool. 
 

                                                                         je suis bien là......
 
Je décide de prendre mon second gel, est là ni une ni deux, je le gerbe direct!! manquait plus que ça!! j'ai bien puisé dans les reserves dans la montée, et l'organisme me réclame du jus!! Je laisse passer quelques minutes puis retente un gel, d'un autre gout.... direct au sol...
 
                                                                                    halloween oblige..
 
Ok, je ne suis pas bien, encore loin du second ravito, j'essaye de continuer à courir, mais la tronche se met à travailler dur. C'est la première fois que je n'arrive pas à me nourir sur une course. Je commence à alterner marche et course. 
 
Je me fais souvent encourager par les gens qui me doublent. J'essaye de temps en temps de m'accrocher au rythme de certains, mais dès que le terrain se dresse un peu, je n'ai plus la force.
 
J'arrive au ravito dans un état mental lamentable, je rêve de coca, j'espère qu'il y en a, car je sais que je ne pourrais rien prendre de solide. L'idée de l'abandon est plus que présente dans mon esprit. Par chance sur ce ravito il y a du coca, j'en prends deux verres, mais je sens que le troisième pourrait être celui de trop!! je parle un peu de mon idée d'abandon, et je m'entends répondre par un ancien que je suis jeune et que.... tralalitralalère.... bref il me saoul!! lui repart, moi je me renseigne un peu sur le profil jusqu'au dernier ravito, je sais que quand j'y arriverai mon pote sera surement arrivé et qu'il pourra venir me chercher avec sa femme si vraiment je suis mort!! et comme la dernière grosse difficulté est juste après... je décide de continuer.
 
Environs 10 bornes séparent les deux ravitos, j'alterne systèmatique course en descente et marche en montée. je rencontre un groupe de filles, je reste un peu avec, ça m'occupe l'esprit de discuter un peu. Au passage d'une échelle en bois qui sépare les champs pour que les troupeaux ne se fassent pas la malle, je glisse et me prends un gadin mémorable!! manque de lucidité...
Je me sépare progressivement de mes camarades de course, et je finis par rejoindre le monsieur du ravito qui m'avait gonflé, il me félicite pour ma décision, on discute le bout de gras un moment, et au profit d'une descente, je l'abandonne lachement.
 
Arrive enfin le dernier ravito, j'attends le coca avec impatience, mais, surprise, pas une bouteille, que de la flotte, me voilà bien!!

 
 
je comptais vachement me refaire sur ce ravito avant la dernière bosse!! je discute avec les bénévoles, ils me proposent un ricard... je refuse bien entendu!!
 
Je tente quand même le coup, je repars tranquille, je coupe mon portable, je débranche le cerveau, et je me dis que cette aventure me sera bénéfique pour mes futurs courses.
Une bonne descente précède la dernière difficultée, j'envoie tous ce que j'ai dans les jambes, je me dis que c'est toujours un peu de temps de gagné... oui mais, j'avais bien vu le profil de la course, et je savais que la dernière bosse était sévère, mais à se point!!!
Pfff... Pfff... je n'ai même pas envie de l'entamer, l'idée de retourner au dernier ravito me vient, mais vu ce que je viens de me taper en descente... j'oublie!!
Op Op Op c'est parti, au moins trente secondes et.... stop, je m'arrête, en faite c'est simple, je vais monter cette cote en 30/30, un coup je marche, un coup je m'assois dans l'herbe bien grasse!! un coureur, enfin marcheur, me propose de finir ensemble, j'accepte volontier. On discute, on encourage les gens qui nous dépasse, on félicite même certain qui finissent comme des balles.
 
      
                                                                      dans le dur.... dans le mur...
 
 
 
Ce calvaire va me paraitre très long, très très long... et puis ce bénévole en haut qui encourage les gens qui passent près de lui je le supporte plus, j'ai l'impression que jamais j'arriverai à son niveau!!
Puis finalement, après m'être fais redépasser par mon gars qui me gonflait au ravito, puis par l'équipe de filles avec qui j'ai fais un bout de chemin, et par plein d'autres encore, je reçois enfin mes encouragements du bénévole, finalement je lui rends un grand sourire, ça fait du bien.

 
Il reste plus qu'une petite descente, un petit kilomètre, pour enfin sortir de ce calvère.

 
 
 
Je passe la ligne avec mon compagnon d'infortune, vide!!
 
 
 
 
Je m'assois sur un banc, mon pote est là, il a fini plus d'une heure devant moi, il va me chercher une boisson sucrée. Je tremble des jambes pendant quelques minutes, mais faut vite que je me change, j'ai froid...
Le repas d'après course aura du mal à passer, mais je me force un peu quand même, une morbiflette je crois qu'ils appellent ça!!
 
Voilà le récit d'une galère qui ne devait vraiment pas en être une.  Perso je prends ça comme une nouvelle expérience. Il m'aura fallu quand même quelques semaines pour pondre ce CR.
 
Les chiffres: 33 kilomètres, 1827m de D+, avec un temps cannon de....5h08
 
Le profil:
 

 
 

10 commentaires

Commentaire de francois 91410 posté le 01-11-2009 à 21:36:00

Le fait d'arriver est néanmoins une victoire. J'imagine le parcours très plaisant hormis les ascensions dans ces conditions. Bonne récup avant tes prochains objectifs.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 02-11-2009 à 08:37:00

La vache ! la dernière photo !
Des crashes, j'en ai toute une collection, si tu veux !
La gerbe, c'est pas le pire, il y a aussi la diarrhée !
Bravo pour ton courage car ce n'est pas facile de raconter cela...

Commentaire de seapen posté le 02-11-2009 à 12:02:00

Boujour Jepipote. "Quelques semaines pour pondre ce C. R.". Sûr qu'il en fallait quelques pour digérer ce trail vécu comme tu l'as vécu. J'ai eu mal pour toi à chaque ligne du récit tellement on sent ta déception. Mais bon on s'en remet et je te souhaite pour la prochaine le meilleur du meilleur. Salutations sportives.

Commentaire de Mustang posté le 02-11-2009 à 13:47:00

dur dur, il y a des jours où ça ne passe pas! tu te referas sur un autre trail!

Commentaire de caro.s91 posté le 02-11-2009 à 13:52:00

Moi, je dis bravo. Bravo pour être allé jusqu'au bout un jour où c'était très dur et où ca n'avancait pas. Bravo pour avoir su passer outre ta déception pour nous faire partager ton aventure.

Avec cet entraînement tu trouveras les Carrières by night comme une aimable balade !!!

Caroline

Commentaire de fulgurex posté le 02-11-2009 à 14:20:00

Sacré profil cette course! Merci de nous faire partager ton expérience.
Grosse galère, mais tu as fini et même pas dernier! :o)

Commentaire de lolo25770 posté le 02-11-2009 à 14:36:00

Salut, j'ai connu ca l'année derniere, tout comme toi. On se dit que ca vaut pas le coup de prendre les batons, de partir tranquille on aura le temps de revenir sur les autres et ben nan pas dans le haut jura, tout est dur la haut, mais quelle belle region. En tout cas belles photos.

Commentaire de JLW posté le 02-11-2009 à 21:42:00

Que dire de plus que les commentaires précédents ?
J'ai connu quelques galères aussi, et oui c'est l'expérience qui rentre.
33 bornes et 1800m de d+ c'est pas rien. Il nous arrive de minimiser ces épreuves à force de lire les récits des UTMB, GRR, Templiers etc ... mais justement c'est une grave erreur.
Merci de nous faire partager tes galères et souviens-toi, ca ira mieux demain. Ca aussi c'est l'expérience.

Commentaire de shunga posté le 03-11-2009 à 09:58:00

remets toi bien.

Commentaire de grandware posté le 04-11-2009 à 22:40:00

T'as bien eu raison d'en profiter car les paysages sont superbes !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran