Récit de la course : La Nuit de la Saint Jean 2009, par franck de Brignais

L'auteur : franck de Brignais

La course : La Nuit de la Saint Jean

Date : 20/6/2009

Lieu : Brignais (Rhône)

Affichage : 940 vues

Distance : 55km

Objectif : Pas d'objectif

Partager :

Le récit

2h15 du matin.... Il fait frais pour un mois de Juin ... peut être les tremblements sont ils liés au stress qui monte depuis plusieurs heures ?! ... Peu importe va falloir y aller ... et puis Philippe qu'est ce qu'il fait  ??!! Autant en finir tout de suite !! Et comment je suis arrivé là moi ?

Ah oui, le directeur de l'école de mon fils, Jean Luc. Pourquoi je lui ai dit qu'il m'arrivait de courir un peu dans la semaine ?! "Dis voir on envisage avec des copains de faire une petite course du coin, en relais, ça te dit ? Viens juste jeter un coup d'oeil, ma fille prépare un clafoutis dimanche après midi, passe à la maison, juste pour en discuter !".

"Ben heu ... oui d'accord, je passe, mais juste pour voir...alors ..."

Evidemment, il était déjà gravé dans le marbre que j'étais le 5ème relayeur... ils sont quand même sympa : j'ai le relais le plus court : 8 km ...et c'est le dernier ! " T'inquiète pas Franck, on est pas là pour faire un temps, on se fait plaisir..." Voilà ce qui sort de la bouche de Didier : Une dizaine de Marathon à son actif, 3h15 pour le meilleur... ok ... on joue pas dans la même cour : ma plus grosse sortie fait 6 bornes et il m'a fallut 40 min !! Quoi !! c'est de nuit ? En pleine campagne !! Mais comment on fait ? C'est fléché, y a une carte ? Comment ça se passe ? Une frontale ? Ben non j'ai pas, mais je vais en acheter une, bon ok ...

Bon je vais essayer de m'entrainer aussi : passer de une à trois sorties / semaine. Enfin quand j'aurai le temps. Et m... ça tombe pas super bien : séminaire boulot les trois jours avant la course (ben oui un séminaire c'est pas de tout repos .... 3 heures de sommeil par nuit... arrosés d'un peu d'alcool et de bons repas bien légers...) pfff ça va pas aider !!

 Samedi 20 Juin 14H00 : On s'est donné rdv tous les 5 pour retirer les dossards (ah bon faut un dossard ?! mais alors on va être chronométré et tout ?!) . Ah !! un Tshirt offert, ben c'est sympa en plus il est joli . Ah bon dans toutes les courses on a un Tshirt, c'est bien ça fait un souvenir ... Mes coéquipiers étudient le dénivelé devant les affiches : "Tu vois là je vais accélérer, histoire de monter un peu la FC ... derrière D-, donc je continue sur la lancé, je devrait tourner en 14,5 ...." Mes yeux sont grands comme des soucoupes et j'essaie de choper un conseil !! Mais je comprend pas grand chose ! Pas grave faut juste que je cours. "Bon les gars, départ à 22h, on se donne rdv à 21h sur le parking du stade ? On prend une seule bagnole pour les approches sur les relais..."

J'avais entendu dire que de manger des sucres lents pouvait aider, je vous avoue que, dans ma situation, j'étais acheteur de toute aide, quelque soit sa forme. Et puis les enfants sautent de joie "Ouai, cool des pâtes, Papa c'est trop bien que tu fasses des courses !.." Ouai tu m'étonnes !!

 21H00 ... Jamais vu autant de monde à cette heure ci dans Brignais. Je gare la bagnole, prend mon sac. Et je rejoins le stade : qu'est ce qu'ils font tous à courir ? Ca a pas déjà commencé ?! Ah non ils doivent se chauffer. Jean Luc prend le premier relais : "Je vais faire un tour du quartier pour me chauffer (heu... je ne vais évidemment pas lui dire que son tour de chauffe représente la moitié de mon tour de sortie habituel... non je vais pas lui dire...)

22h00 ..."Bang" Le départ est donné, Jean Luc manque de trébucher mais part plutôt bien : il est 3ème. Je me surprend à lui hurler des encouragements. 400 personnes au départ. Allez vite en voiture pour le premier relais, il se donne 45 min, il y a 10 bornes à faire (et que de la montée) (heu.. attend si je calcule bien ... ça fait du 15 de moyenne ça ... il le fait en taxi ou quoi ??!!) Jean Luc arrive en 48 min (le cochon il a pas mentit !!) C'est Nico qui prend le relais, là c'est 13 bornes, denivelé positif, il prévoit 1 heure maxi (pff .. mais qu'est ce que c'est que ces temps de fou...) "hé les gars, je cours en moyenne à 9 km/h moi... je vous l'ai déjà dit hein ?!" "Ouai t'inquiète pas, tu feras mieux...!!" Bon... On repart sur le relais suivant, mais là on a un peu plus de temps. Les gendarmes nous arrêtent : "attention aux coureurs sur le bord de la route"... sans blague .... !! Prochain relais, c'est Didier qui s'y colle, il a certainement le pire : 14 km environ et quasiment que de la montée !! Il prévoit 1h05, il arrivera en 1h08... il est lessivé... mais super content. Moi ça y est ... j'ai une boule énorme au fond du ventre, envie de vomir, même les barres énergisantes des relais me disent rien "bon les gars je vais rentrer, je me sens pas bien" Non , je vais quand même pas leur dire ça ... ils comptent sur moi pour le dernier relais, je ferai ce que je peux.

02h16 ... Ca y est Philippe est là, je vois les copains courirent autour de lui (ils sont allés le chercher un peu plus haut) Il est en légère descente...il court pas, il vole. J'ai déjà tout répété dans ma tête : Prendre le bracelet du relais, passer dans le bipeur tenu par l'organisateur et y aller... Ca y est il est là, il passe sa main dans la raquette trouée, c'est moi qui lui prend le bracelet, il aura pas le teps de le faire, je lui arrache presque et je pars comme un fou ! J'ai jamais couru en compet' C'est ça l'adrenaline ?! Putain que c'est bon, je touche presque pas terre. Jean Luc m'avait dit : te crame pas au début, gère la descente au mieux, tu as 4 km de faux plats qui peuvent faire mal. Ok ! Je traverse Soucieu en Jarest comme une balle : On est 5ème au général... hallucinant, j'ai pas le droit de les decevoir, faut envoyer là !!

Les derniers éclairages publics de la commune. J'attaque un chemin de graviers. La lumière est plutôt efficace, si je lève bien la tête, j'aperçois les balises réfléchissantes de la course. Surtout ne pas se tromper de chemin, ce serait la honte, Ah ça y est je reconnais : la grosse descente en pierre vers le Garon : j'y suis passé en vélo. Super casse gueule !! P.... on y voit rien !! vivement le plat ! J'entend le Garon, j'arrive sur le pont pour passer de l'autre côté. Je sais maintenant ce que c'est qu'un "casse pattes" : Les dix marches du pont me brisent littéralement, j'ai toute les peines du monde à repartir. A partir de là commence les 4 km les plus longs de ma vie, la nuit est angoissante, c'est pas des pas que j'entend derrière ?! Ah non ... allez reconcentre toi, personne t'a doublé. Continue! Ouai mais le souffle commence à être court ... et puis j'ai plus de jambes, j'ai déconné dans la descente, et voilà !! Des pas derrières ... ??!! Et ben non c'est pas une hallucination, on est en train d'essayer de me doubler, j'accélère (enfin je pense...) Mais pourquoi il fait autant de bruit ?! Ils sont deux ?!! Pfff c'est pas vrai !! "Allez suis nous... on y va ensemble, il reste 2 bornes !" Je peux pas répondre : j'ai plus de souffle ... puis de toutes façon c'est des locomotives les gars .... pas moyen de les suivre. Il restent dans mon champ de vision. Ayé le goudron !! Là je connais par coeur : c'est içi que je m'entraine, il fait plus chaud, c'est marrant. Allez il doit rester 800 mètres ! C'est qui ces guignols au bord de la route ?! Oh bon sang c'est l'équipe !! "Allez Franck, met le paquet, il reste rien, donne tout !!" Ouai, tu parles, sauf que là je suis cramé, bon allez ok, je passe tout ce que j'ai .... ils courent à côté de moi en m'encourageant. "T'as une super foulée, c'est génial, allez vas y !!". Ca y est, je vois l'entrée du gymnase, encore 200 mètres, les copains restent sur le côté, il peuvent pas passer. Je passe la ligne. J'ai du mal à m'arreter, j'ai envie de vomir, j'ai envie de pleurer. Qu'est ce qu'il me veut lui ?! Ah oui, faut passer le bracelet dans la raquette. Hein ? Ah oui faut rendre le bracelet. Les 4 copains sont là : "Tu croiras jamais ta moyenne ..." heu, je sais pas 11,5 ? " 12,9... ouai mon gars, quand je te disais que tu ferais mieux". 12,9 ??!! ils se sont trompés, c'est pas possible... ben si... j'ai du prendre un raccourci sans faire gaffe... je sais pas en fait ... c'est peut être mon vrai temps ...tant pis... les coéquipiers sont heureux, moi aussi.

Je vais manger, ça y est j'ai faim, Ovolmatine (c'est de la dynamite ? Va en falloir, parce que là j'ai même du mal à marcher...)Ouai bonne idée. Tiens j'en prend une de plus, ça sera mon trophée pour les enfants demain matin... enfin tout à l'heure... Pain d'épice chaocolat, c'est bon ce truc là. Un quartier d'orange. Une bouteille d'eau surtout. Merci. Les autres concurrents continuent à arriver. Au fait combien on est Nico ? "Ben je sais pas, on attend ils vont les donner dans quelques minutes, viens on va prendre un petit dej', c'est offert" Bon ok... de toutes façons, j'ai encore faim !! Jean Luc : "On est 4ème en relais de 5... dommage juste à côté du podium... mais bon, devant les premières féminines.." Ah bon, ben si c'est bien c'est cool ...

 3h30... Bon ben passez une bonne nuit. Merci à tous. Je rentre à la maison. Je suis heureux. Je pose le dossard sur la table histoire de rappeler à ceux qui vont se lever ce que j'ai fait cette nuit pendant qu'ils dormaient comme des bienheureux. Je m'endors facilement, je suis un peu crevé. Allez c'est promis, ce vieux fantasme de la Saintélyon, va falloir le travailler sérieusement !!

 

Franck

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran