Récit de la course : La Val'Lyonnaise - 26 km 2009, par franck de Brignais

L'auteur : franck de Brignais

La course : La Val'Lyonnaise - 26 km

Date : 25/10/2009

Lieu : Vaugneray (Rhône)

Affichage : 722 vues

Distance : 26km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

PREMIERE VRAIE COURSE (enfin préparée quoi ...)

C'est la première course que j'ai réellement et sérieusement préparée en fonction de l'objectif : beaucoup de dénivelé et grande distance (en tous cas pour mes petites pattes !!) . Pas d'objectif de temps, si ce n'est finir en dessous des 3 heures.

Depuis 1 mois : des sorties "mini" que j'ai passé de 7 à 10 km et surtout on arrête le plat qui ne fait progresser que la vitesse moyenne ... sur plat... et je me met du dénivelé. J'en fait 3 par semaines + Une sortie longue par semaine (qui est en fait le parcours des Tards Venus + approche de chez moi, soit 15km) Sur celle ci aussi gros dénivelés.

 Je me sens pas trop mal : pas de bobos ou petites douleurs. dernière sortie courte où j'ai éclaté mon record perso d'une minute trente. C'est plutôt positif, parce que jusque là ... c'était pas terrible : J'ai pris la crève la semaine d'avant : nez bouché, toux... les sorties étaient pas simples et les temps dégueulasses.

Denis (mon copain Marathonien) veut faire une dernière sortie "compet" avant le Nice-Cannes. Il me laissera faire mon 26km et  choisit le 15km, histoire de ne pas se faire mal. C'est lui qui vient me chercher ce matin. Le temps est moins pire qu'annoncé : il a plu cette nuit, mais ça a l'air de vouloir se découvrir. En tous cas gaffe : le terrain va être humide et glissant !!

L'organisation béton découverte hier pour les dossards se confirme : Pas de place au hasard, chacun connait son rôle. Un petit café (offert ... merci !) est le bienvenu, il fait un peu frais je trouve (c'est peut être le stress aussi ..) Je garderai ma veste, je pourrai toujours l'accrocher à la taille durant la course. Petit tour de chauffe et on découvre le petit raidillon de départ ... pffff ... dire qu'il y en a 9 km à se faire ... et au début (c'est peut être mieux d'ailleurs).

9h00 : BANG !! après un petit mot de Jean Jacques PERE, l'organisateur, le départ est donnée. Je me suis mis volontairement au fond : pas question de refaire la bêtise du semi de Lyon : se faire doubler pendant 2 heures n'est pas une expérience agréable !! AC part doucement. Il faut dire que la côte refroidit les ardeurs ... je reste au fond, pas grave, je veux démarrer vraiment doucement, je sais ce qui m'attend !

Traversée de Vaugneray vallonnée, et on attaque un petit chemin qui va grimper fort. Je me surprend à être bien, le coeur ne tape pas trop fort... et surtout je double du monde ... et pas qu'un peu !! Au moins une cinquantaine de personnes sur les 9 km. Je ne me ferai repasser qu'une dizaine de fois sur le reste de la course. Je suis très surpris de voir de nombreux concurrents marcher. On a pas encore fait 3 bornes. Je ne vais pas marcher une seule fois sur les 9 kilomètres de la montée : le travail d'entrainement a super bien marché !! Je jubile intérieurement !! Je suis une jeune femme avec un débardeur des foulées Vourloises tout le long enfin plus exactement, on arrête pas de jouer au yoyo : un coup toi devant, un coup moi. 

Je laisse tomber le premier ravito : je suis bien, et j'ai bien bu avant de partir. On continue. Ca monte toujours et encore, j'arrive à voir 1km devant à peu près grâce à des "S" : J'ai encore une bonne marge de progression, mais je continue à doubler du monde. Ayé, point culminant à un peu plus de 700 mètres d'altitude, ça commence à redescendre en sous bois. D'abord chemin assez praticable et puis de plus en plus de cailloux. Gaffe aux chevilles. Je commence à me refaire doubler. Pas grave, il y a encore 16 bornes à faire.

Au détour d'un chemin la plaine de Grezieu, Ste Consorce et Pollionnay est encore sous la brume et le soleil inonde l'ensemble : le spectacle est à couper le souffle !! (en parlant de souffle, faudrait que je me concentre sur le mien, je suis en train de prendre un point de côté !!) . Ca me permet d'échanger quelques minutes avec un monsieur tout de noir vêtu : Voilà pourquoi on s'engage dans ce genre de courses ! Ca me redonne un coup de boost et la descente sur Pollionnay se fait grand train. Le ravito n°2 est très sympa : les filles sont pleines de pêche et les encouragements fusent. Un verre d'eau, une tranche d'orange et un carré de chocolat, c'est repartit. 

Plat et légère descente sont la suite du programme. Je commence à avoir mal à la pliure du tendon pied droit : un frottement désagréable ... bon sang, mes chaussures ne m'ont jamais blessées, pourquoi ça commence ?! Il me faut 2 km pour me rendre compte que le bracelet de la puce est en train de frotter sur la peau. Ca saigne un peu,  mais ça attendra le prochain ravitaillement. Il arrive assez vite. Je m'arrête, peste contre la puce électronique. Un verre d'eau, une orange et un bout de gateau. Le temps de me rendre compte qu'il y en a un pour qui c'est fini : encadré par deux secouristes avec une chieville deux fois plus grosse que la norme : Il me regarde "Gaffe aux glissades !" "Merci... et bon courage à vous". Allez je repars, j'ai du rester moins de deux minutes. La traversée de Ste Consorce est très sympa : Deux ou trois personnes encourage, c'est l'heure de la messe, les grands mères nous regardent passer avec de grands yeux.

Km 22, c'est là que je vais devoir marcher : après avoir enjambé une rivière par un petit pont (très joli!) c'est un mur qui se présente devant moi. 5 personnes dans la montée, ils marchent tous ! Je tente le coup sur les 50 premiers mètres : peine perdue, les jambes ne veulent pas y aller, sans même m'en rendre compte, je marche. Je peste intérieurement. Je me demande surtout comment je vais repartir, il est pas long ce raidillon, on est déjà sur le plat. La concurrente derrière moi se remet à courir, moi je veux pas, je peux pas. Je regarde ma montre. 22km. P.... !! il en reste 4, je pourrai jamais. pfff ... et alors tu croyais que c'était simple, que ça allait se passer comme à l'entrainement et ben non ! Allez bouge !!! ....... Et c'est repartit.

J'ai fait les 4 kilomètres les plus longs de ma vie. On a l'impression d'arriver à chaque détour de chemin : on est entre les habitations, on traverse un stade, re habitations... Ca y est c'est la fin là ? Ben non : Ca c'est le grand rond point de Craponne Grézieu. Il doit rester au bas mot 2km .... je vais jamais y arriver ! Je suis en train, sans m'en rendre compte de remonter sur un gars qui est encore plus cramé que moi : Merci (je ne te connais pas ... mais merci) Ca me redonne un peu de jus, et il va en falloir : Que du faux plat jusqu'au bout. Qu'elle est longue cette ligne droite derrière les maisons !! Il reste 500 mètres, je suis au bout, je vais finir en marchant, c'est pas grave, de toute façons je bouclerai autour de 2h40...

J'aperçois une polaire que je connais au loin : c'est mon fils Alex ! Et à côté mon deuxième Thomas !! Ma femme est avec eux (ben évidemment, ils sont pas venus à pied de Brignais !!) Ils portent des grands trucs blancs, c'est quoi ? Des panneaux "Allez Papa" "Vive Papa". J'arrive à leur hauteur, ils se mettent à courir à côté de moi ma femme m'encourage plein pot : "Allez vas y !! donne tout, c'est juste là !!" Je fais les 300 derniers mètres sur un nuage : Je double même un dernier concurrent qui me confie à l'arrivée qu'il aurait bien voulu avoir le même accueil !! Tu m'étonnes !!

Merci la famille, ça fait un bien énorme que vous soyez là. Je passe la ligne d'arrivée (ça fait "bip") J'apercçois 2:39:59 !! (finalement ça fera  2:40:03) Je m'écroule sur un banc, j'en peux plus ! On me retire mon objet de torture de milieu de course. J'ai du mal à me relever. Un bisou à chaque supporter. J'ai soif, il faut que je boive. Direction le ravito d'arrivée. Il y a plus grand chose, mais c'est pas grave, il y a à boire. Je rentre me mettre au chaud à l'intérieur du gymnase. Je commence les étirements et je croise le copain que j'avais remplacé pour la St Jean : Il a fait 2:03 ... j'ai encore de quoi progresser ! Il me passe son ticket de la Pasta Party : Et bien comme ça on va pouvoir manger un peu plus consistant avec la famille.

Nous repartons au début de la remise des prix (bravo Spode... une fois de plus..) .

Un énorme bravo à l'organisation : c'est le grand luxe, nous avons été chouchouté, c'éatit super, pas un coac ! L'année prochaine, vous pourrez compter sur moi !

 

Franck 

2 commentaires

Commentaire de vial posté le 25-10-2009 à 21:36:00

hé oui Franck dans le raidillon du 22 j'en connais pas beaucoup qui courent encore!!
bravo pour le petit coup de jus au final
la famille ça fait toujours du bien lorsque dans la tête ça fait mal..
michel

Commentaire de Arclusaz posté le 11-10-2012 à 15:42:19

tiens, je l'avais loupé celui là !!

et pourtant, cette course, c'est certainement la première fois où nos chemins se sont croisés...

j'étais là, quelques places devant toi, à souffrir autant que toi dans ces derniers km interminables.En 2009, j'ai fait le temps.... que tu feras en 2010.

Mais, le principal, c'est qu'on se verra à la Val'Lyonnaise 2012

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran