Récit de la course : Auray-Vannes 2003, par La Tortue

L'auteur : La Tortue

La course : Auray-Vannes

Date : 9/9/2003

Lieu : Auray (Morbihan)

Affichage : 1805 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

ya le zooo ,


bon 2 cr en 8 jours, va falloir que je me calme. je suis sur un rythme shadockien !


voici donc après une méga contre-perf au 10 km de chavgnes et le médoc il y a 8 jours, ma troisième course de l'année : le semi auray-vannes, que nous avions décidé de courir avec le canari depuis plusieurs mois en préparation de notre prochain marathon : la baule le 05/10.

petit casse-croûte familiale au bord de la rivière d'auray, sous un soleil magnifique...c'est tellement beau la Bretagne (quand il ne pleut pas ...). Il y a une luminosité que je ne retrouve nulle par ailleurs. j'ai beau commencer à m'y habituer, ça me fait le coup à chaque fois. et ce n'est pas du régionalisme mal placé, je ne suis même pas breton ;-)))

nous sommes prêts 30 mn avant le départ. très léger échauffement avec un copain du canari dont ce sera la première course. Encore un futur zanimal ??? Le monde est petit ! C'est un ancien volleyeur, que j'ai déjà du croiser sur un parquet et avec lequel nous avons pleins de copains communs...

15h : pan ! enfin, je dis pan, c'est une expression, on est tellement loin de la ligne que l'on entend même pas le coup de feu.

Dès le départ, j'essai de prendre le rythme que j'aimerais bien pouvoir tenir dans 3 semaines sur le marathon, c.a.d. 5'10 à 5'20 au kilo. Mais, impossible à tenir pendant le premier kilo vue la densité des coureurs. Je peux faire les bordures pendant les 2 et 3ème kilo, mais en prenant un rythme en dents de scies qui ne convient pas du tout à ma "petite et aérienne" foulée. A partir du 4ème kilo, il est enfin possible de courir sans être trop gêné. Jusqu'au km 12, je maintiens mon rythme tant bien que mal. Mais le parcours est redoutable avec une succession de bosses et de longues lignes droites, vent en pleine tronche. Ah oui, il faut vous dire, dans le coin pour la météo, c'est relativement simple, avec les vents d'ouest, c'est la flotte garantie; et quand il fait beau, ce sont des vents d'est en général. aujourd'hui, c'est grand bleu donc vent d'est modéré mais quand même gênant. A parti du 15ème km, je trouve le parcours de plus en plus hardos avec des faux-plats interminables et je tourne plus près des 5'30 à 5'50 en cas de ravito ou de côte plus raide (celle du km 17 me laissera un souvenir désagréable...décidément, si je veux courir la 6000 D un jour, va falloir que je m'entraîne +++). je le savais déjà, mais je suis vraiment nul en côte. ça doit être comme en vélo...le handicap de mon excédent de bagage....Sur la fin, je suis obligé de taper dedans si je veux maintenir une allure correcte et passe finalement la ligne en 1'53'40".
Une cohue indescriptible m'attend à l'arrivée car le stade d'arrivée est en pleine restructuration et il me faut plus d'une heure pour retrouver le canari et son pote (qui a un peu craqué sur la fin : 2h25, je crois) et nos "petites" familles respectives...

Conclusion :
Je suis loin de l'objectif prévu d'autant plus que j'espérais finir "frais" et que là sans être mort, je me suis quand même un peu fait violence (comment ça ? c'est pas possible ?! si si je vous assure, parfois, je me remue un peu ....)

Pour le marathon du 5/10 (objectif avoué 3h45 ?!), je suis donc à la fois pessimiste et optimiste.
Pessimiste, car je ne me vois pas maintenir un tel rythme pendant 2 fois plus de temps, d'autant plus que je ne me suis quasiment pas arrêté au ravito et qu'il me faudra "perdre" plus de temps pour m'alimenter.
Optimiste car vus la chaleur, la difficulté du parcours, le vent contre et la gestion de l'avant course un peu limite (un pique-nique 1h30 avant le départ ;-(( ), je pense que je peux faire mieux quand même.

Bon, pas de panique, vous connaissez tous maintenant ma devise : "NO STRESS". Je vais donc continuer mon entrainement comme prévu pendant les 3 semaines qui me restent (et perdre quelques kilo probablement) et je m'élancerai serein dans 3 semaines (encore avec le canari, avec qui on ne se quitte décidément plus). Et pour le chrono, on verra bien, on va pas se rendre le chou pour quelques minutes de plus ou de moins, non ??? De toute façon, ce marathon, j'ai super envie de le courir. Je vais être vraiment à domicile car je connais le parcours par coeur pour m'y entrainer très souvent pendant les vacances !

Pour conckure : le parcours de ce semi, de "l'addidas running tour":
Je crois que le raton-laveur avait émis l'idée de faire une base de données sur les différentes courses. Comme Auray-vanes est une course officielle, voici quelques info qui pourront peut être servir à d'autre.
Le parcours à la réputation d'être assez difficile. Il s'agit d'une succession de bosses avec 2 bons coups de cul au km 7 et au km 17. Il n'y a pas de relance violente à faire. Les paysages sont très agréables et Il y a beaucoup de monde sur le bord de la route pour encourager et proposer des jets d'arrosage et autres bassines rafraichissantes supplémentaires. Les ravitos sont succins mais suffisants et malgré l'importance de la foule, je n'ai jamais rencontré de table vide. 3 ou 4 animations musicales sur le parcours et quelques rares déguisés. On ne "voit" pas les bénévoles mais tout se passe comme sur des roulettes.
En fait, c'est une course "sérieuse" (il y a un 10 km aussi qui reprend la fin du parcours du semi). L'an prochain ce sera le trentième anniversaire. A bon entendeur....




--
bien amicalement.
La tortue...

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran