Récit de la course : La Foulée des Tard Venus - 12 km 2009, par franck de Brignais

L'auteur : franck de Brignais

La course : La Foulée des Tard Venus - 12 km

Date : 13/9/2009

Lieu : Brignais (Rhône)

Affichage : 987 vues

Distance : 12km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

COURSE EN FAMILLE

Cette fois, c'est volontairement que je me suis inscrit...

Après ma première expérience de la Nuit de la St Jean (formidable !!), je ne voulais pas m'arrêter là. Qu'est ce que je vaux tout seul ? Est ce que je peux assurer sur une vraie petite course ? Allez je m'inscris aux Tards Venus.

Je connais une bonne partie du parcours, et puis les copains de la Saint Jean seront là.

Je vois, sur le site de la course, qu'il existe un parcours 5km. Et même un 2km et un 800m pour les enfants ! C'est marrant, très familiale cette course ! ... ET au fait... si ma petite famille participait, chacun dans sa catégorie : ma petite femme sur le 5km, mon grand Alexandre sur les 2km et Thomas, le cadet, le 800m ! J'en parle tout de suite : inutile de tenter de convaincre les enfants, c'est oui d'office. Caro est moins enthousiasmée, sur le coup en tous cas. Parce que après avoir convaincu deux ou trois couples de copains, on est tous embarqué.

Allez on a deux mois pour s'entrainer : moi ce sera ma première course sur 12km (jamais fait une sortie plus longue que 8km à l'entrainement.) Caro sait déjà courir sur 5km (ce sont nos sorties hebdomadaires du dimanche). Et les enfants s'entrainent autour du paté de maison. Le mois de Juillet passe rapidement : je fais environ 3 sorties par semaine (6-7 km maxi) et je tente de faire le parcours une première fois avant de partir en vacances : pas terrible, j'ai marché en haut des Eysses, toute la 2ème montée + la moitié de la 3ème. Résultat 1h28. Moyen, moyen.

Pendant les vacances, je lache pas l'entrainement : mini 3 sorties/ semaine. J'arrive même à en faire deux à 11km. Mais c'est du plat...

Le week end avant celui de la course, je retente le parcours avec un copain (bien plus balèze, marathonien... bref, il me tire devant... moi je suis cramé et lu a à peine transpiré). J'arrive à passer les Eysses sans marcher. Mais la Deuxième et troisième ne passent pas. A l'arrivée 1h13. Bon ven si je fais ça la semaine prochaine, je serai content !

Ayé, le jour est arrivé : On se retrouve tous chez un copain, et tous dans le monospace pour faire moins de 2 km... On va partir à 6 : 4 filles (toutes au 5km) et 2 garçons (au 12). Les enfants nous rejoignent après, ils ne partiront qu'à 11h. Retrait des dossards, impeccable il n'y a pas grand monde encore. On va se chauffer les jambes. Le temps est magnifique, il ne fait pas trop chaud. L'expérience devrait être agréable. On se retrouve sur la ligne. Volontairement derrière : on ne veut pas retarder les pros, et puis perso je préfère, c'est plus facile à gérer. On papote un peu et... PAN ! On ne sait pas trop d'où il vient, tout le monde est surpris, mais le départ est donné après un petit mot de l'organisateur.

Je pars doucement : j'ai retenu la leçon de la St Jean : on se crame pas tout de suite ! Je suis un groupe, qui est peu être un peu doucement pou rmoi, je les passe et accroche une femme qui à mon rythme. Bon, si elle fait le 12, j'essaie de la suivre. C'est le cas. On passe sous l'aqueduc, et arrive rapidement les premiers S. Le rythme de ma mule, ralentit beaucoup, je sens que je peux envoyer un tout petit peu plus, je passe devant. Fin de la montée, j'ai peut être voulu aller un peu fort, je suis pas cramé, mais le coeur tape très fort, j'ai du ralentir : ma coéquipière est à côté de moi. J'entame la descente et me retrouve ralentit par ceux de devant. Je ne veux pas prendre le risque de tomber ou faire tomber quelqu'un, je prend donc mon mal en patience et reste derrière. On passe le pont par dessus le Garon. Un peu de faux plat avant la deuxième côte. Petit souvenir ému d'il y a quelques semaines : je la passais dans l'autre sens.. mais de nuit !

Comme prévu, elle ne passe pas : les rochers abruptes du début me cassent les jambes et je ne veux pas repartir tout de suite, je marche donc sur une grosse moitié, mais comme tout le monde autour de moi. (je suis d'ailleurs surpris que tout le monde marche içi...) Ma collègue repart, je la suis. Mais elle a un jus énorme et part loin devant, je ne suis pas le rythme, le coeur bat encore trop fort. Ayé le faux plat et on attaque les vergers. J'adore cette partie : le cadre est superbe, courir dans les vergers c'est génial. Je double deux messierus qui se sont arrêtés : à priori problème de lacet, le plus jeune est très énervé de s'être arrêté. Ils ne me repasseront pas. Je double 4 ou 5 concurrents. Ayé la boucle et c'est partit pour la descente, légère d'aborrd, puis très pentue. Pas grave, j'aime bien. Je passe un groupe de 3 messieurs qui s'interrogent sur leur vitesse moyenne. Je suis équipé d'un GPS, je leur dis qu'on est à 10.2 environ. Mais on a fait le plus dur (enfin presque !) et on ne peut que remonter cette moyenne. Je les laisse disserter et continue. Je me sens vraiment bien. D'autant plus que je reviens assez fort sur ma copine du début. Je la passe très facilement dans la grosse descente.

Ravito en bas, je prend un verre d'eau tendu par une jeune fille et me le verse sur la tête : je commence à avoir très chaud ! Repaassage de la passerelle. Comme d'habitude, ça me casse les pattes et j'ai toutes les peines du onde à repartir. Comme prévu, ma copine me repasse. Je décide de l'accrocher et ça marche : elle me tirera, sans le savoir tout le long du garon. On arrive devant l'auberge et il va falloir passer la dernière côte : je la connais par coeur... j'envoie fort au début, je repasse Madame et me sens super à l'aise. ... La dernière grosse grimpete de la fin, je n'y arrive pas, je marche ... passage photographe "C'est pour le journal l'Equipe !!" "Fallait me le dire avant, j'aurai sourit !!".

Si moi j'ai laché, il n'en est rien de mon compagnon (ma compagnone ??) qui me passe tout doucement, mais surement. Le faux plat arrive et je relance. Je la suis. Elle m'emmène jusqu'en haut et on attaque la dernière descente en sous bois. Je veux passer devant : c'est moi le spécialiste de la descente !! Je passe devant avec des foulées que je n'imaginais pas possible. En bas de la descente, on passe entre les maisons et on attaque le goudron; il y a un peu de monde pour encourager : ça fait du bien et ça redonne de l'élan. Ma "copine de couse" est jsute derrière moi, je l'entend. Je ne veux pas qu'elle passe ! J'accélère, enfin j'essaie. En tous cas, je donne tout. La piscine est en vue, après je sais que c'est une légère descente, courage ! J'arrive aux abords du stade. A l'entrée, il y a un peu de monde : ça crie même. Bon sang, c'est mon prénom : bah oui, c'est mes enfants, ma femme et tous les copains : Ca y est j'ai des ailes, je tourne pour  prendre l'entrée du stade devant eux : j'ai un sourire jusqu'aux oreilles ma concurrente ne me repassera pas. Arrivée.

Je tremble tellement, que je n'arrive pas à enlever mo dossard comme me le demande la jeune fille. Finalement elle le fera elle même avec un grand sourire : je crois qu'elle se moque en peu ! Pas grave. J'ai 1h07 sur ma montre : Ca a du merder. C'est pas grave, je vais attendre le temps officiel. De toutes façons on s'est inscrit à la pasta... j'ai tout mon temps. Je vais boire. Deux tranches de pain d'épices avec du chocolat (c'est toujours aussi bon ça ! ... allez un 3ème) Les enfants m'ont rejoint : "T'as vu on t'a bien encouragé, hein ?" "Ouai vous avez été génial, ça m'a beaucoup aidé !"

Etirements. Et on attend la course des enfants. Caro est contente de ce qu'elle a fait, mais ne connait pas encore son temps et son classement. Avant 11h on rejoint l'autre partie du stade pour le départ des 800 mètres (ben oui mon grand Alex est ultra déçu : remaniement des dates par la fédé, les 2000 sont classés poussins. Donc pas de 2km, seulement le 800) "Pas grave, tu vas les pourrir !"

Un coup de pistolet, comme pour les grands. Mon Alex prend la tête de la course, mais il s'épuise tout de suite et est vite remonté. Il finira 8 ème. Mais content de lui (et en plus une médaille ...offert à chaque participant) Le petit est déçu : il s'est fait doubler par tout le monde, mais Caro a couru à côté de lui pou rl'encourager. Pas grave : il aura sa médaille aussi, et il est pas peu fier.

Cette matinée s'est achevée à la Pasta Party en même temps que la remise des prix. J'ai quand même fini en 1h07 !! La montre ne s'était pas trompée !! Décidément, ça donne des ailes la compet' ! Caro sera 6ème féminine dans sa catégorie (sur le 5 km) : bien joué pour une première !!

 

Super cette matinée en famille. Vivement l'année prochaine !! On y sera tous, c'est promis !

 

Franck

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran